mercredi 22 décembre 2010

Collaboration entre mafieux arméniens et géorgiens en Europe occidentale

Espagne: coup de filet contre la "mafia russe" (médias)

12:33 15/03/2010

MADRID, 15 mars - RIA Novosti

La police espagnole mène lundi une vaste opération dans quatre régions contre la "mafia russe", ont rapporté des médias locaux.

Cette opération se déroule sous le contrôle du juge Fernando Grande-Marlaska, de l'Audience nationale, principale instance pénale espagnole, en coopération avec les agents de la Police anti-corruption nationale.

La police a déjà procédé à 22 arrestations de ressortissants de Géorgie et d'Arménie, selon le quotidien ABC.

L'opération policière en Espagne est coordonnée avec les forces de l'ordre italiennes, suisses, allemandes et autrichiennes.

Les personnes arrêtées, selon la chaîne de télévision Telecinco, sont accusées de trafic de stupéfiants et d'armes, ainsi que de participation à une association de criminels.

Des perquisitions sont en cours à Madrid, Barcelone et Valence.   
Source : http://fr.rian.ru/world/20100315/186246282.html

Europe : Des «parrains» géorgiens tombent les uns après les autres
Dépêche publiée le 17/03/2010


Par Sophie Tournon. Sources : Kriminalnaya.ru, Rosbalt, Regnum, RFI, Radio Svoboda



Un groupe mafieux géorgien opérant en Europe occidentale vient d’être en partie défait par les polices européennes. Cette opération policière d’ampleur, surnommée «Java», a été menée conjointement par les services de six Etats de l’Union européenne. Les arrestations ont eu lieu en France, Allemagne, Suisse, Italie, Autriche et en Espagne, siège de leur organisation. La police espagnole en charge de l’enquête affirme que 80 membres de cette "mafia géorgienne", dirigée par Lacha Chouchanachvili, ont été arrêtés. Le frère de ce dernier, Kakhaber, chef de la branche européenne, a été arrêté à Barcelone. Mais Lacha Chouchanachvili a pu fuir l’île de Salonique où il se terrait. Le procureur espagnol accuse la police grecque d’avoir permis la fuite de ce chef de bande, par négligence et incompétence.

Les activités occidentales de ce groupe, connu sous le nom de «mafia géorgienne», étaient nombreuses : vols, casses, écoulement des marchandises (bijoux, drogues, armes, haute technologie…) avec l’aide de groupes mafieux arméniens, blanchiment d’argent et projets d’assassinats. Kakhaber Chouchanachvili était chargé de blanchir tout ce commerce illégal en Espagne, où il résidait. Deux des arrêtés étaient recherchés depuis des années pour crime en Géorgie. Selon l’expert allemand Jürgen Rot, cette mafia n’aurait aucun lien avec la «mafia russe». Ses revenus se monteraient à un million d’euros par semaine. Selon le ministre espagnol de L’intérieur, l’argent repartait ensuite vers la Géorgie.

L’Espagne, qui est l’initiatrice de ce coup de filet, a déjà eu affaires à cette «mafia géorgienne» : le parrain russo-géorgien Zakhar Kalachov, dit Chakhro le Jeune, avait été arrêté à Doubaï et extradé vers l’Espagne fin 2006 pour ses activités illégales. Remis en liberté en mars 2010 après paiement d’une caution de 300 000 euros, il serait mêlé au groupe de Chouchanachvili. Lors de son procès, les experts géorgiens appelés à la barre refusèrent de se présenter par crainte pour leur vie et pour celles de leur famille, Z. Kalachov étant lié à des groupes criminels actifs en Géorgie.

Le chef de ce groupe, Lacha Chouchanachvili, 49 ans, aussi connu des services russes sous son pseudonyme de Lacha le Gros ou de Roustavi, aurait passé déjà 11 années de sa vie sous les verrous depuis ses 18 ans, selon les autorités russes. Il a été déchu de sa citoyenneté géorgienne en 2006 sur ordre du président Saakachvili. Il était connu pour avoir dirigé l’un des grands groupes mafieux géorgiens opérant en Russie. Arrêté en Russie en septembre 2008 pour détention de faux papiers d’identité, il a été reconduit à la frontière, en Ukraine. Des rumeurs ont couru, lors des élections présidentielles ukrainiennes, sur les liens entre les autorités géorgiennes et ce parrain : il aurait été approché pour aider les observateurs géorgiens à «faire leur travail».

Hasard du calendrier, ce 16 mars, un tribunal russe vient de juger deux figures de la criminalité géorgienne en Russie : Tariel Oniani et et Serguey Aboutidzé ont été jugés coupables d’enlèvement et de chantage. Ils avaient kidnappé en mars 2009, à Moscou, un homme d’affaires, contre une rançon de 500 000 dollars.


© CAUCAZ.COM | Dépêche publiée le 17/03/2010 | Par Sophie Tournon. Sources : Kriminalnaya.ru, Rosbalt, Regnum, RFI, Radio Svoboda
Source : http://www.caucaz.com/home/depeches.php?idp=2572&PHPSESSID=5e1d3eddff43da889ecc4bf69542480a