mardi 14 décembre 2010

Etats-Unis : grave escroquerie médicale commise par le réseau d'Armen Kazarian

EST-CE QUE L’ARGENT VOLE DU MEDICARE EST ALLE AUX SENATEURS?
24-11-2010

C’est avec une des plus grandes escroqueries de son histoire que le système de couverture de santé américain « Medicare » est passé à l’ordre du jour. L’affaire, qui a créé un effet de choc aux Etats-Unis, a laissé des points d’interrogation dans la tête de beaucoup d’Américains concernant la sécurité et l’avenir du programme de santé « Médicare ».

Selon la déclaration faite par la police fédérale américaine (le FBI), le réseau de crime, dont le chef est Armen Kazarian, a créé, dans 25 provinces, des cliniques fantômes et a facturé à l’Etat de dépenses fictives que l’on a présentées à partir des traitements aussi fictifs des centaines de patients dont on a volé les informations d’identité.

Le travail d’Ergün Kırlıkovalı, intitulé « La grande escroquerie arménienne a été mise au jour… Encore ! » et diffusé sur le site Turkishny.com, démontre que ceci n’est pas la première affaire d’escroquerie réalisée par la diaspora arménienne aux Etats-Unis (1). En 2008, a été démantelé un réseau composé de 6 arméniens qui avaient volé 2 millions de dollars aux sociétés d’assurance fédérales et privées à Los Angeles (2). Et en 1999, c’était encore les Arméniens qui étaient derrière une affaire d’escroquerie d’un million de dollars (3).

Quant au scandale Medicare, l’argent volé par le réseau, c’est près de 163 millions de dollars. Hormis l’escroquerie de Medicare, le réseau possède un large éventail de délits allant de contrebande jusqu’au blanchiment d’argent. Selon l’acte d’accusation mentionné aussi dans le media, le reseau, au sein duquel se trouveraient des citoyens et des immigrés arméniens, seraient en relation avec les organisations criminelles en Arménie.

Au delà de ceci, les informations dans le media ont porté l’affaire à une autre dimension, en faisant état qu’Armen Kazarian, le leader du réseau arménien qui a commis la plus grande escroquerie sanitaire des Etats-Unis, était en « étroite relation » avec Serge Sarkissian, président de la République de l’Arménie, voir même qu’il serait parti des Etats-Unis pour se rendre à Erivan afin d’intimider l’adversaire de Sarkissian lors de dernières élections en Arménie. « Kazarian est connu dans les milieux de la diaspora comme étant l’homme qui gère aux Etats-Unis les affaires d’Alexander Sarkissian, frère du président arménien. Kazarian s’était enfui aux Etats-Unis quand Vano Seradeguian, le ministre de l’Intérieur de l’époque avait déclaré la guerre aux mafias en 1996. Et Kazarian avait été libéré par la sollicitation d’Alexandre Sarkissian, après avoir été arrêté lors de son dernier voyage en Arménie. » a écrit le journal Armenia Today (4).

Selon Levon Zourabian, coordinateur du Congrès national arménien (ANC) figurant dans l’opposition, affirmant que Kazarian est en « contact direct» avec Sarkissian et « étroit » avec son prédécesseur Robert Kotcarian ; Kazarian avait organisé de diverses « actions de délits» contre Levon Ter-Petrossian, adversaire de Sarkissian, lors des élections présidentielles de 2008. Comme on se rappelle ; Ter-Petrossian qui est en faveur de l’amélioration des relations avec la Turquie, avait prétendu qu’il avait perdu aux élections en raison des fraudes, et que les manifestations massives de l’opposition avaient été réprimées par le gouvernement. Zourabian a affirmé ainsi : « en tant que l’opposition arménienne, nous sommes en lutte contre un gouvernement coopérant avec la mafia internationale et se transformant elle-même aussi en une structure mafieuse » (5).

Pourtant l’événement qui s’inscrit à l’ordre du jour par le scandale « Medicare » a une dimension beaucoup plus grave. Selon une information signée par Ben Smith et parue sur le site Politico.com ; Pogos Satamiam, l’un des membres du réseau arrêté par FBI est l’un de principaux donateurs du Comité de Campagne du Congrès démocrate (DCCC), et on a appris qu’il avait fait une donation de 10 mille de dollars seulement en juin dernier (6).

Cette situation conduit à poser la question suivante ; combien de parts de cette escroquerie de 163 millions de dollars ont été utilisés pour soutenir les campagnes de diffamation contre la Turquie? Les dons collectés par des personnalités telles que Nancy Pelosi, Frank Pallone, Adam Schiff, Brad Sherman, Howard Berman, Robert Menendez et Barbara Boxer, soutenus par les Arméniens et connus pour leurs politiques contre la Turquie, même l’Azerbaïdjan, doivent être examinés. Ce pendant, du fait que l’écriture des noms arméniens sont différentes et que les « escrocs de Medicare » utilisent de fausses identités, adresses et de faux noms d’entreprises, il est assez difficile de déceler si ces fonds sont utilisés pour soutenir les politiques contre la Turquie. C’est seulement grâce aux nouveaux éléments (faux noms de personnes et d’entreprise utilisés, etc.) qui pourraient être découverts lors du procès de Medicare qu’il sera plus possible de suivre à quoi on avait affecté 163 millions de dollars volés.

D’autre part, le scandale de Medicare a provoqué le réexamen des activités poursuivies ces dernières années par la diaspora arménienne pour l’adoption des décisions contre les intérêts du pays auprès des mécanismes politiques américains. En fait, les gênes dans ce sujet ne sont pas nouvelles. Michael van der Galien a affirmé, dans son article intitulé « Buying Policies » (acheter les politiques) publié sur le site poligazette.com en 2008, qu’il avait examiné les dons reçus par Robert Menendez, sénateur de New Jersey du Parti démocrate et que les dons légaux des Arméniens qu’il avait pu détectés atteignaient 136 000 dollars. D’autre part, Galien soulignant que ces fonds provenaient plutôt des Arméniens vivant en dehors de New Jersey, avait affirmé que Menendez ne représentait pas son électorat mais des groupes d’intérêt riches et avait évoqué que cette personne était achetée par les Arméniens (7).

Aux Etats-Unis la collecte de dons par les politiciens est un événement légal et tout à fait naturel ; tous les dons sont enregistrés et diffusés publiquement. Cependant, la légalité de cette situation ne veut pas dire qu’elle l’est également du point de vue éthique. Ainsi, sans doute, il ne sera pas exagéré de dire que ce système de dons est en fait une sorte de système de pot-de-vin légalisé.
Parce que dans ce système les politiciens américains, déterminent leurs priorités en fonction des dons qui leurs sont fait.

Par exemple, on se demande selon quel intérêt national américain et logique les sénatreurs Barbara Boxer et Menendez ont empêché la nomination de Matthew Bryza en tant qu’ambassadeur des Etats-Unis à Bakou. Boxer et Menendez se rendent-ils compte qu’ils ont provoqué la détérioration des relations entre l’Azerbaïdjan et les Etats-Unis, qui d’ailleurs n’étaient pas trop appréciés au Caucase du Sud ? Une autre question s’impose, même s’ils en sont conscients, est-ce qu’ils y accordent de l’importance ?

Il n’existe aucun doute que les noms tels que Menendez et Boxer continueront de représenter les groupes d’intérêts arméniens. Les relais de la diaspora arménienne présents au sein du Sénat américain interviendront toujours dans tous les sujets qui concernent les relations entre la Turquie et l’Arménie, de la nomination des ambassadeurs pour la Turquie et l’Azerbaïdjan jusqu’aux projets de loi sur le génocide et continueront ainsi d’orienter la politique extérieur des Etats-Unis selon la volonté des groupes d’intérêts arméniens.

Si on jette un coup d’œil aux états détaillés des dons faits à ces sénateurs les années précédentes, on voit la présence des noms de plusieurs sociétés médicales. Par ailleurs, dans ces listes de dons figurent également des sociétés dont les noms sont similaires aux noms de certaines sociétés fictives figurant dans le réquisitoire concernant le procès Medicare et sur lesquelles aucune information n’existe sur internet. Cependant, il ne serait pas juste d’accuser et de soupçonner qui que ce soit à cause des similitudes de noms. Certaines vérités se révéleront peut-être pendant le déroulement du procès.

Si toutefois, parmi les dons affluant aux sénateurs de la part des Arméniens venaient à figurer de l’argent volé de Medicare, aucun citoyen sensible vivant aux Etats-Unis ne devrait rester sans réagir. Il faudra expliquer à l’opinion publique américaine comment l’argent volé par les voleurs Arméniens a été utilisé à l’encontre des intérêts américains. Il faut rappeler que la vraie responsabilité des sénateurs est vis-à vis des citoyens Américains qu’ils représentent.


L’ A C T U E L

Selim GÜRAY
selimguray@lactuel.be


Sources :
(1) Ergun Kırlıkovali, “Massive Armenian Fraud Exposed… Again!”, www.turkishny.com
(2) “Six arrested and charged in connection with $2 million health care fraud ring” www.ice.gov/news/releases/0804/080404losangeles2.htm
(3) Rone Tempest, “Medi-Cal Scandal Alarms Armenians”, articles.latimes.com/1999/dec/08/news/mn-41634
(4) Le quotidien Hürriyet du 18.10.2010, “L’Arménien ayant escroqué les Etats-Unis est-il l’homme de Sarkissian?”
(5) Le quotidien Hürriyet du 18.10.2010, “L’Arménien ayant escroqué les Etats-Unis est-il l’homme de Sarkissian?”
(6) Ben Smith, “Dem Donor Arrested in Medicare Ring”. www.politico.com/blogs/bensmith/1010/Dem_donor_arrested_in_Medicare_ring.html
(7) Michael van der Galien, “Buying Policies”,
www.theatlanticright.com/2008/08/05/buying-policies/
Source : http://www.lactuel.be/detail.php?id=5192&catId=