vendredi 10 décembre 2010

La controverse historique autour du prétendu génocide arménien

Paul Dumont, Mustafa Kemal invente la Turquie moderne, Bruxelles, Complexe, 2006, p. 183 :

"8 Le chiffre de 1 200 000 victimes [arméniennes] est celui qui est avancé le plus fréquemment par la plupart des historiens occidentaux, à la suite de Toynbee, qui voient dans la tragédie de 1915 un véritable génocide. A ce propos, cf. en particulier Gérard Chaliand et Yves Temon, Le Génocide des Arméniens, Bruxelles : Ed. Complexe, 1980. Tout en reconnaissant la réalité des massacres, les historiens turcs, mais aussi un certain nombre d'historiens occidentaux, proposent pour leur part des chiffres nettement moins élevés (200 000 morts d'après Stanford J. Shaw et Ezel Kural Shaw, History of the Ottoman Empire and Modern Turkey, Vol. II, Cambridge (Mass.) : Cambridge Un. Press, 1977, p. 316) et nient qu'il y ait eu, de la part du gouvernement ottoman, volonté délibérée d'exterminer un peuple.

9 D'après S. Shaw et E.K. Shaw,
op. cit., p. 323, l'occupation arméno-russe fut à l'origine du « plus horrible des massacres ». G. Chaliand et Y. Ternon, op. cit., p. 42, nient en bloc. Sur ce point encore, la divergence entre historiens d'une même réalité est anormalement considérable."

Voir également :