dimanche 19 décembre 2010

Une frange des socialistes français résiste à l'hystérie communautariste arménienne

POLITIQUE
La motion sur le génocide arménien divise les villes PS
Marie Poussel | 07.12.2010, 07h00

Ce matin, Philippe Haroutiounian, conseiller municipal de Gonesse, et Daniel Auguste, son collègue de Villiers-le-Bel se rendent au conseil général. Ces deux socialistes vont évoquer avec son président, Didier Arnal (PS), le vote d’une motion demandant une loi sur la négation du génocide arménien qu’ils n’ont de cesse de réclamer.

Ce rendez-vous n’est qu’une étape supplémentaire dans le marathon de ces deux élus. Samedi, ils ont rencontré Alain Richard, le maire de Saint-Ouen-l’Aumône, tête de liste du PS aux prochaines sénatoriales. Hier soir, ils se sont rendus au conseil régional d’Ile-de-France, accompagnés de l’ambassadeur d’Arménie en France. « Nous pensions que cela serait simple, mais nous sommes confrontés au lobby des associations turques qui véhicule des positions négationnistes dans ces assemblées, dénonce Philippe Haroutiounian. C’est du clientélisme électoral. »
En 2006, l’Assemblée nationale a voté la loi de pénalisation du négationnisme du génocide arménien de 1915. Une revendication réclamée depuis des années par les associations arméniennes et assyro-chaldéennes, grandes victimes de ce conflit. Mais depuis, la loi est bloquée et n’a toujours pas été votée par le Sénat. Sans ce vote, la mesure est caduque. « Ces motions permettent de remettre la pression sur les sénateurs pour qu’ils inscrivent la loi à l’ordre du jour, explique Philippe Haroutiounian. Nous voulons réenclencher le processus parlementaire. » La polémique s’est cristallisée autour de Goussainville, où l’on attribue à une adjointe socialiste « des propos tendancieux à la limite du négationnisme » tenus dans un journal turc en 2007, rapporte Philippe Haroutiounian. « Personne n’a jamais été capable de rapporter ces propos, s’offusque Luc Broussy, adjoint (PS) au maire de Goussainville. En réalité, l’exception, ce sont les villes qui ont voté cette motion. Je ne vois pas pourquoi elles ne seraient pas plus suspectes de faire de l’électoralisme que celles qui la refusent! » Un tacle pour Sarcelles et Gonesse, où la motion a été votée. « On ne délibère que sur des affaires communales ou sur des motions qui ont un lien avec une affaire locale », se défend également Didier Vaillant, le maire (PS) de Villiers-le-Bel.

Une lettre à Martine Aubry

La motion ne sera pas non plus à l’ordre du jour du conseil municipal d’Ecouen mené par un sénateur-maire PS, ou encore de celui de Garges-lès-Gonesse, ville dirigée par l’UMP. Mais les deux élus continuent leur combat. Une lettre a été envoyée à Martine Aubry, la première secrétaire du PS pour mettre en exergue la situation val-d’oisienne.

Le Parisien
Source : http://www.leparisien.fr/ecouen-95440/la-motion-sur-le-genocide-armenien-divise-les-villes-ps-07-12-2010-1180950.php