mardi 25 janvier 2011

Jolimont : émoi quant au sort d'une famille arménienne

Publié le 22/01/2011 03:48 - Modifié le 22/01/2011 à 10:28 | LaDepeche.fr
Jolimont. Ani, 3 ans, menacée d'expulsion vers l'Arménie

L'expulsion en Arménie le mercredi 19 janvier du père de la petite Ani B. scolarisée à l'école maternelle Reille-Monge et l'obligation de quitter le territoire français prononcée à l'encontre de sa mère a suscité l'émoi et la mobilisation de la communauté éducative et des parents d'élèves. Hier matin avant l'entrée en classe, ils ont été nombreux à manifester devant l'école, leur soutien à la famille et fait signer une pétition, en présence des représentants de la Cimade et de RESF31 (Réseau Éducation Sans frontière), de Marie-Christine Lafforgue, conseillère générale, de Vincentella de Comarmond, représentante de la mairie au conseil d'école et de Jean-Jacques Mirassou, sénateur et conseiller général du canton.
En attente du recours déposé au tribunal administratif

La famille d'Ani est arrivée d'Arménie au mois de septembre 2008 afin de solliciter la protection de la France. Malgré le refus de la demande d'asile au mois de mai 2010, la famille a décidé de rester en France. En effet, les risques en cas de retour ne permettaient pas d'envisager un avenir serein pour leur petite fille. De plus, Mme B. est atteinte d'une pathologie particulièrement lourde et bénéficie à ce titre d'un suivi médical en France. Face à l'obligation à quitter le territoire français la mère d'Ani attend le résultat du recours déposé au tribunal administratif dans le but de rester en France avec sa fille afin d'y poursuivre son traitement médical. Françoise Zamuner de RESF31, au nom de son association s'avoue « indignée par la situation que vit cette famille, mais satisfaite sur le fait que ce dossier d'expulsion ne soit pas traité en catimini et que le préfet soit mis face à ses responsabilités ». Jean-Jacques Mirassou qui soutient les parents d'élèves et les enseignants mobilisés autour de la petite Ani et sa maman, est sur la même longueur d'onde : « Il s'agit de tout mettre en œuvre pour que, après le père de famille, Ani et sa maman ne soient pas à leur tour expulsées. A cet effet, j'ai immédiatement alerté Monsieur le Préfet sur le sort de cette petite fille qui mérite un meilleur départ dans la vie qu'une menace d'expulsion dont elle serait la victime innocente. Sa maman, quant à elle, doit pouvoir accéder à un titre de séjour car le suivi médical dont elle bénéficie, le justifie pleinement. »

La préfecture reste ferme. Selon la secrétaire générale, Françoise Souliman, « la demande de dossier d'étranger malade refusée à Madame B. par la préfecture a été confirmée par le tribunal administratif, qui a dit que son traitement pouvait lui être administré en Arménie. Toutes les voies de recours ont été épuisées, il y aura donc rapidement un regroupement de la famille en Arménie. »

Gérard Freyssenge
Source : http://www.ladepeche.fr/article/2011/01/22/995448-Jolimont-Ani-3-ans-menacee-d-expulsion-vers-l-Armenie.html