lundi 17 janvier 2011

Le banditisme, une tradition profondément ancrée chez les Arméniens

Jean-Claude Cheynet, Pouvoir et contestations à Byzance (963-1210), Paris, Publications de la Sorbonne, 1996, p. 401 :

"Le banditisme arménien ne s'exerçait pas exclusivement aux dépens des soldats byzantins112. (...)

112 - Ibn al-Athir notait déjà qu'en 1036 les Sanassunites du Tarôn pillèrent une caravane de pèlerins musulmans, traduction d'ARISTAKÈS DE LASTIVERT, p. 107 n. 1."

Yves Ternon, La cause arménienne, Paris, Le Seuil, 1983, p. 31 :

"Elle [la FRA] organise un mouvement d'autodéfense de la paysannerie, dans la tradition du banditisme rural, le mouvement fedaï, qui embrase les montagnes de l'Arménie occidentale."

Anahide Ter Minassian, La question arménienne, Roquevaire, Parenthèses, 1983, p. 88 :

"Sorti du peuple (intellectuel caucasien ou ottoman, prêtre ou simple paysan), le fédaï arménien est le révolutionnaire armé qui a voué sa vie au peuple qu'il réveille par l'exemple de ses exploits et de sa mort. S'il porte en lui les traits légués par les populistes russes, les garibaldistes, et les haïdouk bulgares, il est aussi l'héritier d'un banditisme rural arménien antérieur."

Voir également : L'usure arménienne