mercredi 23 février 2011

La Talaudière : 7 ans de prison pour le braqueur Ashot Hovanissian

Sept et neuf ans de prison pour le braquage de La Talaudière

Lu 216 fois |

Publié le 23/02/2011 à 00:00

L’avocate générale, Mme Furstoss, avait requis dix ans à l’encontre d’Ashot Hovanissian, et quatorze ans à l’encontre de Nougi Ozdanaev. Des peines qui devaient sanctionner un vol en bande organisée avec arme.


Car ce 6 août 2009, à La Talaudière, les faits commis ne se sont pas limités à un simple vol, comme ont tenté de le faire croire les deux accusés.Le témoignage du bijoutier, hier matin, ne laissait guère de doute : « Je discutais tout à fait normalement avec l’un d’eux, qui m’avait acheté une bague la veille », a-t-il raconté. « L’autre est passé derrière moi, m’a cravaté et fait tomber au sol. Je me suis débattu, le plus costaud m’a maintenu par terre et frappé ». On est loin du simple vol.

D’autant que Nougi Ozdanaev a tiré sur un policier municipal (avec un pistolet à gaz lacrymogène, certes) pour protéger leur fuite. « J’ai cru qu’il avait une arme et qu’il allait s’en servir », a-t-il expliqué.

Le seul doute concerne Ashot Hovanissian : a-t-il simplement fait le guet, comme il l’affirme, ou s’est-il lui aussi servi en bijoux ? « Peu importe », rappelait l’avocate générale. « La bande organisée induit une responsabilité identique, quels que soient les rôles distribués ».

Les avocats de la défense ne l’entendaient pas de cette oreille, évidemment.

M e Florindi-Daurat, pour Ashot Hovanissian, insistait sur sa participation toute relative : « Il a fait le guet et facilité la fuite avec sa voiture. Pas plus ». M e Faure affirmait que Nougi Osdanaev « n’a pas pointé d’arme sur le bijoutier. Et s’il a tiré sur le policier, c’est parce qu’il savait qu’il ne mettait pas sa vie en danger. Il n’a pas de sang sur les mains ».

Tous deux ont insisté sur le parcours atypique des deux accusés : l’un Arménien, l’autre Russe, tous deux réfugiés pour fuir la violence dans leur pays (leurs parents ont été assassinés). Un exil difficile en France, du mal à subvenir à leurs besoins, et les vols pour seule issue. Ils ont aussi lancé un message d’espoir, vu leur jeune âge (25 ans pour Hovanissian, 23 ans pour Ozdanaev) et un entourage familial encore présent pour leur tendre la main. Les jurés les ont manifestement écoutés.

(1) Voir nos éditions d’hier.
Jean-Hugues Allard
Source : http://www.leprogres.fr/loire/2011/02/23/sept-et-neuf-ans-de-prison-pour-le-braquage-de-la-talaudiere

Voir également : Braquage de La Talaudière : les explications peu crédibles de l'Arménien Ashot Hovanissian