jeudi 24 février 2011

Le député UMP Jean Marc Roubaud témoigne des pressions du lobby arménien sur les politiciens français

« Une visite présidentielle capitale malgré sa courte durée »
24 February 2011, Thursday / PAULINE HAMMÉ, PARIS

Le député UMP Jean-Marc Roubaud est persuadé que « l’année à venir apportera de bonnes nouvelles par rapport à l’adhésion » de la Turquie « car l’Europe a besoin de croissance. »

Alors que Nicolas Sarkozy était en visite officielle en Turquie le 25 février, Zaman a rencontré le député UMP Jean Marc Roubaud, auteur du rapport de l’Assemblée Nationale sur la Turquie, publié en juillet 2010.


« La visite du président français en Turquie a une importance capitale, en particulier dans le cadre du G20 » soutient enthousiaste Jean-Marc Roubaud. L’assemblée venue écouter le député UMP à la Plateforme de Paris, lors d’un séminaire-débat le 15 février, reste perplexe. La visite de Nicolas Sarkozy ne durera que cinq heures ! Plutôt court pour une visite « capitale. » Mais selon M. Roubaud, « la durée de la visite n’importe pas, on peut se comprendre en une demi-heure et ne pas réussir à s’entendre pendant trois mois. » Et d’ajouter : « On a déjà reproché au président la rapidité de ses déplacements mais c’est son style, on aime ou on aime pas. » Pendant sa visite, Nicolas Sarkozy souhaite aborder les problématiques liées au G20, dont la première réunion s’est ouverte le 18 février à Paris. Cet agenda risque d’éclipser le problème de l’adhésion de la Turquie à l’UE. Mais pour M. Roubaud «comme le G20 traite aussi des questions sociales, les discussions ne seront pas seulement tournées autour des réformes économiques mondiales. » Si cette visite est de la plus haute importance aux yeux du député, c’est parce que la Turquie s’impose désormais comme une puissance émergente. « La diplomatie tous azimuts du gouvernement turc, calquée sur l’activité des entreprises, favorise la croissance économique du pays » soutient-il.  De plus, comme cela est souligné dans le rapport de l’Assemblée Nationale, la Turquie devient un grand « centre énergétique » au coeur des échanges de ressources d’énergie entre l’Est et l’Ouest ce qui en fait un acteur incontournable pour l’UE. D’ailleurs, J-M Roubaud, favorable à l’entrée de la Turquie dans l’UE, est persuadé que « l’année à venir apportera de bonnes nouvelles par rapport à l’adhésion car l’Europe a besoin de croissance. » Cette affirmation est à contre-courant de la position du président Sarkozy qui s’est maintes fois opposé à l’entrée de la Turquie dans l’UE.

« La politique intérieure influence la position de Sarkozy »

Selon M. Roubaud, si l’adhésion de la Turquie à l’UE a si mauvais presse en France cela n’est pas lié à un problème géographique mais plutôt à des questions de politique intérieure. « Nicolas Sarkozy se positionne par rapport à l’opinion publique française » assure le député. Par ailleurs, pour M. Roubaud, l’action du lobby arménien est le premier responsable de cette crispation. « Le lobby turc n’existe pratiquement pas en France par rapport au lobby arménien. Aux dernières élections, j’ai été assailli  par les associations arméniennes opposées à l’adhésion turque. » « Les arméniens nous font pleurer  toute la sainte année avec le génocide, il faut voir le monde comme il est, pas tel qu’il était » ajoute-il. C’est pour rompre avec « les images du passé » que J-M Roubaud a initié le rapport de l’Assemblée Nationale sur la Turquie. « Après avoir travaillé sur le rapport, les députés français ont changé d’avis sur la question» affirme-t-il. « La Turquie est un pays dynamique, sa jeunesse est moderne, elle peut constituer un modèle pour les pays arabes » conclut M. Roubaud. 
Source : http://fr.zaman.com.tr/fr/newsDetail_getNewsById.action?newsId=4878