samedi 19 mars 2011

Montréal : des Arméniens victimes du fraudeur Léon Kordzian

Les victimes d’un fraudeur réclament une peine sévère    
Nouvelles générales - Justice
Écrit par RueFrontenac.com  
Vendredi, 18 mars 2011 17:07
Mise à jour le Vendredi, 18 mars 2011 17:40

Les victimes d’un fraudeur qui les a détroussées de plus de 800 000 $ sont venues ce vendredi au palais de Justice de Montréal réclamer une peine exemplaire contre celui qu’ils qualifient de « séducteur, un grand manipulateur qui s’en prend aux personnes fragiles, vulnérables, qui ne parlent ni le français ni l’anglais ».

Leon Kordzian, qui a sévi principalement dans la communauté arménienne, avait plaidé coupable en septembre dernier aux 24 chefs d’accusations auxquels il faisait face.


Une des victimes ayant perdu plus de 100 000 $ a déclaré se sentir violée par l’accusé. Un « ancien bon ami » de l’accusé affirme de son côté que Leon Kordzian mérite d’aller en prison : « Il doit être puni. De notre côté, on doit rembourser l’argent qu’on a perdu alors ce serait injuste s’il s’en tire avec des travaux communautaires » déclare-t-il.

La Couronne demande une peine de prison « exemplaire »

Devant le juge Jean-Pierre Boyer, la Couronne a demandé une peine d’emprisonnement ferme de quatre ans, compte tenu de la gravité des accusations.

La procureure Me Nicole Martineau a souligné les « conséquences dévastatrices pour les victimes » alors que certaines avaient été jusqu’à emprunter de l’argent à la banque pour le confier à Kordzian. S’ils sont tous aux prises avec des problèmes financiers, certains ont même dû vendre leur maison pour rembourser la banque tandis que d’autres ont perdu leur fonds de retraite. D’autres souffrent de divers problèmes de santé allant de l’anxiété à la dépression.

L’accusé, âgé de 67 ans, a opéré principalement auprès de la communauté arménienne et même auprès d’amis et de proches. Il faisait miroiter à ses victimes – souvent âgées ou ne parlant ni l’anglais ni le français – des remboursements rapides avec des intérêts allant jusqu’à 24 %. Selon lui, cet argent servait à financer des jeunes familles voulant acheter une maison, sans passer par les institutions financières.

Il a ainsi obtenu des sommes variant de 5000 $ à 130 000 $ entre 2001 et 2009.

Pour mettre en confiance ses proies, il leur présentait des actes notariés affirmant que sa maison était placée en garantie s’il ne remboursait pas. Le problème, c’est que cette maison appartenait en fait à sa sœur et ne pouvait donc pas être saisie.

La défense propose de son côté une peine à purger dans la collectivité, compte tenu de plusieurs circonstances atténuantes. Leon Kordzian a rapidement reconnu les faits et a plaidé coupable. Les sommes fraudées n’auraient de plus pas servi à mener un train de vie luxueux.

Me Daniel Lighter a mentionné que l’accusé avait depuis perdu le respect de la communauté et qu’il a souffert de dépression relativement à ces événements. Advenant que l’accusé évite la prison, un employeur a accepté de l’embaucher.

Le juge Boyer rendra sa sentence le 16 juin prochain.
Source : http://www.ruefrontenac.com/nouvelles-generales/justice/35133-fraudeur-armenien

Fraude
Sentence en juin pour le fraudeur Leon Kordzian

Agence QMI
18/03/2011 15h42

MONTRÉAL - Leon Kordzian, un agent immobilier qui a floué des membres de sa communauté, connaîtra sa sentence, le 16 juin prochain.

L'Arménien de 67 ans a dérobé près de 870 000 $ à une quarantaine de victimes de la communauté arménienne de Montréal et Laval.


Kordzian leur faisait miroiter un retour de 18 à 24 % sur leurs investissements. Les personnes qui lui ont fait confiance ont, pour la plupart, presque tout perdu.

La Couronne a recommandé au juge de la Cour supérieure, vendredi au palais de justice de Montréal, quatre ans de prison pour l'accusé.

Pour sa part, son avocat, Me Daniel Lighter, a proposé une peine avec sursis, soit 18 mois à purger à son domicile, car il a affirmé que l’accusé avait versé une partie des intérêts aux victimes au fil des ans.

Le sexagénaire avait déjà plaidé coupable à la vingtaine de chefs d'accusation qui pèsent contre lui.

«C'est 20 ans de travail que nous avions mis de côté que Kordzian nous a pris, qu'il a sorti du pays et caché, avance Jackie Nantchayan. Nous les victimes, on subit les conséquences.»


Mme Nantchayan et son mari ont perdu plus de 100 000 $. Elle souhaite que Kordzian purge sa peine derrière les barreaux.
Source : http://fr.canoe.ca/infos/societe/archives/2011/03/20110318-154221.html