mercredi 16 mars 2011

Opposition de l'intellectuel libéral turc Ahmet İnsel au qualificatif de "génocide arménien" et à la mentalité victimaire

Ahmet İnsel, entretien aux côtés de Michel Marian, Page des libraires, n° 132, octobre 2009 :

"Le terme de « génocide » ne me paraît pas approprié. Mais je persiste à penser que ce qui a été fait aux Arméniens est un crime contre l’humanité, ce qui à mes yeux n’allège aucunement la gravité des faits. Je regrette néanmoins une chose : nous sommes désormais entrés dans une ère d’identité victimaire. Pour avoir droit à la parole, il faut être une victime, ce qui n’était pas le cas il y a trente ou quarante ans. Cette surenchère victimaire est dangereuse, et on s’attend à voir se manifester bientôt les victimes grecques du génocide du Pontique ou les musulmans des Balkans. Or on ne peut réécrire l’histoire, faite de sang et de fureur."