samedi 30 avril 2011

L'isolement de l'Arménie se poursuit : la Géorgie fait obstruction au ravitaillement de la base militaire russe de Gyumri

Armenia looks at military transit alternatives to Georgia
Font Size: Larger|Smaller
Friday, April 29, 2011
YEREVEN - EurasiaNet

Armenian analysts say Georgia’s recent move to block a transit route for Armenia-bound Russian military supplies did not come as a surprise. But officials in Yerevan still aren’t commenting on how Russia and Armenia will get around the transit corridor’s closure, EurasiaNet.org reports.

Under a five-year transit agreement, signed in March 2006, Russia used a “corridor” via Georgia to ferry supplies to its military base in the northern Armenian town of Gyumri. Since Georgia’s 2008 war with Russia, however, the agreement has existed only on paper, according to Manana Manjgaladze, a spokesperson for Georgian President Mikhail Saakashvili. On April 19, the Georgian parliament voted to annul the deal, which was set to expire in November.

Over the past week Armenian officials have tended to downplay the strategic value of the transit corridor.

“The agreement about suspending the transit will not affect Armenia’s security,” asserted security analyst Sergei Minasian, deputy director of Yerevan’s Caucasus Institute think-tank. “This agreement did not operate formally, and this was sort of a PR action,” he told EurasiaNet.org.

Nevertheless, the loss of the Georgian corridor would seem to create significant logistical challenges in the way Russia resupplies the Gyumri base. Armenia is blockaded to its west by Turkey, and to its east by Azerbaijan. So with Georgia out of the picture, Iran is left as the only country that could possibly handle overland freight traffic into Armenia.

Minasian noted that some supplies for the Gyumri base previously arrived on Russian planes traversing Azerbaijani air space. It was his belief, he added, that “this practice will continue.” Baku, he went on to claim, would not dare defy Moscow. “Azerbaijan has never reacted, and will hardly ever react … to a Russian military base, a Russian facility,” he said.

While Baku may appreciate Russia’s strategic influence in the Caucasus, Azerbaijani officials have repeatedly and vociferously objected to Russia’s recent 49-year lease on the Gyumri base. Azerbaijani complaints about Gyumri have been accompanied by a significant uptick in cease-fire violations over the past year. The increase in violent incidents along the front-line prompted the International Crisis Group, the Brussels-based think tank, to warn that a fresh conflict between Azerbaijan and Armenia could erupt.

Such an atmosphere does not suggest any strong Azerbaijani tolerance for Russian resupply flights to Armenia.

Opinion concerning the viability of an Iranian supply route tends toward skepticism.
Iranian-Armenian economic and diplomatic ties are strong.

“Technically, this is possible to organize,” independent political analyst Yerevand Bozoian said, referring to an Iranian transit corridor.

But the costs of such a resupply route are prohibitive. Security analyst Richard Giragosian, director of Yerevan’s Regional Studies Center, noted that the Iranian route is “much longer” than the Georgian corridor and constitutes “a very expensive and not very reliable option.” In addition, Tehran has not given any public sign of wanting to enter into a transit deal with Russia.

The Gyumri supply conundrum suggests that Armenia should pay more attention to strategic planning, Giragosian and Bozoian agreed.

“[T]he lesson for Armenia at least is to be always planning and preparing for various scenarios, in advance, and not after, a crisis or challenge,” Giragosian told EurasiaNet.org in an email interview.

Bozoian pointed to what he described as Armenia’s and Georgia’s mutual lack of attention. He suggested that had Yerevan devoted more attention to bilateral relations with Tbilisi, the Georgian parliament might have been more attuned the fact that closing the transit corridor would adversely impact Armenia.

In the recent past, neither country has seen its national interests as tightly aligned with that of its neighbor. Tbilisi, though, apparently made some attempt to discuss the military transit issue with the Armenian government before ditching the agreement. On the eve of the Georgian parliament vote, Defense Minister Bachana Akhalaia traveled to Yerevan at the invitation of Armenian Defense Minister Seyran Ohanian. Official comments were limited to standard pledges about cooperation and the peaceful resolution of regional conflicts.

Roughly a week later, on April 26, Georgian Foreign Minister Grigol Vashadze followed in Akhalaia’s wake, for talks with Foreign Minister Edward Nalbandian. In October 2010, Vashadze had strongly criticized the Gyumri base for allegedly undermining any attempt to resolve “problems in the South Caucasus in a peaceful and civilized way.”

Armenia’s Foreign Ministry declined to comment on whether Nalbandian and Vashadze addressed this difference of opinion in their talks. It instead referred to its official statement about Yerevan’s “strong relationship” with Georgia and the two sides’ agreement on the need for a peaceful resolution of Armenia’s Nagorno-Karabakh conflict with Azerbaijan.

Minasian noted that Armenian officials generally prefer not to speak publicly about delicate topics that touch both on Yerevan’s relations with its one friendly neighbor in the Caucasus, Georgia, and on its strategic alliance with that neighbor’s enemy, Russia. “Such issues are not being discussed openly,” he said.
Source : http://www.hurriyetdailynews.com/n.php?n=armenia-looks-at-military-transit-alternatives-to-georgia-2011-04-29

Pour rappel : Isolement régional du régime bananier arménien : Wikileaks révèle la nature exécrable des relations arméno-géorgiennes

jeudi 28 avril 2011

Peut-on qualifier le Dachnak et l'ASALA d'organisations terroristes "chrétiennes" ?

"Q – Vous ne croyez pas à la menace djihâdiste, en Libye, je veux dire ?

Jacques Borde – Oui, Oui Mais et, Non. Décryptons : Oui, dans la mesure où des voix, notamment celle, ô combien exercée à traiter de ces problèmes dans la régions qui nous préoccupe, du président tchadien, Idriss Déby Itno, ont rappelé le rôle de groupes comme l’Al-Jama’a al-Islamiyyah al-Muqatilah bi-Libya (Groupe islamique combattant) sont effectivement présents en Libye.

Oui mais, ensuite. Parce qu’il ne faut jamais oublier que derrière tout terrorisme djihâdiste, comme vous l’appelez, se cachent, aussi, des motivations locales et intrinsèques aux acteurs du pays. C’est ce qu’a clairement expliqué n°2 du Foreign Office, David Miliband lorsqu’il déclarait que « L’idée d’une « guerre contre la terreur » a donné l’impression d’un ennemi unifié et transnational incarné dans la figure d’Ossama Bin-Laden et Al-Qaïda. La réalité est que les motivations et les identités des groupes terroristes sont disparates. Le Laskhkar-é-Toïba a ses racines au Pakistan et dit que sa cause est au Cachemire. Le Hezbollah dit qu’il existe pour résister à l’occupation des hauteurs du Golan. Les groupes insurgés chi’ites et sunnites en Irak ont une myriade de demandes. Ils sont aussi différents que les mouvements européens des années 70 comme l’Ira, Baader-Meinhof et l’Eta. Tous ont utilisé le terrorisme et se sont parfois aidés entre eux, mais leurs causes n’étaient pas unifiées et leur coopération était opportuniste. Il en est de même aujourd’hui (…). La « guerre contre la terreur » a aussi impliqué que la réponse correcte était primairement militaire. Mais le général Petraeus m’a dit et à d’autres en Irak, que la coalition ne pouvait tuer pour sortir du problème de l’insurrection et du conflit civil »(7). Pour quelles raisons les choses seraient-elles différentes en Libye, où le morcellement et l’attachement tribaux sont omniprésents ?

Non, parce qu’il serait temps de ramener cette menace à de plus justes proportions. Comme l’a rappelé Nicolas Gauthier, nous avons « …peur d’un terrorisme islamistes qui depuis le 11 Septembre, a fait bien moins de morts que celles occasionnées par les piqûres de serpents en Inde… »(8).

Q – Un peu fort tout de même ?

Jacques Borde – Oui, mais, outre que la formule n’est pas de moi, je dirai qu’une forme de distanciation est nécessaire sur ce sujet. En quoi un djihâdiste qui n’est reconnu comme islamiste par pratiquement aucun dignitaire musulman de renommée internationale devait être labellisé du terme de terroriste « musulman » ou même « islamiste » ? Les membres de l’Óglaigh na hÉireann (Irish Republican Army, IRA) sont-ils pour autant qualifiés de « combattants chrétiens » ou « terroristes catholiques », alors que l’attachement de la majorité de ses membres à l’Église catholique romaine & apostolique ne saurait être niée ? Et ils ne sont pas les seuls(9). Quid de l’Euskadi Ta Askatasuna (Eta) et de l’Asala(10). Comment comptez-vous qualifier des groupes comme les Cadwyr Cymru(11) et le Byddin Rhyddin Cymru Y Gweriniaethwyr 12gallois ? Le Dachnak arménien ? Et le Phineas Priesthood, mouvement radical chrétien US, spécialisé dans les attaques de banque et de cliniques pratiquant l’avortement ? D’ailleurs, avant de vouloir régenter le monde en matière de terrorisme, les États-Unis seraient bien inspirés de, d’abord, faire le ménage chez eux…"

Source : http://www.geostrategie.com/verbatim/libye-vers-limpasse-selon-le-patron-des-forces-us/3220

lundi 25 avril 2011

Albertville : arrestation d'un Arménien sous mandat d'arrêt européen

    * Savoie
    * Albertville

albertville Interpellation d’un ressortissant arménien sous mandat d’arrêt européen

Un ressortissant arménien sous mandat d’arrêt européen, délivré par les autorités belges, vient d’être arrêté par la Police nationale à Albertville. L’homme avait commis un vol avec armes en Belgique. Il avait ensuite fuit et pris une autre identité. Mais il n’a pas réussi à tromper les policiers albertvillois qui l’ont confondu grâce à ses empreintes, avec l’aide de la police technique et scientifique de Chambéry.

Présenté devant le procureur général de la cour d’appel de Chambéry, l’individu a été incarcéré, dans l’attente de son extradition vers la Belgique où il devra purger une peine de cinq ans de prison.

par la rédaction du DL le 23/04/2011 à 05:00
Source : http://www.ledauphine.com/savoie/2011/04/22/interpellation-d-un-ressortissant-armenien-sous-mandat-d-arret-europeen

dimanche 24 avril 2011

Erevan : le drapeau turc brûlé lors de la "commémoration du 24 avril"



"Le 10 [septembre 1922], la foule qui remplit les grandes artères d'Izmir, acclame Mustafa Kemal qui arrive, à 14 heures, de Nif, dans sa vieille voiture décapotable décorée de branches d'olivier. Le maréchal accompagné de Fevzi et d'Ismet, porte, comme d'habitude, un habit militaire tout simple où rien n'indique son grade. Lorsqu'il arrive devant la Préfecture où l'on a aménagé un bureau pour lui, il est surpris de voir un drapeau grec étalé sur les marches. On lui explique que le roi Constantin était entré dans cet édifice en piétinant un drapeau turc. Il refuse d'imiter le souverain grec : « Enlevez cela immédiatement. Un drapeau est le symbole de l'honneur d'une nation. Nul n'a le droit de l'humilier ! »." (Georges Daniel, Atatürk : une certaine idée de la Turquie, Paris, L'Harmattan, 2000, p. 166)

samedi 23 avril 2011

L'imbrication de deux réalités : le martyre des muhacir et les massacres d'Arméniens en Anatolie

Erik Jan Zürcher, Turkey : A Modern History, Londres-New York, I. B. Tauris, 2004 :

"Les événements de 1877-78 furent un désastre pour l'Empire. La perte territoriale, même après la conférence de Berlin, fut énorme, incluant comme ce fut le cas la Roumanie, la Serbie, le Monténégro, la Bosnie-Herzégovine, la Bulgarie, la Thessalie, des parties de l'Anatolie et de Chypre, dans l'ensemble environ un tiers du territoire de l'Empire et plus de 20 % de sa population.

Le désastre ne se limita pas au plan militaire, politique ou financier, ce fut également une tragédie en termes humains. L'immigration de musulmans dans l'Empire avait été une caractéristique de la vie ottomane depuis la fin du XVIIIe siècle. L'Empire russe avait été en expansion le long des rives de la mer Noire depuis cette époque. Après la conquête russe de la Crimée (1771) et de nouveau après la guerre de Crimée (1854-56), les Tatars musulmans ont émigré de la rive nord de la mer Noire en grand nombre. Le total dans la région était probablement d'un demi-million de personnes. Plus à l'Est, les Russes ont finalement pris le contrôle de la région montagneuse du Caucase en 1864, après une longue lutte avec les bandes de guérilleros çerkez (circassiens). Encore une fois, de nombreux musulmans, y compris parfois des tribus entières, préférèrent migrer vers les terres ottomanes que de vivre sous les dirigeants chrétiens. Souvent, ils étaient terrorisés en fuyant l'avancée de l'armée russe ou les irréguliers géorgiens et cosaques. Un total de près d'1,2 million de musulmans ont dû émigrer, ou ont fui, en provenance du Caucase.

Les régions perdues de l'Empire en Europe centrale, jusqu'à présent, n'avaient pas en règle générale d'importantes populations musulmanes. En 1877-78, pour la première fois, des domaines où une partie considérable de la population était musulmane et turque tombèrent sous occupation étrangère, une occupation étrangère qui, par ailleurs, fermait les yeux sur, ou même aidait à des meurtres massifs de villageois musulmans. Le résultat fut qu'environ un million de personnes fuirent. Beaucoup rentrèrent chez eux après la guerre, mais environ 500 000 d'entre eux restèrent des réfugiés (muhacirs). Pas moins de 260 000 personnes furent tuées ou mortes de maladie et de faim. Beaucoup de survivants terminèrent à Istanbul, mais beaucoup d'autres furent réinstallés en Anatolie, dans les Balkans ottomans, en Crète et même en Syrie, souvent avec grande difficulté, contribuant au sentiment anti-chrétien qui devint si fort à la fin du XIXe siècle." (p. 80-81)

"Néanmoins, l'importance des pertes ottomanes dans la Guerre balkanique ne peut être minimisée. Ce fut un désastre sur les plans humain, économique et culturel. L'Empire perdit presque tous ses territoires européens, plus de 60 000 milles carrés en tout, avec près de quatre millions d'habitants. Encore une fois, comme en 1878, Istanbul fut inondée de réfugiés musulmans qui avaient tout perdu. Il y avait de graves éruptions de typhus et de choléra et un taux de mortalité très élevé parmi les réfugiés. Leur réinstallation causa d'énormes problèmes et beaucoup passèrent les années suivantes dans des bidonvilles. Mais la signification allait plus loin encore : les zones perdues (Macédoine, Albanie, Thrace) avaient été les domaines clés de l'Empire pendant plus de 500 ans. Ils étaient les provinces les plus riches et les plus développées et une part disproportionnée de l'élite dirigeante ottomane était originaire de là. Salonique, après tout, avait été le berceau du CUP. Un effet secondaire des pertes, c'était que maintenant, pour la première fois dans l'histoire ottomane, les Turcs ethniques devinrent une majorité de la population." (p. 108-109)

"Dégager la voie vers l'Asie centrale a peut-être été un motif pour certains [dans les massacres d'Arméniens], mais le panturquisme demeura un mouvement assez marginal, au moins jusqu'en 1917. Le nationalisme musulman ottoman devint cependant très fort après 1912. Le fait qu'au moins un quart de la population musulmane de l'Anatolie se composait alors de muhacirs, les réfugiés (ou enfants de réfugiés) des zones des Balkans, de la région de la mer Noire ou du Caucase que les Etats chrétiens avaient conquis, ajouta de l'amertume aux tensions ethniques. Ces gens se rappelaient comment eux ou leurs parents avaient été forcés de quitter leurs maisons ancestrales, souvent plus d'une fois, et étaient déterminés à ne pas laisser cela se produire de nouveau.

Les massacres n'étaient pas motivés par une quelconque théorie raciale fausse (ce qui est une différence majeure avec la persécution nazie des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale)." (p. 117)

Voir également : La négation de la déportation tsariste des Circassiens et le rôle joué par les Arméniens dans l'expansion russo-tsariste

Entretien avec Fuat Dündar

L'Histoire, n° 341, avril 2009, p. 8-21 :
Génocide arménien : le scénario  
Entretien avec Fuat Dündar

Historien turc travaillant aujourd'hui aux Etats-Unis, Fuat Dündar nous aide à comprendre comment a été décidée et exécutée la déportation des Arméniens en 1915. Conduisant au massacre.  
L'AUTEUR
Après avoir soutenu en 2006 une thèse à l'EHESS, « L'ingénierie ethnique du Comité Union et Progrès et la turcisation de l'Anatolie (1913-1918) », Fuat Dündar enseigne à l'université du Michigan. Il a notamment publié en turc « La politique d'installation des musulmans menée par le Comité Union et Progrès » (Istanbul, Iletisim yayinlari, 2000) et « Le Chiffre de la Turquie moderne. Ingénierie ethnique du Comité Union et Progrès » (Iletisim yayinlari, 2008). Il va publier aux Etats-Unis un ouvrage intitulé Le Crime des chiffres. Le rôle de la statistique dans la question arménienne, 1878-1918.
L'Histoire : Pour comprendre la tragédie qui s'est nouée en 1915, il faut comprendre la situation de l'Empire ottoman, « l'homme malade de l'Europe », à la veille de la Première Guerre mondiale.  
Fuat Dündar : L'Empire ottoman est en plein reflux. La guerre balkanique d'octobre-décembre 1912 menée contre la Serbie, la Bulgarie, la Grèce et le Monténégro conduit à la perte presque totale des territoires européens de l'empire. Il est intéressant de noter que les Jeunes-Turcs revenus au pouvoir en janvier 1913 n'ont jamais essayé de récupérer ces territoires (sauf Andrinople, actuelle Edirne). Les Jeunes-Turcs font donc preuve de réalisme en décidant de se replier en Anatolie.  
L'H. : Qui sont ces Jeunes-Turcs qui arrivent au pouvoir en 1913 ? Quelle idéologie les guide ?  
F. D. : Le Comité Union et Progrès, CUP (c'est le nom officiel du mouvement animé par les Jeunes-Turcs), était en fait arrivé au pouvoir une première fois en juillet 1908 mais l'a perdu à l'été 1912. Il revient au pouvoir par un coup d'Etat en janvier 1913, donc. Il est composé majoritairement de Turcs de Macédoine et des Balkans, c'est-à-dire des gens qui ont été touchés, personnellement et dans leur famille, par la perte des territoires balkaniques à l'issue de la première guerre de 1912.  
Le coup d'Etat qui porte les Jeunes-Turcs au pouvoir en 1913 a été en quelque sorte un coup d'Etat des réfugiés des Balkans. Ils ont d'abord tout fait pour ne pas perdre leur patrie, allant jusqu'à tenter de changer par des transferts de populations la composition ethno-religieuse des terres en Macédoine (en déportant des chrétiens en Anatolie et en y installant des musulmans). Mais c'est un échec. Ils se tournent alors vers l'Anatolie, avec la volonté de renforcer son caractère musulman et turc, en modifiant la population des régions majoritairement non turques et non musulmanes. 
Les Jeunes-Turcs, comme beaucoup de mouvements de la fin du XIXe siècle, croient en la science comme en une religion. Ils se sont approprié un social-darwinisme qui leur enseigne que pour survivre il faut être fort, mais surtout avoir une approche scientifique de la réalité. Pour eux celle-ci devient une nécessité vitale. 
L'H. : Leur programme, c'est de construire une nation turque forte et moderne ? 
F. D. : Oui. Pour turciser l'Anatolie, ils vont utiliser tous les moyens de l'ethnographie moderne. Les cartes, les statistiques et les enquêtes. Si l'on en croit les rapports du consulat français d'Istanbul, c'est dès les lendemains du coup d'Etat de 1913 que les Jeunes-Turcs ont envoyé des scientifiques, des sociologues notamment, pour des missions ethnographiques en Anatolie.
Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que la politique démographique des Jeunes-Turcs est un projet global, qui touche une dizaine de populations différentes. Juste après le coup d'Etat de 1913, ils se sont d'abord attaqués aux Bulgares, nombreux bien sûr sur le territoire qui est aujourd'hui la Bulgarie mais aussi dans la Turquie d'Europe et les territoires orientaux de la Grèce actuelle. Pour assurer la sécurité de la capitale Istanbul, Andrinople est reprise à l'armée bulgare au cours de la seconde guerre balkanique de juillet 1913. Les Bulgares, qui étaient majoritaires en Thrace, sont alors chassés. En fait la frontière européenne de la Turquie actuelle est dessinée à ce moment-là.  
La seconde cible a été les Roums (Grecs orthodoxes de l'empire, distingués des Grecs du royaume de Grèce) : en dehors d'Istanbul, ils étaient surtout nombreux dans la région égéenne, en Cappadoce et dans la région du Pont, au sud-est de la mer Noire. Devenue la ville frontalière après l'occupation des îles égéennes par la Grèce, Smyrne et sa région sont soumises à la terreur. Les attaques des bandes musulmanes (composées majoritairement de réfugiés macédoniens et crétois), qui sèment la panique, et le boycott économique, qui affame les populations, ont été les deux instruments essentiels utilisés pour forcer les Roums à émigrer. Mais les Jeunes-Turcs continuent de prétendre que c'est un mouvement « volontaire ». En effet, les Jeunes-Turcs ne veulent pas que cette expulsion puisse devenir un casus belli pour le royaume de Grèce. 
Avec la décision d'entrer dans la guerre aux côtés de l'Allemagne, cette politique changera. Les Roums qui habitaient tout au long de 2 000 kilomètres de côtes sont déportés vers l'intérieur de l'Anatolie, en région majoritairement musulmane. Inversement, des milliers de musulmans des Balkans sont incités par les Jeunes-Turcs à émigrer pour être installés dans les villages non musulmans (on les appelle les muhadjir). Cette démarche pour résoudre les problèmes en manipulant la composition ethnique de la population trouvera sa conclusion avec la décision de déportation générale des Arméniens. 
L'H. : Quelle place les Arméniens occupent-ils dans l'empire à la veille de la Première Guerre mondiale ? 
F. D. : On estime leur population à la veille de la Première Guerre mondiale à 1,5 million environ. Ils sont nombreux surtout dans les vilayets (provinces) de Van, Bitlis, Erzurum, Sivas et Istanbul (cf. carte, p. 10). Jusqu'à cette date, les Jeunes-Turcs n'avaient pas développé d'hostilité à leur encontre. A Salonique, le nationalisme jeune-turc était d'abord dirigé, je l'ai dit, contre les Roums et contre les Bulgares. Les Jeunes-Turcs admiraient le niveau intellectuel des Arméniens, plus nombreux à être éduqués à l'occidentale dans les écoles des missionnaires, et entretenaient souvent des relations très étroites avec les organisations arméniennes : l'alliance du Comité Jeune-Turc Union et Progrès avec la FRA Dachnaktsoutioun (la Fédération révolutionnaire arménienne) a duré jusqu'en 1914. 
L'H. : Tout change avec la Première Guerre mondiale ? 
F. D. : Avant l'entrée en guerre, s'est produit un événement très important : la réforme de la partie orientale de l'Anatolie, connue en Occident sous l'appellation « réforme de l'Arménie », document qui fut signé par le sultan, sous la pression des puissances occidentales, en février 1914. Inspiré par la Russie, le plan prévoyait la nomination de deux inspecteurs généraux étrangers, dotés des pleins pouvoirs, qui devaient administrer et superviser tout un train de réformes en faveur des Arméniens de l'Anatolie orientale. Cette réforme, qui était considérée par le CUP comme un premier pas vers l'indépendance de ces régions, signifiait aussi l'intrusion des Russes jusqu'au cœur de l'Anatolie, désormais considérée par les Jeunes-Turcs comme le « foyer turc ». Son effet sera déterminant dans la politique anti-arménienne menée en 1915. 
L'H. : Pourquoi l'Empire ottoman entre-t-il en guerre aux côtés de l'Allemagne en 1914 ? 
F. D. : Les Jeunes-Turcs admiraient l'Allemagne, sa civilisation et sa puissance militaire. L'école allemande (prussienne) jouissait d'un grand prestige auprès des officiers ottomans. Ils ont cependant attendu jusqu'à la fin d'octobre 1914 avant de s'engager aux côtés des Allemands. Ils craignaient en effet la Bulgarie, puissance ennemie pendant les deux guerres balkaniques et pays le plus proche de la capitale Istanbul. Mais, à la fin de 1914, ils sont persuadés que les Allemands vont gagner la guerre et leur activisme les pousse à agir, et à agir vite. Ils espèrent de la guerre des gains de territoire. 
L'H. : C'est dans ce contexte de guerre que les Jeunes-Turcs s'en prennent aux Arméniens ? 
F. D. : Parmi les Jeunes-Turcs, un petit groupe est décidé (je reprends leur vocabulaire) à « régler » la question arménienne et à « débusquer » un par un tous les Arméniens. C'est pour cela qu'a été préparé un document secret, le cahier de Talat Pacha, un des dirigeants Jeune-Turc, alors ministre de l'Intérieur. Il s'agit d'un ensemble de textes, de statistiques et de cartes, regroupés (très probablement) au printemps 1916, et dont les informations statistiques datent de 1914, avant la guerre. Si ces documents sont précieux, c'est qu'ils n'ont pas été établis à des fins de propagande ou de publication, mais à des fins opérationnelles. 
L'H. : Qu'y a-t-il dans le cahier de Talat Pacha ? 
F. D. : Ce cahier tient une comptabilité des Arméniens dans l'empire. Il dresse notamment un état des lieux en 1914 et un autre après les déportations. 
C'est de là que vient le chiffre de 1,5 million d'Arméniens dans l'empire en 1914 (les Jeunes-Turcs avaient fait établir secrètement des statistiques qui aboutissaient à un total de 1,2 million d'Arméniens, mais ce n'est pas le chiffre qu'ils ont finalement retenu, considérant que tous les Arméniens ne s'étaient pas fait recenser). 
Dans ce cahier, tout est enregistré : le nombre d'orphelins arméniens, de femmes arméniennes, les biens arméniens. L'Etat de Talat Pacha est une grande machine de comptage. Il faut dire que l'homme est puissant : ministre de l'Intérieur à partir de 1913 puis grand vizir, c'est-à-dire à peu près Premier ministre, en 1917-1918, il a, au-delà de son pouvoir politique, les moyens techniques d'observer, de coordonner et de maîtriser tous les détails de la déportation. Ce que nous montre ce cahier, c'est que c'est bien le ministre de l'Intérieur qui tient le premier rôle et non, comme on l'avance souvent, le dirigeant Jeune-Turc Enver Pacha. 
L'H. : Ce cahier, on ne le connaissait pas ? 
F. D. : Certains extraits du cahier de Talat Pacha avaient été dévoilés en 2005 dans le quotidien turc Hürriyet par le journaliste Murat Bardakçi. Celui-ci, qui affirme l'avoir obtenu de la famille de Talat Pacha, l'a publié en entier en décembre 2008. 
A côté de ce cahier, il y a des sources inexploitées, des télégrammes codés relatifs au pouvoir des Jeunes-Turcs qui se trouvent dans les archives ottomanes à Istanbul - ce qu'on appelle « télégrammes de Talat Pacha » - et que j'ai pu consulter. Il s'agit de trois fonds essentiels : DH.SFR (ministère de l'Intérieur. Bureau du chiffre) qui comprend les télégrammes codés ; DH.EUM.2.Sube (ministère de l'Intérieur. 2e section de la Direction générale de la sûreté, fonds ouvert en 2005) qui inclut les réponses des provinces aux télégrammes codés ; EUM.KLU (ministère de l'Intérieur. Direction générale de la sûreté. Correspondance générale) où se trouvent les cartes et les statistiques ethnographiques. Ces documents éclairent la démarche de l'administration. Et le personnage qui joue ici un rôle central est toujours Talat Pacha. 
L'H. : Ces télégrammes codés, vous n'avez pas été le premier à les consulter ? 
F. D. : Non, bien sûr. Ces télégrammes codés sont au cœur de la controverse, depuis la parution en 1920 de l'ouvrage du journaliste Aram Andonian, un recueil de documents « officiels » grâce auxquels il soutenait que Talat Pacha avait ordonné l'extermination des Arméniens. Je pense avec beaucoup d'autres que certains de ces documents sont des faux. Mais ils ont eu le mérite d'attirer l'attention des chercheurs sur les fonds DH.SFR du ministère de l'Intérieur. Pour la première fois, en 1995, deux historiens, Ara Sarafian et Hilmar Kaiser, ont essayé d'y travailler. Très vite cependant les relations se sont tendues entre les fonctionnaires des archives ottomanes et les deux chercheurs, qui ont été finalement exclus des archives. L'événement a accru la méfiance du monde scientifique envers ces documents. C'est à cette époque que j'ai commencé à travailler dans les archives ottomanes. 
L'H. : Que trouve-t-on dans ces télégrammes codés ? 
F. D. : C'est dans ces télégrammes que, pour la première fois, selon mes recherches, Talat Pacha établit pour chaque province des « seuils » que la population arménienne de doit pas dépasser (ainsi le 12 juillet 1915, le 5 août, le 27 octobre, etc.) ; mais on comprend toujours à travers ces télégrammes que la décision a été prise bien avant. Dans les régions concernées par la « réforme » de 1914 et que menaçait le projet d'indépendance (soit celles de Diyarbakir, Sivas, Trabzon, Van, Bitlis, Erzurum et Mamuretulaziz (cf. carte, ci-contre), plus un seul Arménien ne doit rester. Ailleurs, on prévoyait des pourcentages de 2 % pour Alep, 5 % pour les autres régions d'Anatolie et 10 % dans les régions désertiques de Deir ez-Zor, Damas et Mossoul. 
Précisons, comme je l'ai montré dans mon livre de 2001, qu'à la même période le pouvoir jeune-turc a déplacé et dispersé d'autres populations non turques (Kurdes, Albanais, Bosniaques, Circassiens, etc.) avec toujours le même objectif : en limiter la proportion à un seuil variant en Anatolie de 5 à 10 %. Mais, pour ces populations, la décision n'a pas eu les mêmes conséquences meurtrières que pour les Arméniens. 
D'où viennent ces pourcentages ? Je pense que les Jeunes-Turcs ont cru que si on limitait une population déplacée à cette proportion, elle serait facilement assimilée et absorbée par la population locale. 
L'H. : Comment est-on passé du projet de déportation au massacre ? 
F. D. : La guerre a accéléré les choses. Dès la déclaration de guerre, les 1er-5 novembre 1914, la situation est catastrophique pour les armées ottomanes et va en se dégradant. L'attaque de Sarikamich dans le Caucase, en décembre 1914-janvier 1915, où près de 100 000 soldats ottomans meurent, de froid pour la plupart, entraîne l'échec de l'offensive contre la Russie et ouvre l'Anatolie aux armées du tsar. Avec la défaite de Suez en janvier-février 1915 contre les Britanniques, et surtout la bataille des Dardanelles, cette expédition navale franco-britannique de février 1915 pour forcer les détroits et occuper Istanbul, la situation s'aggrave encore. En effet, l'expédition navale des Alliés puis leurs tentatives de débarquement à partir du 25 avril 1915 menacent directement la capitale : dans ces conditions, comme le disait Enver Pacha au consul américain, « on ne peut pas se permettre une attaque dans le dos », c'est-à-dire en Anatolie orientale. 
L'H. : C'est à ce moment-là que se déclenche l'offensive contre les Arméniens ? 
F. D. : Trois étapes se succèdent : une étape policière après la défaite de Sarikamich ; une étape de déportation après la défaite de Suez ; une étape de massacres après l'échec de l'incursion ottomane en Russie et surtout après la prise de Van par les Arméniens soutenus par les Russes.
1) Première étape, policière : lors de la bataille de Sarikamich en décembre 1914, l'armée ottomane a identifié quelques comitadji (agitateurs nationalistes) arméniens parmi l'armée russe ; de plus, une petite partie des Arméniens ont déserté des troupes ottomanes. La conséquence a été la traque impitoyable des activistes des organisations arméniennes. 
2) Deuxième étape, celle de la déportation : Djemal Pacha, commandant défait par les Anglais à la bataille de Suez en février 1915, prend pour cibles, à son retour à son quartier général à Damas, les Arméniens de Dörtyol et de Zeytoun. Le premier bourg est alors le chef-lieu d'une préfecture côtière, considéré comme un point de débarquement potentiel pour les Alliés. Quant à Zeytoun, plus au nord, dans la région de Marache, c'est un point de ralliement pour les jeunes Arméniens fuyant le service militaire. Après quelques affrontements armés avec les Arméniens, Djemal Pacha prend la première décision de déportation, en février 1915, des familles de « rebelles » de ces deux régions vers la province de Konya. 
La nouvelle de cette déportation panique les Arméniens d'Istanbul. Beaucoup plus à l'est, le 20 avril, les Arméniens de Van commencent à dresser des barricades. Le 24 avril, les notables arméniens d'Istanbul sont arrêtés tandis que l'idée se fait jour de déporter les Arméniens vers les déserts de la Mésopotamie, entre Alep et Deir ez-Zor. Dans l'histoire de l'humanité, c'est la première fois qu'une population est déportée vers cette région inhospitalière. 
Une panique générale s'empare des Arméniens, persuadés que les Jeunes-Turcs entreprennent leur extermination systématique. Dans ce climat de terreur, la résistance de Van se transforme en rébellion et l'armée ottomane perd le centre du kaza (arrondissement) de la ville. Istanbul ordonne alors l'évacuation, d'abord limitée (le 9 mai 1915), puis totale (le 23 mai 1915) des Arméniens des provinces d'Erzurum, Van et Bitlis. Cependant, ces ordres ne sont pas exécutés par les gouverneurs ou ne sont exécutés que partiellement. Une grande partie de la population arménienne de cette région s'est réfugiée en Russie. Cette désertion a accéléré la brutalisation de la politique du CUP, pour lequel désertion était synonyme de danger, statistiquement et militairement. Chaque déserteur arménien pouvait se transformer en soldat russe - certains de ces déserteurs s'étaient d'ailleurs déjà enrôlés et avaient attaqué des villages musulmans. De plus, la population arménienne pouvait être ramenée par l'armée russe dans les régions que celle-ci occuperait, ce qui pourrait présenter une menace statistique dans le futur. 
3) C'est dans ce climat d'échec de la déportation et de perte de Van que l'armée recule vers l'intérieur. Toutes les unités, régulières et irrégulières, y compris les régiments tribaux (kurdes) de cavalerie (achiret suvari alaylari), ceux que James Bryce et Arnold Toynbee appelaient dans leur rapport de 1916 « les bataillons des bouchers de Djevdet Bey », perpétrèrent des massacres de masse. Je ne suis pas certain des dates, mais je peux dire que les massacres eurent lieu de la fin mai à août 1915. C'est-à-dire au moment où Talat Pacha ordonne par un télégramme codé le 21 juin 1915 l'évacuation de « tous les Arméniens sans exception » des provinces qui étaient incluses dans la réforme de 1914. C'est alors que la déportation et le massacre se sont croisés. 
Une grande partie des Arméniens déportés qui étaient arrivés dans les régions désertiques ont été maintenus là, dans des sortes de camps de concentration (ermeni mintikalari) - sur lesquels on ne dispose malheureusement que de très peu d'informations. 
L'H. : Quels ont été les acteurs de ces déportations et massacres ? 
F. D. : Il y a d'abord l'Organisation spéciale (Teshkilat-i Mahsusa, OS), une organisation secrète paramilitaire créée par le CUP probablement en 1914, et qui est considérée par de nombreux chercheurs comme l'acteur principal des massacres de masse. On ne pourra pas mesurer son rôle avant que ses archives, qui se trouvent très probablement dans les archives militaires à Ankara, soient ouvertes. On sait que cette organisation, fondée durant les opérations démographiques anti-Roums, a été largement utilisée sur le front russe ; elle a eu d'abord comme mission de semer la terreur dans les territoires russes. Ses rangs furent grossis par la libération de prisonniers de droit commun. Lorsque l'offensive dans le Caucase russe s'est achevée, et surtout après la chute de Van, le 19 mai 1915, les troupes de l'OS se sont repliées vers l'intérieur avec l'armée, en se livrant au passage à des actes massifs de violence. 
L'armée ottomane aussi a déporté les Arméniens. Par la loi du 27 mai 1915, elle était en effet autorisée, sans accord préalable du pouvoir central, à « transférer » et « à mettre un terme, immédiatement, avec la plus grande rigueur, et en utilisant la force armée, à toute agression et résistance »
L'H. : Y a-t-il eu de gens pour s'opposer ou résister à cette politique ? 
F. D. : Lorsque, le 21 juin 1915, l'ordre de déportation de « tous les Arméniens sans exception » a été donné et l'installation dans la région désertique décidée, Djemal Pacha, commandant de la IVe armée à Damas et gouverneur de la province de Syrie, celui-là même qui avait déclenché la déportation des Arméniens de Zeytoun et Dörtyol en février 1915, a proposé de les installer à Alep, là où les conditions de vie étaient les moins mauvaises. Après une longue discussion avec Talat Pacha et Chükrü Bey (le futur responsable des déportations des Kurdes dans les années 30), Djemal Pacha n'a obtenu la permission d'installer que 2 % (soit 11 600 Arméniens si on considère que, selon le chiffre officiel, y habitaient 580 000 musulmans) de la population arménienne à Alep. Djemal Pacha avait parfaitement conscience qu'abandonner les Arméniens dans le désert signifiait les condamner à une mort assurée. 
L'autre personnage qui est intervenu est le vali (gouverneur) de la province d'Aydin, Rahmi Bey, qui s'est opposé à la déportation massive des Arméniens de sa région. 
L'H. : Peut-on finalement dire qu'il existe un ordre du pouvoir central d'exterminer les Arméniens ? 
F. D. : Cette question est d'autant plus sensible que la définition du génocide implique non seulement l'« intention », mais également un ordre, un document écrit. Pour ma part, mon but n'est pas de faire le procès des massacres. Ni même de prouver que le gouvernement avait (ou non) l'intention d'exterminer les Arméniens. Ce que je veux établir, c'est l'importance de la décision de déportation des Arméniens. Si elle a été criminelle, c'est pour trois raisons : 1) les Arméniens ont été déportés en masse vers des déserts où il n'y avait rien pour survivre ; 2) dans le contexte de la guerre, la déportation s'est accompagnée d'attaques de convois, organisées par l'Organisation spéciale, par des unités de l'armée et de la gendarmerie, mais aussi des attaques spontanées de la part des populations locales qui ont abouti à la mort de milliers de gens ; 3) tout cela a été couvert par un gouvernement qui avait connu au XIXe siècle toutes sortes de déplacements de populations et qui ne pouvait en ignorer les conséquences. Surtout, les dirigeants jeunes-turcs, immigrés des Balkans, avaient personnellement mesuré les conséquences destructrices des déportations, avec en tête les épidémies. 
La question n'est donc pas celle de l'intentionnalité, mais celle de la conscience qu'avait Talat Pacha du caractère meurtrier de la déportation. Dix mois seulement avant la décision de déportation, Talat Pacha, pour repousser une demande d'installation des muhadjir au-delà d'Alep (dans la région de Deir ez-Zor), avait répondu : « Si nous avions ainsi envoyé et dispersé les muhadjir, tous seraient morts de faim. » Quelle différence y a-t-il entre cette conscience et l'intentionnalité dont on recherche la preuve ? 
L'H. : Ordre ou pas, la responsabilité du pouvoir central est donc lourde ? 
F. D. : Bien sûr. Comme chercheur travaillant sur les documents de la bureaucratie des Jeunes-Turcs, je n'ai jamais trouvé d'ordre d'extermination dans les archives ottomanes que j'ai consultées. Cependant, nous n'avons pas encore consulté les archives du CUP et surtout celles de l'Organisation spéciale. De plus, nous savons parfaitement qu'en dehors des échanges officiels de correspondance entre les institutions et leurs représentants, les leaders des Jeunes-Turcs communiquaient de manière privée et cette communication privée permet aussi de comprendre les mécanismes de prise de décision. Par exemple, d'après sa femme, Talat Pacha utilisait le télégramme chez lui, communiquait des nuits entières avec ses amis au sujet des Arméniens. Homme d'Etat, il savait bien comment procéder pour ne pas toujours donner une dimension officielle aux événements. 
Nous n'avons aucune information sur le contenu de la correspondance entre le centre (Talat Pacha) et par exemple le chef de la section politique de l'Organisation spéciale, Bahaeddin Chakir. Figure centrale du CUP bien que n'ayant jamais été député ni ministre, celui-ci fut considéré comme le principal acteur des massacres des Arméniens. Mais en consultant les documents administratifs qui se trouvent dans les archives ottomanes, on comprend que Talat Pacha et le gouvernement savaient parfaitement ce qu'il advenait des Arméniens. On sait que Talat a ordonné aux gouverneurs de Diyarbakir (le 12 juillet), d'Ankara (27 juillet) et enfin de toutes les provinces (le 29 août) d'arrêter les massacres. C'est à cette date qu'on trouve pour la première fois (pour en nier l'existence) l'expression « politique d'extermination » (imha siyaseti)
Durant les massacres massifs de l'été 1915 perpétrés par les forces auxiliaires et les irréguliers (bachibozouk), le gouvernement s'occupait de collecter photos et documents qui prouveraient que les Arméniens avaient bien un plan de rébellion générale pour justifier la répression aux yeux du monde entier. En quelque sorte, durant les massacres, le gouvernement cherchait à voiler la vérité. 
Enfin, le gouvernement s'est occupé de distribuer les orphelins arméniens dans des foyers musulmans ou des orphelinats et de marier les femmes arméniennes avec des musulmans pour leur « assimilation et instruction », selon les termes des Jeunes-Turcs. 
L'H. : Quel est le bilan des victimes arméniennes ? 
F. D. : Il est très controversé et c'est un enjeu considérable. Je pense que l'on peut estimer le nombre des victimes à environ 650 000. 
Mon point de départ est le chiffre de la population arménienne donné par Talat Pacha en 1915 : 1,5 million qui constitue un chiffre plausible. 
La vraie difficulté est d'établir le nombre de survivants à la fin de 1918, lors de la chute du pouvoir jeune-turc. Il y eut trois catégories de survivants ; ceux qui ont trouvé refuge au Caucase et en Europe, ceux qui sont restés en Anatolie et ceux qui ont survécu dans les régions désertiques. 1) Les évaluations de la diaspora varient entre 250 000 et 350 000. Le chiffre de 350 000 a été avancé par le gouvernement de l'Arménie pour obtenir, selon moi, davantage d'aide humanitaire. 2) Pour le deuxième groupe, ceux qui sont restés en Anatolie, y compris à Istanbul, selon le cahier de Talat Pacha, il s'élève à 284 000. 3) Pour le troisième groupe, on ne connaît pas le chiffre de déportés arméniens qui ont survécu à la fin de 1918 dans les camps de concentration situés dans le désert. Dans ces conditions inhumaines, les gens mouraient par milliers de faim, de soif, de maladie. On sait qu'à peu près 500 000 personnes y sont arrivées en 1915, mais on n'a aucun chiffre officiel sur les décès dans les camps de concentration. J'ai estimé à environ 300 000 les survivants à la fin de 1918. 
Si l'on fait le total, on peut estimer qu'environ 850 000 Arméniens auraient survécu, et 650 000 auraient péri au cours de la déportation, des massacres ou dans les camps. 
L'H. : Quels sont les Arméniens qui ont échappé à la déportation ? 
F. D. : Certaines régions et certaines familles ont - dans une certaine mesure - été épargnées. Même si elles ont connu des déportations individuelles, trois provinces (Istanbul, Edirne et Aydin dans la région égéenne) n'ont pas été le cadre de déportations massives, de déportations de populations entières (sans distinction). Pour Istanbul et Edirne, les autorités craignaient d'avoir à expliquer au monde civilisé la déportation de populations vivant en terres européennes. 
Pour Aydin a également joué un facteur personnel, le rôle du gouverneur (vali) Rahmi Bey, mais aussi le fait que, dans cette région, le souci essentiel des dirigeants jeunes-turcs - dont faisait partie Rahmi Bey - était l'importance démographique et le pouvoir économique des Roums. Les Arméniens étaient alors considérés comme un contrepoids. 
Trois catégories de familles ont également en principe échappé à la déportation : les familles d'artisans, les familles des soldats et les Arméniens protestants ou catholiques. La notion de « famille » (aile efradi), telle qu'elle avait été définie par les Jeunes-Turcs, excluait les garçons au-dessus de 15 ans, et les filles mariées au-dessus de 15 ans. Ceux-ci devaient donc être déportés. Les Arméniens qui échappaient aux déportations devaient cependant être séparés et répartis dans des villages musulmans, sans jamais dépasser le seuil de 5 % de la population totale. 
L'H. : Quelles sont les autres populations qui ont été touchées par la politique ethnique des Jeunes-Turcs ? 
F. D. : Lorsque, à partir du printemps 1915, le pouvoir eut estimé que la question arménienne était « résolue » par la déportation et les massacres, intervient l'arrivée massive des musulmans fuyant les régions occupées par la Russie. Ces réfugiés qui étaient l'objet de représailles de la part des organisations arméniennes sont séparés par les Jeunes-Turcs en Kurdes et Turcs. Les Kurdes sont déportés et installés dans les régions turques avec un seuil plafond de 5 %, et les Turcs sont installés dans les régions kurdes, pour briser la concentration démographique des Kurdes. 
Les autres musulmans non turcs (Albanais, Bosniaques, etc.) ont eux aussi été dispersés, avec toujours cet objectif de limiter leur population entre 5 et 10 % dans les régions turques. Durant toutes ces opérations, Djemal Pacha fit aussi déporter des milliers de familles d'Arabes syriens en Anatolie, une politique brutale qui sera un des arguments de la révolte arabe. Il a également voulu déjudaïser la Palestine. Au début, toutes les organisations sionistes étaient visées, leurs chefs déportés en Anatolie, leur capital confisqué et surtout les Juifs non ottomans expulsés. Sous la pression de l'opinion publique internationale, cette expulsion fut stoppée. Talat Pacha avait même alors l'idée de déporter les Juifs des kibboutz, et d'y installer les muhadjir ! Si ce projet ne fut pas exécuté, c'est pour deux raisons : la réaction mentionnée plus haut et la priorité donnée par les Jeunes-Turcs à l'Anatolie. 
L'H. : Vous êtes vous-même turc. Comment vous êtes-vous intéressé à ce sujet ? 
F. D. : Parce que je suis d'origine kurde, la question de l'identité m'a travaillé depuis mon enfance. Membre de la Commission des droits des minorités dans l'Association des droits de l'homme à Istanbul (IHD), j'ai été confronté à la discrimination envers les non-musulmans et surtout à l'évacuation forcée des villages kurdes et à la migration des villageois kurdes. La publication de l'ouvrage de Taner Akçam et surtout la rencontre avec l'historien d'origine arménienne Ara Sarafian m'ont poussé à essayer de faire l'histoire de l'immigration forcée dans l'Empire ottoman. Un article de Benedict Anderson a joué un rôle prépondérant dans mon orientation. Peut-être parce que je suis ingénieur, ma formation initiale en mathématique m'a poussé à déterminer ma problématique essentielle : le rôle de la statistique dans tous les problèmes d'ethnies, de religions et de sectes. 
L'H. : Avez-vous rencontré des obstacles ? 
F. D. : Non, et une raison en est que je ne travaille pas spécifiquement sur les Arméniens, mais sur les Jeunes-Turcs. En ce moment où les Jeunes-Turcs et leur positivisme sont ouvertement discutés, mes travaux éclairent un autre aspect de leur politique. 
L'H. : Vos travaux ont-ils eu des échos en Turquie ? Comment ont-ils été reçus par les Arméniens ? 
F. D. : Mon éditeur en est à son troisième tirage en quelques mois, et le livre a été positivement accueilli. Mes travaux n'ont été contestés ni par les Turcs, ni par les Arméniens. A vrai dire, cela m'a étonné. 
L'H. : On parle beaucoup en France du livre de Taner Akçam, Un acte honteux. Comment situez-vous votre recherche par rapport à ce livre ? 
F. D. : J'ai quelques divergences avec Taner Akçam. Selon moi, il n'y a pas eu une décision de massacre antérieure aux faits : je pense, je vous l'ai dit, que le massacre a été le produit des circonstances ; la conséquence d'une évolution graduelle des événements, comme l'a vu aussi Donald Bloxham. S'il n'y avait pas eu de déportation en février 1915 à Zeytoun, il n'y aurait pas eu non plus de réaction des Arméniens à Van et à Istanbul. S'il n'y avait pas eu la défaite de l'armée ottomane face aux troupes russes lors de l'offensive menée entre le lac de Van et Ourmiya, la résistance-rébellion de Van n'aurait pas eu lieu. Si Van n'était pas tombé aux mains des Russes grâce à cette révolte, les massacres de masse n'auraient pas eu lieu... 
Deuxième point de divergence avec Taner Akçam : je ne pense pas que le gouvernement a ordonné les massacres mais plutôt qu'il a aidé les bourreaux ; en quelque sorte, il a eu pour mission d'assurer la logistique. Pour autant, la déportation n'était ni un prétexte ni un aspect secondaire, mais une décision meurtrière. Pour les Jeunes-Turcs, le danger n'était pas l'arménité mais les déséquilibres démographiques. C'est pourquoi je défends que la politique de turquification du CUP était - avant tout - une opération statistique et mathématique. L'arménophobie s'est développée non pas avant mais après le massacre. Le nationalisme turc ne précède pas le nationalisme arménien. Mais il faut être juste et reconnaître que, même si ses arguments sont parfois discutables, Taner Akçam est le plus énergique des « savants du génocide » (genocide scholar) au monde, et c'est grâce à son énergie qu'on parle de ce sujet. 
L'H. : Il y a également eu la demande de pardon lancée par des intellectuels turcs en décembre 2008. Cette attitude est-elle nouvelle ? 
F. D. : Oui (cf. entretien avec Ahmet Insel, p. 19). En fait, c'est la conséquence du nouvel ordre du monde. La guerre froide aujourd'hui terminée, une des raisons qui avaient conduit ces deux communautés, turque et arménienne, à rester isolées du reste du monde a disparu. Depuis Turgut Ozal (Premier ministre, puis président de 1983 à 1993), la Turquie s'ouvre vers l'Occident, et les intellectuels turcs entretiennent de plus en plus de contacts avec le monde et donc aussi avec les Arméniens (un exemple notable est le Wats, Workshop for Turkish-Armenian Scholars). 
Le plus important est que la Turquie d'aujourd'hui fait face sérieusement à son passé jeune-turc et à son idéologie positiviste. Cette idéologie qui domine la Turquie depuis presque un siècle est fondée sur la négation de l'identité kurde, l'extermination des Arméniens et l'éradication de l'islam. Depuis l'arrivée au pouvoir du Parti de la justice et du développement (AKP) en 2002, ces trois points sont réévalués, rediscutés. 
De l'autre côté, chez les Arméniens, deux événements majeurs les ont poussés à communiquer avec les Turcs : l'indépendance de l'Arménie (1991) et la qualification de génocide reconnue aux massacres de Bosniaques à Srebrenica. La décision du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie en 2004, confirmée en 2007, a encouragé le côté arménien qui considérait - avec raison - que les massacres de Medz Yeghern (« la Grande Catastrophe » selon la terminologie arménienne) méritaient la qualification de génocide.
La campagne de demande de pardon est un tournant, mais, jusqu'à présent, seulement 30 000 personnes ont signé ce texte. A une époque où des millions de Turcs peuvent utiliser Internet et facilement signer, je pense que ce chiffre est très faible. Les murs sont brisés mais les ponts ne sont pas encore construits.

(Propos recueillis par François Georgeon.)
  
Notre commentaire : bien que ses propos soient discutables sur bien des points (notamment son acceptation du terme subjectif et polysémique "génocide"), Fuat Dündar a le mérite de ne pas suivre aveuglément les allégations arméniennes outrancières et de recontextualiser la révolution jeune-turque. Son travail est intéressant et stimulant. Il se pourrait bien qu'avec lui la recherche historique sur ce sujet franchisse une nouvelle étape.

Pour voir un cours qu'il a donné à l'Université du Michigan en novembre 2010 : http://lecb.physics.lsa.umich.edu/wl/carma/2010/cmenas-fall/20101110-umwlcd0011-114427/flash.html

vendredi 22 avril 2011

Istanbul, 1890-1896 : les provocations des comités terroristes arméniens

Jean-François Solnon, Le turban et la stambouline : l'Empire ottoman et l'Europe, XIVe-XXe siècle, affrontement et fascination réciproques, Paris, Perrin, 2009, p. 485-486 :

"En revanche, la situation des Arméniens d'Anatolie orientale ne cessait de se dégrader. Soumis à de lourds impôts, victimes de leurs voisins kurdes, ils affirmèrent de plus en plus leur identité nationale, croyant trouver dans la Russie, qui poursuivait son avance vers le Caucase, une promesse de libération. Au traité de Berlin de 1878, sévère à l'Empire ottoman, les puissances européennes s'accordèrent pour juger urgente et nécessaire l'amélioration du sort des Arméniens. Mais l'article qui prévoyait les réformes à accomplir était resté vague. La question arménienne n'en était pas moins posée, d'autant que les partis politiques arméniens, nouvellement créés, déployaient une intense activité de propagande auprès des puissances occidentales dont ils espéraient le secours, voire l'intervention en leur faveur. Un vif courant arménophile naquit alors en France, en Suisse, en Angleterre et aux Etats-Unis. Mais les autorités ottomanes considéraient la question arménienne comme une menace pour la survie de l'empire. Aux affrontements entre Turcs et paysans arméniens répondirent d'amples manifestations à Istanbul même. Le dimanche 27 juillet 1890, un groupe de révolutionnaires arméniens originaires du Caucase occupa le siège du patriarcat arménien. Ils forcèrent le patriarche à se joindre à eux et donnèrent lecture publique d'un manifeste contre le sultan. La police ouvrit le feu et on dénombra vingt morts. Pour la première fois depuis 1453, des chrétiens avaient osé attaquer les forces ottomanes dans Istanbul.

En 1894, l'armée ottomane réprima avec la dernière violence des troubles survenus dans les montagnes du Sasun (Anatolie orientale) entre Kurdes et Arméniens. A l'automne 1895, les ambassadeurs français, anglais et russe pressèrent le sultan de publier les réformes prévues par le traité de Berlin et toujours différées. Habile, le sultan alternait concessions et refus, sachant exploiter les divisions entre les puissances. Alors que la Russie et la France, unies par une alliance récente, tergiversaient, la Grande-Bretagne (par idéal et par intérêt) tâchait de faire céder le sultan, songeant même au partage de l'empire, jugé « trop pourri ».

D'autres manifestations stambouliotes et d'autres massacres d'Arméniens suivirent, condamnés avec une belle continuité par les puissances. Pour forcer celles-ci à exiger des réformes, un commando arménien pénétra le 26 août 1896 dans le bâtiment du siège central de la Banque ottomane à Galata et prit cent cinquante personnes en otage dont des Européens. Le choix de la cible garantissait l'écho le plus large en Occident. Des négociations mirent un terme à cette action terroriste, les preneurs d'otages purent quitter la ville sur un bateau français et gagnèrent Marseille où ils retrouvèrent la liberté. Dès la nouvelle connue dans le reste de la Turquie, une explosion de violences contre les Arméniens ensanglanta à nouveau le pays. A Londres comme à Berlin, on ne parlait plus que du partage nécessaire de l'empire, voire de la déposition du sultan. Un protectorat déguisé par un contrôle complet des finances ottomanes avait plutôt la faveur de la France. Tous ces beaux projets échouèrent. Abdülhamid II sauva son trône. Les partis arméniens avaient échoué. Divisés, les Etats européens avaient montré leur impuissance."


jeudi 21 avril 2011

Grand jeu concours : trouvez où Hitler parle des Arméniens et/ou des Juifs dans ce discours à ses généraux (22 août 1939)

Les propagandistes arméniens veulent faire croire qu'Hitler parle des Arméniens dans ce discours que nous citons dans son intégralité (en anglais), ils ne sont plus à un mensonge près :
Hitler’s Speech to the Commanders in Chief (August 22, 1939)

On May 23, 1939, just a day after signing the "Pact of Steel", Hitler told his generals that a German invasion of Poland was now inevitable. The conflict over Danzig and the Polish corridor was mere pretext. Germany could simply no longer do without Eastern European "living space" [Lebensraum] and the attendant raw materials. Hitler therefore declared his willingness to accept the possibility of a declaration of war by England and France. His greatest concern was a possible Soviet intervention on the side of the western Allies. But when, on August 21, 1939, he received Stalin’s agreement to enter into a German-Soviet pact, Hitler saw that the course had been set for war. (Reich Foreign Minister Joachim von Ribbentrop and Soviet Foreign Minister Vyacheslav Molotov signed the pact two days later in Moscow.) On August 22, 1939, Hitler invited his generals to yet another situation meeting. On September 1, 1939, the invasion of Poland began.

Speech by the Führer to the Commanders in Chief on August 22, 1939


I have called you together to give you a picture of the political situation, in order that you may have some insight into the individual factors on which I have based my decision to act and in order to strengthen your confidence.

After this we shall discuss military details.

It was clear to me that a conflict with Poland had to come sooner or later. I had already made this decision in the spring, but I thought that I would first turn against the West in a few years, and only after that against the East. But the sequence of these things cannot be fixed. Nor should one close one's eyes to threatening situations. I wanted first of all to establish a tolerable relationship with Poland in order to fight first against the West. But this plan, which appealed to me, could not be executed, as fundamental points had changed. It became clear to me that, in the event of a conflict with the West, Poland would attack us. Poland is striving for access to the sea. The further development appeared after the occupation of the Memel Territory and it became clear to me that in certain circumstances a conflict with Poland might come at an inopportune moment. I give as reasons for this conclusion:

1. First of all two personal factors:

My own personality and that of Mussolini.

Essentially all depends on me, on my existence, because of my political talents. Furthermore, the fact that probably no one will ever again have the trust of the whole German people as I have. There will probably never again in the future be a man with more authority than I have. My existence is therefore a factor of great value. But I can be eliminated at any time by a criminal or a lunatic.

The second personal factor is the Duce. His existence is also decisive. If anything happens to him, Italy's loyalty to the alliance will no longer be certain. The Italian Court is fundamentally opposed to the Duce. Above all, the Court regards the expansion of the empire as an encumbrance. The Duce is the man with the strongest nerves in Italy.

The third personal factor in our favour is Franco. We can ask only for benevolent neutrality from Spain. But this depends on Franco's personality. He guarantees a certain uniformity and stability in the present system in Spain. We must accept the fact that Spain does not as yet have a Fascist party with our internal unity.

The other side presents a negative picture as far as authoritative persons are concerned. There is no outstanding personality in England and France.

It is easy for us to make decisions. We have nothing to lose; we have everything to gain. Because of our restrictions [Einschränkungen] our economic situation is such that we can only hold out for a few more years. Göring can confirm this. We have no other choice, we must act. Our opponents will be risking a great deal and can gain only a little. Britain's stake in a war is inconceivably great. Our enemies have leaders who are below the average. No personalities. No masters, no men of action.

Besides the personal factors, the political situation is favorable for us: In the Mediterranean, rivalry between Italy, France and England; in the Far East, tension between Japan and England; in the Middle East, tension which causes alarm in the Mohammedan world.

The English Empire did not emerge stronger from the last war. Nothing was achieved from the maritime point of view. Strife between England and Ireland. The Union of South Africa has become more independent. Concessions have had to be made to India. England is in the utmost peril. Unhealthy industrialization. A British statesman can only view the future with concern.

France's position has also deteriorated, above all in the Mediterranean.

Further factors in our favor are these:

Since Albania, there has been a balance of power in the Balkans. Yugoslavia is infected with the fatal germ of decay because of her internal situation.

Romania has not grown stronger. She is open to attack and vulnerable. She is threatened by Hungary and Bulgaria. Since Kemal's death, Turkey has been ruled by petty minds, unsteady, weak men.

All these favorable circumstances will no longer prevail in two or three year's time. No one knows how much longer I shall live. Therefore, better a conflict now.

The creation of Greater Germany was a great achievement politically, but militarily it was doubtful, since it was achieved by bluff on the part of the political leaders. It is necessary to test the military [machine]. If at all possible, not in a general reckoning, but by the accomplishment of individual tasks.

The relationship with Poland has become unbearable. My Polish policy hitherto was contrary to the views of the people. My proposals to Poland (Danzig and the Corridor) were frustrated by England's intervention. Poland changed her tone towards us. A permanent state of tension is intolerable. The power of initiative cannot be allowed to pass to others. The present moment is more favorable than in two or three years' time. An attempt on my life or Mussolini's could change the situation to our disadvantage. One cannot for ever face one another with rifles cocked. One compromise solution suggested to us was that we should change our convictions and make gestures. They talked to us again in the language of Versailles. There was a danger of losing prestige. Now there still is a great probability that the West will not intervene. We must take the risk with ruthless determination. The politician must take a risk just as much as the general. We are faced with the harsh alternatives of striking or of certain annihilation sooner or later.

Reference to previous hazardous undertakings.

I should have been stoned if I had not been proved right. The most dangerous step was the entry into the neutral zone. Only a week before, I got a warning through France. I have always taken a great risk in the conviction that it would succeed.

Now it is also a great risk. Iron nerves, iron resolution.

The following special reasons confirm my view. England and France have undertaken obligations which neither is in a position to fulfill. There is no real rearmament in England, but only propaganda. A great deal of harm was done by many Germans, who were not in agreement with me, saying and writing to English people after the solution of the Czech question: The Führer succeeded because you lost your nerve, because you capitulated too soon. This explains the present propaganda war. The English speak of a war of nerves. One factor in this war of nerves is to boost the increase of armaments. But what are the real facts about British rearmament? The naval construction program for 1938 has not yet been completed. Only the reserve fleet has been mobilized. Purchase of trawlers. No substantial strengthening of the Navy before 1941 or 1942.

Little has been done on land. England will be able to send at most three divisions to the Continent. A little has been done for the Air Force, but it is only a beginning. Anti-aircraft defense is in its initial stages. At the moment England has only 150 anti-aircraft guns. The new anti-aircraft gun has been produced. There is a shortage of predictors. England is still vulnerable from the air. This can change in two or three years. At the moment the English Air Force has only 130,000 men, France 72,000, Poland 15,000. England does not want the conflict to break out for two or three years.

The following is typical of England. Poland wanted a loan from England for her rearmament. England, however, only granted credits in order to make sure that Poland buys in England, although England cannot make deliveries. This suggests that England does not really want to support Poland. She is not risking eight million pounds in Poland, although she poured five hundred million into China. England's position in the world is very precarious. She will not take any risks.

France is short of men (decline in the birth rate). Little has been done for rearmament. The artillery is obsolete. France did not want to embark on this adventure. The West has only two possibilities for fighting against us:

1. Blockade: It will not be effective because of our autarky and because we have sources of supply in Eastern Europe.

2. Attack in the West from the Maginot line: I consider this impossible.

Another possibility would be the violation of Dutch, Belgian and Swiss neutrality. I have no doubt that all these States, as well as Scandinavia, will defend their neutrality with all available means. England and France will not violate the neutrality of these countries. Thus in actual fact England cannot help Poland. There still remains an attack on Italy. Military intervention is out of the question. No one is counting on a long war. If Herr von Brauchitsch had told me that I would have replied: 'Then it cannot be done.' It is nonsense to say that England wants to wage a long war.

We will hold our position in the West until we have conquered Poland. We must bear in mind our great production capacity. It is much greater than in 1914–1918.

The enemy had another hope, that Russia would become our enemy after the conquest of Poland. The enemy did not reckon with my great strength of purpose. Our enemies are small fry. I saw them in Munich.

I was convinced that Stalin would never accept the English offer. Russia has no interest in preserving Poland, and Stalin knows that it would mean the end of his régime, no matter whether his soldiers emerged from a war victorious or vanquished. Litvinov's replacement was decisive. I brought about the change towards Russia gradually. In connection with the commercial treaty we got into political conversations. Proposal for a non-aggression pact. Then came a comprehensive proposal from Russia. Four days ago I took a special step, which led to Russia replying yesterday that she is prepared to sign. Personal contact with Stalin is established. The day after tomorrow von Ribbentrop will conclude the treaty. Now Poland is in the position in which I wanted her.

We need not be afraid of a blockade. The East will supply us with grain, cattle, coal, lead and zinc. It is a mighty aim, which demands great efforts. I am only afraid that at the last moment some swine or other will yet submit to me a plan for mediation.

The political objective goes further. A start has been made on the destruction of England's hegemony. The way will be open for the soldiers after I have made the political preparations.

Today's announcement of the non-aggression pact with Russia came as a bombshell. The consequences cannot be foreseen. Stalin also said that this course will benefit both countries. The effect on Poland will be tremendous.

In reply, Göring thanked the Führer and assured him that the Wehrmacht would do their duty.



Source of English translation: Speech by the Führer to the Commanders in Chief on August 22, 1939, in United States Department of State, Documents on German Foreign Policy: From the Archives of the German Foreign Ministry. Washington, DC: United States Government Printing Office, 1957-1964. Series D (1937-1945), The Last Days of Peace, Volume 7: August 9 – September 3, 1939. Document 192, pp. 200-04.

Source of original German text: Ansprache Hitlers an die Oberbefehlshaber am 22. August 1939 über seine Absicht, Krieg zu führen und seine politischen Vorbereitungen dazu, sowie Voraussagungen über die Haltung anderer europäischer Staaten und den wahrscheinlichen Kriegsverlauf (Beweisstück US-29), in Der Prozess gegen die Hauptkriegsverbrecher vor dem Internationalen Militärgerichtshof. Nürnberg 14. November 1945 - 1. Oktober 1946. Volume XXVI, Amtlicher Text – Deutsche Ausgabe, Urkunden und anderes Beweismaterial. Nuremberg 1947. Reprint: Munich, Delphin Verlag, 1989. Document 798-PS, pp. 338-44.
Source : http://germanhistorydocs.ghi-dc.org/sub_document.cfm?document_id=1546

mercredi 20 avril 2011

Le XIXe siècle, l'âge d'or des Arméniens d'Istanbul

Jean-François Solnon, Le turban et la stambouline : l'Empire ottoman et l'Europe, XIVe-XXe siècle, affrontement et fascination réciproques, Paris, Perrin, 2009, p. 484-485 :

"Pénible aux Juifs, le XIXe siècle fut l'âge d'or des Arméniens d'Istanbul. Ceux que le sultan lui-même appelait « la nation fidèle », parce qu'ils n'avaient pas accompagné les Grecs dans leur révolte des années 1820, servaient loyalement l'empire, notamment comme banquiers, fonction où ils avaient concurrencé victorieusement les Juifs. Un diplomate anglais a écrit vers 1830 combien ils étaient indispensables. « Les Arméniens ont été et sont encore le peuple le plus riche et le plus commerçant de tout l'empire, aussi sont-ils les meilleures cautions aux yeux de la Porte [...] Le sultan voit leur prospérité d'un œil favorable, car leur argent ne se prodigue pas dans des habitudes extravagantes, ne se dépense pas dans des tentatives de révolte, mais reste soigneusement enfermé dans leur coffre-fort, jusqu'à ce qu'une demande ou un besoin du gouvernement l'en fasse sortir pour venir accroître les recettes du Trésor. »

Les Arméniens étaient collecteurs d'impôts et « très industrieux dans le commerce », mais aussi médecins, professeurs ou fonctionnaires, ingénieurs ou avocats. Les plus zélés étaient récompensés du titre héréditaire d'amira qui leur valait honneurs et prérogatives. Quelques grandes familles bénéficiaient de véritables monopoles accordés par des sultans arménophiles. Les Balian occupèrent la fonction d'architecte de la Cour de 1788 à 1911 et l'un d'eux obtint du sultan le privilège de se coiffer d'un fez portant le monogramme impérial tandis que, pour la mort de son fils, architecte talentueux mais disparu prématurément, Sa Hautesse ordonna d'observer un deuil de trois jours, ce qu'aucun dignitaire chrétien n'avait jamais obtenu. Les Dadian se succédaient à la tête des poudreries ottomanes depuis 1795, les Duz dirigeaient l'Hôtel des monnaies et l'orfèvrerie impériale. La connaissance des langues étrangères, les contacts répétés avec l'Europe firent de cette nouvelle aristocratie les relais de la culture occidentale dans l'empire. Ainsi les amiras étaient-ils tout à la fois d'appartenance arménienne, sujets ottomans et de culture française."

Voir également : Le contexte de l'émergence du nationalisme et du terrorisme arméniens

Abdülhamit II (Abdul-Hamid II), un sultan entouré d'Arméniens

Les prétendus "massacres hamidiens" de l'automne 1895

mardi 19 avril 2011

Ils ont osé le dire : l'apologie insidieuse ou ouverte du terrorisme arménien

Gérard Chaliand (avec Yves Ternon), Le génocide des Arméniens, Bruxelles, Complexe, 1980, p. 177 :

"Durant trois ou quatre ans, sans échec grave, au terme d'opérations préservant l'anonymat des exécutants, le terrorisme des groupes arméniens a servi la cause arménienne dans la mesure où la réalité et l'ampleur du génocide motivant ces attentats dépassaient largement dans leur horreur la réprobation à l'égard de ces crimes.

Le terrorisme publicitaire, qu'on le déplore ou non, trouve là sa justification."

Patrick Devedjian, cité dans The Armenian Reporter, 6 juin 1985, p. 2 :

"Ils appellent ça terrorisme, j'appelle ça résistance. Je défends ces garçons [membres de l'ASALA] parce que ce sont des Arméniens en révolte. Et c'est de loin plus important que les différences politiques entre mes idées politiques et les leurs."

Ara Toranian, discours à Paris, 24 avril 2009 :

"Chers amis, chers camarades, le constat un petit peu lucide, amer que je fais n'est pas là pour nous décourager, mais il est là au contraire pour nous inciter à être plus mobilisés que jamais, à être plus combatifs que jamais, (...) à renouer avec l'esprit de la lutte des années 1975 et 80."

lundi 18 avril 2011

Les malheurs indicibles de la nation arménienne (d'après les chroniqueurs arméniens)

Etienne Asolik de Taron, Histoire universelle, Paris, Imprimerie nationale, 1917, p. 22 :

"De son temps, l'Arménie [sous les Arabes] devint un désert et un amas de ruines ; ses villes furent détruites, ses bourgs désolés, ses habitants furent dispersés chez des nations étrangères, parlant d'autres langues ; ses églises restèrent abandonnées, vides des prières des ministres et du peuple, et dépouillées de leurs magnifiques ornements (...)."

Matthieu d'Edesse, Chronique de Matthieu d'Edesse, Paris, A. Durand, 1858, p. 113 :

"Qui pourrait retracer en détail les malheurs de la nation arménienne, ses douleurs et ses larmes, tout ce qu'elle eut à souffrir des Turcs, ces animaux féroces, buveurs de sang, dans le temps où notre royaume avait perdu ses maîtres légitimes, que lui avaient enlevés ses faux défenseurs, l'impuissante, l'efféminée, l'ignoble nation des Grecs ! Ils avaient dispersé les plus courageux d'entre les enfants de l'Arménie, après les avoir arrachés de leurs foyers, de leur patrie. Ils avaient détruit notre trône national, abattu ce mur protecteur que formaient notre brave milice et nos intrépides guerriers, ces Grecs, qui ont fait de leur promptitude à prendre la fuite leur titre de renommée et de gloire, semblables au pusillanime pasteur qui se sauve en apercevant le loup. Ils n'eurent point de repos qu'ils n'eussent renversé le rempart de l'Arménie, la poitrine héroïque de ses fils. Les Perses fondirent sur nous et les Romains s'attribuèrent, avec l'impudence la plus effrontée, l'honneur des victoires gagnées sur les infidèles."

Guiragos, cité dans le Journal asiatique, publié par la Société asiatique, cinquième série, tome XI, 1858, p. 492 :

"Il y avait  cinq cent quinze ans que cette ville [Bagdad] avait été fondée par [Abou-] Dja'far, (...) l'Ismaélite. En 194 de l'ère arménienne (24 mai 745-23 mai 746), elle fut bâtie sur le Tigre, au-dessus de Ctésiphon, à une distance d'environ sept journées de marche de Babylone. Pendant tout le temps qu'elle conserva l'empire, pareille à une sangsue insatiable, elle avait englouti le monde entier ; elle rendit alors tout ce qu'elle avait pris, en 707 de l'ère arménienne (16 janvier 1258-15 janvier 1259). Elle fut punie pour le sang qu'elle avait versé, pour le mal qu'elle avait fait, lorsque la mesure de ses iniquités fut comble devant Dieu, qui connaît tout et qui donne la rétribution avec équité, sans acception de personnes et avec exactitude."

Tchamtchean, cité dans le Journal asiatique, publié par la Société asiatique, tome XII, 1833, p. 203-204 :

"(...) les Arméniens, les Géorgiens, les Albaniens et les Syriens étaient persécutés pour la cause de la religion chrétienne que les Tartares, poussés par les Persans qui étaient au milieu d'eux, ne leur laissaient pas pratiquer publiquement."

La négation de la déportation tsariste des Circassiens et le rôle joué par les Arméniens dans l'expansion russo-tsariste

22.05.2010
Russie : Les Jeux Olympiques de Sotchi et la négation des déportations Circassiennes

En 2014, la station caucasienne de Sotchi, occupée par Moscou,  accueillera les Jeux Olympiques d'hiver. Mais en Russie,  le peuple circassien, entre autres, fait tout pour empêcher cette farce. Ce sont plus d'un millions de circassiens qui exigent que le gouvernement russe reconnaisse l' Muhajir ( le génocide circassien).

En 1864, le tsar Alexandre II ordonna la mort ou la déportation de 90 % de la population circassienne, et c'est précisément Sotchi, sur la principale de la ville, baptisée la "Vallée Rouge", qui fut le théâtre de l'un des pires épisodes des massacres. Les tombes de soldats et de civils, à proximité du site, ont été démolies, fouillée et remplacées par des parcs. Officiellement, la Russie ne reconnaît pas le génocide circassien, et n'y a jamais porté attention.

L'annonce des Jeux Olympiques en ce lieu a ravivé, non seulement les tensions, mais surtout les douleurs et les enjeux mémoriels auxquels la Russie se doit de faire face sont immenses. L'événement est perçu comme une provocation odieuse, et porte la marque du déni historique.
De nombreuses manifestations ce sont déroulées, ce 21 mai, devant les Ambassades de Russie des grandes capitales.

Actuellement, la Circassie historique est divisée en six régions de la Fédération de Russie, mais environ 90 % de la population circassienne vit en diaspora. Selon " NoSochi2014 ", un site internet fédérant les opposants aux jeux de Sotchi, la date d'ouverture des olympiades coïnciderait par ailleurs avec le 150e anniversaire du génocide, anniversaire pourtant emblématique du peuple circassien.

Le Gouvernement Russe a toujours refusé toute proposition de discussion sur la question. En 1994, le Président Russe Boris Eltsine avait toutefois reconnu que de nombreux peuples du Caucase avaient lutté légitimement contre le régime tsariste. Bien qu'il n'ait jamais accepté le terme de "génocide", le blog de la Fondation Jamestown affirme qu'il fut néanmoins le premier et le seul a s'être avancé sur le terrain de la reconnaissance des faits historiques, soit les déportations en masse du peuple circassien.
Source : http://freecaucasus.blogs.nouvelobs.com/archive/2010/05/22/russie-les-jeux-olympiques-de-sotchi-et-la-negation-du-genoc.html

Georges Mamoulia, Les combats indépendantistes des Caucasiens entre URSS et puissances occidentales : Le cas de la Géorgie (1921-1945), Paris, L'Harmattan, 2009, p. 18 :

"Le gouvernement russe avait expulsé de nombreux musulmans du Caucase en Turquie, après les guerres russo-caucasiennes, et les régions vidées avaient été peuplées par les Arméniens, qui, à leur tour, fuyaient les répressions dans l'Empire ottoman. C'est pourquoi dans certaines régions de la Géorgie, de l'Azerbaïdjan et même du Caucase du Nord la population arménienne était devenue prépondérante tandis que dans les régions arméniennes de Turquie s'installaient les musulmans caucasiens expulsés par les Russes, sans compter les musulmans des Balkans chassés à l'issue des guerres balkaniques de 1906-13."

Justin McCarthy, discours devant la Grande Assemblée nationale de Turquie, 24 mars 2005 :

"L'exil forcé des musulmans continua jusqu'aux premiers jours de la Première Guerre mondiale : 300 000 Tatars de Crimée, 1,2 million de Circassiens et d'Abkhazes, 40 000 Lazes, 70 000 Turcs. Les Russes envahirent l'Anatolie durant la guerre de 1877-78, et à nouveau de nombreux Arméniens rejoignirent le camp russe. Ils servirent d'éclaireurs et d'espions. Les Arméniens devinrent la « police » dans les territoires occupés, persécutant la population turque."

Le prétendu génocide arménien, un prétexte à la turcophobie

Vincent Monteil, Les musulmans soviétiques, Paris, Le Seuil, 1982, p. 215 :

"On rappelle, régulièrement, en Europe, le « génocide » des Arméniens, dont un million (chiffre invérifiable) aurait été exterminé en 1915. En réalité, la majeure partie des Arméniens de Turquie, jugée inassimilable, a été déportée, jetée sur les routes de l'exil. C'est un sujet propre à susciter la haine religieuse et « raciale » anti-turque : ne parle-t-on pas de « martyrisés avec méthode et fureur », d'une « suppression délibérée », de « crime parfait » ? Un professeur français, Jean Savard, s'est fait l'avocat de la défense : « En 1915, écrit-il, une armée ottomane conduite par Enver pacha, homme fort du triumvirat au pouvoir à Constantinople, avait été taillée en pièces par une armée russe qui avait envahi les provinces orientales de l'Anatolie. Le réflexe du sultan fut de détourner contre les Arméniens l'amertume du peuple turc. Réflexe criminel facilité par les imprudences de l'Entente. La Porte savait en effet que les buts de guerre des alliés comportaient le démembrement de l'Anatolie entre la France, la Grande-Bretagne, l'Italie, la Grèce... et l'Arménie érigée en Etat indépendant. Nourrir semblable dessein, alors que la victoire n'était pas encore en vue, était livrer les Arméniens à la vindicte du sultan. Cette vindicte fut un massacre, mais grande fut la responsabilité de notre diplomatie. (...) » "

Voir également : Première Guerre mondiale : la collaboration arménienne avec l'armée russe et les massacres des milices arméniennes

La controverse historique autour du prétendu génocide arménien

samedi 16 avril 2011

La déportation des Hemşinli (Hémichis), Arméniens islamisés, par Staline

Jean-Jacques Marie, Les peuples déportés d'Union Soviétique, Bruxelles, Complexe, 1995, p. 111-112 :

"Après avoir nettoyé la Crimée de ses Tatars, de ses Allemands, de ses Bulgares, de ses Grecs, Staline revint au Caucase et tout particulièrement à la Géorgie. Un arrêté du 21 juillet 1944 ordonne la déportation de 86 000 Turcs-Meskhètes, Kurdes et Khemchines des régions frontalières de la Géorgie : 40 000 sont envoyés au Kazakhstan, 30 000 en Ouzbékistan et 16 000 en Kirghizie. Ordre est donné au NKVD de procéder à cette mesure en novembre. Staline leur donne le droit d'emporter 1 000 kilos d'affaires personnelles (deux fois plus qu'aux Tatars). La directive signée par lui ordonne de procéder à des déplacements « par kolkhozes entiers ou par groupes distincts d'exploitations ». Staline accorde au NKVD 34 millions de roubles pour mener à bien cette opération. (...)

Les Khemchines ou Khemchiles sont des Arméniens convertis à l'Islam, originaires de l'Arménie turque ; ils vivent dans la république autonome d'Adjarie au bord de la mer Noire, le long de la frontière turque. Au nombre de 7 000 environ, ils ne constituent qu'une mince minorité (un peu moins de 5 %) de cette région autonome de la Géorgie dont la population autochtone, les Adjars, est, elle aussi, de religion musulmane. Un peu plus de 10 000 Khemchines vivent alors de l'autre côté de la frontière en Turquie. Ce facteur a sans doute pesé sur l'expulsion de leurs cousins soviétiques. (...)

Tous ces candidats à la déportation étant musulmans prêtent le flanc à l'accusation de favoriser l'expansionnisme turc dans cette région, théâtre, au siècle précédent, d'un long affrontement entre l'impérialisme russe conquérant et l'Empire ottoman décrépit."

jeudi 14 avril 2011

Allemagne : le boxeur arménien Khoren Gevor suspendu pour avoir agressé un arbitre

Boxe
13/04/2011 - 20:10 - Mis à jour le 13/04/2011 - 20:16
Gevor suspendu 6 mois

La Fédération allemande a suspendu six mois Khoren Gevor pour avoir agressé l'arbitre de son combat pour le titre WBO des super-moyens contre l'Allemand Robert Stieglitz samedi à Magdebourg. L'Arménien devra également payer une amende de 5000 euros.


Gevor avait été disqualifié à la 10e reprise pour avoir donné à Stieglitz un coup de tête jugé volontaire par l'arbitre.

Après sa disqualification et sixième défaite en 37 combats, il s'en était pris physiquement à l'officiel et aux hommes de coin de son adversaire, avant d'être maîtrisé par son entourage et des vigiles.

Le président de BDB a indiqué que la commission de discipline avait tenu compte du fait que Gevor n'avait jamais commis d'actes similaires précédemment dans sa carrière et qu'une suspension d'un an, comme largement anticipé, aurait signifié la fin de sa carrière.
Source : http://www.eurosport.fr/boxe/gevor-suspendu-6-mois_sto2748595/flashnews.shtml

Une hypothèse plausible : Staline a-t-il envisagé la déportation du peuple azéri sous l'influence de son camarade arménien Anastase Mikoyan ?

Antoine Constant, L'Azerbaïdjan, Paris, Karthala, 2002, p. 308-309 :

"En 1943, Staline tourna son regard vers la Turquie. S'inquiétait-il là aussi que la fragile neutralité de ce pays ne l'amène à se ranger du côté allemand ou s'apprêtait-il à lancer une attaque en Anatolie comme l'indiquerait plus tard sa revendication des territoires de Kars et d'Ardahan ? La question est ouverte. Cette année-là, un plan de déportation de la population azérie fut prémédité afin de prévenir une éventuelle réaction de celle-ci. Le premier secrétaire du PC azéri, Mir Djafar Baghirov, avec le soutien de Béria, se serait alors opposé fermement à cette éventualité. En gage de bonne foi, ou plutôt à titre de garantie, Baghirov s'engagea à augmenter la proportion de conscrits azéris et à en envoyer au front plus que n'en avaient requis les planificateurs militaires, limitant ainsi les risques de fraternisation. Aux yeux de Moscou, le nombre non négligeable de turcophones (du Caucase et d'Asie centrale) et de musulmans passés des camps de prisonniers dans les rangs de l'armée allemande constituait un risque.

La population meshkhète n'eut pas cette chance. Petit peuple installé entre l'Adjarie géorgienne et l'Arménie, le long de la frontière avec la Turquie, Géorgiens turcophones islamisés selon les Géorgiens ou Turcs établis dans le Caucase selon la Turquie, ils vivaient dans une région rude et difficile d'accès qui porte leur nom, la Meshkhétie. En novembre 1944, des bataillons du NKVD, ancêtre du KGB, prirent position dans la région et déportèrent toute la population meshkhète vers les steppes de l'Ouzbékistan. Sur une population d'environ 200 000 personnes, 30 000 à 50 000 décédèrent avant d'arriver à destination. Avec eux, des Azéris, des Kurdes turquisés, des Arméniens musulmans (les Khemsins), des Karapapakhs (petite tribu turcophone semi-nomade longtemps établie sur le territoire actuel de l'Arménie et dont les représentants dans l'ouest de l'Azerbaïdjan se sont depuis fondus dans la population azérie). Musulmans chiites, comme les Azéris, auxquels on a imposé l'azéri comme langue d'enseignement en 1936, ils portaient la mention « Azéri » sur leur passeport après avoir dû porter la mention « Turc », comme leurs cousins de Bakou."

Citations connexes du même auteur : Histoire des Arméniens : les déportations arméno-staliniennes d'Azéris

samedi 9 avril 2011

Le régime bananier et nationalitaire arménien refuse d'accueillir une famille mixte arméno-géorgienne

Parrainage républicain Jeudi 7 avril 17h15 à Villenave d’Ornon

5 avril 2011

Signez la pétition en ligne pour la famille C. et A.

Le parrainage est prévu depuis
l’école jean Moulin à Sarcignan/ Villenave d’Ornon

à l’épicerie sociale et solidaire 1 rue de Léognan , au rond point de Sarcignan

à 17h15,

en présence de Madame Jardiné et des différents parrains et marraines.

A cette occasion, nous alerterons la presse également de la situation des demandeurs d’asile à la rue actuellement sur Bordeaux.

Ne laissons pas repartir la famille C. et A., qui demande asile et protection en France ! Ne les laissons pas se faire expulser vers la Pologne, lors des convocations en préfecture de la Gironde, notamment ce 21 avril 2011 ! Les grands-parents, la maman et les trois enfants âgés de 6 ans, 7 ans et 12 ans, ont dû fuir les persécutions physiques et verbales, la corruption et le racket incessant de la milice géorgienne. Aujourd’hui, les trois adultes souffrent encore de ces persécutions. Le père des enfants n’a jamais été revu après un « interrogatoire », il a "disparu", probablement assassiné. Le frère de celui-ci et sa femme enceinte ont « disparu » aussi lors de la fuite de Géorgie via la Pologne. On sait que la Pologne n’accorde que très peu de demande d’asile et renvoie presque toujours dans le pays d’origine. Ceci est la résultante de la directive européenne dite « Dublin II » qui permet à certains pays européens de fermer indirectement les frontières, mais aussi les yeux sur les risques encourus en renvoyant les demandes d’asile uniquement dans le premier pays où ils ont dû laisser leurs empreintes, malgré eux.

De retour au pays, non seulement ils seraient à nouveau persécutés mais, de plus, les enfants -qui ont déjà perdu leur père et leur oncle – risqueraient alors d’être séparés de leurs grands-parents, eux aussi demandeurs d’asile, venus avec eux en France, et résidant actuellement sur Bordeaux. La famille est géorgienne et la grand-mère seule est arménienne, une minorité ethnique mal perçue en Géorgie alors que l’Arménie a refusé de les accueillir. Ils ne peuvent vivre dans aucun des deux pays. Malade, la grand-mère a déposé une demande de titre de séjour. En outre, les grands-parents ont été « arrêtés » il y a quatre mois, lors d’une convocation « piège » en préfecture de Gironde et envoyés en « CRA », au Centre de Rétention Administrative de Toulouse, une prison qui ne veut pas dire son nom. En crise au moment d’embarquer dans l’avion (probablement un malaise cardiaque), la grand-maman s’est vue refuser l’embarquement par le capitaine, et le couple de personnes âgées est donc considéré, de ce fait « en délit de fuite » ! Aussi n’ont-ils plus droit à l’hébergement depuis qu’ils ont été libérés par le Juge des libertés, qui, pourtant, a reconnu que leur convocation était déloyale.

Les enfants s’accrochent à l’école et sont très inquiets. Tous, enfants et adultes, font d’énormes efforts d’intégration et d’apprentissage du français. Les enfants ont de très bonnes appréciations des professeurs.

Nous demandons la reconnaissance du droit d’asile et la protection en France, de toute la famille, selon le droit constitutionnel et les Droits de l’Homme Nous exigeons la non séparation de ses membres, pour le droit à une vie de famille, selon la Convention Internationale des Droits de l’Enfant.

Aidons les en demandant à la préfecture de la Gironde, représentante de notre République française, de ne pas les forcer à repartir vers le pays qu’ils ont fui, où ils risqueraient à nouveau leur vie ou de graves exactions.. Refusons que les enfants, qui ont déjà perdu leur père et leur oncle, soient séparés de leurs grands-parents ! Aidons-les à demander l’asile en France. Aidons-les à obtenir une autorisation provisoire de séjour et un dossier OFPRA.
Source : http://resf33.free.fr/spip.php?article456

Une confirmation parmi d'autres du caractère inquiétant et pathologique de l'ethno-nationalisme arménien. Pour rappel : L'épuration générale des minorités ethniques en Arménie

L'oppression de la minorité yézide par le régime arménien : une famille de demandeurs d'asile témoigne

Châlons : avenir incertain d'une famille ayant fui l'Arménie intolérante