mardi 5 avril 2011

Bordeaux : un couple de traducteurs arméniens impliqué dans des vols de produits de luxe

5 avril 2011 07h13 | Par Jean-Michel Desplos
Les traducteurs arméniens étaient complices

Un couple d'arméniens bordelais, traducteur experts, est impliqué dans une affaire de vols en bande organisée.


Lors de la perquisition du domicile de ce couple d'Arméniens, une belle maison située dans le quartier de Bordeaux-Caudéran, les gendarmes de la Section de recherches (SR) et les policiers de la Sûreté départementale, ont découvert une caverne d'Ali Baba. Pêle-mêle, ils ont mis la main sur des vêtements et des chaussures de marque, des flacons de parfum, du matériel informatique ainsi que des bouteilles de Château Mouton-Rothschild. Une véritable collection avec des magnums et même un jeroboam des années 1950, représentant plusieurs milliers d'euros.

Le couple d'Arméniens est parfaitement inséré. Lui, 47 ans, est coiffeur. Son épouse, 42 ans, fait des ménages. Tous deux sont également traducteurs experts agréés auprès de la cour d'appel de Bordeaux. Une fonction qui les amène régulièrement à être sollicités par des officiers de police judiciaire dans le cadre de gardes à vue ou bien de transcription d'écoutes téléphoniques.

Les suspects nient

Il y a tout juste un an, les policiers de la brigade des cambriolages de la Sûreté et les gendarmes de la SR de Bordeaux-Bouliac, travaillant en étroite collaboration, démantelaient un réseau de casseurs. Des malfaiteurs, très bien organisés, originaires d'Arménie, qui écumaient les magasins d'optique et de téléphonie à Bordeaux, Pessac, Léognan, Saint-André-de-Cubzac, etc. Trois suspects, hébergés dans un foyer de Villenave-d'Ornon, avaient été placés en détention provisoire dans le cadre de cette affaire. Lors des investigations, les enquêteurs ont soupçonné le couple d'experts de ne pas avoir traduit fidèlement les propos tenus par les mis en cause lors de leurs auditions en garde à vue. Des doutes sont nés. Il aura fallu près d'un an pour que gendarmes et policiers, cosaisis sur commission rogatoire, parviennent à déterminer que le couple d'Arméniens et leur fils, un casseur automobile de Pessac, sont impliqués dans l'affaire.

Selon toute vraisemblance, ils auraient subi des pressions de la part de certains membres de l'organisation qui s'apparente à une mafia.

Lors de leur garde à vue, les parents et le fils ont nié en bloc. Ils ont expliqué avoir acheté les vêtements et les chaussures sur le marché de la place Saint-Michel. Les bouteilles de grand cru auraient été acquises suite à un échange sur un site de vente sur Internet.

Poursuivis pour recel et révélation d'informations à des auteurs d'un délit, le couple et leur fils ont été laissés en liberté, sous contrôle judiciaire.


Les experts devraient se voir retirer leur habilitation de traducteur très rapidement. Les enquêteurs tentent d'identifier les propriétaires de la marchadise saisie.
Source : http://www.sudouest.fr/2011/04/05/les-traducteurs-armeniens-complices-362866-2780.php