dimanche 24 avril 2011

Erevan : le drapeau turc brûlé lors de la "commémoration du 24 avril"



"Le 10 [septembre 1922], la foule qui remplit les grandes artères d'Izmir, acclame Mustafa Kemal qui arrive, à 14 heures, de Nif, dans sa vieille voiture décapotable décorée de branches d'olivier. Le maréchal accompagné de Fevzi et d'Ismet, porte, comme d'habitude, un habit militaire tout simple où rien n'indique son grade. Lorsqu'il arrive devant la Préfecture où l'on a aménagé un bureau pour lui, il est surpris de voir un drapeau grec étalé sur les marches. On lui explique que le roi Constantin était entré dans cet édifice en piétinant un drapeau turc. Il refuse d'imiter le souverain grec : « Enlevez cela immédiatement. Un drapeau est le symbole de l'honneur d'une nation. Nul n'a le droit de l'humilier ! »." (Georges Daniel, Atatürk : une certaine idée de la Turquie, Paris, L'Harmattan, 2000, p. 166)