vendredi 20 mai 2011

Caucase : Arméniens et Géorgiens face à l'Islam

Alexandre Bennigsen, "Le détonateur caucasien", L'autre Europe, n° 20, 1989, p. 22 :

"Il serait inexact de considérer les crises nationales en Transcaucasie comme la conséquence de seules tensions religieuses, islamo-chrétiennes. Certes, la Géorgie comme l'Arménie, en lutte avec l'islam dès le VIIe siècle (quand les Arabes pénétrèrent pour la première fois au Chirvan), furent durant plus de mille ans des bastions chrétiens réfractaires à l'influence musulmane. Mais les clivages n'ont pas joué partout avec la même intensité : le nombre d'Arméniens passés à l'islam (les « Hemshins ») est infime (inférieur à un millier) tandis que celui des Géorgiens musulmans dépasse probablement 150 000, répartis entre « Adjars » convertis par les Turcs ottomans au XVIIe siècle et « Ingilois » de l'Azerbaïdjan occidental, convertis au XVIIIe siècle.

Par ailleurs, si les relations entre Arméniens et musulmans furent dès le début de notre siècle marquées par des incidents sanglants très nombreux, les rapports entre musulmans et Géorgiens furent (et sont encore) sinon cordiaux, du moins corrects. Avant la révolution russe, la religion n'était pas l'unique source de conflit : les facteurs sociaux et économiques et le dynamisme exceptionnel des Arméniens, en particulier, y jouaient un rôle aussi important que les différences confessionnelles."


Sur les Hemşinli (Hémichis) : Le rejet des Hemşinli (Hémichis), Arméniens islamisés, par le nationalisme arménien