mardi 24 mai 2011

Les Arméniens de Nice : communautarisme et tensions internes

La communauté arménienne sous haute tension
Publié le jeudi 22 avril 2010 à 00H00

Richard RAY

Rien ne va plus à l'église apostolique du boulevard de la Madeleine. Des paroissiens dénoncent un climat d'intimidation.



Ce sont des coups de poing qui en disent long. Révélateurs du climat de haute tension qui règne au sein de la communauté arménienne à Nice. L'agression dont a été victime le fils d'un de ses responsables (lire ci-dessous) a suscité l'intervention, avant-hier, du procureur de la République en personne, désireux d'enrayer une dérive inquiétante.

« La situation ambiante au sein de la communauté arménienne pose des problèmes, dixit Éric de Montgolfier. Il y a une lutte de pouvoir assez âpre, qui a pris cette fois-ci un tour violent. J'ai voulu adresser un avertissement pour l'avenir. »

Au coeur du conflit : l'église apostolique située boulevard de la Madeleine, à proximité immédiate du centre culturel Barsamian. Deux camps s'opposent farouchement pour son contrôle. L'affaire n'est pas sans évoquer celle de l'Église orthodoxe russe du boulevard Tzarewitch, où deux partis s'affrontent pour la propriété des lieux. Mais le climat est, ici, autrement plus délétère. Avec des accusations mutuelles d'intimidations, menaces ou malversations. Voire des passages à l'acte.

Menaces de mort

« Jamais dans la longue histoire de [notre] Église, nous n'avions traversé une crise aussi grave et aussi dangereuse. » C'est la paroisse qui a récemment tiré la sonnette d'alarme dans un bulletin d'information exceptionnel.

Mais qui s'oppose donc à qui ? Pour Michel Djarbikian, vice-président du conseil paroissial, ce sont les ecclésiastiques qui veulent prendre le pouvoir aux dépens des laïcs. Et c'est le père Vatché Ayrapetyan, le curé de la paroisse - aujourd'hui démissionnaire - qui est pointé du doigt.

Dans un courrier adressé au président de la République, les membres du conseil paroissial et du conseil communautaire (1) dénoncent un « risque de dérive communautariste » et des « menaces de mort émanant d'un groupe violent constitué d'une cinquantaine d'hommes de main. » Le président du conseil communautaire, Gaspard Kayadjanian, déplore pour sa part des agissements « très dommageables pour notre communauté ».

Un émissaire du Catholicos

Quant au père Vatché Ayrapetyan, il se refuse à toute déclaration, s'estimant tenu à un devoir de réserve. Mis en cause par une partie de la communauté, il a présenté sa démission, laquelle n'a pas encore été acceptée par les instances religieuses. Pour l'heure, il n'officie plus.

Le « pape » de l'Église arménienne, le Catholicos Karékine II qui réside à Etchmiadzine, près d'Erevan, a dépêché un émissaire, le père Mesrop Barsamian, pour ramener un peu de sérénité. Les 4 000 Niçois d'origine arménienne prient avec lui pour que cette communauté, qui a toujours été exemplaire, retrouve la paix.

1.-Le conseil communautaire représente la communauté arménienne et a une fonction essentiellement culturelle.
Source : http://www.nicematin.com/article/nice/la-communaute-armenienne-sous-haute-tension