lundi 2 mai 2011

L'historien de gauche Marc Ferro s'oppose aux exigences liberticides du lobby arménien

"(...) j'ai été beaucoup sollicité sur la question des lois mémorielles, sur le musée de l'histoire de France, et l'identité française. Un historien ne peut être que contre les lois mémorielles : elles entachent sa liberté de recherche. On l'a vu avec le génocide arménien, avec la traite et l'esclavage, mais aussi avec les bienfaits de la colonisation, la loi Gayssot sur les juifs…

Je me suis dressé contre ces lois car ce sont des secteurs de l'Histoire qu'on ne peut plus approcher. Et la tâche s'étend, à la manière d'une peau de panthère. Bientôt on ne pourra plus parler des Albigeois si c'est atteindre le psychisme des descendants des Albigeois près de Béziers. Ou à Nice de l'OAS."

Source : http://www.rue89.com/entretien/2011/05/01/ferro-cest-vous-qui-dites-que-je-suis-un-historien-engage-201982