mercredi 17 août 2011

Estonie : un preneur d'otages arménien nommé Karen Drambjan provoque une fusillade au ministère de la Défense

Estonie: fusillade au ministère de la Défense

Par LEXPRESS.fr avec AFP, publié le 11/08/2011 à 19:30

Un homme armé a pris en otage deux personnes au ministère de la Défense, à Tallinn, jeudi après-midi. Il a été tué au cours de l'intervention d'une unité spéciale.

Un homme armé d'un pistolet a tiré des coups de feu et pris en otage deux personnes jeudi après-midi au ministère estonien de la Défense avant d'être tué au cours de l'intervention d'une unité spéciale des forces de l'ordre, les deux otages ayant été libérés, a annoncé la police. "Le suspect est mort" lors de l'intervention de la police, a annoncé dans un communiqué Maria-Elisa Tuulik du bureau du procureur de Tallinn.

Le ministre de la Défense Mart Laar ne se trouvait pas dans son bureau à ce moment-là, selon le porte-parole du ministère, Peeter Kuimet. Le conseiller politique du ministre, Luukas Kristjan Ilves, qui est le fils du président estonien Toomas Hendrik Ilves, ne se trouvait pas non plus au ministère.

"A 15h08 (12h08 GMT) la police a été informée qu'un inconnu avait fait irruption dans les locaux du ministère de la Défense avec un pistolet", a indiqué Maria-Elisa Tuulik, précisant qu'"un fumigène avait également été lancé dans l'immeuble". "Deux personnes ont été prises en otage. Elles ont été libérées par la suite", a-t-elle ajouté.

Le preneur d'otages est Karen Drambjan, un avocat né en Arménie en 1954, qui avait obtenu la citoyenneté estonienne en 1990, a précisé à l'agence Delfi le Premier ministre estonien Andrus Ansip. Il était membre d'un petit parti de gauche, le Parti de la gauche unifiée, qui n'est pas représenté au Parlement. Ses motivations restent inconnues. 
Source : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/estonie-fusillade-au-ministere-de-la-defense_1020164.html

Estonie
Le tireur du ministère, un solitaire comme Breivik
Agence France-Presse
12/08/2011 08h50

TALLINN - Solitaire et auteur de manifestes politiques enflammés, les détails qui commencent à émerger concernant le tireur tué lors d'une fusillade jeudi au ministère de la Défense en Estonie, font apparaître des similitudes avec l'extrémiste norvégien Anders Behring Breivik.

Cet homme, Karen Drambjan, un avocat né en Arménie en 1954 et naturalisé estonien en 1993, estimait dans un manifeste diffusé avant les élections européennes de 2009 que «L'Estonie a pris le chemin de la guerre civile».

«Peu importe la forme que prendra ce chemin mais il sera accompagné par des rivières de sang, une déstabilisation criminelle et une pauvreté totale», selon un extrait de ce document cité vendredi par l'agence de presse locale Delfi.

L'homme, armé d'un pistolet, a fait irruption jeudi après-midi dans l'immeuble du ministère de la Défense, jetant un fumigène et prenant deux personnes en otage avant d'être tué au cours de l'intervention d'une unité spéciale des forces de l'ordre, les deux otages ayant été libérés.

Divorcé et père de deux filles, Drambjan était membre d'un petit parti non représenté au Parlement, le Parti de la gauche unifiée, ayant succédé au Parti communiste estonien de l'époque soviétique.

Dans son manifeste, il incitait à la révolte contre les autorités la minorité russophone qui représente environ un quart de la population estonienne de 1,3 million d'habitants.

«Pour eux (les Estoniens de souche), nous ne sommes que des moutons et des esclaves, nous ne sommes ici que pour remplir les caisses du pays et assurer leur prospérité», selon un extrait cité par Delfi.

Le Premier ministre estonien Andrus Ansip a lui-même fait le parallèle jeudi soir avec l'auteur des deux attaques du 22 juillet en Norvège.

«C'est déprimant. On dirait qu'il a été inspiré par les évènements en Norvège», a commenté M. Ansip, précisant que les motivations de Drambjan «restent peu claires».
Source : http://fr.canoe.ca/infos/international/archives/2011/08/20110812-085009.html

Pour rappel : Le massacreur norvégien Anders Breivik "élevé" au rang de "héros de la cause" par les extrémistes arméniens ?