vendredi 23 septembre 2011

Menacée de retour forcé en Arménie, la famille Gevorgyan n'a eu d'autre choix que de rentrer en clandestinité pour éviter le pire (l'oppression par un régime autoritaire et corrompu)

Indre
société
Réfugiés arméniens : clandestins !
22/09/2011 05:48

Châteauroux. Hier matin, plusieurs militants des droits de l'homme ont empêché l'expulsion de la famille arménienne. Elle a été cachée en lieu sûr.


Manya, Daniel Gevorgyan et leurs fils, Alen et David, sont entrés en clandestinité. La famille arménienne qui devait être expulsée de sa chambre d'hôtel castelroussine pour un aller simple vers l'Arménie, a évité le pire. Provisoirement. Les policiers étaient sensés venir les chercher dès 7 h 30, hier, rue des Halles. Mais il y avait du monde à hauteur du n° 4.
Une quinzaine de militants et citoyens ont refusé de voir cette famille livrée à la peur. Ils ont assuré une veille civique avant de convaincre la famille de quitter l'hôtel. Et de rejoindre la clandestinité. C'est la première fois que l'Indre vit une situation de ce genre. « Jusqu'à présent, les préfets étaient humains, a estimé Delphine Chambonneau, membre du bureau de la Ligue des droits de l'homme de l'Indre. C'est effectivement la première fois que nous sommes obligés d'éviter physiquement une expulsion. C'est un profond dégoût. » Un malaise très largement partagé. « On travaille à côté, nous les voyons passer tous les jours... Ça fait mal de voir ça en France », ont expliqué Muriel et Maxime. « Ce n'est pas une belle image de la France, a ajouté Michel Couty, secrétaire adjoint de l'Unsa Éducation. Ce sont des familles en voie d'intégration. »

Blocage d'une expulsion : une première

« Je ne comprends pas que l'on puisse détruire ainsi une famille, a souligné Marie-Thérèse Terra Carneiro (déléguée Snes), CPE au collège des Capucins qui accueille l'un des frères de Manya Gevorgyan. Il y a dix-huit mois qu'ils sont en France, ils veulent juste avoir une vie normale. » Cyril Sthamar, président du Relais des étrangers, est plus critique : « Ce qui me choque, c'est le commentaire de la préfecture sur l'épuisement des recours (NR du 21 septembre). On a des doutes sur la véracité des propos parce que nous connaissons une famille, actuellement dans la nature, qui avait justement encore un recours à formuler ». Contactée hier, la préfecture de l'Indre affirme qu'elle n'aurait pas fait intervenir les forces de l'ordre à l'heure dite. « Cette famille sera reçue pour lui proposer une aide au retour à titre dérogatoire. » Le choix de la famille Gevorgyan sera alors terrible : l'expulsion simple ou l'expulsion financée. Mais l'expulsion tout court.
Xavier Benoit
Source : http://www.lanouvellerepublique.fr/indre/ACTUALITE/Economie/Social/Refugies-armeniens-clandestins

Indre : une famille arménienne "cachée"
AFP Publié le 22/09/2011 à 18:01

Une famille d'opposants arméniens résidant à Châteauroux dans l'Indre et qui devait être expulsée hier, a été "cachée" in extremis par des militants associatifs pour éviter son départ forcé en Arménie, a-t-on appris aujourd'hui auprès de la Ligue des droits de l'Homme (LDH).

Daniel et Manya Gevorgyan, qui se présentent comme des opposants au président arménien Serge Sarkissian, et leurs deux jumeaux âgés d'un an devaient être expulsés mercredi matin,
a expliqué Ghislaine Millet, présidente de la LDH de l'Indre.

Le couple, arrivé en France il y a environ deux ans, estime que leur vie et celle de leurs enfants serait menacée dans leur pays. La préfecture a expliqué de son côté que l'Arménie était inscrite sur la liste des pays sûrs et a rappelé que les Gevorgyan ont épuisé toutes les voies de recours.

A l'appel de plusieurs associations, dont Réseau Education sans Frontières (RESF) et de syndicats, des militants se sont relayés devant l'hôtel de Châteauroux où résidait la famille pour éviter l'intervention de la police mercredi matin, selon Mme Millet.

La famille est depuis "cachée" dans la région, dans l'espoir que la mobilisation des associations incitera la préfecture à "revoir sa copie et autoriser à titre exceptionnel cette famille bien intégrée à rester en France", souligne la responsable de la LDH.

Selon elle, c'est la troisième famille de réfugiés "cachée" par des militants dans l'Indre depuis le début de l'été. "C'est la première fois cette année qu'on franchit le pas pour cacher des gens, on ne peut pas accepter l'acharnement de la préfecture qui a dû recevoir des consignes très dures alors qu'auparavant on pouvait obtenir des dérogations", a commenté Mme Millet.
Source : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/09/22/97001-20110922FILWWW00628-indre-une-famille-armenienne-cachee.php

A noter ce commentaire sur le site du Figaro, pointant à juste titre du doigt le silence assourdissant du lobby arménien et en particulier de M. Aznavourian (milliardaire "moraliste" et ambassadeur du régime bananier arménien en Suisse) :

"atrium

bizarre que la diaspora arménienne tres nombreuse et tres riche en france ne fasse rien pour les aider un aznavourian si riche qui de plus est un représentant de l unesco est il au courant il suffit d un mot de lui pour que tous les arméniens sans papiers en obtiennent illico"

Pour rappel : Manya Gevorgyan, réfugiée arménienne en France : "Nous ne voulons pas retourner en Arménie, c'est trop dangereux pour notre vie."