mercredi 21 décembre 2011

Le danger de la démagogie sarkozienne

Point de vuePar Hubert Coudurier Du danger des têtes de Turcs

21 décembre 2011

Après la loi Gayssot et au vu de l'inflation des lois mémorielles en France, était-il vraiment utile que l'UMP dépose une proposition de loi pour sanctionner la négation du génocide arménien? La réalité des événements s'étant déroulés en Arménie à la fin de la Première Guerre mondiale ne fait guère de doute même s'il y a contestation sur les chiffres. Mais l'exploitation du sujet est devenue une telle habitude en période électorale sur le sol français où vivent 500.000 Arméniens, que la phrase du chef de l'État turc Abdullah Gül dénonçant des arrières-pensées électoralistes prend tout son sens. Néanmoins, l'amitié plus que centenaire entre Paris et Ankara évoquée à cette occasion, a perdu beaucoup de sa consistance. Les intellectuels francophones souvent formés à l'Université Galatasaray du temps d'Atatürk, lequel construisit les fondations d'un État laïc et moderne, ne pèsent plus grand-chose au sein d'un pays musulman qui rayonne dans le Caucase, voire bien au-delà tant sa diplomatie est désormais active. «Je ne peux plus faire un pas sans tomber sur le Turc» me disait Bernard Kouchner lorsqu'il occupait le Quai d'Orsay. Nicolas Sarkozy a toujours été dans le collimateur du Premier ministre Erdogan pour s'être farouchement opposé à l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne qui relève de plus en plus du serpent de mer. À l'heure où une sainte Alliance semble s'établir entre Ankara, Le Caire et Ryad pour casser l'arc chiite qui rapproche les régimes de Téhéran, Bagdad et Damas en passant par le Hezbollah à Beyrouth, est-il opportun de prendre comme tête de Turc ce modèle de gouvernement associant l'islam modéré de l'AKP à des militaires intégrés dans l'Alliance Atlantique? Quand la politique intérieure interfère sur la diplomatie, le résultat est rarement heureux. Et se priver de la carte ottomane n'aidera guère la France à tirer son épingle du jeu des révolutions arabes qui la confinent à un simple rôle de spectateur.
Source : http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/monde/point-de-vuepar-hubert-coudurier-du-danger-des-tetes-de-turcs-21-12-2011-1543767.php