vendredi 16 décembre 2011

Le terroriste Carlos, ancien camarade d'Hagop Hagopian (ASALA), a enfin été condamné à la perpétuité

Procès Carlos
Publié le 16 décembre 2011 à 08h01
Carlos : Il va faire appel de sa condamnation

Carlos a été condamné jeudi soir à la réclusion criminelle à perpétuité, avec 18 ans de sûreté, par la cour d'assises spéciale de Paris. Ilich Ramirez Sanchez, de son véritable nom, a été jugé coupable de quatre attentats meurtriers commis en France il y a près de 30 ans. Il va faire appel de ce jugement.

Il n'y avait pas que le procès de Jacques Chirac dans l'actualité de jeudi. Et si la condamnation de l'ancien président de la République a été largement médiatisé, dans un autre registre, il est nécessaire de revenir sur le procès d'Ilich Ramirez Sanchez, alias Carlos.

L'homme a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, avec 18 ans de sûreté, par la cour d'assises spéciale de Paris qui l'a jugé coupable de quatre attentats meurtriers commis en France il y a près de 30 ans. Aussitôt, son avocate Isabelle Coutant-Peyre a annoncé qu'il allait faire appel, qualifiant ce verdict de « scandale ».C'était la peine maximale que pouvait prononcer la cour et c'était la peine requise par le parquet contre le Vénézuélien de 62 ans jugé depuis le 7 novembre pour quatre attentats qui ont fait 11 morts et près de 150 blessés en 1982 et 1983. Blessé dans l'un de ces attentats, Alain Poupaux s'est dit « soulagé » par la mesure de sûreté « qui le fera rester en prison ».
"Vive la révolution !"

L'Allemande Christa Fröhlich, jugée pour un seul de ces attentats, a été acquittée. Quinze ans de réclusion avaient été requis contre cette femme de 69 ans qui vit à Hanovre (nord de l'Allemagne) et n'a pas assisté au procès. Deux autres peines de réclusion à perpétuité ont été prononcées à l'encontre de deux co-accusés de Carlos jugés en leur absence: l'Allemand Johannes Weinrich, ancien bras droit de Carlos, est détenu en Allemagne pour d'autres faits et le Palestinien Ali Kamal Al Issawi est en fuite. Le procès de Carlos a duré six semaines. Son soliloque, avant la clôture des débats, s'est étiré durant cinq heures et la cour a délibéré durant quatre heures.

Carlos avait conclu son intervention en sanglotant sur la lecture d'un document présenté comme « le testament de Mouammar Kadhafi », un « homme qui a fait plus que tous les révolutionnaires comme nous dans le monde ». « Vive la révolution ! », « Allah Akbar ! », a-t-il lancé, poing levé, imité par une quinzaine de ses soutiens dans le public. Dans son monologue erratique, mêlant considérations géopolitiques et personnelles, Carlos s'est livré à une revue critique de son procès « bâclé », une « comédie de série B », décortiquant chaque intervention des avocats des parties civiles et des avocats généraux, ses bêtes noires. « Il n'y a rien qui me lie aux quatre attentats » a-t-il conclu. La justice ne l'a pas cru. Elle l'a condamné.
Actu France Soir
Source : http://www.francesoir.fr/actualite/justice/carlos-il-va-faire-appel-sa-condamnation-166189.html

Pour information :

"(...) H. Hagopian, proche de Carlos, d'Abou Nidal, et qui frappe à nouveau les intérêts français à Téhéran en juillet et à Berlin-Ouest en août 1983." (Gaïdz Minassian, Guerre et terrorisme arméniens, 1972-1998, Paris, PUF, 2002, p. 96)

Ajoutons que Carlos et Hagopian ont eu le même supérieur hiérarchique : le Grec-orthodoxe Waddi Haddad, du FPLP-COSE.

Voir également : La coopération des terroristes arméniens de l'ASALA avec les services secrets de Kadhafi

Le terrorisme arménien en France : images d'archives

Quelques figures de l'activisme/terrorisme arménien