samedi 7 janvier 2012

Frédéric Pons dénonce une loi "doublement malfaisante"

"Il est clair que la Turquie a en­core un gros travail de mémoire à mener sur les heures sombres de son histoire – la France aussi. On peut aussi penser qu’elle n’a pas vocation à intégrer l’Union européenne, pour des raisons géopolitiques, culturelles ou religieuses. Mais cette nouvelle loi mémorielle est doublement malfaisante. « On ne pouvait imaginer pire », commente l’historien Pierre No­ra dans le Monde du 28 dé­cembre. Dans notre “pays de libertés” – pas pour les historiens ! –, une majorité de circonstance s’arroge le droit de dire la vérité historique officielle et empêche les historiens de travailler en totale liberté. Malheur à qui douterait, nuancerait, minimiserait le chiffre “officiel”. Un an de prison et 45 000 euros d’amende l’attendent…

Cette loi piège surtout le gouvernement dans une polémique désastreuse avec un pays dont la France a plus que jamais besoin sur les dossiers sensibles où elle veut jouer en première ligne : la Syrie, l’Iran, le Liban. Quoi que l’on pense de la Turquie et de ses dirigeants, ils jouent un rôle central au Moyen-Orient. Paris a aussitôt cherché à apaiser la tension : « La France ne donne de leçons à personne, mais n’entend pas en recevoir. » Alain Juppé a reconnu que cette loi « n’était pas opportune ». Mais le mal est fait."

Source : http://www.valeursactuelles.com/notre-opinion/notre-opinion/l%E2%80%99inutile-pataqu%C3%A8s-franco-turc20120105.html