jeudi 12 janvier 2012

La propagande nationaliste arménienne sur le réseau social Facebook : de la turcophobie à l'antisémitisme (sa forme mortifère incluse), il n'y a qu'un pas, allégrement franchi par ces excités potentiellement dangereux




Sur le profil Facebook d'un certain Charles V., qui semble être l'un des principaux agitateurs nationalistes arméniens en Belgique, sont dénoncées dans une image injurieuse (accompagnant un article de propagande) et dans les commentaires six personnalités : Bernard Lewis, Pierre Nora, Jean Daniel, Jacques Attali, Robert Badinter, Jack Lang. Il n'échappera à personne que toutes ont en commun d'être d'origine israélite : et ce alors que de nombreux historiens non-juifs de par le monde refusent la qualification de "génocide arménien", et que de nombreux politiciens et journalistes non-juifs, de diverses tendances, en France se sont publiquement opposés au projet de loi arménocentriste. Une telle liste de personnes pointées du doigt ne peut donc que dénoter une obsession antisémite chez Charles V. Son antisémitisme profond et pathologique est confirmé quand il traite lesdites personnes de "négationnistes" : une insulte particulièrement obscène quand on sait que le terme "négationnisme" est exclusivement réservé à la négation du génocide juif, et ne saurait donc s'appliquer à la version non-arménienne de 1915 et a fortiori à l'opposition aux lois mémorielles en général. Plus grave encore, une certaine Jacqueline A. profère une menace de mort dénuée de toute ambiguïté contre MM. Lewis, Nora et Daniel : "au poteau", écrit-elle. Ce sur quoi Charles V. ne trouve rien à redire, ce qui équivaut à une approbation tacite.

Décidément, la vieille et triste tradition antisémite des Arméniens est toujours d'actualité : cette fois-ci, cette obsession venimeuse et intolérante se drape dans les plis apparemment "vertueux" de la dénonciation d'un "négationnisme imaginaire" (pour reprendre l'expression heureuse de feu Pierre Vidal-Naquet concernant le harcèlement dont était victime Gilles Veinstein).

Pour en savoir plus sur cette réalité, on consultera : L'antisémitisme arménien : quelques pistes à explorer

Les Arméniens d'Izmir et la calomnie antisémite du crime rituel

Une des "raisons" de l'antisémitisme arménien : la loyauté des Juifs ottomans à leur Etat, sous Abdülhamit II (Abdul-Hamid II) et les Jeunes-Turcs

Un thème récurrent de la propagande arménienne : le soi-disant complot judéo-maçonnique et dönme derrière la révolution jeune-turque

Les Arméniens, des bons Aryens : rétrospective sur une obsession raciale du nationalisme arménien

La jalousie maladive des militants arméniens à l'égard des Juifs