mercredi 25 janvier 2012

L'arrogant fanatique arménien Patrick Devedjian profère des énormités, crache sur la France et fustige les historiens

Patrick Devedjian, déclaration à l'émission "Ça vous regarde", LCP, 24 janvier 2012 :

"On n'a pas légiféré sur un autre pays. C'est la France qui est concernée dans le génocide des Arméniens. En 1916, la France a désigné un haut-commissaire en Arménie, M. Georges-Picot, qui a administré une partie de l'Anatolie orientale sur laquelle s'est passée le génocide. Et donc la France a eu un territoire sous mandat, sous son mandat, de 1916 à 1922, qu'elle a administré. Elle a reconstitué sur ce territoire une Légion arménienne sous le drapeau français qui a combattu avec la France. Et la France s'est engagée auprès des Arméniens de cette région qui se sont réfugiés sous son mandat. Puis en 1922 elle les a abandonnés, comme elle a fait avec les Harkis en Algérie, exactement de la même manière. Donc on ne légifère pas du tout sur un pays étranger ou une querelle entre deux pays étrangers, comme un certain nombre de gens qui ne connaissent même pas l'histoire de France le disent. C'est la preuve d'ailleurs qu'il ne faut pas laisser ce problème aux historiens, parce que les historiens ils parlent de ce qui les amuse ou de l'actualité. Mais l'Histoire, c'est l'affaire de tout le monde."

Sur le mandat français en Cilicie et la Légion arménienne, on se fiera plutôt à ces sources-là, évidemment plus fiables que les élucubrations de cet ancien supporter des terroristes de l'ASALA : La Légion arménienne, une force supplétive encombrante pour la politique française en Méditerranée orientale

Le mandat français en Cilicie, la Légion arménienne, les accords franco-turcs et l'évacuation des Arméniens

Les constatations d'Adrien Léger sur les Arméniens en Cilicie

Sur le personnage lui-même : Charles Aznavour (Shahnourh Varinag Aznavourian) et Patrick Devedjian : de paisibles citoyens français ou des nationalistes arméniens volontiers fanatiques ?