mercredi 25 janvier 2012

Le mot de Hrant Dink

Hrant Dink, cité par Pierre Vanrie dans "Punir la négation du génocide arménien, une bien mauvaise idée", Courrier International, 12 octobre 2006 :

"Si cette loi passe, j'irai moi-même en France et j'y déclarerai publiquement, même si je pense le contraire, qu'il n'y a pas eu de génocide arménien."

Voir également : Le défunt Hrant Dink : estime pour Atatürk, hostilité à l'instrumentalisation de la question arménienne

Orhan Dink, le frère de Hrant, dénonce la loi arménocentriste de l'Assemblée nationale française