mardi 17 janvier 2012

L'inanité du concept de génocide tel que défini par Raphaël Lemkin (un juriste souvent cité par les activistes arméniens, comme s'il s'agissait d'un historien compétent)

Anton Weiss-Wendt, "Hostage of Politics : Raphael Lemkin on "Soviet Genocide"", Journal of Genocide Research, 7(4), décembre 2005 :

"Le concept de génocide de Lemkin recouvrait les déportations staliniennes par défaut. Ce concept, tel que décrit dans son ouvrage Axis Rule in Occupied Europe, différait significativement de la formulation de la convention de l'ONU sur le génocide. Lemkin identifiait plusieurs formes de génocide : politique, sociale, culturelle, économique, biologique, physique, religieuse et morale. Il interprétait le génocide comme une intention d'annihiler une fraction de la population en détruisant les fondations essentielles de la vie telles que : les institutions sociales et politiques, la culture, la langue, les sentiments nationaux, la religion, les moyens économiques, la sécurité personnelle, la liberté, la santé, la dignité, et enfin la vie elle-même. Une interprétation aussi large du crime ferait de n'importe quel exemple de violation brute des droits de l'Homme un génocide. En effet, du point de vue actuel, plusieurs cas que Lemkin jugeait "génocidaires" en 1944 (par exemple : la politique allemande dans les territoires occupés du Luxembourg, d'Alsace-Lorraine, ou de Slovénie) n'équivalaient pas à un véritable génocide. Malgré le fait que la convention de l'ONU sur le génocide ne traitait que de la destruction physique et biologique de la vie, Lemkin en resta à son interprétation initiale du génocide."

Beaucoup de soviétologues, et pas des moindres (en France : Alain Blum, spécialiste de la démographie soviétique), remettent par ailleurs en cause le qualificatif de "génocide" attribué par Lemkin à la famine des années 30 en Ukraine : http://fr.wikipedia.org/wiki/Holodomor#Arguments_des_adversaires_de_la_th.C3.A8se_du_g.C3.A9nocide

A noter que dans la perspective de Lemkin, la déportation-expulsion des Azéris dans la RSS d'Arménie sous Staline pourrait parfaitement être classée comme "génocidaire" : Histoire des Arméniens : les déportations arméno-staliniennes d'Azéris

Ainsi que l'"arménisation" dans la première République indépendante d'Arménie : Une épuration ethnique nommée "arménisation"