vendredi 13 janvier 2012

Marseille : retour sur un crime d'honneur arménien symptomatique

Marseille : le patriarche avait tué son épouse à coups de marteau

Publié le mardi 10 janvier 2012 à 17H10

La cour d'assises - "nouvelle formule" - juge Karo Babayan, un mari tyran.

Le face à face est insoutenable pour ces quatre frères et soeurs qui quittent le banc des parties civiles et s'éloignent au fond du prétoire. Leur père, dans le box des accusés, ne cesse de solliciter leur regard. Karo Babayan, 54 ans, a tué leur mère Emma et les sept enfants de ce couple qui avait trouvé refuge en France il y a dix ans, ont tous assisté à cette chronique d'une mort annoncée. Seuls les quatre aînés sont présents dans le prétoire de la cour d'assises. Les mineurs sont accompagnés par des représentants de l'Avad, l'association marseillaise d'aide aux victimes. On sent ces adolescents et jeunes adultes pleins de souffrance et de rage. C'est eux-mêmes qui avaient demandé leur placement dans un foyer pour échapper à la violence quotidienne du père sur leur mère. Une violence qui n'a cessé durant les vingt-deux ans de vie commune jusqu'à ce 14 janvier 2009.

Lorsque les pompiers interviennent au domicile des Babayan, dans le 14e arrondissement, ils découvrent le corps d'Emma dans la salle de bains. L'arme du crime, une massette de maçon, a été posée dans le bac à douche. Karo Babayan est calme, il s'est changé, lavé les mains. Il assure qu'il voulait la tuer. Il reconnaît les coups de marteau sur le crâne d'Emma, piégée dans la salle de bains ou elle se recoiffait. Treize coups sur le crâne. Devant le juge d'instruction, pointe rapidement l'ombre d'un patriarche tyrannique : "Je reconnais avoir commis un crime monstrueux mais je me sens responsable uniquement envers Dieu car j'ai défendu l'honneur de ma famille."

"Elle m'avait tué moralement"

Est-ce parce qu'Emma avait entrepris une procédure de divorce ? Lui soutient aujourd'hui encore, face aux jurés : "J'ai été un excellent mari pendant 22 ans. J'étais un très bon père." Il assure avoir vu rouge après les révélations d'Emma lui annonçant une relation avec un autre homme, accompagnées de cette invitation : "Dégage !" Mais cette relation adultère n'a jamais été établie et cette version est intervenue bien après les aveux d'un geste prémédité. "Elle m'avait tué moralement", avait-il dit, sentant que son épouse, beaucoup mieux intégrée que lui, bénéficiant du soutien de la communauté arménienne, de l'aide matérielle du PCF, faisait chanceler son rôle de "chef" de famille. Un enquêteur de personnalité l'a décrit comme "figé dans un conformisme archaïque, comme un despote intolérant à la moindre velléité de résistance". Un tyran dont les dents sont en or.…

La cour d'assises va remonter ce long cheminement de haine à l'égard de son épouse, frappée tous les jours. En Russie, elle avait perdu un enfant après avoir été violemment projetée. Dans le quartier du Rouet, où la famille a vécu, des voisins avaient vu Emma, un oeil au beurre noir. Cet après-midi, les enfants, principaux témoins, raconteront aux jurés la violence de leur père et diront le poids de l'absence de leur mère.

Plus que six jurés

Longtemps les cours d'assises ont été composées de douze juges trois magistrats professionnels et neuf jurés populaires. Douze, comme un vestige des Douze Apôtres…... Pour la première fois, hier, à Aix-en-Provence, ce sont six jurés qui ont pris place aux côtés du président Jacques Calmettes et de ses deux assesseurs. Même "distribution" dans l'autre cour d'assises présidée par Jean-Luc Tournier. La réforme votée en août est entrée en vigueur au 1er janvier mais n'a trouvé, à Aix, son application qu'hier. Les verdicts seront désormais motivés, il faudra expliquer les décisions de condamnation, plus rarement d'acquittement.

Luc LEROUX
Source : http://www.laprovence.com/article/faits-divers-justice/marseille-le-patriarche-avait-tue-son-epouse-a-coups-de-marteau

Pour rappel : Le crime d'honneur, une tradition arménienne ?

Voir également : Istanbul : un couple religieusement mixte victime d'un crime d'honneur de la part du beau-frère chrétien arménien

Les coutumes matrimoniales des Arméniens

Les violences domestiques : un problème qui touche plus du quart des femmes d'Arménie

Le problème de la violence conjugale en Arménie

Les violences faites aux femmes et aux filles en Arménie (rapport de 2011)

Arménie : des femmes souffrent en silence

Violence au sein de la famille arménienne : le cas de Greta Baghdasaryan