samedi 3 mars 2012

Les Arméniens d'Azerbaïdjan

Antoine Constant, L'Azerbaïdjan, Paris, Karthala, 2002, p. 37-38 :

"Il y a eu de tout temps une présence arménienne très ancienne dans les villes d'Azerbaïdjan. Des communautés urbaines, mais aussi villageoises de très vieilles souches, ont exercé une activité agricole ou commerçante de façon immémoriale. Une immigration massive et continue, provenant des Empires perse et ottoman depuis le début XIXe siècle, encouragée et favorisée économiquement par l'Empire russe depuis la conquête du Caucase, contribua à modifier le regard qu'on portait sur eux jusque-là. (...)

Leur rapide prééminence commerciale, la prospérité de certaines familles et le pouvoir qu'ils acquirent de ce fait suscita des marques de réprobation et de défiance, en Azerbaïdjan comme en Géorgie. La cohabitation, quoique généralement pacifique, a parfois dégénéré en Azerbaïdjan en de brusques accès de violences intercommunautaires (1905, 1918, 1920). Ces violences qui ont beaucoup frappé l'opinion trahissent, par un effet grossissant, la bonne entente qui a été la règle avant et même depuis leur sensible accroissement numérique au XIXe siècle ; de même, elles masquent le profit politique que la Russie, ou d'autres pouvoirs, pouvaient tirer jusqu'à un certain point de l'éruption de telles violences.

La guerre se nourrit d'elle-même par le sang versé, et un engrenage difficile à stopper se met durablement en place. Au cours de la perestroïka, qui fut le temps d'une sourde lutte de titans au sein du pouvoir, certains cédèrent à nouveau aux sollicitations de ces vieilles sirènes et jouèrent sur la corde de l'hyper-émotivité communautaire arménienne pour ranimer les braises. Relayé par un romantisme nationaliste « utile », le statut du Haut-Karabagh fit office de détonateur qui relança un cycle de violences. La guerre, les morts, les réfugiés de part et d'autre, mais aussi le sacrifice délibéré d'une communauté de plus de 300 000 Arméniens d'Azerbaïdjan fut le prix à payer. On évalue à quelque 20 000 le nombre de ceux qui demeurent dans le pays, des vieillards ou des conjointes de couples mixtes."

Voir également : Histoire des Arméniens dans le Caucase : un bilan du nationalisme épurateur arménien jusqu'en 1921

Histoire des Arméniens : les déportations arméno-staliniennes d'Azéris

Histoire des Arméniens dans le Caucase : le déchaînement de la violence nationaliste arménienne à l'occasion de la décomposition soviétique

Le prétendu "pogrom nationaliste azéri" de Soumgaït en 1988 : une manipulation communisto-mafieuse ?

Les circonstances des émeutes anti-arméniennes de Bakou en janvier 1990