dimanche 29 avril 2012

Première Guerre mondiale : le conflit russo-allemand et la question de l'antisémitisme tsariste

Walter Laqueur, A History of Zionism : From the French Revolution to the Establishment of the State of Israel, New York, Shocken Books, 2003 :

"Les sionistes allemands partageaient l'enthousiasme patriotique général d'août 1914. Leur fédération escomptait que tous ses jeunes membres se portent volontaires pour le service militaire. L'Allemagne était en train de se battre pour la vérité, le droit, la liberté et la civilisation mondiale contre la tyrannie la plus sombre, la cruauté la plus sanglante, et la réaction la plus noire, telles que représentées par le despotisme tsariste. En s'alliant avec la Russie, la France et la Grande-Bretagne étaient devenues ses complices dans le crime. (...)

L'enthousiasme patriotique des sionistes allemands et autrichiens semble, rétrospectivement, singulièrement erroné, mais il est également juste d'ajouter que la guerre contre la Russie était aussi populaire en Europe de l'Est et aux Etats-Unis, les deux plus grandes concentrations juives. Après avoir reçu les nouvelles sur les défaites russes, Morris Rosenfeld, l'écrivain yiddish le plus populaire du temps, écrivit un poème qui se terminait par les mots : "Vive l'Allemagne ! Longue vie au Kaiser !" La Russie tsariste était le pays des pogroms, de Kichinev et de Homel, de l'oppression institutionnalisée. Le fait que, après le déclenchement de la guerre, la persécution des Juifs dans l'ouest de la Russie devint encore plus intense, et que des centaines de milliers d'entre eux avaient été déportés, n'a pas rendu ce pays plus populaire. La plupart des dirigeants des communautés juives de Russie et de Pologne croyaient à l'inéluctabilité d'une victoire allemande. Pour eux, comme Weizmann l'écrivait, l'Occident s'arrêtait au Rhin. Ils connaissaient l'Allemagne, parlaient l'allemand, et étaient très impressionnés par les réalisations allemandes. Et ils étaient marqués par l'histoire douloureuse des Juifs en Russie. Une victoire de la Russie n'aurait fait que perpétuer et peut-être intensifier la persécution des Juifs d'Europe de l'Est, tandis que la défaite de la Russie avait de fortes chances d'ouvrir la voie à leur libération."

Source : http://turquetto.blogspot.com/2012/04/le-comite-pour-la-liberation-des-juifs.html

Voir également : Arnold J. Toynbee : de la propagande pro-arménienne au témoignage pro-turc







Automne-hiver 1914-1915 : le rôle militaire décisif des belligérants arméniens, d'après la presse française

1914-1915 : la volonté de collaboration de la FRA-Dachnak avec l'Entente et contre l'Empire ottoman