mardi 22 mai 2012

Manifestation en faveur de la tolérance et du dialogue à Erevan : les ultra-nationalistes désinforment et provoquent

Arménie : Des nationalistes perturbent la Marche pour la diversité
Photos traductions Photos Vidéo traductions Vidéo
Traduction publiée le 22 Mai 2012 7:39 GMT · Voir le billet d'origine [en]

[liens en anglais]  Comme ce fut déjà le cas en 2009 pendant une marche célébrant la Journée internationale de la femme, en Arménie, des nationalistes ont infiltré et perturbé la marche célébrant la Journée internationale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement qui était organisée le 21 mai à Erevan.

Des articles sur de nouvelles attaques contre le D.I.Y, un bar gay-friendly qui avait été victime d'un attentat à la bombe incendiaire le 8 mai, ont suivi ces évènements.  Certains officiels et politiciens ayant trouvé des excuses aux attaques, les blogueurs manifestent leur inquiétude.

Unzipped: Gay Armenia compare les actions des nationalistes au fascisme.

    PINK Arménie et le Centre de ressource pour les femmes ont annoncé plusieurs évènements qui auraient lieu durant la Semaine de la diversité marquant la Journée internationale de la diversité culturelle des Nations Unies.   La semaine aurait du être lancée par une Marche de la diversité le 21 mai, appellant au respect de… oui, la diversité en Arménie.

    Mais la notion même de diversité en Arménie a été une fois de plus attaquée par les provocations d'éléments néo-nazis et leurs supporters.  Pour rallier davantage de soutien, ils ont appelé la marche de la diversité une “gay pride” et encouragé les agressions contre les manifestants en répandant activement de fausses informations.

    […]

    Les attaques des éléments néo-nazis sur les manifestants étaient encouragées par le soutien de l'hystérie homophobe et de la violence anti-gay suite à l'attentat contre le bar DIY, et ce à un très haut niveau de l'administration.  […]

    Regardez ces articles. Regardez ces photos. Ce sont les visages du fascisme en Arménie.

Global Chaos publie aussi un compte-rendu complet et établi la comparaison avec les récentes confrontations dans la Géorgie voisine. Le blog souligne clairement que la marche à Erevan n'était pas une manifestation gay et  note la présence de prêtres arméniens.

    […] la campagne de PINK Arménie contre l'homophobie étant encore dans les mémoires, la marche pour la diversité a été détournée dans l'esprit du public et présentée comme une “gay parade” par certains éléments et groupes ultra-nationalistes (pour éviter d'employer le terme “néo-nazi”) qui se sont joints à la manifestation.  Ces perturbateurs étaient bien plus nombreux que les manifestants pour la diversité et ont réussi avec leurs agressions et le bruit qu'ils faisaient à non seulement entraver la marche mais aussi à détourner le sens de l'évènement.

    […]

    Ces actions, comme tout ce qui s'est passé autour du D.I.Y.,  deviennent de plus en plus fréquentes en Arménie.  Le culte aveugle de Garegin Nzhdeh (qui, malgré ses actions pour la patrie, fut, ne l'oublions pas, un collaborateur des nazis et a soutenu “l'Aryanisme”, ayant réussi à faire établir par Berlin que les Arméniens faisaient partie de la race aryenne) et l'influence grandissante de l'Eglise apostolique arménienne [Echmiadzin], soutenue par le Parti républicain au pouvoir, sont non seulement inquiétants mais dangereux. Leur idéologie, et les activités de certains groupes et supporters, sont trop proches du nazisme ; et leurs discours sur la protection des “gènes collectifs” arméniens rappellent dangereusement l'eugénisme.

    […]

    L'agression de minorités, et particulièrement des minorités sexuelles, étant encouragée par diverses forces politiques du pays (dont celles supposées être d'opposition) fait de la situation un néo-nazisme soutenu par l'état.  L'Arménie étant membre des Nations unies et du Conseil de l'Europe, et donc s'étant engagée à respecter des documents comme la Déclaration universelle des droits humains, la Convention européenne sur les droits de l'homme et en particulier la résolution 1728 (sur la discrimination basée sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre), les dirigeants politiques arméniens devraient être tenus pour responsables non seulement pour laisser de tels évènements se produire dans le pays, mais surtout pour les soutenir activement.

Un autre blog arménien, Le Retour en 3 parties, commente l'attitude de la police.

    […] nous ne contrôlions plus la situation.  Parce qu'à partir de ce moment les policiers nous disaient quoi faire, où aller, où nous tenir.  Nous étions  sous le contrôle des forces de l'état.  Je ne crois pas une minute que la police se préoccupait de notre sécurité (en fait plusieurs manifestants m'ont raconté plus tard comment ils avaient entendu les officiers de police faire des remarques qui approuvaient les slogans de haine des contre-manifestants).  La police suit des ordres qui viennent d'en haut - pas des activistes (et surtout pas des activistes qu'ils pensent être gays ou alliés des  gays).

    […] Et pourtant je me suis senti encore plus comme un animal attiré dans une cage. Parce que maintenant nous étions barricadés à l'intérieur tandis que les contre-manifestants étaient dehors, continuant à crier, à chanter et à se proclamer les défenseurs de la nation et des “valeurs nationales”.

Comme cela est le cas lors d'évènements similaires en Arménie, les valeurs de progrès ont été condamnées par les nationalistes qui avaient infiltré la marche avec des slogans comme “Les gays, allez à Bakou  [Azerbaïdjan]” et “Non à la perversion”.
Source : http://fr.globalvoicesonline.org/2012/05/22/109438/

Voir également : Erevan : un attentat anti-homosexuels est cautionné par deux députés dachnaks, les commentaires du "citoyen humaniste" (sic) Mourad Papazian sont attendus



L'épuration générale des minorités ethniques en Arménie