jeudi 21 juin 2012

Dominique Jamet et l'autisme liberticide des "élites" actuelles de la société française

"Y a-t-il plus de sujets « politiquement incorrects » qu’auparavant ? Quels sont aujourd’hui les sujets politiquement incorrects ?

Nous ne sommes pas dans une époque plus contraignante du point de vue de la liberté d’expression, par rapport à il y a 200 ans, lorsque l’Eglise faisait sa loi. Mais par rapport à d’autres époques, il y a une progression de la mastication et du refus de discuter sur ces sujets. De tous temps, il y a des opinions dominantes. Pourtant, refuser de les remettre en question est typique de notre époque. L’évolution a été imperceptible, malgré quelques dates marquantes qu’on peut distinguer, comme la loi sur le génocide arménien, qui suppose l'existence d'une vérité historique. Elle est surtout due au bipartisme et à la réduction du pluralisme, symptomatiques de notre époque, que ce soit au niveau médiatique ou des partis politiques.

Comme s’il n’y avait pas de réalité en-dehors de l’UMP et du PS.
Parallèlement aux mécanismes de la Ve République, qui favorisent la bipolarisation, on assiste à une tendance à la concentration médiatique et à l’impossibilité pour les opinions minoritaires de faire vivre une presse et donc d’exister. Certes, internet permet une nouvelle forme de liberté d’expression. Mais il est fort possible que l’histoire des radios libres se répète. Lorsqu’on a ouvert les radios, on s’attendait à une explosion dans l’expression des opinions. Cela dit, progressivement, ces radios sont toutes tombées dans les mains de grands groupes. Vue la désorganisation des pôles d’expression sur le net, il est de même possible que les grands groupes traditionnels se saisissent finalement du débat. Comme à la radio.

A l’heure actuelle, un certain nombre de sujets sont soumis à une vérité unique dogmatique : la parité, l’immigration, ou l’Europe. On postule que l’immigration n’est pas un problème, que l’insécurité est un fantasme, ou qu’il faut sauver l’Euro, sans jamais remettre ces assertions en question. Tout le monde doit se plier à la vérité du groupe."

Source : http://www.atlantico.fr/decryptage/ces-nouveaux-sujets-rattrapes-politiquement-correct-francais-dominique-jamet-396377.html

Voir également : L'historien de gauche Marc Ferro s'oppose aux exigences liberticides du lobby arménien