vendredi 8 juin 2012

Limoges : coup d'arrêt à un réseau de cambrioleurs

Limousin > Haute-Vienne > Limoges 05/06/12 - 10h28
Cambriolages : le "réseau" avait sa base à Limoges

Les enquêteurs de la gendarmerie ont interpellé, hier, 21 personnes issues d'Europe de l'Est en région parisienne et à Limoges. Elles sont soupçonnées d’avoir commis près de 200 cambriolages.


Un coup d’arrêt à une filière de cambrioleurs venue des pays de l’Est a été porté hier matin, à Limoges. Au total, dix-sept personnes soupçonnées d’avoir commis entre 150 et 200 cambriolages sur toute la France depuis des mois ont été interpellées aux aurores dans plusieurs quartiers de Limoges.
Il était 6 heures quand une centaine de gendarmes ont investi des logements rue du Quai-Militaire, dans le quartier du Mas-Neuf, de Beaubreuil ou encore non loin de la cathédrale. Au total, une source proche de l’enquête confirme l’intervention de la gendarmerie conjointement avec des policiers, dans dix secteurs de Limoges.

Ces hommes d’origine géorgienne (quelques hommes d’origine arménienne ont également été arrêtés) viennent pour la plupart de la ville de Koutaïssi (voir encadré).

Limoges, leur lieu de vie et leur point de ralliement

Très connus des services de police et de la gendarmerie, ils ont fait l’objet de plusieurs fiches et de notes adressées à la direction centrale de la police judiciaire au niveau national. Cette bande, faisant partie d’une filière baptisée « Vory v Zakone », les« voleurs dans la loi » (voir ci-dessous), a comme spécialité les cambriolages des habitations ou les vols à l’étalage. Ces hommes sont régulièrement arrêtés et condamnés par la justice notamment pour des vols de bijoux.

Les départements ciblés étaient la Corrèze, la Creuse, la Haute-Vienne, l’Allier, la Charente, la Dordogne, la Gironde et aussi la Vienne.

Après les casses, les auteurs se retrouvaient à Limoges, leur point de ralliement et leur lieu de vie. Ils effectuaient alors des voyages en Belgique pour écouler, auprès d’un bijoutier, les objets volés.


Considérés comme très professionnels par les services d’enquête, ils ont comme technique de cambriolages d’extraire les barillets des portes, en portant évidemment des gants pour éviter toute trace. « Quand ils cassent, c’est généralement assez propre », indique une source proche de l’enquête.

Suivis depuis plusieurs mois par la section de recherches de Limoges, sous l’égide de la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Bordeaux, ces hommes font partie d’une véritable mafia (voir ci-dessous).

C’est depuis l’automne qu’ils ont été pris en filature par les enquêteurs, et placés sur écoute téléphonique. Leur comportement et leurs relations ont été étudiés dans les moindres détails.
Sous le regard d’une représentante d’Interpol

Preuve de l’importance qu’accordent à ce groupe les forces de police et de gendarmerie, une personne d’Interpol était présente, hier, à Limoges pour suivre l’opération avec des membres de l’Office central de la lutte contre la délinquance itinérante. Ils sont toujours en garde à vue à la section de recherches, à Limoges.

Cette vague d’interpellation va-t-elle porter pour autant un coup d’arrêt définitif à cette mafia ? Pas sûr.
En novembre 2011, vingt-six personnes avaient été interpellées par les gendarmes en Haute-Garonne. Tous venaient de Géorgie. Il n’a pas fallu longtemps pour que d’autres membres des « Vory v Zakone » prennent le relais, un peu plus au nord, à Limoges. Il ne devrait pas en falloir guère plus pour que les délinquants, actuellement en garde à vue, soient eux-aussi bientôt remplacés.

Franck Lagier
Source : http://www.lamontagne.fr/limousin/actualite/departement/haute-vienne/2012/06/05/cambriolages-le-reseau-avait-sa-base-a-limoges-1185865.html

06h00 | Mise à jour : 08h11
Par Jean-Michel Desplos
Bordeaux : un gang de cambrioleurs écroué

Ils sont soupçonnés d'avoir commis 200 vols dans le Grand Ouest

Ils ont sévi pendant de longs mois entre Poitou-Charentes, Aquitaine et Massif central. Depuis hier, une douzaine de ressortissants géorgiens sont en détention provisoire dans plusieurs maisons d'arrêt de la région. Ils ont été mis en examen par la juge Cécile Ramonatxo pour vols en bande organisée, recel de vol, blanchiment et association de malfaiteurs. Ils encourent dix ans de prison.


Âgés de 20 à 35 ans, tous sont soupçonnés d'appartenir à un réseau mafieux. Ils auraient commis environ 200 cambriolages pour un butin représentant plusieurs centaines de milliers d'euros.


Face à la recrudescence des vols commis dans des résidences principales entre la Haute-Vienne et Bordeaux, les gendarmes de la section de recherches de Limoges ont créé, en novembre 2011, une cellule d'enquête pour tenter de mettre un terme aux agissements de cette bande qui montait en puissance et frappait aussi bien en zone urbaine qu'e n zone rurale. « Ils constituaient des équipes de trois et effectuaient des raids », précise le lieutenant-colonel Ludovic Ehrhart, commandant la SR de Limoges.

Armés le plus souvent de pieds-de-biche et de pinces de force, ils pénétraient par effraction, en plein jour, profitant de l'absence des occupants des lieux. Ils volaient principalement des bijoux (700 ont été retrouvés en perquisition), de l'argent ainsi que des objets de valeur comme du matériel informatique, pouvant être revendus facilement. « Ils écoulaient aussitôt les bijoux en or en Belgique, rapporte Pierre Bellet, premier vice-procureur de la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Bordeaux, en charge de l'affaire. L'argent était ensuite envoyé en Géorgie où est susceptible de se trouver le commanditaire qui tirait les ficelles de ce réseau. Les investigations se poursuivent. »

Au total, 21 suspects, principalement géorgiens mais aussi des Arméniens, des Bulgares et des Russes, ont été interpellés. 16 ont été arrêtés à Limoges et 5 à Paris. Cette vaste opération a été menée avec le soutien des enquêteurs de l'Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) et des analystes d'Europol et d'Interpol. « Cela nous a permis d'exploiter leurs fichiers, car ces malfaiteurs passent par l'Espagne, l'Autriche, l'Allemagne, etc. », observe le commandant de la SR.

    Bordeaux · Faits divers
Source : http://www.sudouest.fr/2012/06/08/un-gang-de-cambrioleurs-ecroue-736776-7.php

Voir également : Gers : l'incroyable butin de la bande organisée de cambrioleurs arméno-géorgiens

Aveyron et Sud-Ouest : démantèlement d'un réseau de cambrioleurs arméniens et "géorgiens"

La mafia arménienne passe par l'autoroute A 1

Collaboration entre mafieux arméniens et géorgiens en Europe occidentale

Bruxelles : l'Arménien de Géorgie Shirin Muradian soupçonné d'avoir participé à une fusillade

Edvard Margaryan : mort d'un "voleur dans la loi" (sic) arménien

Nice : un Arménien de Géorgie suspecté de double homicide

Guerre de clans entre Arméniens et Géorgiens ou entre Arméniens d'Arménie et Arméniens de Géorgie ?

Arméniens et mafias étrangères en France : un état des lieux par Dimitri Zoulas