mercredi 29 août 2012

Aristide Briand : "On a essayé d'exciter contre nous les Arméniens de Cilicie"

Aristide Briand, intervention au Sénat citée dans Le Petit Parisien, 30 décembre 1921 :

"Il ne faut pas négliger l'effet moral produit par l'accord d'Angora sur les populations musulmanes du monde entier. Il y a eu un véritable enthousiasme pour la France. On a essayé d'exciter contre nous les Arméniens de Cilicie ; or, c'est nous, et nous seuls qui les avons soutenus, qui les avons recueillis. Au surplus, il ne s'est rien passé de regrettable en Cilicie. Pourquoi faut-il donc que ce soient toujours les Français qui craignent que les choses se passent mal ? Le délégué pontifical s'est rendu a Adana et il a pu constater la tranquillité du pays que nous abandonnions.

Certains semeurs de panique en Cilicie voulaient provoquer le départ des Arméniens pour racheter leurs propriétés a vil prix
; nous avons pris des mesures pour empêcher de pareils abus.

La question en est là. La France maintiendra-t-elle une armée de 100.000 hommes en Orient ? Si je savais que la possession de la Syrie dût être disputée jour par jour, mois par mois, aux Turcs, il vaudrait mieux s'en aller. Et je m'en irais."

Voir également : La réponse ferme du président du Conseil français Aristide Briand aux ambitions territoriales arméniennes sur Kars et Ardahan

Le lieutenant-colonel Sarrou : "Les chrétiens de Cilicie, Arméniens et Grecs, ont abandonné malgré nos conseils, leur pays."

L'émigration des Arméniens de Cilicie (1921)

Le mandat français en Cilicie, la Légion arménienne, les accords franco-turcs et l'évacuation des Arméniens


Les Arméniens de Cilicie (dont les volontaires de la Légion arménienne), d'après les officiers français


Les constatations d'Adrien Léger sur les Arméniens en Cilicie


L'arrogant fanatique arménien Patrick Devedjian profère des énormités, crache sur la France et fustige les historiens


L'amitié franco-turque