vendredi 17 août 2012

Arménie : "il nous a conseillé de ne surtout pas rentrer au pays, c'est trop dangereux pour nous"

Arméniens, ils arrivent de Belgique. « La France ? Un pays humanitaire. » - Pacé
samedi 21 juillet 2012

Témoignage.

Début mai, nous avions rencontré Anna, 27 ans, Arménienne, installée quelques jours auparavant dans un studio de la résidence avec ses parents, 54 ans tous les deux.

« Nous sommes en France depuis huit mois », témoigne la jeune femme. Arrivant de Belgique, où ils résidaient depuis deux ans. « Nous avions une autorisation de séjour pour un an. »

Cette dernière a été délivrée en raison des graves problèmes de santé du père, qui a subi l'ablation du rein gauche. « Après l'opération, nous avons reçu un papier comme quoi nous devions quitter le pays dans la semaine, notre demande d'asile politique n'ayant pas été retenue », poursuit Anna.

Le père de famille explique alors par téléphone la situation à son avocat, en Arménie, « mais il nous a conseillé de ne surtout pas rentrer au pays, c'est trop dangereux pour nous ».


« Un pays humanitaire »

Anna évoque de « graves problèmes politiques », son père étant recherché par la police et risquant « huit années de prison ». Des menaces qui pèseraient également sur Anna et sa mère.


La famille reste encore trois mois en Belgique, sans ressources, puis décide de venir en France. « C'est un pays humanitaire », justifie Anna.

À leur arrivée, ils font une demande d'admission au séjour au titre de l'asile, « cela a duré cinq mois ». Ils finissent par obtenir un titre de séjour pour trois mois, « nous devrons retourner à la préfecture pour en obtenir un autre, toujours de trois mois », explique Anna. « Après, on parlera de notre histoire, et notre dossier recevra une réponse positive ou négative. » Auquel cas un recours serait déposé. Que feraient-ils si alors leur demande n'aboutissait pas ? « On ne sait pas... », soupire Anna.

« Une valise à la main »

En attendant, un semblant de vie s'organise. Tout l'hiver, Anna et ses parents sont allés d'un hébergement à l'autre, « on appelait le 115. C'est épuisant de changer tout le temps, sa valise à la main... » Parfois, ils ont dormi dans la rue. Avec le modeste studio de la résidence du Parc, « on est heureux d'avoir un logement, une place pour dormir ».

La première nuit, ils l'ont passée à même le sol. Puis ils ont récupéré trois duvets, qui font office de matelas. « On ne dort pas, on a froid, on est fatigués... », souffle Anna, qui a mal à la tête.

Pas de meubles, quelques effets personnels, « les autres sont à la bagagerie du Secours catholique ».

La France, « on l'aime ». Pour preuve, les « 500 livres en français » que possède le père d'Anna. « Les Français ont toujours aidé les Arméniens », insiste-t-il. Anna, sage-femme, suit des cours de français au Secours catholique et au Secours populaire, elle rêve de passer son permis de conduire.

« On aime aussi beaucoup notre pays, l'Arménie. Il nous manque. Là-bas, on a une grande maison, un grand jardin », soupirent les parents d'Anna, lui ingénieur, elle comptable. Y retourneront-ils ? « Peut-être, un jour... »

B. S.-G.
Source : http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Armeniens-ils-arrivent-de-Belgique.-La-France-Un-pays-humanitaire.-_35189-avd-20120721-63282788_actuLocale.Htm

Voir également : Une famille de réfugiés politiques à Tourcoing : l'Arménie, "c'était trop dangereux pour nous"

Manya Gevorgyan, réfugiée arménienne en France : "Nous ne voulons pas retourner en Arménie, c'est trop dangereux pour notre vie."

Les réfugiés arméniens eux-mêmes le disent : "l'Arménie est dangereuse pour nous"