samedi 6 octobre 2012

Annonay : deux réfugiées vivent dans la terreur de retourner en Arménie

Jeudi 27 Septembre 2012
Persécutées en Arménie, indésirables en France
Avec un passeur payé 5 000 euros en Arménie, elles sont arrivées le 13 décembre dernier à Privas. Olivia et sa maman Roza (prénoms d’emprunt) ont vu depuis leur demande d’asile refusée par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides. Terrifiées à l’idée de retourner dans leur pays de peur d’être éliminées, elles sont montées à Paris mi-août pour une nouvelle tentative devant la Cour nationale du droit d’asile

Logées dans le bassin d’Annonay dans une petite caravane du Secours populaire, elles espèrent sans trop y croire une décision positive et s’apprêtent à s’enfoncer dans la clandestinité si elles reçoivent une injonction à quitter le territoire français par le préfet. Nous les avons rencontrées dans leur abri précaire.
Pourquoi cette peur de l’Arménie, pourquoi la France ? Roza, qui prend des cours de français à Annonay, nous tend l’argumentaire qu’elle a lu à la CNDA.

Ingénieur en électronique, la jeune femme explique qu’elle avait accès à des informations militaires strictement confidentielles. Elle raconte : « Lors des élections de 1990, j’ai refusé de frauder à la demande de hauts membres du Mouvement national arménien qui me commandait de falsifier des bulletins de vote afin d’accéder au pouvoir. »

Lire la suite dans le Réveil du 27 septembre 2012.
Source : http://www.reveil-vivarais.fr/Infos-du-jour/Persecutees-en-Armenie-indesirables-en-France-101482