samedi 6 octobre 2012

Indre-et-Loire : il harcelait et menaçait de mort son ex-fiancée

Indre-et-Loire
Il harcelait et menaçait de mort son ex-fiancée


15/09/2012 05:32

Un homme de 35 ans a été condamné, hier, en comparution immédiate, à un an de prison ferme pour avoir harcelé son ex-fiancée.


C'est une affaire épineuse, colorée par l'appartenance des protagonistes à la communauté arménienne, qu'a jugée, hier, en comparution immédiate, le tribunal correctionnel de Tours.
Araïk Haratunian est arrivé en France en 2005. Un an plus tard, il croise, dans un foyer de Joué-lès-Tours, une jeune femme arrivée, elle aussi, fraîchement d'Arménie. Ils nouent tous deux une relation mais la jeune fille ne s'y épanouit guère.

Rapidement, elle découvre que son fiancé est « violent et dangereux ». Mais, par peur du quand dira-t-on dans la communauté, elle se résigne à rester avec lui. Jusqu'au mois de décembre 2011 lorsqu'elle décide, finalement, de mettre fin à leur relation.

Depuis, la jeune femme s'est rendue à de multiples reprises au commissariat pour se plaindre d'être harcelée et menacée de mort par son ex-compagnon. « Quand j'allais au travail, il m'attendait à l'arrêt de bus, expliquait-elle. Il a dit qu'il allait me tuer… »
Encore hier à l'audience, l'homme semblait incapable d'admettre la fin de leur histoire. « Je l'aime beaucoup, monsieur le président, clamait-il. Envoyez-moi en prison si vous voulez. »
Mais cette déclaration d'amour semblait rapidement contredite par des propos manifestement peu agréables lancés en arménien à l'égard de la victime. « Il n'y a pas d'amour dans cette histoire, juste de la violence », estimait Me Dubois, l'avocate de la jeune femme. Dans ses réquisitions, la procureure de la République, Céline Visiedo, évoquait, quant à elle, « une pollution permanente de la vie de la victime ».
L'avocat de la défense, Me Boris Labbé, ne partageait pas cette vision du dossier. « Il l'a appelée à plusieurs reprises, c'est vrai, mais c'était pour renouer avec elle, commentait-il. Il n'avait pas d'intention malveillante. Il n'y a pas d'élément objectif quant aux menaces de mort. »
Le tribunal a néanmoins condamné Araïk Haratunian à deux ans de prison dont un an avec sursis et mise à l'épreuve pendant deux ans avec interdiction d'entrer en contact avec la victime. L'homme a été écroué hier soir.
Source : http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2012/09/15/Il-harcelait-et-menacait-de-mort-son-ex-fiancee

Voir également : Les coutumes matrimoniales des Arméniens

Le crime d'honneur, une tradition arménienne ?

Marseille : retour sur un crime d'honneur arménien symptomatique

Le crime d'honneur, une tradition méconnue des chrétiens d'Orient

Les violences domestiques : un problème qui touche plus du quart des femmes d'Arménie

Le problème de la violence conjugale en Arménie

Les violences faites aux femmes et aux filles en Arménie (rapport de 2011)

Arménie : des femmes souffrent en silence

Violence au sein de la famille arménienne : le cas de Greta Baghdasaryan

Les séries télé arméniennes : une banalisation de la violence à l'encontre des femmes