vendredi 30 novembre 2012

La liberté d'expression selon le multi-communautariste Roger Madec

Mariage gay : un élu PS sabote un «Complément d'enquête»

Par Anne-Laure filhol

Mis à jour le 30/11/2012 à 15:34 | publié le 30/11/2012 à 14:37

VIDÉO - Faisant suite à l'incident survenu pendant le tournage de l'émission de Benoît Duquesne «Complément d'enquête», le maire du XIXe arrondissement de Paris revendique son comportement. Et s'explique.

Un plateau de télévision soudainement plongé dans le noir. Cette scène étrange pour un présentateur d'émission a eu lieu jeudi soir pour les téléspectateurs sur le plateau de «Complément d'enquête» sur France 2. Mais, c'est le matin pendant le tournage que l'affaire a eu lieu. Benoît Duquesne tourne depuis la salle des mariages de la mairie du XIXe arrondissement de Paris. Ce lieu de tournage n'est pas anodin. Le journaliste a choisi de traiter le sujet des «croisades antigays». Il voulait être dans une belle salle.

Au bout de cinq minutes, alors qu'il est en entretien avec Frigide Barjot, égérie de la lutte contre le mariage homosexuel, les lumières s'éteignent. Les deux interlocuteurs poursuivent leur conversation, l'une n'a pas l'air perturbée, l'autre ne cache pas son étonnement, voire son désarroi et sa colère. Car il n'y a pas eu de coupure d'électricité dans la mairie. Il s'agit d'un sabotage de l'émission.

Frigide Barjot trouvée par surprise, installée dans un fauteuil

Derrière ce «boycott», Roger Madec, maire PS du XIXe. Il n'a jamais dissimulé ses convictions en faveur du mariage gay. Il n'a pas supporté de ne pas avoir été informé de la venue de Frigide Barjot. Il s'est senti trahi. «Cette invitation n'était pas du tout prévue! s'insurge-t-il encore excédé ce vendredi matin. L'émission traitait de l'homophobie et des victimes de l'homophobie. Benoît Duquesne devait, dans ce sens, recevoir l'écrivain Louis-Georges Tin, et à la place, ma directrice de communication trouve hier matin, Frigide Barjot, installée dans un fauteuil! Ce ne sont pas des manières de faire!»

Sur son site, l'animateur Jean-Marc Morandini, explique que le maire se serait donc opposé au tournage. Face au refus du journaliste de s'exécuter, il aurait demandé aux employés de la mairie d'éteindre progressivement les lumières au moment de l'entretien avec l'humoriste antimariage gay.
Une lettre envoyée au PDG de France Télévisions

Roger Madec confie d'ailleurs que, même s'il avait été prévenu en avance de la venue de Frigide Barjot, il «s'y serait opposé si une personne de l'autre camp n'avait pas été invitée pour lui répondre».

Le sénateur maire s'est empressé d'envoyer le jour même une lettre dévoilée par le Huffington Post à Rémy Pflimlin, président-directeur général de France Télévisions où il affirme: «Il ne s'agit pas pour moi de contrarier le débat sur cette réforme majeure de la société (…) ni d'empêcher les opposants à cette réforme de s'exprimer: pour le coup, j'ai eu l'occasion de débattre en direct avec Mme Barjot sur un autre média (…).

Il ne serait guère raisonnable que la Mairie du XIXe puisse entraver de quelque manière que ce soit la liberté des journalistes de faire leur métier correctement. Cette correction suppose en revanche, un dialogue franc et honnête, qui en l'espèce n'a pas eu lieu.»
Source : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/11/30/01016-20121130ARTFIG00475-un-elu-ps-plonge-dans-le-noir-un-complement-d-enquete.php

En tant que sénateur, Roger Madec a soutenu la proposition de loi Boyer :

"Groupe socialiste et apparentés (130)
Pour : 56 - MM. Serge Andreoni, Maurice Antiste, Jean-Étienne Antoinette, David Assouline, Mme Delphine Bataille, MM. Claude Bérit-Débat, Jacques Berthou, Jean Besson, Martial Bourquin, Jean-Pierre Caffet, Mme Claire-Lise Campion, MM. Luc Carvounas, Yves Chastan, Jacques Chiron, Mme Karine Claireaux, MM. Gérard Collomb, Jacques Cornano, Roland Courteau, Marc Daunis, Mmes Christiane Demontès, Odette Duriez, MM. Vincent Eblé, Philippe Esnol, Mme Samia Ghali, MM. Jacques Gillot, Jean-Noël Guérini, Didier Guillaume, Claude Haut, Mme Odette Herviaux, MM. Philippe Kaltenbach, Yves Krattinger, Serge Larcher, Mme Françoise Laurent-Perrigot, MM. Jacky Le Menn, Alain Le Vern, Roger Madec, Jacques-Bernard Magner, Marc Massion, Rachel Mazuir, Gérard Miquel, Jean-Jacques Mirassou, Thani Mohamed Soilihi, Robert Navarro, Alain Néri, Georges Patient, Bernard Piras, Roland Povinelli, Marcel Rainaud, François Rebsamen, Simon Sutour, Michel Teston, René Teulade, Jean-Marc Todeschini, Richard Tuheiava, Yannick Vaugrenard, Michel Vergoz"

Source : http://www.senat.fr/scrutin-public/2011/scr2011-93.html

Voir également : Le "modèle" répressif arménien et dachnak importé en France par Valérie Boyer

Le Conseil constitutionnel repousse les ingérences liberticides d'un ethno-nationalisme étranger en France

Le Conseil constitutionnel et le droit européen : "ce n'est pas un hasard (...) si le Conseil constitutionnel a annulé la loi sur le génocide arménien au nom de la liberté d'opinion." (Jean Quatremer)

Le "socialiste" "arménophile" François Pupponi : casseroles, forte abstention et "liste noire"

Le maire et sénateur "socialiste" Philippe Kaltenbach, collaborateur notoire et hargneux du lobby raciste arménien, est soupçonné de corruption

Choquant : après avoir soutenu publiquement la dictature de Ben Ali en Tunisie, le politicien douteux Gérard Collomb fait de même avec la satrapie de Sarkissian