mardi 25 juin 2013

L'Arménie : pays sûr ou système politico-mafieux ?

Saône-et-Loire: RESF réclame l'asile pour une famille arménienne

A. G. avec AFP
Le 24/06/2013 à 19:00

Des militants de Réseau Education sans frontières se sont rassemblés lundi devant la préfecture de Saône-et-Loire pour attirer l'attention sur la situation d'une famille arménienne, réfugiée en France.


Selon RESF, la famille, qui compte trois enfants de 13, 12 et 10 ans, est arrivée en France mi-mai et a entrepris des démarches pour demander l'asile. Le collectif réclame notamment que la famille soit prise en charge par des structures d'hébergement. "La place des enfants n'est pas sur le trottoir", a dit François Portefaix, militant de RESF. Refuser l'accès à l'hébergement de cette famille constitue, dit-il, "une atteinte au droit d'asile inacceptable".

Une délégation de militants a été reçue à la préfecture pour évoquer la situation de la famille, ainsi que celle d'une famille kosovare-albanaise avec un nourrisson, selon RESF. "La préfecture dit chercher une solution pour la famille kosovare-albanaise par mesure humanitaire, mais pour la famille arménienne, c'est le blocage total car l'Office de protection des réfugiés considère que l'Arménie est un pays sûr, alors qu'il s'agit d'un système politico-mafieux", s'est indigné François Portefaix à l'issue de la rencontre.
Source : http://www.bfmtv.com/societe/saone-et-loire-resf-reclame-lasile-une-famille-armenienne-545082.html

Mâcon/Chalon RESF et la Ligue des droits de l’Homme mobilisés

le 25/06/2013 à 05:00 | Johan Bozon

Lundi matin, une vingtaine de membres du Réseau éducation sans frontières et de la Ligue des droits de l’Homme se sont rassemblés devant la préfecture à Mâcon afin de demander la prise en charge de l’hébergement de deux familles de demandeurs d’asile aujourd’hui à la rue.

C’est notamment le cas de la famille V., d’origine arménienne et sur le sol français depuis le 15 mai dernier avec ses trois enfants de 10 à 13 ans. Venant d’un pays qualifié de sûr par l’OFPRA, la famille a droit à une procédure de demande d’asile accélérée et sans recours. « Et le nouveau gouvernement les maintient dehors », regrette François Portefaix, au nom de RESF. « C’est une atteinte au droit d’asile et à la démocratie », enchérit-il, regrettant également qu’en conséquence, les trois enfants ne puissent accéder au système scolaire. « Une pétition les concernant a déjà recueilli 800 signatures », précise le militant.

L’autre famille, d’origine kosovare albanaise est arrivée en France, le 6 mai accompagnée de sa petite fille de 4 mois. Contrôlée en Hongrie, son dossier ne sera traité qu’à la mi-juillet. En attendant, elle ne bénéficie d’aucune mesure de protection. « Nous demandons que soit appliquée la décision de la cour européenne de justice qui dit que les conditions minimales d’accueil du demandeur d’asile doivent être octroyées par l’État membre saisi d’une demande d’asile même s’il requiert un autre État membre qu’il estime responsable de l’examen de la demande », nous a confié Iain Simpson-Smith, président de la LDH.

Une délégation de trois personnes a été reçue en préfecture, sans qu’une solution ne puisse être apportée.
Source : http://www.lejsl.com/faits-divers/2013/06/25/resf-et-la-ligue-des-droits-de-l-homme-mobilises