mardi 15 octobre 2013

Alfortville : les communautaristes arméniens auront leur collège ethno-religieux

Les Arméniens auront leur collège

Agnès Vives | Publié le 05.10.2013, 07h00

Il manquait encore un collège aux Arméniens d’Alfortville. Dans un an et demi ce sera chose faite. Aujourd’hui, la communauté se retrouve pour le lancement officiel de la construction du nouveau groupe scolaire qui réunit une école élémentaire et un collège, quai Jean-Baptiste-Clément.

Ce projet, unique en Ile-de-France, a été initié par le Primat du diocèse arménien de France à la fois « pour répondre aux nombreuses demandes,
mais aussi pour  rationaliser les dépenses de l’actuelle école éclatée en plusieurs sites et répondre aux nouvelles normes », précise Raffi Agopyan, manager du comité de projet, à l’APCAF (association pour la promotion de la culture arménienne en France).
L’actuelle école Saint-Mesrop (maternelle et primaire) fondée en 1978, plébiscitée par les familles d’Alfortville et des environs — pas seulement des Arméniens — s’avère trop petite avec ses 200 places.


Une bibliothèque, une salle informatique et un laboratoire

Dès janvier 2015, le nouveau groupe scolaire pourra accueillir 300 élèves, dans un bâtiment de trois niveaux. Le dernier étage sera dédié au collège. Dix classes sont prévues, soit le double de la capacité de Saint-Mesrop. La langue arménienne sera dispensée. Le bâtiment a été conçu par l’architecte Myriam Agopyan avec deux accès et préaux dissociés pour un meilleur fonctionnement, étant donné que les élèves n’ont pas le même âge. Les récréations seront organisées en horaires décalées tout comme le réfectoire. Une bibliothèque, une salle informatique et un laboratoire compléteront les installations. Situées en bord de Seine, les classes seront « lumineuses », ajoute l’architecte. « On a voulu imaginer une école qui donne envie d’apprendre », résume Raffi Agopyan. Un moyen d’attirer non seulement les familles mais aussi « les meilleurs professeurs ».

D’ores et déjà, le nom du bâtiment a été trouvé. Il portera le nom de Kevork Arabian, le principal bienfaiteur, « un homme exceptionnel », selon Raffi Agopyan, sans qui le projet n’aurait pas pu démarrer. Cet homme d’affaires de 82 ans, qui a suivi des études en France et fait fortune au Moyen-Orient, a versé plus de la moitié des 4,5 M€ nécessaires. Il sera d’ailleurs présent cet après-midi, lors de la bénédiction des fondations et la présentation du projet.

Pour boucler le budget, l’APCAF lance aujourd’hui un appel aux dons auprès des Arméniens de France. L’association prévoit aussi d’organiser des événements culturels pour rentrer des fonds.

Le Parisien
Source : http://www.leparisien.fr/espace-premium/val-de-marne-94/les-armeniens-auront-leur-college-05-10-2013-3197267.php

Voir également : Les Arméniens d'Issy-les-Moulineaux : des décennies de communautarisme

Marseille : les conséquences funestes du clientélisme et de l'instrumentalisation des communautés

Les Arméniens de Nice : communautarisme et tensions internes
  
Les ravages du communautarisme en France : la course au vote ethnique arménien

Livry-Gargan : escroquerie d'un architecte arménien concernant un lycée communautariste arménien ?