mardi 31 décembre 2013

Un tabou des nationalismes arménien et grec : le mélange avec les Turcs christianisés d'Anatolie

Nicoară Beldiceanu, "L'organisation de l'Empire ottoman (XIVe-XVe siècles)", in Robert Mantran (dir.), Histoire de l'Empire ottoman, Paris, Fayard, 1989, p. 134 :

"A Tokat et Sivas, on trouve un peuplement chrétien important, mais l'origine ethnique de certaines communautés soulève quelques problèmes. Le recensement de Mehmed II inscrit dans les villes des quartiers qui portent les noms de « Rûm » ou « Ermeni ». L'onomastique des habitants est surprenante : certaines personnes portent un nom dont l'étymon est turc. Une question se pose alors : est-il possible que le terme « Rûm » n'ait pas indiqué une population grecque et celui d'« Ermeni » une population arménienne ? Dans le premier cas, « Rûm » concernerait une population turque chrétienne orthodoxe ou un mélange turco-grec orthodoxe et, dans le second, une population turque de rite grégorien ou un mélange arméno-turc grégorien. (...)

Les recensements ottomans du XVe siècle révèlent que la province de Karaman, comme celle de Rûm (Tokat, Sivas), comprend un pourcentage de Turcs chrétiens, aussi bien sédentaires que nomades. Le peuplement turc chrétien n'est pas uniquement une caractéristique des régions citées. Dans un nombre important de provinces d'Asie mineure vivent des Turcs chrétiens, dont l'onomastique est le plus souvent d'origine turque et non pas arabe ou persane. Ajoutons qu'une source byzantine du XIIIe siècle contient d'intéressantes données sur la population turque chrétienne d'Alachehir (Philadelphie)."

Voir également : Le dialecte arméno-kiptchak

Le saviez-vous ? Comment la "Grande Arménie" s'est vidée de ses Arméniens au cours des siècles

L'islamisation-turquisation pacifique et graduelle des Arméniens d'Anatolie sous la domination turque

Le processus de turquisation des populations anatoliennes

Le devşirme (devchirmé) dans l'Empire ottoman

Mimar Sinan, ce Turc ottoman qui n'était pas arménien (contrairement à l'allégation des racistes arméniens)

Les Arméniens ottomans, une communauté non-musulmane exclue du devşirme (devchirmé)

Le rejet des Hemşinli (Hémichis), Arméniens islamisés, par le nationalisme arménien

Européanocentrisme et racisme biologique au sein de l'intelligentsia nationaliste arménienne
 

Les brassages successifs dont est issu le peuple grec actuel