lundi 27 janvier 2014

Turquie : le turcophobe Hollande fait son numéro de clown "mémoriel" (et ressort le prétexte bidon de la "décision-cadre européenne")

Turquie: "le travail de mémoire doit être fait"

    Home ACTUALITE Flash Actu
        Par lefigaro.fr avec AFP
        Mis à jour le 27/01/2014 à 17:33
        Publié le 27/01/2014 à 17:18

Le président français François Hollande a exhorté aujourd'hui la Turquie à faire son "travail de mémoire" sur les massacres de centaines de milliers d'Arméniens par l'empire ottomoan en 1915, lors de la première journée de sa visite d'Etat en Turquie.

"Le travail de mémoire est toujours douloureux, mais doit être fait", a estimé M. Hollande lors d'une conférence de presse avec son homologue turc Abdullah Gül, dont le pays refuse de qualifier les événements de 1915 de "génocide".

Interrogé sur une éventuelle nouvelle loi française réprimant la négation du génocide, le chef de l'Etat français a assuré que la France "fera le droit et rien que le droit".


Laisser l'affaire aux historiens"

Les relations franco-turques sont émaillées de crises à répétition depuis l'adoption en 2001 par le Parlement français d'une loi reconnaissant le génocide arménien, suivie de tentatives législatives avortées pour en réprimer la négation.

La dernière en date, adoptée en décembre 2011 par le Parlement avec le soutien du précédent président français Nicolas Sarkozy, a été invalidée en février par le Conseil constitutionnel.

Juste après son élection, François Hollande avait confirmé son engagement à pénaliser la négation du génocide arménien.
"Il ne faut pas faire revivre aux générations futures les souffrances vécues il y a cent ans", a pour sa part déclaré lundi M. Gül, "il faut laisser cette affaire aux historiens".

La Turquie reconnaît le "massacre" de plusieurs centaines de milliers d'Arméniens en 1915-1916 dans les territoires alors administrés par l'empire ottoman, dont elle est l'héritière, mais récuse le terme de génocide. Les Arméniens avancent, eux, le chiffre de 1,5 million de morts dans un génocide.
Source : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/01/27/97001-20140127FILWWW00507-turquie-le-travail-de-memoire-doit-etre-fait.php

"Question arménienne : “Nous allons faire le droit, et rien que le droit”

François Hollande a également été interrogé, sans surprise, sur la question arménienne. La censure par le Conseil constitutionnel, en février 2012, de la loi de 2011 réprimant "la contestation de l’existence du génocide arménien" avait permis de décrisper un peu les tensions entre les deux capitales. “Le travail de mémoire est toujours douloureux. Les uns et les autres, nous devons mener la réconciliation à travers la recherche de ce qui s'est produit et la reconnaissance de ce qui a été fait”, a répondu le président français. “Nous allons faire le droit, et rien que le droit. Nous devons respecter toutes les obligations, y compris européennes, puisque nous avons également une décision-cadre de 2008 qui demande à chaque Etat de rendre punissable l'apologie ou la négation de crimes de génocide. Nous ferons en sorte de transposer cette directive dans le respect des conventions internationales et des décisions de notre Conseil constitutionnel”, a indiqué François Hollande.

Le président turc a, de son côté, rappelé la position officielle de son pays: “laisser l'Histoire aux historiens”, “ne pas faire revivre les traumatismes du passé” et garantir “la liberté d'opinion et d'expression”."

Source : http://www.lepetitjournal.com/istanbul/accueil/actualite/175897-premiere-journee-francois-hollande-en-turquie-pour-relancer-les-relations-bilaterales

Voir également : Le repentisme hautement débile de François Hollande

L'anti-repentisme cohérent de Gérard Longuet
 
François Hollande et l'Histoire : les perles d'un cancre


Du danger des ingérences politiciennes en matière d'histoire : Jean-Pierre Chevènement corrige la mauvaise copie d'Hollande sur le Vel d'Hiv

François Hollande a-t-il la "mémoire" courte ?
 
François Hollande et le terrorisme kurde

La gauche sociétale et les lois mémorielles : une rupture avec le modèle républicain français


Aurélie Filippetti et les effets pervers du "devoir de mémoire"

Le Conseil constitutionnel et le droit européen : "ce n'est pas un hasard (...) si le Conseil constitutionnel a annulé la loi sur le génocide arménien au nom de la liberté d'opinion." (Jean Quatremer)

Et pendant ce temps, Gérard Filoche (membre du Bureau national du PS) n'est toujours pas sanctionné ou même réprimandé au sein de son parti pour ses "tweets" réitérés : Deux poids, deux mesures : le "socialiste" pro-arménien et pro-grec Gérard Filoche nie catégoriquement les crimes de masse des bolchevistes