vendredi 14 février 2014

Mort de René Teulade

Le sénateur René Teulade, ancien ministre socialiste, est mort

Le Monde.fr avec AFP | 13.02.2014 à 20h10 • Mis à jour le 13.02.2014 à 22h32

René Teulade, sénateur de la Corrèze et ancien ministre socialiste, est mort jeudi 13 février. Il avait été hospitalisé mercredi à la suite d'un accident vasculaire cérébral.

Ministre des affaires sociales et de l'immigration du 2 avril 1992 au 29 mars 1993 dans le gouvernement de Pierre Bérégovoy, René Teulade occupait un siège à la chambre haute depuis 2008. Il était aussi depuis 1989 maire d'Argentat, en Corrèze, mandat pour lequel il avait décidé de ne pas se représenter en mars. Il a été membre du conseil général de ce département de 1992 à 2011.

Ancien instituteur, puis professeur de collège, René Teulade est né à Monceaux-sur-Dordogne le 17 juin 1931. Orphelin à 12 ans, il avait milité dans les syndicats enseignants du SNI (Syndicat national des instituteurs) et à la FEN (Fédération de l'éducation nationale).

CONDAMNÉ DANS L'AFFAIRE DE LA MRFP


L'ancien ministre avait été condamné en juin 2011 à dix-huit mois de prison avec sursis et à 5 000 euros d'amende pour abus de confiance par le tribunal correctionnel de Paris dans le cadre de l'affaire de la Mutuelle retraite de la fonction publique (MRFP). M. Teulade, qui a présidé la MRFP entre 1974 et 1992, et sept autres prévenus étaient poursuivis pour avoir perçu de la mutuelle, entre 1992 et 2000, des indemnités et avoir bénéficié d'un logement à titre gracieux, à hauteur de plus de 2 millions de francs par an au total à eux tous (environ 300 000 euros).

Le code de la mutualité autorise le versement d'indemnités à des dirigeants, sous réserve d'un vote de l'assemblée générale, qui n'a jamais eu lieu à la MRFP. Pour leurs avocats, les anciens administrateurs ont agi en transparence et n'ont pas cherché à tirer profit de leurs fonctions. « Pendant mes soixante années de militantisme, j'ai le sentiment de ne jamais avoir abusé de la confiance de mes camarades militants », avait soutenu René Teulade.

M. Teulade avait usé de son droit de recours, et la cour d'appel de Paris a mis en délibéré sa décision au 11 avril. François Hollande, dont il a été le suppléant aux législatives en Corrèze, s'était dit en mai dernier prêt à « contribuer » à son procès en appel.

« UN AMI » POUR FRANÇOIS HOLLANDE


Le président de la République n'a pas manqué de saluer sa mémoire, jeudi, à l'annonce de sa mort. « Je perds un ami », a-t-il écrit, exprimant « sa plus grande tristesse ».


Jean-Marc Ayrault a lui rendu hommage à « un homme de conviction, qui a consacré sa vie au mouvement mutualiste français » et dont l'« engagement a été décisif pour le développement des mutuelles dans notre pays et pour l'amélioration de la protection sociale de nos concitoyens ».

Pour François Rebsamen, président du groupe socialiste au Sénat, cette « figure marquante » a « consacré sa vie aux questions de société, veillant à y insuffler sa vision humaniste et sincère ». « Je me souviendrai d'un homme de terrain et d'action passionné par la cause publique et la justice sociale » et « garderai en mémoire son implication sur les sujets complexes et essentiels des retraites et du financement de la Sécurité sociale ».
Source : http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2014/02/13/le-senateur-rene-teulade-ancien-ministre-socialiste-est-mort_4366278_3382.html

Pour rappel : François Hollande et René Teulade : l'affaire de la MRFP

Procès en appel de René Teulade