jeudi 20 mars 2014

Elections municipales en Turquie : le MHP poursuit sa politique arménienne traditionnelle

"Le très nationaliste MHP a présenté deux Arméniens sur sa liste de Bakirköy (arrondissement d’Istanbul), Elmas Giragos et Nerses Yeramyan."

Source : http://www.zamanfrance.fr/article/quelques-cles-mieux-comprendre-elections-turcs-8552.html



"Partageant 180 kilomètres de frontière commune, l'Arménie et la Turquie n'ont aucune relation diplomatique. La frontière est officiellement fermée, même si quelques camions parviennent, moyennant finance, à traverser. Ankara avait bien, peu après la chute de l'URSS, en 1991, reconnu l'indépendance arménienne, mais la guerre entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan (république turcophone, alliée inconditionnelle d'Ankara), autour de l'enclave du Haut-Karabakh, avait mis fin à ce rapprochement. (...)

Cependant, des contacts ont été établis, en coulisse, dès 1993. Le président arménien de l'époque, Levon Ter-Petrossian, avait reçu alors, à l'Hôtel Crillon, à Paris, le chef des ultranationalistes turcs, le colonel Alparslan Turkes, dont le fils fait aujourd'hui des affaires en Arménie." (Marie Jégo, "Malgré la fermeture de la frontière turco-arménienne, de timides contacts ont repris depuis quelques années", Le Monde, 19 janvier 2001)

"Enfin, le président Ter Petrossian rencontre à deux reprises le leader de l'extrême droite turque, le colonel Alparslan Turkesh, chef des loups gris et « führer du panturquisme ». A chaque fois, ces gestes et paroles provoquent l'indignation et la colère des rangs dachnaks et d'une partie de la diaspora hostile à tout rapprochement avec la Turquie, (...)." (Gaïdz Minassian, Géopolitique de l'Arménie, Paris, Ellipses, 2005, p. 93)

Voir également : La Turquie kémaliste et sa minorité arménienne

La politique arménienne des Jeunes-Turcs et des kémalistes

Cemal Paşa (Djemal Pacha), figure majeure de l'arménophilie turque

Enver Paşa (Enver Pacha) et les Arméniens