jeudi 13 mars 2014

Le problème des gangs arméno-géorgiens dans le Grand Sud

Les tueurs géorgiens avaient récupéré leurs armes en Ariège

Publié le 13/03/2014 à 07:54 |

En novembre 2011, pas moins de trois cents gendarmes avaient arrêté en Midi-Pyrénées vingt-trois individus originaires de pays de l’Est soupçonnés d’avoir pillé de nombreux magasins et domiciles dans la région.


Le chef de ce réseau, un solide quadragénaire, avait été interpellé à Millau par une équipe du GIGN. Les autres arrestations avaient eu lieu à Cahors, Montauban, Albi, mais aussi dans le Gers et en Ariège.

Ces Géorgiens et Arméniens étaient suspectés d’avoir perpétré des centaines des cambriolages. Les investigations avaient permis d’établir que le produit de ces vols était acheminé par containers entiers vers le Caucase où il était revendu. L’or, les bijoux et le matériel high tech étaient, quant à eux, écoulés en Belgique auprès de groupes, là encore, très organisés. «C’est simple, ils faisaient main basse sur tout ce qu’ils trouvaient», rapporte un gendarme qui a pris part à cette affaire.

Les enquêteurs avaient également mis en évidence que les mafias géorgiennes : les vory v zakone (les voleurs dans la loi), avaient des relais à Pamiers en Ariège. Deux des tueurs du gang Shushanashvili, spécialement dépêchés de Tbilissi, avaient fait étape dans cette commune en mars 2011 où des armes leur avaient été remises pour abattre à Marseille le vor Vladimir Janashia, un caïd d’une bande rivale qui s’en était pris à l’un des leurs à Caen en novembre 2010.

La victime appartenait au clan de Tariel Oniani, l’un des premiers chefs à avoir sévi en France. L’enquête a permis d’établir que les frères Shushanashvili comptaient en France quatorze «agents» en charge de racketter des groupes rivaux. Ils étaient répartis entre Paris, Le Havre, Annecy, Lyon et Toulouse.

Malgré les interpellations régulières qu’ils opèrent, les services de police et de gendarmerie savent bien que ces réseaux se sont reconstitués et continuent à sévir. «Ils sont très bien organisés et disposent d’un nombre d’hommes inépuisables» observe un magistrat.
Guillaume Atchouel
Source : http://www.ladepeche.fr/article/2014/03/13/1838439-les-tueurs-georgiens-avaient-recupere-leurs-armes-en-ariege.html

Mafias de l'Est : Midi-Pyrénées particulièrement touché par ces gangs de cambrioleurs

Publié le 13/03/2014 à 07:56, Mis à jour le 13/03/2014 à 08:11 |

Les bandes et mafias venues des pays de l’Est sévissent chaque jour un peu plus en France. Le Grand Sud, et particulièrement Midi-Pyrénées, n’est pas épargné par ces gangs qui ont fait du cambriolage l’une de leurs premières activités criminelles.

Deux hommes appartenant aux «voleurs dans la loi», confrérie criminelle géorgienne, ont été interpellés le mois dernier à Paris pour le vol d’une vingtaine de téléphones portables. Un énième faits divers illustrant la percée de la délinquance de ressortissants de l’Est en France.

Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, l’avait d’ailleurs bien identifié, déclarant en janvier à l’occasion de la présentation des chiffres de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales : «L’explosion des cambriolages

[…] la montée du sentiment d’insécurité, oui, est liée à des réseaux qui viennent de l’est de l’Europe et des Balkans, qui écument notre pays en s’installant parfois durablement en France». En ville, le nombre de ces méfaits a progressé de +6,4 % et de +4,7 % à la campagne l’an passé. Pour «renverser la vapeur», Manuel Valls a mis en place, en octobre, un plan anticambriolages. Cette forme spécifique de délinquance est essentiellement «l’œuvre» de clans familiaux roumains, croates ou serbes circulant sous couvert de visas européens obtenus sans peine et changeant d’identité par une simple demande en mairie de leur pays d’origine. Ces groupes achètent même, jusqu’à 80 000 €, auprès de familles plongées dans la misère, des adolescentes qu’ils contraignent au pillage de maisons. «Ces groupes sont très mobiles. Ils déferlent sur un secteur pendant un ou deux jours et changent de régions», explique un gendarme de Toulouse. En janvier, les agents de la sûreté départementale de Seine-et-Marne ont interpellé un gang d’une quinzaine d’Albanais qui aurait perpétré au moins 133 cambriolages en France, dont plusieurs en Haute-Garonne.
400 bijoux d'une valeur de 150 000 €

«Ils faisaient l’aller et retour Paris-Toulouse dans la journée», confie un enquêteur. Lors de leurs perquisitions, les policiers ont retrouvé plus de 400 bijoux d’une valeur totale de 150 000 €. Comme souvent, l’or et les métaux précieux étaient destinés à des filières d’Europe de l’Ouest (France et Belgique) et le reste du butin (hi-fi, produits high-tech…) au marché de l’Est. En 2011 déjà, les gendarmes avaient interpellé 23 personnes, des Géorgiens et des Arméniens qui avaient écumé Midi-Pyrénées, le Languedoc-Roussillon et même le Limousin (lire page 3).

À ces «petites mains» très efficaces, s’ajoutent les «Vory v zakone», les «voleurs dans la loi» géorgiens qui forment l’une des nébuleuses criminelles les plus actives et dangereuses d’Europe. Cette mafia, née dans les goulags, prend chaque jour un peu plus racine en France.
L’an dernier, 215 de ses membres étaient incarcérés dans l’Hexagone contre 80 en septembre 2010. Recrutant des cohortes entières de têtes brûlées venues de Tchétchénie, de Moldavie ou du Caucase, cette confrérie fermée, dont les rituels initiatiques remontent au régime tsariste, préfère de loin les pays de l’Europe de l’Ouest à la Russie où elles se heurtent à une mafia impitoyable. «Chez nous, les richesses sont plus accessibles et la riposte pénale moins dure que chez eux» rapporte un magistrat. Exportant leurs «soldats» dans toutes les régions, ces bandes amassent jusqu’à 200 000 € de butin par semaine.

Guillaume Atchouel
Source : http://www.ladepeche.fr/article/2014/03/13/1838446-mafias-est-midi-pyrenees-particulierement-touche-gangs-cambrioleurs.html

Voir également : Criminalité arméno-géorgienne : le rapport qui accuse

Auditions de la mission parlementaire sur la lutte contre l'insécurité dans les territoires

Vols : les filières arméno-géorgiennes

Le gangstérisme arménien, une sordide réalité de la France actuelle

Arméniens et mafias étrangères en France : un état des lieux par Dimitri Zoulas

Arméniens et autres mafias en France : un phénomène inquiétant

Gangstérisme géorgien : "Le rôle de receleurs est souvent tenu par des criminels arméniens" (Stéphane Quéré, criminologue)

Rennes : démantèlement d'un réseau de malfaiteurs arméniens

Aveyron et Sud-Ouest : démantèlement d'un réseau de cambrioleurs arméniens et "géorgiens"

Gers : l'incroyable butin de la bande organisée de cambrioleurs arméno-géorgiens

Paris : qui sont les nouveaux cambrioleurs ?

Paris : encore un receleur arménien impliqué dans un réseau de cambrioleurs

Mafia "géorgienne" en Aquitaine : arrestation du parrain d'un réseau russo-arménien

Oissel : 194 objets volés, découverts dans la chambre d'un cambrioleur