dimanche 20 avril 2014

Ce que représente la Première Guerre mondiale pour les Turcs

Jean-François Bayart, communication : "De l'Empire ottoman à la République de Turquie : la tentation coloniale", colloque : "L'Orientalisme désorienté ? La Turquie contemporaine au miroir des approches postcoloniales", Institut d'Etudes Politiques de Rennes, 28-29 janvier 2010 :

"La principale conséquence de la guerre de 1912-1923 fut de laisser à la République [de Turquie] un territoire désormais national, mais ruiné et vidé d'une part importante de sa population. L'on estime que 20 % de cette dernière périrent à la suite des combats, des massacres, des maladies, de la faim, ou encore d'épuisement : un pourcentage de pertes humaines vingt fois supérieur à celui qu'endura la France, le belligérant le plus touché par la Première Guerre mondiale, après la Serbie et l'Empire ottoman. Environ 2,5 millions de musulmans perdirent la vie, de 600 000 à 800 000 Arméniens, plus de 300 000 Grecs. Dans certaines provinces de l'est anatolien, sur la ligne de front, la moitié de la population décéda. Et dans douze provinces, situées pour la plupart d'entre elles à l'ouest de l'Asie mineure, le pourcentage de veuves représentait 30 % de la population féminine adulte. Les flots de réfugiés, les déplacements de populations, les déportations achevèrent de bouleverser le paysage démographique. S'ajoutant aux réfugiés de 1878, des centaines de milliers de musulmans, essentiellement turcs, trouvèrent asile en Anatolie à la suite des guerres balkaniques de 1912-1913. Plusieurs centaines de milliers d'Arméniens et de Grecs durent s'enfuir ou furent déportés avant et pendant la guerre. En outre, le traité de Lausanne entraîna en 1924 le départ de 900 000 Grecs, échangés contre 400 000 Turcs vivant en Grèce. Ces migrations forcées se soldèrent par une diminution supplémentaire de 10 % de la population anatolienne.

L'Asie mineure perdit ainsi 30 % de ses habitants en une décennie."

Voir également : L'ardente protestation de Jean-François Bayart face à l'injustice d'une loi

La tragédie des musulmans d'Anatolie

L'imbrication de deux réalités : le martyre des muhacir et les massacres d'Arméniens en Anatolie

La dépopulation des arrières du front russo-turc durant la Première Guerre mondiale

Les volontaires arméniens de l'armée russe : des criminels de guerre

Les violences durant la désagrégation de l'Empire ottoman, selon l'historien allemand Christian Gerlach

Les raisons de l'intervention ottomane dans la Première Guerre mondiale