jeudi 24 avril 2014

Haut-Karabakh : Elkhan Suleymanov alerte la communauté internationale

L'Azerbaïdjan alerte la communauté internationale : « le Haut-Karabakh n'est pas la Crimée »

BAKU, Azerbaijan, April 15, 2014 /PRNewswire/ --

Alors que le conflit se poursuit en Crimée, l'Azerbaïdjan a attiré l'attention de la communauté internationale sur le fait qu'il ne fallait pas juger la crise territoriale dans le Haut-Karabakh et ses régions voisines selon les mêmes critères que ceux invoqués pour la crise en Ukraine.

Elkhan Suleymanov, Vice-président de l'Assemblée parlementaire EuroNest et membre de la délégation azerbaïdjanaise auprès de l'APCE, a affirmé que l'Ukraine et l'Azerbaïdjan avaient tout de même un point commun de taille sur le plan juridique : les deux pays ont subi une violation de leur intégrité territoriale selon le droit international.

 « Le mois dernier au Nations unies, l'Azerbaïdjan a voté pour une résolution favorable à l'intégrité territoriale de l'Ukraine », a-t-il déclaré lundi dernier.

« Depuis lors, nous demandons à ce que les mêmes principes soient activement mis en application à l'égard de nos régions occupées », a-t-il ajouté, soulignant que l'Arménie occupait 20 % du territoire azerbaïdjanais depuis plus de 20 ans.


Mais, selon Elkhan Suleymanov, c'est là que s'arrête la similitude. Il a attiré l'attention de la communauté internationale sur le fait qu'il ne fallait pas, par extension, juger la situation de la Crimée et celle du Haut-Karabakh en vertu du même principe, à savoir l'auto-détermination.

« En Crimée, l'ensemble des ethnies, dont les Russes, les Ukrainiens et les Tatars de Crimée, ont participé au récent référendum », a-t-il souligné. « Tout suffrage futur organisé sous couvert de plébiscite dans le Haut-Karabakh n'impliquerait que des Arméniens vivant dans les territoires occupés. Dans la mesure où les Azerbaïdjanais ont subi une purification ethnique et une migration forcée, la population arménienne représente aujourd'hui la seule ethnie du Haut-Karabakh. »

Elkhan Suleymanov a remarqué que l'invasion arménienne avait engendré le déplacement d'un million d'Azerbaïdjanais qui, par conséquent, ne pourraient pas s'exprimer dans un référendum.

Il a également rappelé à la communauté internationale que « selon le droit international, le droit à l'auto-détermination ne s'applique pas aux peuples qui mènent une guerre et commettent des actes de violence, des massacres et des génocides à l'encontre d'autres nations. Par ailleurs, la division d'un État par coercition ne peut pas être reconnue sur le plan juridique ».

Après des années d'indifférence, la Crimée est désormais sous le feu des projecteurs du monde entier. Par conséquent, l'Azerbaïdjan estime qu'il est également temps d'arrêter de considérer l'occupation de cette région du Caucase méridional comme un soi-disant « conflit oublié ».

L'octroi par le FMI d'un plan de sauvetage d'une valeur de 18 milliards de dollars en faveur d'une Ukraine assiégée mène Elkhan Suleymanov à souligner le fait que les dommages moraux causés par l'occupation arménienne demeurent « non quantifiables », bien que le conflit ait déjà coûté 431 milliards de dollars à son pays.

SOURCE Azerbaijan Monitor
Source : http://www.prnewswire.com/news-releases/lazerbaidjan-alerte-la-communaute-internationale---le-haut-karabakh-nest-pas-la-crimee--255363381.html

Voir également : Crimée et Haut-Karabakh : le député azerbaïdjanais Elkhan Suleymanov critique les "doubles standards" américains

Pendant que le gouvernement français plastronne sur la Crimée, l'occupation arménienne (infiniment plus sanglante) du Karabakh continue (dans le silence des mêmes "indignés" à géométrie variable)

Histoire des Arméniens : élimination de la minorité azérie au Karabagh 

 

Les circonstances des émeutes anti-arméniennes de Bakou en janvier 1990

Histoire des Arméniens dans le Caucase : le déchaînement de la violence nationaliste arménienne à l'occasion de la décomposition soviétique

Le conflit arméno-azéri : "Les opérations de nettoyage [ethnique], qui concernent en gros 200 000 personnes de chaque côté, semblent avoir été menées plus systématiquement et étalées dans le temps en Arménie et plus par à-coups violents en Azerbaïdjan"

L'histoire du Karabakh
 
Le douloureux problème des réfugiés azéris
 
L'expulsion méthodique des derniers Azéris d'Arménie

L'épuration générale des minorités ethniques en Arménie
 
Le réseau des organisations terroristes soutenues par l'Arménie sur les territoires occupés d'Azerbaïdjan

La destruction des monuments culturels azerbaïdjanais de la ville de Shusha, occupée par l'Arménie