jeudi 29 mai 2014

"Valeurs européennes" : choc politico-culturel entre Arméniens d'Arménie et Arméniens diasporiques

Armenia: Pro-Russia Activists Attack Diaspora Members for Promoting “European Values”
May 28, 2014 - 2:20pm, by Gayane Abrahamyan

    Armenia
    EurasiaNet's Weekly Digest
    Armenia-Russia Relations
    Armenian Diaspora
    Armenian Politics

Wariness of “European values” within a significant segment of Armenian society is providing fuel for a brewing culture war in Armenia.


The government’s push for closer ties with Russia appears to be widening a cultural divide in Armenia. The gap was on display during a May 9 court hearing concerning a domestic-violence case in the eastern region of Gegharkunik, one of Armenia’s most socially conservative areas. At one point during the proceedings, Robert Aharonian, an outspoken, pro-Russian activist who was attending the hearing, lashed out at two North American-born women’s rights advocates for promoting “European values” that condemn physical violence against women.

“Why have you come to distort Armenia?” said Aharonian, the 45-year-old leader of the Armenian-Russian Union and a former presidential candidate for the Progressive Socialist Party. A man in Armenia “has a right to slap his wife,” he claimed, according to local media reports. The issue of domestic violence has become a hot topic for public debate in recent months. Diaspora Armenians who “don’t know the local traditions” should leave Armenia, Aharonian continued, swearing vividly. “Armenia is for local people, for Armenia-Armenians, and the day will come when we will deport you all and shut the border.”

The comments specifically targeted American-Armenian Maro Matossian, head of the Yerevan-based Women’s Support Center, and Women’s Resource Center Director Lara Aharonian, a native of Canada and no relation of Robert Aharonian. Both women are long-term Armenian residents who have been critical of the government’s civil-rights record. Both have become targets over the past few years for anti-European-integration activists. [Editor’s note: The Women's Support Center and the Women's Resource Center both receive support from the Open Society Foundation-Armenia, a part of the Soros foundations network. EurasiaNet.org operates under the auspices of the New York-based Open Society Foundation, a separate entity in the Soros network].

Tension between native-born Armenians and members of the diaspora is nothing new. But the government’s failure to comment on Robert Aharonian’s verbal attacks, a hot topic on social networks, has raised suspicions that officials silently condone them as a way to push back against critics; particularly during the run-up to Yerevan’s projected June-1 sign-on date with the Moscow-led Customs Union with Russia, Kazakhstan and Belarus.

Opposition activist Hranush Kharatian, a former head of the Department of National Minorities, suggested that the focus on the family, “a very sensitive spot for us Armenians,” is intended to isolate as “outsiders” and “enemies” those diaspora Armenians “who are not the authorities’ favorites.”

Anna Safarian, an advisor to government-appointed Human Rights Defender Karen Andreasian, condemned Aharonian’s words as “harassment” and “hate-speech.” Meanwhile, Ministry of Diaspora Chief of Staff Firdus Zakarian maintained that Robert Aharonian’s remarks were beyond the mainstream, and thus not worthy of a response.

“We cannot keep responding to such things,” Zakarian said. “It is inconceivable for anyone with the slightest common sense that diaspora Armenians could be told to leave.”

Diaspora members long have played a key economic role in Armenia. According to the National Statistical Service, diaspora money accounted for 69 percent of the country’s foreign direct investment from 1994-2010. Each year, diaspora organizations pour tens of millions of dollars into various charitable projects as well.

These days, Russian-Armenian entities are supplying the bulk of diaspora-origin funding for Armenia-based projects. It’s worth noting that the head of one such entity, Arman Boshian of the Pan-Armenian Parents’ Committee, has emerged as a hardcore critic of the Women’s Support Center and Women’s Resource Center, the two organizations attacked by Robert Aharonian. The Pan-Armenian Parents’ Committee receives support from Sergei Kurghinian, a Russian-Armenian political personality and avid supporter of Russian President Vladimir Putin.

Independent political analyst Armen Badalian asserted that pro-Russian groups such as the Parents’ Committee were a “natural” outgrowth of a “Sovietization” trend in Armenia. “No doubt, European values are in the way, the presence of diaspora Armenians is an obstruction, because they [the diaspora] are not used to total violations of human rights and cannot tolerate them, so these [pro-Russian] movements are aimed at eliminating these obstructions,” Badalian commented.

Robert Aharonian’s denunciation of diaspora members appears not to pertain to Russian-Armenians. Aharonian told EurasiaNet.org he opposes all those diaspora Armenians who use grants to operate in Armenia, and “advocate European perversion.”
He defined this “perversion” as “not human-rights defense” or “equality,” but calls “for wives to sue their husbands, turn to the police,” which, he asserted, ultimately breaks families apart.

His dislike of foreign grants may sound familiar. Russian Ambassador Ivan Volinkin in early May urged Yerevan “to neutralize” Western-financed non-governmental organizations because they were a potential “wedge” between Russia and Armenia. Matossian and Lara Aharonian have called on the government to show “zero-tolerance for bigotry.” The government’s silence should prompt diaspora Armenians who have backed Armenian authorities to understand that “they will not be welcomed in the homeland of their dreams,” Lara Aharonian added.

Representatives of some organizations representing diaspora Armenians, including the Armenian General Benevolent Union (AGBU), a New-York-City-based group that has poured about $170 million into the country since 1991, are trying to tamp down controversy.

“Dividing Armenians based on our places of birth and citizenship is a very dangerous trend and, therefore, has to be prevented, but this [attitude] is not the general trend in Armenia,” said Hovig Eordekian, deputy director of the AGBU’s Yerevan office.
Editor's note:
Gayane Abrahamyan is a freelance reporter and editor in Yerevan.
Source : http://www.eurasianet.org/node/68412

Voir également : Les coutumes matrimoniales des Arméniens

Une coutume arménienne : le "madar", c'est-à-dire le sacrifice d'un mouton (ou d'un coq) suivi du marquage d'une croix de sang sur le front

Les rites sacrificiels en Arménie

Les violences domestiques : un problème qui touche plus du quart des femmes d'Arménie

Le problème de la violence conjugale en Arménie

Les violences faites aux femmes et aux filles en Arménie (rapport de 2011)

Arménie : des femmes souffrent en silence

Violence au sein de la famille arménienne : le cas de Greta Baghdasaryan

Crime d'honneur à Gyumri (Arménie)

Le crime d'honneur, une tradition arménienne ?

Marseille : retour sur un crime d'honneur arménien symptomatique

Le crime d'honneur, une tradition méconnue des chrétiens d'Orient

Istanbul : un couple religieusement mixte victime d'un crime d'honneur de la part du beau-frère chrétien arménien

France : les crimes d'honneur au sein de la première génération d'immigrés arméniens

Le communautarisme diasporique arménien : endogamie, mariages arrangés, auto-ghettoïsation

Le problème des mariages précoces chez les Arméniens du Liban

Europhobie arménienne : diffamations paranoïaques et irrationnelles à Erevan

lundi 26 mai 2014

Européennes : le fiasco de Vincent Peillon dans le Sud-Est

"Avec un Front de gauche à 6,6 % et une liste Nouvelle Donne qui atteint les 3,1 %, le total gauche s'avère famélique, qui plafonne à 33,1 %. Deux ans après son élection, pour François Hollande, cette donnée est particulièrement inquiétante. D'autant que le président, fin connaisseur de sa carte électorale, pourra apprécier à leur juste valeur la faiblesse des scores obtenus par certaines figures du parti, comme Vincent Peillon, qui plafonne à 12 % dans le Sud-Est."

Source : http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/05/25/la-gauche-laminee-le-ps-au-plus-bas_4425562_823448.html

Pour rappel, le discours vociférant et historiquement inepte de Peillon (le 24 avril 2013), devant un parterre d'ultras du nationalisme arménien (le dachnak Mourad Papazian et l'ex-ASALA Ara Toranian à ses côtés) :



Voir également : Vincent Peillon (très proche du CCAF) au Parlement européen : un bilan médiocre (aux frais du contribuable)

Le peuple de Carmaux a rappelé à François Hollande qu'il n'avait rien à voir avec Jean Jaurès

François Hollande et l'Histoire : les perles d'un cancre

"Cohérence", "nuance" et "exactitude" chez Nicolas Sarkozy, "fin connaisseur" de l'histoire de France, comme de celle de la Turquie

"Génocide arménien" : la parole aux historiens turcologues et islamologues

"Génocide arménien" : connaître les thèses contradictoires en présence

Entretien avec François Georgeon : révélation sur une manipulation éhontée de la part d'Hachette

vendredi 23 mai 2014

Arménie : projet d'une statue en l'honneur du dirigeant communiste Anastase Mikoyan

Society  |
Controversial Soviet Leader's Statue in Yerevan an Exercise in Rewriting History?
10:02, May 5, 2014

Yerevan City Hall on April 30 adopted a decision to erect a statue of Anastas Mikoyan, an ethnic Armenian high-ranking leader of the Soviet Union and close associate of Joseph Stalin. The grounds for the municipality's decision was "the procedure to erect monuments dedicated to prominent state and public figures of the Republic of Armenia."

Of course, the municipality is well aware that high-ranking Soviet official Anastas Mikoyan was not a prominent figure of the Republic of Armenia, as there was no republic then. Even if the municipality meant the First Republic of Armenia (1918–1920), this doesn't mean that Bolshevik Mikoyan contributed to the task of establishing the country (in fact, the exact opposite).

But, as is in the case in the Armenian authorities' various decisions and orders, what was given importance was not who Anastas Mikoyan was but that he was Armenian.  


Many believe that Armenian genes are an indisputable advantage and commemorative events and the unveiling of statues of different Armenians usually have proceeded smoothly and accepted as normal (well, he's Armenian; shouldn't we revere him?).

Such a position specific to small, landlocked nations not only narrows their worldview, but also throws it in a trap. When a person is removed from historical context and presented simply as a representative of some ethnicity or another, it results in a rather absurd situation, as it's unclear what this person's merits and the trace he left are.

Anastas Ivanovich Mikoyan did not come out of Stalin's purges, the deaths of thousands of people, and the Red Terror cleansed. Archival facts more than speak to this. In 1937–1938, in the task of ridding Soviet Armenia of "anti-Soviet elements," First Deputy Chair of the Council of Ministers of the Soviet Union Mikoyan overestimated the plan and sent a letter to Moscow, asking to increase the number of Armenians to be subjected to imprisonment and execution by 1,500.  

Let's assume that Yerevan City Hall doesn't read Wikipedia and doesn't take an interest in archival documents; for example, it doesn't know that Mikoyan was in favor of reducing Soviet Armenia's lands and that he adopted a clear position on the Karabakh issue — to include Karabakh in Azerbaijan.

Yerevan City Hall more so immortalizes not actual political figure Mikoyan (which is bereft of logic) but the mandate of impunity in Mikoyan's hands; that is, that which is just as important in today's Republic of Armenia as it was during the darkest, terrible, and bloody years of the Soviet Union.

The Armenian authorities not yet free from Soviet mentality perhaps think, we do what we want, but let the documents that ratify those actions be in our hands. And Mikoyan's statue will become a similar mandate built of stone, which, by the way, no doubt will be constructed in the socialist realistic style, as this monumental style of art best represents the path over the victims to reaching the top of the ruling pyramid.

The debris of the USSR do not leave many at peace. Russia, for example, a few years ago conducted wide, public surveys to decide the most significant figure of Russian history. The Russians chose Stalin. And only instinctive alarm kept the Russian authorities from enacting that outcome. Finally, they settled on the harmless figure of Alexander Nevsky.

But today Russia once again needs the figure of Stalin. Also, Hitler. And for us Armenians not to fall behind — Mikoyan.

History today is edited in an extremely superficial manner. Yerevan Chief Architect Tigran Barseghyan, for example, declared that the decision to erect Mikoyan's statue was adopted because he "traversed a difficult path of political and state activity" and "was awarded orders and medals." That's as much as he needs and that's as much as he says.

For some, that rationale seems enough, especially with a package containing an Armenian name. While for others, the decision to erect the statue of this controversial figure in Yerevan might become a sobering impetus that will encourage them to know more about the dark pages of Soviet Armenia's history — as well as those who were a part of that repressive system and occupy high-ranking positions till today.  

Mikoyan's statue won't simply be the usual hopeless and useless political ornamentation. Erecting the monument is such a superficial and aggressive decision that it cannot leave one indifferent. A formidable layer of history comes and stands before us.

Mikoyan represents an era where, for calling black black and white white, people were shot or, in the best case scenario, called "an enemy of the people" and thrown out of the game. Mikoyan was one of the long-standing figures of this empire, and remembering him and eternalizing his memory means returning to 1937.  

To return, to make discoveries. Those who did not live through the Soviet years can discover that the Mikoyan surname is not only a photo of a holder of medals or a brand of sausages. Erecting Mikoyan's statue in 21st century Armenia will mean that the demand for lustration is ripe. History, after all, is not poker, for you to bluff and be able to get away with it.

A great interest in the archives is already noticeable. After all, it might be revealed that the relatives of some were exiled or shot upon Mikoyan's orders (perhaps even my granddad?).

And it would be good if others asked themselves this question as well.

Photo (from left): Anastas Mikoyan, Joseph Stalin, Sergo Orjonikidze
Source : http://hetq.am/eng/news/54419/controversial-soviet-leaders-statue-in-yerevan-an-exercise-in-rewriting-history?.html/

Society | 23.05.14 | 09:58
Statue Controversy: RPA spokesman describes Mikoyan as world-historical figure


Ruling Republican Party of Armenia (RPA) spokesman Eduard Sharmazanov described Anastas Mikoyan, a controversial Soviet leader of Armenian descent, as a “world-historical figure”, when asked to comment on the intention of Yerevan authorities to erect a monument to one of the closest associates of Joseph Stalin.
The decision taken by Yerevan’s Council of Elders on April 30 to pay tribute to the memory of Mikoyan (1895-1978), a long-serving Soviet statesman who, according to many historians, played a role in Stalin’s Great Purge, sparked a controversy in Armenia as a number of leading civil society members expressed their view that a person who personally oversaw mass arrests and executions of thousands of people in Soviet Armenia could not have a statue in the Armenian capital.

The opposition Armenian Revolutionary Federation (Dashnaktsutyun) added its voice of condemnation earlier this week, describing the decision of the Council of Elders as “blasphemy” and demanding that it should be reconsidered.

Answering a media question following the RPA executive body’s meeting late on Thursday, Sharmazanov, a historian by training, quoted prominent French political and military leader Charles de Gaulle as calling Mikoyan a “historical figure of global scale”.

“You can count on fingers historical figures whose biographies would not be controversial,” the RPA spokesman said.
“I myself am the biggest advocate of independence and independent Armenia, but I do not accept nihilism. One should not reject everything and say that everything [in the Soviet period] was bad,” said Sharmazanov.

Sharmazanov, who hails from Alaverdi, the birthplace of Mikoyan, stressed that Mikoyan played a decisive role in saving the world from the Third World War during the Cuban missile crisis in 1962. He said that in his native town he often goes to the monument to Anastas Mikoyan and his younger brother, prominent Soviet aircraft designer, who designed many of the famous MiG military aircraft, to lay flowers there.
Source : http://armenianow.com/society/54613/armenia_mikoyan_statue_rpa_spokesman_sharmazanov

Voir également : Anastase Mikoyan : l'exceptionnelle longévité d'un ponte du stalinisme

Le bolcheviste arménien Stepan Shaoumian (Stepane Chaoumian) : un ami intime de Staline et le massacreur des Azéris de Bakou

Aux sources de l'insatiable violence stalinienne : la culture de violence clanique des Arméniens et Géorgiens

Histoire des Arméniens : massacre de la population azérie à Bakou

Une hypothèse plausible : Staline a-t-il envisagé la déportation du peuple azéri sous l'influence de son camarade arménien Anastase Mikoyan ?

La double oppression des Azéris en Arménie soviétique

Histoire des Arméniens : les déportations arméno-staliniennes d'Azéris

Les trois "gloires nationales" des Arméniens : Charles Aznavour (chanteur en exil fiscal en Suisse), Heinz Guderian (général de la Wehrmacht qui n'était même pas d'origine arménienne) et Kamo (de son vrai nom Simon Ter Petrossian, compagnon d'armes psychopathe de Staline)

Affrontements arméno-kurdes à Bourj Hammoud (Liban)

Arméniens vs Kurdes. Pogrom et couvre-feu à Bourj Hammoud

La tension est montée à Bourj Hammoud, après un triste incident ayant dégénéré en affrontements entre Arméniens et Kurdes, forçant les forces de sécurité à se déployer autour du quartier. Chez les habitants, les sentiments sont partagés entre colère pour les uns et incompréhension pour les autres.

A Bourj Hammoud, une série de violents événements a ôté son charme à ce quartier populaire du nord de la capitale.
A l’agitation charmante de l’endroit s’est substitué un calme inquiétant. Du quartier familial arménien, édulcoré par une diversité de nationalités unique au Liban, il ne reste plus ces jours-ci que des magasins fermés et des rondes de policiers. Dans ce quartier où sont concentrés de nombreux étrangers, on était plus habitué à la cohabitation qu’à l’affrontement.
Tout a basculé samedi 17 mai, lorsqu’un individu, Syrien d’origine kurde, harcèle verbalement une jeune femme dans un supermarché du quartier. Son fiancé, Libanais d’origine arménienne, s’interpose. Les échauffourées éclatent, encouragées par les amis respectifs des deux individus qui s’agglutinent autour d’eux. Après de violents échanges verbaux et physiques, le jeune Syrien parvient à s’échapper pour se réfugier quelques mètres plus loin dans l’appartement où vit sa famille. Ses assaillants le suivent, entourent l’immeuble et tentent de forcer la porte. Un des frères du jeune Kurde jette alors une bouteille de gaz par-dessus la terrasse, qu’un habitant du quartier reçoit sur la tête et tombe inconscient. La vidéo de cette scène, filmée depuis une fenêtre faisant face à l’immeuble, est devenue virale sur Internet. L’individu blessé, Elias Kalach, a été conduit aux urgences. Selon les proches de la famille, il est dans un coma profond, son état vacillant au gré des jours. «Tout le monde connaît Elias dans le quartier. C’est un homme bon qui tient une boutique de réparation de climatisations. Je n’étais pas là au moment du drame, mais je peux vous assurer qu’il était là-bas à ce moment pour calmer les jeunes gens qui entouraient l’immeuble», affirme Vahan Chammassian, propriétaire d’une argenterie située à une cinquantaine de mètres des lieux du crime.
L’agression de cet homme sans histoire, plutôt qu’un des jeunes participants à la dispute, a renforcé la colère des habitants du quartier. «Je saluais Elias tous les matins en allant au café et tous les soirs en rentrant à la maison. Il était connu de tous et très apprécié dans le quartier. Son agression a choqué tout le monde, à commencer par les jeunes», explique Marc-Aryan, gérant du café Hajj. «Après les événements de l’autre soir, tous les magasins tenus par des Syriens ou des Kurdes sont fermés. Même ici, les Kurdes, qui sont pourtant âgés et habitués des lieux, ne viennent plus jouer à la belote», ajoute-t-il. Les «événements» de l’autre soir, dont parle Marc-Aryan, sont en fait des pogroms organisés par des jeunes contre les étrangers, particulièrement kurdes et syriens.

Répression systématique
Le lendemain du fâcheux incident, des centaines de jeunes individus sont descendus dans la rue, furieux, dans le but de se venger. Bloquant les chemins menant à Bourj Hammoud, ils ont arrêté et contrôlé tous ceux qui, selon eux, paraissaient suspects, agressant principalement Kurdes et Syriens. Hussein, Irakien, propriétaire depuis dix ans d’un salon de coiffure aux abords de Bourj Hammoud, sous le pont de Nabaa, a été témoin de la scène. «Une bonne centaine de jeunes ont coupé la route et commencé à contrôler les gens. Certains avaient des couteaux, j’en ai même vu un porter un sabre à la main», affirme-t-il. Les pogroms ont duré environ une demi-heure, à toutes les entrées du quartier, de Nabaa en passant par Dora et Saint-Joseph, jusqu’à ce que les forces de sécurité se déploient massivement et dispersent la foule. Rami, lui, est de ceux qui ont subi ces violences. Le visage tout boursoufflé, il dit s’être fait agresser par cinq personnes. Depuis, il est cloîtré chez lui, pris entre la peur et l’incompréhension. Il a refusé de se faire prendre en photo, de peur des représailles. «Je suis syrien, même pas kurde. Je vis à Bourj Hammoud depuis trois ans sans faire d’histoire. Je vais au travail tous les jours, je rentre chez moi, mange, dors, et recommence le lendemain. Demandez à mes voisins arméniens, tout le monde me connaît et m’apprécie ici. Jamais je n’irais manquer de respect à la fiancée d’un autre, alors pourquoi me visent-ils moi?».
A cette question, Hagop, un jeune Libanais d’origine arménienne, qui pourtant a refusé de se joindre au pogrom, répond que les jeunes natifs de Bourj Hammoud se sentent pris au piège par l’afflux toujours plus important d’étrangers dans leur quartier. «Si je veux travailler, on me refusera et me dira que pour ce travail, un Syrien acceptera un salaire de misère. C’est pareil pour les loyers qui, du fait de la forte demande, ont augmenté de deux cents dollars en un rien de temps», déplore-t-il.
Pour mettre un terme aux violences, les forces de sécurité se sont déployées massivement dans la soirée qui a suivi les pogroms, invitant vivement les habitants, Libanais et Syriens, à rentrer chez eux. Depuis, des rondes sont effectuées régulièrement dans le quartier. En plus d’assurer la sécurité, la police oblige tous les magasins tenus par des Syriens à fermer. Une troupe d’une dizaine de policiers ont ainsi fermé devant moi un magasin de téléphonie mobile. L’opération a duré moins d’une minute. Le gérant du magasin en question, perplexe, n’a pas souhaité s’exprimer. D’autres Syriens ferment boutique de leur propre chef, craignant de nouvelles vagues de répression. Mohammad tient, lui aussi, un magasin de télécom, mais à l’embouchure de Nabaa. «Le quartier est très peuplé d’Arméniens. Pour cela, je ferme le plus clair de la journée, pour rouvrir seulement aux heures de pointe», affirme-t-il. Mardi, les autorités ont imposé un couvre-feu aux étrangers, invitant les Libanais à se munir de leurs pièces d’identité. Instauré pour une durée indéterminée, ce couvre-feu symbolise l’inquiétude et la méfiance qui se sont installées chez les habitants de Bourj Hammoud, toutes nationalités confondues.

Elie-Louis Tourny

Une tour de Babel
Bourj Hammoud est l’une des banlieues les plus peuplées de Beyrouth. Connu comme étant le bastion de la communauté
arménienne, ce quartier a vu arriver ces dernières années un afflux important de gens de toutes nationalités et religions, dont les Kurdes. Certains sont originaires de Syrie, d’autres ont acquis la nationalité libanaise au début des années quatre-vingt-dix, à la suite de la guerre civile.
Source : http://magazine.com.lb/index.php/fr/component/k2/item/7938-arm%C3%A9niens-vs-kurdes-pogrom-et-couvre-feu-%C3%A0-bourj-hammoud?issue_id=130

En 2011, il y avait déjà eu un précédent, au cours duquel le parti Dachnak (très influent à Bourj Hammoud et allié au Hezbollah) fut soupçonné d'être derrière des expulsions de Kurdes syriens :

Bourj Hammoud Evictions Stir Lebanon Debate
by Naharnet Newsdesk 27 November 2011, 10:08

A mainly Armenian suburb of Beirut has stirred controversy over a decision by local officials to expel foreign workers, with some linking the move to the revolt in Syria and others to sheer racism.


The controversy erupted earlier this month when the municipality of Bourj Hammud, located east of the Lebanese capital, requested all foreigners without rental leases leave the area by the end of November.

Targeted by the measure were Syrian Kurds as well as other laborers from the Philippines, Sri Lanka and from African countries, who for years have been drawn to affordable housing in Bourj Hammud. The majority have no signed rental agreements, a common practice in Lebanon.

Officials say the decision came after local residents began to complain of increased petty crime and harassment of young women in the streets, pinning the blame on foreigners.

But Syrian Kurds say the measure was a bid by the Armenian Tashnag party, a member of Lebanon's pro-Syrian alliance led by Hizbullah, to punish them for taking part in anti-Syrian rallies.


Several Syrian Kurds interviewed by AFP in Bourj Hammud said they believed the Tashnag was using its influence to squeeze them out after they protested outside the Syrian Embassy over the murder of Kurdish activist Meshaal Tammo in Syria in October.

"The goal is to drive us out of our homes... and leading this campaign is a certain prominent party here in Bourj Hammud," said Khalil, 37, referring to the Tashnag.


Khalil says he was ordered by local officials to obtain a working visa or leave -- a demand he says is "impossible" as Syrian citizens do not need visas to work in Lebanon.

Ahmed, a 28-year-old Syrian Kurd who has lived for five years in a humble one-room flat in Bourj Hammud, said he also believed the eviction order he had recently received was politically motivated.

"This decision is aimed at us, at all Kurds who are standing against the Syrian regime," said Ahmed, who requested his real name be concealed for fear of reprisal.

Officials in the bustling suburb, however, deny that the evictions are political motivated, noting that the measure concerned all foreigners -- not just Syrian Kurds -- without identification papers or legal contracts.

"Several residents have contacted us to complain that they feel the district is becoming an increasingly dangerous place because of increased crime with foreigners living here," said Arpineh Mangasarian, head of the city council's engineering and planning department.

Tashnag officials in a statement also denied the evictions were related to politics.

But Nadim Houry, director of the Beirut office of Human Rights Watch, said he believed racism was at the heart of the problem.

"Lebanon has a serious problem with racism -- racism towards foreigners but also racism towards other Lebanese," he told AFP.

"The case in Bourj Hammud is part of this overall problem of racism and has affected people of all races living in the area, most of whom are in fact Syrian Kurds."

Houry noted that other municipalities in Lebanon had previously banned foreigners -- or even Lebanese of different confessions -- from owning or renting property.

Some Armenian residents of Bourj Hammud have also criticized local officials for the indiscriminate expulsions.


"It's true that when young people, like foreign laborers, hang out in the street at night they might stir trouble," said one shop owner, requesting his name be concealed.

"But a lot of foreign laborers live near my shop and they are really hard-working people who come home late at night and don't bother anyone," he added. "Now they're being asked to leave too."

Lebanon is home to a 140,000-strong Armenian community, mostly made up of the descendants of survivors of what they term the genocide in eastern Anatolia under Ottoman rule almost a century ago.
Source : http://www.naharnet.com/stories/en/21508-bourj-hammoud-evictions-stir-lebanon-debate

Voir également : L'antagonisme arméno-kurde
  
Le massacre massif des Kurdes par les Arméniens de l'armée russe durant la Première Guerre mondiale

Le massacre des Kurdes par les Arméniens et Assyriens

La perception des Kurdes dans la littérature nationaliste arménienne, avant l'alliance nouée entre la FRA-Dachnak et le Khoyboun dans les années 20

L'alliance entre nationalistes kurdes et arméniens est basée sur le mensonge, l'occultation et la haine

Les ambiguïtés de l'alliance entre les nationalistes kurdes et arméniens

L'expulsion des Kurdes d'Arménie et du Karabakh

Liban : le "martyrologe" des Arméniens, menacés par les milices chrétiennes maronites 

Les relations houleuses entre Arméniens et Maronites au Liban

mardi 20 mai 2014

Le beau-fils d'un député arménien serait suspecté d'être l'auteur d'une fusillade ayant fait cinq blessés

Armenia
Suspect In Yerevan Shooting Spree Detained


By RFE/RL's Armenian Service

May 19, 2014

A man suspected in a shooting spree in the Armenian capital, Yerevan, has been apprehended.

In a statement, the Armenian Interior Ministry said the suspect -- whose name was only given as Gor A. -- was detained on May 18.

The statement said the suspect turned in a Makarov pistol he said he had used in the shooting spree.


Five people were wounded in the shooting incident near a marketplace in downtown Yerevan on May 18.

RFE/RL quotes sources as saying the suspect is Gor Arakelian, the 29-year-old son-in-law of Karo Karapetian, a lawmaker representing the Prosperous Armenia party in parliament.
Source : http://www.rferl.org/content/suspect-in-yerevan-shooting-spree-detained/25389915.html

Précision sur Gagik Tsarukyan, leader de ce parti :

"Links to criminal leaders

Close ties between Pzo and Chairman of the Prosperous Armenia Party Gagik Tsarukyan were covered on media from time to time. Tsarukyan ensured Armen Ghazaryan's (nicknamed Pzo) safe entry to Armenia through the mediation of the former chief of Armenian Police Hayk Harutyunyan. [45]"

Source : http://en.wikipedia.org/wiki/Gagik_Tsarukian#Links_to_criminal_leaders

Le pouvoir arménien veut classer "secret d'Etat" les informations sur les dépenses personnelles de ses dirigeants

Armenian Leaders’ Expenses Set To Become State Secrets

Տեքստի չափը
Hovannes Movsisian

Հրապարակված է՝ 15.05.2014
The National Assembly debated on Thursday a government proposal to classify information about personal and travel expenses of Armenia’s president, prime minister and parliament speaker covered from the state budget.

Under Armenian law, such data is accessible to the mass media along with many other facts relating to the work of various state institutions.  A bill drafted by the National Security Service (NSS) would declare it state secrets not subject to publication.

Presenting the bill to the Armenian parliament, the deputy head of the NSS, Arzuman Harutiunian, said that the existing transparency undermines the personal security of the country’s three most senior officials. He did not elaborate on the security risks involved.

Deputies from the ruling Republican Party of Armenia (HHK), including parliament speaker Galust Sahakian, voiced support for the bill. But their colleagues representing the four main opposition parties denounced it as an attempt to eliminate a safeguard against government corruption.

“I’ve looked up international legislation on such issues and even checked the Stalin-era practices,” said Naira Zohrabian of the Prosperous Armenia Party (BHK). “Even there I didn’t see any cases where expenditures of high-ranking state officials were carried out secretly.”

“This means you want to officially maintain corruption under the guise of secrecy,” Levon Zurabian of the Armenian National Congress told the NSS official representing the government.

“If, for example, I know what our prime minister ate and how much was spent on it, how is that going to harm his security?” argued Heghine Bisharian, the parliamentary leader of the Orinats Yerkir party that was part of the government until this month.

Some opposition lawmakers suggested that the bill is a government response to a scandal that was triggered last year by the disclosure of then Prime Minister Tigran Sarkisian’s travel expenses. It emerged that private jets hired for some of Sarkisian’s 2013 trips abroad cost the government over $200,000. The premier was accused by the opposition and media of profligacy.
Source : http://www.azatutyun.am/content/article/25386335.html

Pour rappel : Arménie : les six raisons possibles de la démission du Premier ministre Tigran Sarkissian

La révolte du chef kurde Ubeydullah (1880)

François Georgeon, Abdülhamid II : le sultan calife (1876-1909), Paris, Fayard, 2003, p. 108-110 :

"Parallèlement à ces négociations, le sultan doit s'occuper d'autres problèmes inquiétants liés à la guerre [russo-turque] et à la conclusion de la paix. La mobilisation de plusieurs centaines de milliers d'hommes, la concentration des troupes sur les deux théâtres d'opérations (les Balkans et l'Anatolie orientale), le coût humain, matériel et financier de la guerre, tout cela a épuisé et affaibli l'Empire. Les provinces ont été en partie vidées de leurs hommes et délestées de leurs forces armées ; pour maintenir l'ordre sur place, il a fallu faire appel à la « réserve » (redif), ce qui a provoqué plus de désordre que de tranquillité. L'appel des hommes sous les drapeaux, les ponctions financières ont laissé la plupart des provinces exsangues. Un peu partout dans l'Empire, l'insécurité s'est aggravée, le banditisme a progressé, la corruption s'est étendue. Dans les provinces à population mixte, les relations entre musulmans (seuls astreints au service militaire) et non-musulmans se sont tendues ; les départs au front, le rappel des réservistes, les nouvelles des défaites face aux infidèles, autant d'occasions pour qu'éclatent des bagarres ou échauffourées. Certaines régions ont été frappées de disette, voire de famine, comme l'Anatolie orientale en 1879-1880, en particulier les vilayet de Van, de Diyarbakır et d'Erzurum ; dans cette dernière province, qui compte environ deux cent mille habitants, près de dix mille personnes seraient mortes de faim. Des révoltes localisées ont éclaté, comme celle des Arméniens de Zeytun à la fin de 1878 et celle des Druzes du Hauran en 1877-1879. Un peu partout se répand l'idée que l'Empire est sur le point de s'effondrer, qu'il va faire l'objet d'un partage, et beaucoup s'interrogent avec inquiétude sur l'avenir.

Pour le sultan, il est donc urgent de rétablir l'ordre public, et cela avec les moyens très limités dont il dispose. La situation est particulièrement délicate sur les marges de l'Empire, où les désordres liés à la guerre se greffent sur des aspirations plus anciennes à l'autonomie. (...)

Des troubles agitent également le Kurdistan. L'armée étant au front, les tribus kurdes ont pu se livrer librement à des actes de pillage et de banditisme contre des villages arméniens, des révoltes localisées se sont produites dans le Dersim, à Siirt, à Muş, à Hakkâri. En 1880 éclate dans la région d'Hakkâri la révolte d'Ubeydullah ; celui-ci est à la fois chef de tribu, grand propriétaire foncier (aga) et cheikh (şeyh) de la puissante confrérie de la Naqchbandiyya. Profitant de l'état d'insécurité dans le Kurdistan et des craintes consécutives au traité de Berlin, qui a fait planer la menace d'un Etat arménien aux dépens des Kurdes, le cheikh crée une ligue au Kurdistan. Il va jusqu'à déclarer que pour s'opposer à la création d'une indépendance arménienne, il n'hésitera pas, s'il le faut, à armer les femmes. Dans quelle mesure est-il manipulé par les Ottomans ? Il semble qu'il joue sur plusieurs tableaux, nouant des relations avec le chérif de La Mecque et le khédive d'Egypte aussi bien qu'avec les consuls anglais.

Ubeydullah veut profiter des circonstances pour pousser les Kurdes à prendre leur destin en main, et réclamer « la jouissance d'une autonomie analogue à celle dont jouissent aujourd'hui les Bulgares ». Inquiet de ces développements, Abdülhamid cherche à le détourner vers l'Iran, et le pousse à entreprendre, en octobre 1880, une vaste offensive contre ce pays dans laquelle il s'engage peut-être dans l'espoir de parvenir à unifier les Kurdes ; les troupes du cheikh s'approchent de Tabriz, mais il doit reculer et les Ottomans se retournent contre lui. Pris en tenaille entre les forces iraniennes et l'armée ottomane, le cheikh est vaincu, il est arrêté et emmené à Istanbul en juillet 1881. Abdülhamid le traite bien, dans l'idée qu'il pourra peut-être lui être utile dans l'avenir.

La situation dans les provinces arabes au lendemain de la crise de 1875-1878 donne également des inquiétudes au sultan. Confrontés à la défaite de 1878 et à l'affaiblissement du pouvoir central, les notables arabes s'interrogent sur leur avenir. Que va-t-il se passer en cas d'effondrement et de partage de l'Empire ? Que vont devenir les provinces arabes ? Dans le Hedjaz, le chérif de La Mecque, Hussein, commence à chercher des appuis du côté des Anglais. En Syrie éclate au printemps 1880 « l'affaire des placards » ; des affiches collées sur les murs à Beyrouth et à Damas appellent les Arabes à se réveiller, à se libérer du joug des Turcs et à réaliser l'unité de la patrie syrienne."

Voir également : L'antagonisme arméno-kurde

XIXe siècle : problème agraire et question arménienne dans l'Empire ottoman



Musa Bey, le boucher kurde des Arméniens de Muş

Le choix difficile d'Abdülhamit II (Abdul-Hamid II) devant le conflit arméno-kurde en Anatolie orientale

Les prétendus "massacres hamidiens" de l'automne 1895


Traité de Sèvres : l'opposition sans équivoque des Kurdes au projet d'un Etat grand-arménien

lundi 19 mai 2014

Documentaire sur LCP : du grand n'importe quoi

20h35
lundi
19
mai

Le génocide arménien

Histoire de Laurence Jourdan (2005)
Durée : 55mn
Pays de production : Belgique, France

Résumé
Avant 1894, trois millions d'Arméniens et autant de Turcs formaient la moitié de la population de l'Empire ottoman. En 1917, deux tiers des Arméniens auront été exterminés. Le processus d'élimination se mit en place petit à petit. Dès 1914, après des massacres, des exils et des conversions forcées, les Arméniens ne sont déjà plus que 2,25 millions. Lorsque la Turquie entre en guerre, en novembre 1914, les Arméniens sont les premiers à monter au front : 250 000 soldats arméniens sont désarmés et affectés dans des «bataillons de travail» dont ils ne reviendront jamais. Le 24 avril 1915, l'arrestation de 650 intellectuels et notables sonne le coup d'envoi d'épouvantables massacres qui se poursuivront jusqu'en 1917.
Si vous avez manqué le début
De 1894 à 1917, l'extermination des deux tiers de la population arménienne de l'Empire ottoman, peu à peu organisée puis systématisée entre 1915 et 1917.
Clin d'oeil
Considéré comme l'un des tout premiers génocides du XXe siècle, le génocide Arménien a coûté la vie à 1.2 million d'Arméniens d'Anatolie et du haut-plateau arménien
Les rediffusions de Le génocide arménien

01h55 dimanche 25 mai 01h56 dimanche 25 mai
Infos sur le programme
Tous publics / Couleur / MONO / 16:9
Source : http://www.programme-television.org/documentaires/decouverte/le-genocide-armenien#102185332

Voir également : "Génocide arménien" : la parole aux historiens turcologues et islamologues

Entretien avec François Georgeon : révélation sur une manipulation éhontée de la part d'Hachette

Le peuple de Carmaux a rappelé à François Hollande qu'il n'avait rien à voir avec Jean Jaurès

François Hollande et l'Histoire : les perles d'un cancre

"Cohérence", "nuance" et "exactitude" chez Nicolas Sarkozy, "fin connaisseur" de l'histoire de France, comme de celle de la Turquie

Les échecs sanglants du nationalisme révolutionnaire arménien

Gérard Chaliand, 1915, le génocide des Arméniens, Bruxelles, Complexe, 2006, p. 189 :

"C'est l'éveil du nationalisme moderne et les idées issues des Lumières et des courants socialistes du XIXe siècle, véhiculées à travers la France notamment, qui modifient entre autres facteurs les perceptions aussi bien dans les Balkans que chez les Arméniens. Peu à peu, l'Empire [ottoman] est miné par des aspirations nouvelles. Ce qui était supporté jusque-là comme étant dans l'ordre des choses paraît alors insupportable à une partie des élites. C'est une dizaine d'années avant la fin du XIXe siècle que sont fondés les partis révolutionnaires arméniens (Hintchak et Dachnak). Ceux-ci se heurtent à la fois aux réticences des notables arméniens intégrés dans le système ottoman et à l'apathie de la grande majorité des populations d'Anatolie orientale moulées dans la servitude.

La stratégie insurrectionnelle ou subversive utilisée par les deux partis révolutionnaires arméniens au cours des années 1890-1896 débouche sur la répression, non sur l'intervention souhaitée des Puissances comme ce fut le cas naguère pour la Bulgarie (1878). Les partis révolutionnaires arméniens mesurent mal les paramètres de la politique d'équilibre entre les Puissances (rivalité anglo-russe) et la situation géopolitique des communautés arméniennes."

François Georgeon, Abdülhamid II : le sultan calife (1876-1909), Paris, Fayard, 2003, p. 305-306 :

"L'un des résultats de la crise de 1894-1896 est l'affaiblissement du mouvement national arménien. Le parti Hintchak a échoué dans toutes ses entreprises. Sa tactique visant à l'intervention de l'Europe pour faire pression sur Abdülhamid a fait long feu et a abouti à des résultats sanglants. La direction du parti est critiquée pour sa ligne socialiste (qui ne peut que faire peur à l'Europe) et pour ses méthodes ; une scission se produit à l'intérieur du parti. C'est désormais la Fédération révolutionnaire arménienne, la Dashnaktsoutioun, qui est sur le devant de la scène. Mais là aussi, l'échec n'est pas moins évident. Si les terroristes de l'occupation de la Banque ottomane ont eu la vie sauve, leur entreprise a coûté la vie à des milliers de leurs compatriotes. Ce qui n'a pas empêché le parti de crier victoire à la fin de 1896.

Ayant pris pour modèle les méthodes des nationalistes bulgares, les révolutionnaires arméniens ont cru qu'ils pourraient à leur tour mobiliser l'Europe contre l'Empire ; ils ont surestimé les pressions que pouvaient ou voulaient exercer les grandes puissances sur Abdülhamid et gravement sous-estimé le sultan lui-même et l'Etat ottoman de la fin du XIXe siècle. Les Russes soutenaient l'autonomie des Bulgares, alors qu'ils sont résolument hostiles à celle des Arméniens. Les Hintchakistes comme les Dashnaks ont été pris dans une contradiction : comment des partis révolutionnaires, prônant le socialisme, peuvent-ils fonder leur tactique sur l'intervention de l'Europe capitaliste et impérialiste ? Le résultat a été la prise d'otages de la Banque ottomane, avec ses conséquences dramatiques.

La société arménienne de l'Est anatolien a été profondément affectée par les violences et les massacres de ces années. Elle a été affaiblie démographiquement par le nombre élevé des victimes, déstructurée par la présence de milliers d'orphelins et par les tentatives de conversion. Affaiblie aussi par les mouvements d'exode provoqués par les violences ; malgré les obstacles mis par l'administration d'Abdülhamid, qui s'oppose à l'émigration de la population arménienne, environ 60 000 Arméniens ont réussi à se réfugier de l'autre côté de la frontière du Caucase en territoire russe ; l'émigration aux Etats-Unis (liée à la présence des missionnaires protestants en terre arménienne) s'est également sensiblement accrue ; entre 1891 et 1899, environ 12 000 Arméniens ont émigré aux Etats-Unis.

Si l'intégrité territoriale a été maintenue et si le nationalisme arménien a été contenu, c'est au prix de la cohésion sociale. Les relations intercommunautaires se sont tendues, un fossé de méfiance et d'hostilité s'est creusé entre les communautés dans l'est de l'Anatolie, de graves fractures sont apparues dans la société ottomane."

Yves Lacoste, "Editorial : géopolitique des diasporas", Hérodote, n° 53, 2e trimestre 1989, p. 10 :

"La diaspora arménienne est une de celles dont l'origine géopolitique est la plus précise et la plus brutale puisqu'elle résulte pour l'essentiel de la catastrophe de 1915. Il s'agit en fait de l'échec sanglant d'un mouvement national comparable à celui des Grecs, des Serbes, des Bulgares et qui en 1914, à la veille de la guerre, était pourtant sur le point de réussir, lui aussi. En effet, depuis la fin du XIXe siècle, l'active émigration arménienne avait su nouer d'utiles contacts avec les grandes puissances, l'Angleterre, la France et la Russie (qui contrôlait déjà le nord de l'Arménie), pour qu'elles contraignent l'Empire ottoman à l'octroi d'un statut d'autonomie pour ses provinces peuplées plus ou moins majoritairement d'Arméniens. C'est ce qui venait d'être conclu sur les rives du Bosphore en juin 1914 et cette autonomie aurait sans doute progressivement évolué vers une quasi-indépendance, comme cela avait été le cas pour la Roumanie, si la guerre n'avait pas éclaté et si un certain nombre d'Arméniens, à l'appel de certaines organisations et des Russes, ne s'étaient pas révoltés sur l'arrière des troupes turques qui combattaient celles du tsar. La décision turque de déporter les Arméniens vers le sud, loin de la zone frontière, était déjà pour eux catastrophique, mais il semble bien qu'une grande partie des pillages et des tueries dont ils furent victimes aient été surtout le fait des Kurdes, leurs voisins immédiats. Certes parmi ces derniers existait aussi un mouvement national contre le pouvoir ottoman et entre les deux peuples dominés (en dépit de la différence religieuse) des liens complexes, mais ceux-ci étaient contradictoires. Les Kurdes ne revendiquaient-ils pas, pour une grande part, les mêmes territoires que les Arméniens ? Les incitations des autorités turques aux abois firent le reste. Les revers des armées russes, l'échec de l'expédition franco-anglaise des Dardanelles, et enfin l'effondrement du régime tsariste firent que les Arméniens furent abandonnés par les puissances qui devaient les soutenir et subirent les horreurs d'un génocide qui n'avait sans doute pas été préparé."

Voir également : Le contexte de l'émergence du nationalisme et du terrorisme arméniens

Le millet arménien au XIXe siècle : ascension socio-économique, apogée de l'autonomie structurelle interne et montée du nationalisme

Le projet ottomaniste d'admission des Arméniens dans l'armée ottomane : des Tanzimat à la révolution jeune-turque

Istanbul, 1890-1896 : les provocations des comités terroristes arméniens

Les troubles sanglants provoqués par les comités arméniens sous Abdülhamit II
  
Le terrorisme interne arménien

Replacer la tragédie arménienne dans le temps long du déclin ottoman

La dépopulation des arrières du front russo-turc durant la Première Guerre mondiale

Les massacres arméno-russes de musulmans en Anatolie

Les volontaires arméniens de l'armée russe : des criminels de guerre

Les violences durant la désagrégation de l'Empire ottoman, selon l'historien allemand Christian Gerlach

La population turque confrontée à la négation obstinée des massacres de Turcs et d'autres musulmans, perpétrés par les ethno-nationalistes arméniens

Amertume arménienne

Le docteur Gérard Papertian : une critique au vitriol des lamentations victimaires et mémorielles

Quand l'"historien" arménien Gérard Chaliand critiquait les lourds préjugés racistes anti-turcs de sa communauté

dimanche 18 mai 2014

La mère d'Abdülhamit II (Abdul-Hamid II) n'était pas arménienne, mais circassienne (contrairement à la légende arménienne)

François Georgeon, Abdülhamid II : le sultan calife (1876-1909), Paris, Fayard, 2003 :

"Au XIXe siècle, pratiquement toutes les femmes du palais impérial viennent du Caucase.

La mère d'Abdülhamid, Tirimüjgan, une Tcherkesse, ne déroge pas à la règle. D'après les témoignages de contemporains, elle avait les yeux verts, les cheveux châtain clair, un teint blanc diaphane, une complexion délicate. De santé fragile, elle meurt de la tuberculose alors qu'Abdülhamid a tout juste dix ans. Malgré les progrès de la médecine, la mort en effet ne cesse de rôder autour du palais impérial. Le père d'Abdülhamid, Abdülmecid, succombe à son tour de la tuberculose en 1861, à trente-huit ans, dans la pleine force de l'âge. Lorsque le prince monte sur le trône en 1876, sur les vingt-deux filles qu'a eues son père de différentes femmes, seize sont déjà décédées, dont douze avant l'âge de trois ans." (p. 25)

"Le sultan fait de la question des immigrés [réfugiés musulmans] une affaire personnelle. Peut-être le fait, il est vrai assez commun pour un prince ottoman, d'avoir eu pour mère une Tcherkesse le rend-il plus sensible au drame humain qui se déroule sous ses yeux ? Il fait tout pour aider les immigrés, finance de sa propre bourse l'installation de villages entiers, y fait construire des mosquées et des écoles ; symbole de cet attachement à cette cause, de nombreux villages sont appelés « Hamidiye » en son honneur. Devant l'ampleur de ces mouvements d'immigration, et les multiples problèmes humains, économiques, financiers qu'ils posent au gouvernement, Abdülhamid crée plusieurs commissions, dont en 1878 la Commission générale pour l'administration des réfugiés qu'il préside au Palais et qui pendant plus de quinze ans va s'occuper de faciliter le transport des immigrants et d'organiser leur établissement."
(p. 317)

Voir également : Abdülhamit II (Abdul-Hamid II), un sultan entouré d'Arméniens

Mimar Sinan, ce Turc ottoman qui n'était pas arménien (contrairement à l'allégation des racistes arméniens)

Le gaulliste Edouard Balladur est d'origine persane et catholique-ottomane, et non pas arménienne (n'en déplaise aux communautaristes arméniens démentiels et mythomaniaques)

vendredi 16 mai 2014

Les Arméniens et la police hamidienne

Noémi Lévy, "Une institution en formation : la police ottomane à l'époque d'Abdülhamid II", European Journal of Turkish Studies, 8 | 2008 :

"Tout d’abord, la question de l’appartenance « ethno-confessionnelle » est inévitable dans le cadre ottoman. Au vu des listes de policiers conservées dans les archives, la très grande majorité des agents était sans surprise musulmane. Cependant, comme dans la plupart des institutions de l’époque, les non musulmans étaient aussi représentés dans la police. L’exemple le mieux documenté est fourni par Rafael Chikurel, commissaire de police à Izmir à l’époque hamidienne, qui relate son expérience professionnelle dans des mémoires écrites en 1911 (Lévy 2007). L’auteur y mentionne à plusieurs reprises l’obstacle à son ascension professionnelle que constituait son appartenance ethno-confessionnelle. Cependant, celle-ci apparaît aussi comme une ressource lorsqu’il est confronté aux accusations de la communauté arménienne d’Izmir après la révolution jeune turque. C’est une délégation de notables juifs qui obtient sa libération auprès du comité jeune-turc local (Nahum 2002 : 85). 

Les compétences linguistiques des non musulmans semblent avoir été particulièrement recherchées pour certains postes dans l’institution, notamment le service des passeports. La fiche de Rafael Chikurel conservée dans les sicill-i ahval indique qu’il parlait [tekellüm] et écrivait [kitabet] le turc, le grec, le français, l’italien et l’espagnol et qu’il était familier [aşina] de l’anglais. A l’époque où il est responsable de la police des passeports à Izmir, c’est un Arménien, Artin Khandanian effendi, qui occupe le poste à Istanbul (Annuaire Oriental 1893-94).

L’origine géographique des agents jouait aussi sur leur intégration dans la société. Nadir Özbek a montré dans le cas de la gendarmerie que l’Etat préférait recruter des agents étrangers à la région où ils exerceraient leurs fonctions mais qu’il était contraint par le manque de candidats à accepter un grand nombre de « locaux » (Özbek 2008). Dans le cas de la police, nous n’avons pas trouvé de recommandation visant à privilégier un recrutement externe. En l’absence de codifications précises du recrutement, il semble que celui-ci s’effectuait à l’échelle locale, souvent par recommandation. Cependant, notamment dans la capitale, le rôle de la région d’origine [hemşehrlik] semble avoir joué un rôle non négligeable dans l’activité policière et les relations avec la population. Un extrait des mémoires d’Hagop Mıntzuri, arménien ayant passé son enfance à Istanbul à l’époque hamidienne, donne un aperçu de l’utilisation de ce ressort par le sujet pris en faute. Appréhendé par un policier avec un de ces amis dans un café normalement réservé aux adultes, le jeune Hagop s’en sort finalement sans difficultés après l’interrogatoire suivant (Mintzuri 1993 : 86) :

- Tu es d’Istanbul ? demanda-t-il.

- Non, répondis-je, de la Quatrième Armée. On appelait Quatrième Armée les régions de l’Est.

- Mais quel est ton pays ?

- Armudan, Vilayet d’Erzurum, Sancak d’Erzincan, Kaza de Kuruçay.

- Comment ? s’exclama-t-il en devenant plus familier avec moi. Le grand Armudan ou le petit Armudan ?

- Le petit Armudan.

- Alors on est du même pays. Moi aussi je suis d’Eğin, des villages de Beş Pare [...]. Je te pardonne mais je ne veux plus te revoir dans ces rues. (...)

Cependant, à partir des années 1890, il est nécessaire de prendre également en compte la dimension politique des mesures d’expulsion prises à l’encontre des mendiants et vagabonds. En effet, même si le dépouillement effectué ne peut prétendre à une valeur statistique, les cas recensés concernent en majorité des vagabonds arméniens, qui sont éloignés en tant que tels de la capitale. Que la crainte d’une action politique de la part des sujets visés soit explicitement ou non exprimée, il est difficile de ne pas faire le lien avec la conjoncture politique de l’époque qui voit la montée en puissance des groupes séparatistes arméniens et les premiers heurts massifs avec les autorités ottomanes. Ainsi, les manifestations de l’automne 1895 dans la capitale sont suivies de près par un irade qui ordonne « le renvoi des désœuvrés arméniens de la capitale dans leur région d’origine et l’interdiction d’entrer dans la ville pour les vagabonds venus de province ». Une mesure semblable est prise après l’attaque de la Banque ottomane survenue en août 1896."

Voir également : La place des Arméniens dans l'Etat hamidien

Le règne du "sultan rouge" (sic) Abdülhamit II (Abdul-Hamid II) : une "belle époque" pour les Arméniens ottomans hors d'Anatolie orientale

Abdülhamit II (Abdul-Hamid II), un sultan entouré d'Arméniens


Le millet arménien au XIXe siècle : ascension socio-économique, apogée de l'autonomie structurelle interne et montée du nationalisme

Le contexte de l'émergence du nationalisme et du terrorisme arméniens

Istanbul, 1890-1896 : les provocations des comités terroristes arméniens

Les troubles sanglants provoqués par les comités arméniens sous Abdülhamit II
 
Le terrorisme interne arménien

jeudi 15 mai 2014

Bordeaux : condamnation de 5 militants du DAL

justice

Bordeaux : 5 militants du DAL condamnés pour "violation de domicile"

Par La rédaction numérique de RTL , Avec AFP | Publié le 14/05/2014 à 16h30

Cinq militants de l'association Droit au logement (DAL) qui étaient entrés dans un appartement inoccupé pour y installer une famille ont été condamnés à trois mois de prison avec sursis.

La justice a condamné cinq militants de l'association Droit au logement (DAL) à trois mois de prison avec sursis ce mercredi 14 mai à Bordeaux. Ils avaient pénétré dans le logement apparemment inoccupé d'une octogénaire, en 2013, pour y installer des familles sans abri. La justice les a aussi condamnés à verser solidairement 7.000 euros de dommages et intérêts à l'octogénaire.

Les militants de l'antenne girondine du DAL, deux hommes et trois femmes âgés de 20 à 55 ans, étaient poursuivis à titre individuel pour "violation de domicile". Ils étaient accusés d'être entrés par effraction chez une retraitée de 85 ans en convalescence chez son fils en Normandie depuis 2011, dans le centre-ville de Bordeaux.

Cinq familles d'Arménie, Bulgarie et Géorgie avaient occupé l'immeuble de deux étages du 30 juin au 15 juillet 2013, date de leur expulsion. Aucune de ces familles n'était poursuivie.
La victime avait une retraite de 900 euros par mois

Le procureur avait requis des peines de deux à six mois de prison avec sursis à l'audience, qui s'était tenue le 9 avril. Il avait indiqué ne pas vouloir "faire le procès du DAL dont on peut considérer qu'il a des projets généreux", mais souligné "l'erreur d'appréciation" des cinq militants. Il avait rappelé le statut de la plaignante, une ancienne tripière de marché bénéficiant d'une retraite de 900 euros par mois et pour laquelle l'immeuble occupé constituait le seul patrimoine immobilier.


Les avocats des prévenus avaient pour leur part tous plaidé la relaxe, évoquant la faiblesse des preuves permettant d'affirmer que leurs clients étaient effectivement à l'origine de l'occupation et soulignant que la vacance du bien, où eau, électricité et téléphone avaient été coupés, était "confirmée".

A l'issue du prononcé du jugement, certains des cinq militants ont d'ores et déjà annoncé leur intention de faire appel. "Il y a une grande inquiétude pour nos actions militantes à venir", a réagi Myriam Eckert, une des cinq condamnés. "Essayons d'être plus nombreux à rejoindre les associations qui œuvrent à aider les autres pour montrer qu'en France la solidarité n'est pas un crime", a-t-elle ajouté devant une vingtaine de militants associatifs venus les soutenir.
Source : http://www.rtl.fr/actualites/info/article/bordeaux-5-militants-du-dal-condamnes-pour-violation-de-domicile-7771974463

Pour rappel : Bordeaux : procès de militants de l'association Droit au Logement

mercredi 14 mai 2014

Albi : Suren Khudoyan et sa famille risquent d'être expulsés

Albi. L'Arménien Suren Khudoyan, expulsable et champion de France de judo

Publié le 14/05/2014 à 03:48, Mis à jour le 14/05/2014 à 08:16 |

Société

«On va organiser une petite fête avec le Mrap, en l'honneur de Seren Khudoyan. Cela se fera dans les locaux de son club, le Budokan. On pourra célébrer son titre de champion de France de Judo F.S.G.T (Fédération sportive et gymnique du travail). Preuve une nouvelle fois, qu'il mérite de rester en France et apporter toutes ses compétences, en s'occupant de jeunes judokas. D'ailleurs, Seren est en train de passer ses diplômes d'entraîneur.» Manuel Garcia, de Réseau éducation sans frontières, ne cache pas sa fierté de voir Suren Khudoyan décrocher cette médaille d'or. Un signe, selon lui, pour l'État qui a décidé d'expulser cet Arménien et toute sa famille. «Il est assigné à résidence et pointe chaque jour au commissariat. Cela ne rend pas la tâche aisée pour trouver du travail» rappelle le bénévole.

«Pour qu'il puisse participer à ces championnats de France à Lille, il a fallu quotidiennement faire pression sur la préfecture pour l'autoriser à quitter le département. L'avis favorable n'est arrivé que quelques jours avant la compétition.» Instant de répit dans le quotidien de ce Géorgien, qui vit dans la crainte d'une expulsion dans son pays d'origine. «La préfecture a lancé la procédure de demande de citoyenneté à l'Arménie, pour qu'elle reconnaisse qu'il est bien ressortissant de leur pays. Si elle est acceptée, Suren sera expulsable immédiatement. On espère que la situation va s'arranger. Il a l'appui de toutes les associations et des parents d'élèves où sont scolarisés ses enfants. Il prouve chaque jour qu'il est parfaitement intégré» ose Manuel Gracia.

Du côté de la préfecture, on refuse de communiquer sur un cas particulier.

À noter que dans un autre dossier qui concerne le couple géorgien Tamila et Giorgi Narimanidze (lire notre édition du 2 mai), les affaires ne s'arrangent pas. La jeune mère Tamila est expulsable et la cour d'appel de Bordeaux vient de la débouter de sa demande de droit d'asile.
Source : http://www.ladepeche.fr/article/2014/05/14/1880189-albi-expulsable-et-champion-de-france.html

Privas : un lycéen arménien menacé d'expulsion

A Privas, un lycéen d'origine arménienne menacé d'expulsion
Mardi 13 mai 2014 à 06h00

Gor Norsoyan et sa famille sont arrivés en Ardèche à la fin de l'année 2012. Le jeune homme de 19 ans n'a pas de papiers, il est scolarisé au Lycée Vincent d'Indy et à tout moment, il peut être expulsé. Ses camarades et une partie de la ville se mobilisent afin qu'il soit régularisé.

Tout commence en août 2013. Gor, devenu majeur, demande l'asile. Demande rejetée. "L'Arménie est un pays sûr" lui rétorque-t-on. En décembre de la même année, il reçoit une obligation de quitter le territoire. Il fait appel, le tribunal administratif de Lyon examinera le dossier ce jeudi. Gor vit aujourd'hui dans l'angoisse, lui qui a tant envie de bâtir son avenir en France, de poursuivre ses études ici et de devenir, un jour, avocat.

Ses amis au lycée Vincent d'Indy se mobilisent

Ses copains de classe apprennent la situation de Gor il y a quelques semaines seulement. Aussitôt, ils se mobilisent via les réseaux sociaux. Puis ils lancent une pétition à Privas. 1200 signatures déjà recueillies dont celle du maire de la ville. Un élan de solidarité, de soutien que le jeune lycéen n'oubliera jamais. Gor Norsoyan a, par ailleurs, écrit aux autorités préfectorales afin qu'elles lui délivrent un titre de séjour. Pas de réponse pour l'instant.
Source : http://www.francebleu.fr/infos/ardeche/privas-un-lyceen-d-origine-armenienne-menace-d-expulsion-1516951

En Arménie, Hollande célèbre une "amitié" inexistante

Arménie France
Publié le 13-05-2014 Modifié le 13-05-2014 à 03:55
François Hollande célèbre l’amitié franco-arménienne
par RFI

Après l’Azerbaïdjan, François Hollande poursuit sa tournée dans le Caucase, sur fond de crise ukrainienne. Le président français est arrivé lundi après-midi en Arménie, une visite de 24 heures pour célébrer notamment l’amitié franco-arménienne.

Avec notre envoyé spécial à Erevan, Florent Guignard

La liste est longue des liens indéfectibles entre la France et l’Arménie. Le groupe de résistants Manouchian pendant l’occupation allemande, l’importante communauté d’origine arménienne en France – un demi-million de personnes (et ce sont des électeurs), sans parler de Charles Aznavour, qui fait presque partie du folklore. Et hier, François Hollande a eu droit à son concert, comme tous les présidents français qui viennent en Arménie. Et bien sûr, y a la loi de 2001, qui reconnait le génocide arménien. Le président français a rappelé sa promesse de revenir, ici à Erevan, pour le 100ème anniversaire du génocide.

L'Arménie ancrée dans l'espace d'influence russe

Et pourtant, en dépit de ses liens avec la France, l’Arménie reste solidement ancrée dans l’espace d’influence de la Russie. Deux mois avant l’Ukraine, l’Arménie faisait volte-face, et renonçait à l’accord d’association proposé par l’Europe, un peu sous la contrainte de Moscou, l’ex-grand frère soviétique. Alors, dès son arrivée à Erevan, François Hollande a plaidé la cause européenne auprès de son homologue arménien. Mais la France, elle, ne demande pas à l’Arménie de tourner le dos à Moscou. Dans l’esprit de François Hollande, ce fut d’ailleurs une erreur d’obliger l’ex-président ukrainien Ianoukouvich à choisir entre l’Europe et la Russie – une erreur lourde de conséquences…

Alors en Géorgie, en revanche, la dernière étape de la tournée caucasienne de François Hollande, ce sera cet après-midi. Le choix de l’Occident est fait, et assumé, depuis longtemps. Et c’est donc un message de soutien que viendra apporter François Hollande à Tbilissi, en rappelant un principe, celui de l’intégrité territoriale des Etats. Mais sans jeter d’huile sur le feu, on n’est pas dans une tournée de « combat », explique l’Elysée, alors que la Géorgie, aux premières loges, ne cache pas ses inquiétudes face à la crise ukrainienne, elle qui a subi de la part de Moscou en 2008 l’annexion de deux de ses provinces. On s’en souvient, Nicolas Sarkozy, à l’époque, s’était démené. Il fait d’ailleurs presque figure de héros à Tbilissi et son ombre ne manquera pas de peser sur la courte visite de François Hollande.
Source : http://www.rfi.fr/europe/20140513-france-armenie-hollande-amitie-russie-ukraine/

Voir également : Les constatations d'Adrien Léger sur les Arméniens en Cilicie

Les Arméniens de Cilicie (dont les volontaires de la Légion arménienne), d'après les officiers français


La réponse ferme du président du Conseil français Aristide Briand aux ambitions territoriales arméniennes sur Kars et Ardahan

Le lieutenant-colonel Sarrou : "Les chrétiens de Cilicie, Arméniens et Grecs, ont abandonné malgré nos conseils, leur pays."

L'émigration des Arméniens de Cilicie (1921)


Les Arméniens de France sous l'occupation allemande



1944 : la fin méritée d'un soi-disant "résistant" (sic) arménien (selon la vulgate communautariste arménienne)

Discours haineux d'un pleurnichard sénile, Shahnourh Varinag Aznavourian, dit Charles Aznavour

Missak Manouchian : patriote français ou terroriste stalinien sans envergure ?

Mort d'un stalinien arménien : Henry Karayan


Le monstrueux attentat d'Orly : le terrorisme arméno-syrien contre la France
 
Monte Melkonian et l'attentat de la rue Copernic
 
 
Le terrorisme arménien en France : images d'archives

Le peuple de Carmaux a rappelé à François Hollande qu'il n'avait rien à voir avec Jean Jaurès

Le calvaire de l'humoriste Vardan Petrosyan

L'affaire Petrosyan : une ombre sur la visite de François Hollande en Arménie

Ariane Riou, publié le 12/05/2014 à 07:24, mis à jour à 10:55
Présenté comme le Coluche arménien, Vardan Petrosyan est jugé pour son implication dans un accident de la route meurtrier. Ses proches, qui dénoncent son maintien en détention provisoire depuis six mois, espèrent que la visite de François Hollande en Arménie, ce lundi, pourra améliorer la situation du comique.

Il ne voulait plus prendre le volant sur les routes arméniennes. Connu pour son humour satirique, très critique envers le pouvoir arménien, Vardan Petrosyan craignait d'être inquiété au moindre prétexte. "Il s'était remis à conduire en Arménie il y a deux ans. Mais il avait peur. Il semblerait qu'il ait eu un bon pressentiment", constate Me Marie Dosé, un de ses avocats français. 

Placement en détention provisoire

Dans la nuit du 20 octobre dernier, alors qu'il rentrait seul à Erevan, où il devait jouer son dernier spectacle, sa voiture entre en collision avec un autre véhicule. L'accident est dramatique : deux adolescents décèdent. Vardan Petrosyan, lui, est grièvement blessé. A l'hôpital, il subira une ablation de la rate et une opération du foie, et restera trois jours dans le coma.

Quelques jours plus tard, le comique de 55 ans est placé en garde à vue, puis en détention provisoire. "Pourquoi l'incarcérer ? Il n'avait aucune raison de prendre la fuite", s'interroge Me Gérard Tcholakian, son autre défenseur français.


"Un des témoins n'existe pas"

Une enquête est alors ouverte. Elle durera quatre mois. Quatre mois pendant lesquels le Franco-Arménien sera placé dans un hôpital pénitentiaire. "Notre avocat arménien n'a eu accès au dossier d'instruction que pendant cinq jours, alors que la partie adverse a pu le consulter pendant dix jours", regrette Ani Petrasyan, la femme de Vardan qui pointe les anomalies de la procédure. 

Les enquêteurs, selon elle, ont tenté à tout prix d'incriminer son mari. "Ils ont essayé de prouver qu'il était sous l'emprise de stupéfiants, de l'alcool ou qu'il était au téléphone au moment de l'accident. Or, toutes les analyses ont montré que c'était impossible, explique celle qui partage la vie de Vardan depuis plus de 20 ans. Deux témoins de l'accident devaient aussi contresigner l'expertise. Or nous avons découvert que l'un d'entre eux n'existait pas."

Mille pages de dossier d'instruction

Reste à savoir qui a causé l'accident. Un point qui n'est pas encore totalement éclairci. Pour l'accusation, Vardan Petrosyan aurait dévié de la route, heurtant l'autre voiture garée sur la voie d'arrêt d'urgence. Pour le camp adverse, ce même véhicule, sans feux, effectuait une marche arrière sur une bretelle de la route où circulait Petrosyan. Celui-ci risque 7 à 10 ans de prison. 

Le procès du comédien a commencé le 28 mars. Chaque vendredi, une audience a lieu au tribunal de grande instance de Kotayk, au cours de laquelle les mille pages du dossier de l'instruction sont scrutées à la loupe. "Pour le moment, on n'en est qu'à la 19ème page. Cela risque d'être très long", constate Ani Petrosyan.

En attendant, son mari a été transféré la semaine dernière dans une maison d'arrêt. "C'est le plus grand problème de cette affaire : l'incarcération de Vardan Petrosyan est arbitraire", estime Me Marie Dosé, pour qui il est "impossible de savoir quelle est la portée politique de ce procès".

10 000 personnes ont signé une pétition

En avril, elle et son confrère Me Tcholakian n'ont pas pu plaider. "Tout était prévu, mais, au dernier moment, les juges ont refusé qu'on intervienne, à cause de notre interprète qui n'avait pas été choisi dans les bonnes conditions, s'insurge l'avocate. Il est hors de question que cela se reproduise. Vardan Petrosyan sera bien jugé, mais il doit sortir de détention."

En France, l'affaire fait des vagues. Près de 10 000 personnes ont signé une pétition demandant la libération du Franco-Arménien. 500 lettres ont été envoyées à l'Elysée. Et le comique, qui a collaboré avec Robert Hossein, a reçu le soutien de plusieurs personnalités, comme Charles Aznavour ou Alain Delon.

Pour ses proches, la visite de François Hollande en Arménie, ce lundi, est l'un des derniers espoirs. "J'attends beaucoup de la rencontre entre le Président français et son homologue arménien, Serge Sargsian. J'espère qu'il va pouvoir faire bouger les choses", conclut Ani Petrosyan.
Source : http://www.lexpress.fr/actualite/societe/l-affaire-petrosyan-une-ombre-sur-la-visite-de-francois-hollande-en-armenie_1536941.html

vendredi 9 mai 2014

Liban : le "martyrologe" des Arméniens, menacés par les milices chrétiennes maronites

Dominique Pouchin, "La communauté arménienne se sent menacée par les milices chrétiennes", Le Monde, 1er novembre 1978 :

"Beyrouth. - Dix kilogrammes de TNT au pied d'une statue de ferraille stylisée, une explosion, quelques tôles soufflées et une carcasse tordue : c'est un attentat très ordinaire, un fait-divers banal, une broutille presque, dans ce pays où les ruines sont un décor familier, où les détonations sont devenues bruit de fond. Mais cette fois, c'est un symbole qui a explosé et, derrière lui, une communauté entière se sent désormais menacée. Les Arméniens du Liban sont inquiets. En deux ans d'affrontements sanglants, ils avaient su se tenir à l'écart et chacun les avait épargnés. Mais cette guerre, qui n'était pas leur guerre, semble aujourd'hui les avoir rattrapés.

Sur le socle de leur mémorial disloqué samedi par un pain d'explosif, ils avaient écrits, simples mots de reconnaissance pour cette terre d'asile : "Au Liban qui nous a accueillis après le massacre turc de 1915". Symbole encore, cette statue ils l'avaient plantée à mi-pente, sur cette montagne qui vit se réfugier tant d'autres pourchassés. A deux pas de Bikfaya, fief où règne sans partage la famille Gemayel. Qui donc a pu, et a voulu, la nuit tombée, briser ce signe d'une coexistence que rien en plus d'un demi-siècle n'était encore venu troubler ?

La multiplication des provocations

Les dirigeants de la communauté arménienne préfèrent encore garder une prudente réserve. Ils n'accusent personne, du moins ouvertement. Mais ils savent eux que cet attentat vient seulement confirmer, couronner une lente et dangereuse détérioration de leurs rapports avec les milices de la droite chrétienne. L'escalade, chaque jour plus sensible, vient ajouter un nouveau conflit sur une scène déjà plus qu'encombrée des confrontations libanaises. De tous côtés, on garde sur l'affaire une discrétion qui confine au mutisme. Chacun pourtant sait bien que le feu couve depuis près de trois mois.

"Les provocations se sont multipliées, assure un député arménien. Il y a eu des vols, des pillages, des vexations systématiques. Et puis, on a voulu contraindre nos gens à payer l'impôt de guerre. Quelques récalcitrants ont vu leur boutique ou leur voiture dynamitée. C'est une action qui paraît concertée..." Par qui ? Silence... Est-ce donc pur hasard si, de plus en plus préoccupés, les dirigeants arméniens sont d'abord allés voir les dirigeants du camp chrétien ? Nous avons rencontré les chefs phalangistes et chamounistes une dizaine de fois en trois mois, ajoute le député. Ils ont promis de faire le nécessaire. Ils ont dû essayer, je crois, mais cela n'a rien changé."

Les demi-mots, les silences éloquents permettent pourtant de cerner aujourd'hui une vérité que l'on s'efforce encore de camoufler pour éviter peut-être une confrontation violente. Restés volontairement en marge de la guerre civile, les Arméniens ont été ces derniers temps "sollicités" par des "collecteurs" du camp chrétien. On se serait, dit-on, d'abord directement adressé aux partis : le Tashnag, principale formation arménienne, aurait été "taxé" à quelques 3 millions de livres libanaises (4,2 millions de francs), bien que ses chefs le démentent.

L'affaire ne s'étant pas conclue, les "percepteurs" ont entrepris de visiter les commerçants et artisans des quartiers arméniens, quelques bâtons de dynamite aidant au besoin, à stimuler la générosité... Mais cela, semble-t-il, n'a pas suffi. Et lors des derniers affrontements entre Syriens et milices chrétiennes, Borj-Hammoud, fief arménien, a subi le déluge. Le quartier, il est vrai, touche à ces ponts qui étaient l'enjeu de la bataille. Les ponts aujourd'hui libérés sont presque intacts, Borj-Hammoud compte ses ruines...

"Il est impossible, quand on n'est pas expert, de dire d'où viennent les bombes", affirment (prudence oblige) les artisans du quartier. Eux pourtant ne semblent guère douter de leur provenance. Qui sont-ils, ces jeunes gens en treillis qui distribuent tout près, à Dora, un journal sans licence ni signature, un journal que nul ne connaissait voilà encore deux mois et qui, du titre à la moindre brève, semble tout entier destiné à jeter de l'huile sur le feu ? Il s'appelle Al Jebha (le Front), en est à son sixième numéro, et s'en prend à pleines pages à ces Arméniens qui "pendant la bataille des ponts nous ont tiré dans le dos et ont fait quarante-neuf morts".

Curieux journal et mystérieux diffuseurs ? Les députés arméniens s'en sont encore une fois ouverts aux dirigeants chrétiens : "Ils nous ont dit qu'ils n'étaient pas au courant, qu'ils allaient enquêter. Nous ne savons pas ce qu'a donné leur enquête... probablement rien." Borj-Hammoud s'inquiète. Une inquiétude plus muette que sourde, qui transpire dans ses ruelles bordées de maisons basses au crépi jauni. Autrefois, ce n'était là qu'un camp où cinquante mille Arméniens fuyant le génocide s'étaient retrouvés pour refaire leur vie. Ils sont maintenant deux cent mille au Liban qui vivent entre Est et Ouest, ignorant une frontière que "les autres" ont tracée. Durant la guerre, ils étaient seuls, ou presque, à la franchir, offrant leurs services de passeurs à bord de taxis qui bravaient les francs-tireurs.

"Attachés à un Liban uni"

Communauté soudée par son passé, préservant sa culture et ses traditions, les Arméniens se sentaient étrangers à cette guerre qui déchirait soudain leur terre d'asile. Indifférents ? Non. Neutres ? Pas même, à entendre leurs dirigeants : "Nous avons, expliquent-ils, une position claire. Nous nous opposons aux deux protagonistes, convaincus que rien ne peut être réglé par la force des armes, attachés à un Liban uni et sûrs que la guerre ne peut qu'entraîner l'intervention étrangère." Il y a bien des Arméniens dans les milices de droite et d'autres, plus rares, à gauche. Quelques-uns même... chez les Palestiniens. Mais la plupart sont restés là, Arméniens seulement, en marge. Est-ce donc ce que leur reprochent ceux qui crient haut et fort leur "libanisme" intransigeant ? "Mais qui est donc le vrai Libanais ?", interroge un étudiant de Borj-Hammoud. "Où est le vrai libanisme ? Frangié, les Mourabitouns, les Kataëbs, Joumblatt ? : tous prétendent défendre le Liban. Pourquoi devrions-nous choisir ?" Depuis longtemps, les Arméniens de Beyrouth ont choisi : ils sont, ils veulent être, aujourd'hui comme hier, du côté du pouvoir, derrière la légalité. Mais comment faire quand la légalité n'a plus le pouvoir ?"


Lucien George, "Des affrontements ont opposé miliciens phalangistes et arméniens à Beyrouth-Est", Le Monde, 11 mai 1979 :

"Beyrouth. - Accroissant encore une tension que les incursions israéliennes au sud rendent actuellement très vive, des combats ont opposé ces derniers jours à Beyrouth des miliciens des phalanges à ceux des partis arméniens. Les adversaires se sont affrontés à la mitrailleuse et à la roquette dans le quartier populeux de Bourj Hammoud-Nabaa.

Mercredi soir 9 mai un cessez-le-feu était conclu entre les dirigeants des deux camps. Ce n'est pas la première fois que de tels affrontements se produisent. En octobre 1978 déjà un premier accord avait été conclu mais le problème de fond n'avait pas été réglé. La tension a repris après la mort de deux jeunes Arméniens, le 22 avril, dans une bagarre qui les avait opposés à des phalangistes. Ceux-ci voulaient empêcher le collage, tout près d'un de leurs sièges de quartier, d'affiches commémorant le génocide des Arméniens en Turquie.

Pourtant, le Tachnag (principal parti arménien dont les hommes sont aujourd'hui au centre de la bataille) a été, durant plus de vingt ans, l'allié fidèle des phalangistes. Etant, de plus, tous deux des partis chrétiens et de droite (bien qu'ils s'en défendent) rien ne devrait les opposer.

L'un et l'autre soulignent, à chaque occasion, qu'il s'agit "d'incidents individuels" qui dégénèrent en raison du climat d'insécurité qui règne depuis quatre ans au Liban. Et c'est un fait qu'aujourd'hui, à Beyrouth-Est, il n'y a plus de forces de l'ordre, surtout depuis le départ du contingent saoudien de la Force arabe de dissuasion (FAD). Celui-ci a été remplacé par un contingent de l'armée libanaise qui n'est manifestement pas en état de s'interposer.

Les phalangistes soutiennent que les partis arméniens sont "manipulés" pour ouvrir une brèche dans l'hégémonie exercée par le Front libanais sur la zone chrétienne du Liban. Ils observent que les incidents ont éclaté à des moments particulièrement cruciaux pour eux : en octobre 1978, après le bombardement syrien de Beyrouth-Est, et actuellement, alors que la conjoncture est très délicate.

Les journaux palestino-progressistes affirment, au contraire, que les phalangistes (et avant eux les partisans de M. Camille Chamoun) cherchent querelle aux Arméniens pour liquider la seule force qui, sans leur être hostile, demeure hors de leur contrôle en zone chrétienne. A cela s'ajouteraient d'obscures querelles à propos de la collecte de "taxes" au profit du Front libanais.

Prudents, les partis arméniens accusent l'anarchie ambiante. Le Dr Eblighatian, député tachnag de Beyrouth, a tenu à préciser : "Il n'y a pas de problème spécifique arménien au Liban. Nos problèmes sont ceux de tous les Libanais."

Les incidents de cette semaine, qui ont opposé les sections phalangistes des réfugiés de Damour (chassés de leur village par les Palestino-progressistes en janvier 1976) et les milices arméniennes d'auto-défense, ont fait deux morts dans chaque camp, selon la version officielle diffusée lors de l'annonce de l'accord, mercredi soir. En réalité, le nombre des tués serait beaucoup plus élevé. D'autre part, l'imprimerie du journal Ararat, publié par le parti arménien de gauche Hentchag, a été dynamitée et ses installations détruites."


"Une vive tension subsiste dans les quartiers arméniens de Beyrouth", Le Monde, 14 septembre 1979 :

"Beyrouth. - Les combats qui ont opposé, de lundi à mercredi, à Nabas et Borj-Hammoud, dans la banlieue nord-est de Beyrouth, les miliciens de la droite chrétienne aux Tachnag (parti arménien) (le Monde du 13 septembre) illustrent, s'il en est besoin, la situation que créent la présence d'une multitude de groupes armés rivaux et l'effacement de l'Etat. Les forces de l'ordre libanaises ont assisté impuissantes aux affrontements. Le gouvernement s'est contenté de souhaiter que les parties en conflit parviennent à conclure un cessez-le-feu.

Ces affrontements ont fait, selon un bilan provisoire, trente et un tués et quarante-neuf blessés. Ils ont été marqués par d'odieux actes de violence : enlèvement et exécution d'une vingtaine de personnes choisies uniquement en fonction de leur appartenance communautaire. Quelque soixante personnes ont été enlevées par les deux camps et gardées en otages. Près de vingt établissements de commerce, appartenant à des Arméniens, ont été dynamités. Dans la population arménienne de Nabaa et de Borj-Hammoud, l'exode de femmes, d'enfants et de vieillards a commencé. Le conflit trouve, semble-t-il, son origine dans la lutte que les phalangistes et les Tachnag se livrent pour établir leur hégémonie sur la zone de Nabaa et Borj-Hammoud.

Celle-ci, à forte majorité arménienne, constitue une enclave dans une région dominée par les partis chrétiens de droite. L'organe des Phalanges, El Amal, soulignait mardi que les Arméniens de Nabaa et de Borj Hammoud tentaient de se constituer en "zone autonome" dans les domaines politique, économique et culturel. Mercredi soir, après de laborieuses négociations, un cessez-le-feu, le cinquième depuis lundi, a été conclu. Contrairement aux précédents, et malgré quelques bavures, il était, grosso modo, respecté jeudi matin. Cependant, la tension demeure vive dans les quartiers arméniens.

En vertu de cet accord, près de soixante otages ont été échangés et des patrouilles mixtes doivent veiller à l'application des mesures convenues. Cependant, les partis des Phalanges, du P.N.L. (de M. Chamoun) et des Tachnag doivent encore trouver un terrain d'entente politique pour prévenir un rebondissement du conflit.

D'autre part, des combats ont opposé, mercredi à Beyrouth, des organisations nassériennes rivales. La bataille s'est soldée par deux tués. - (Intérim.)"


Voir également : Les relations houleuses entre Arméniens et Maronites au Liban

"Les" Arabes ont-ils vraiment "sauvé" les Arméniens ? Les exactions des bandes tribales arabes contre les Arméniens durant la Première Guerre mondiale et peu après

L'inimitié historique entre les Arméniens et les Grecs

Les malheurs indicibles de la nation arménienne (d'après les chroniqueurs arméniens)

La FRA-Dachnak et le tiers-mondisme arabe
 
Grossière duplicité de l'activisme arménien