samedi 12 juillet 2014

Visite d'Amine Gemayel (Kataëb) à Bakou : protestation du parti nationaliste arménien Ramkavar

Liban
Gemayel reçu par le président azéri


Le chef du parti Kataëb, l'ancien président de la République Amine Gemayel, actuellement en visite en Azerbaïdjan pour le congrès de l'Internationale des démocrates du centre (IDC), a été reçu hier au palais présidentiel, à Bakou, par le chef de l'État azéri, Ilham Aliyev. La réunion s'est déroulée en présence du vice-Premier ministre azéri, Ali Hasanov.
M. Gemayel, vice-président de l'IDC, était accompagné du secrétaire exécutif de cette instance, Antonio López-Istúriz (Espagne).
L'entretien a porté sur les relations internationales et les moyens de renforcer la démocratie dans la région.
M. Hasanov a organisé des agapes en l'honneur de MM. Gemayel et López-Istúriz, avec lesquels il a évoqué les moyens de développer les relations entre le parti du Nouvel Azerbaïdjan, principal parti politique du pays, et l'IDC.
L'ancien président de la République a par ailleurs rencontré le ministre de l'Émigration azéri, Nazim Ibrahimov, qui est également président d'une fondation culturelle importante, le Centre international Nizami Ganjavi, spécialisée dans le dialogue. L'entretien a porté sur les moyens d'établir une coopération entre ce centre et la Maison du Futur.
Source : http://www.lorientlejour.com/article/875526/gemayel-recu-par-le-president-azeri.html

"Le Ramgavar critique la visite de Gemayel à Bakou

Le parti Ramgavar a critiqué hier, dans un communiqué, la visite de l'ancien président de la République Amine Gemayel en Azerbaïdjan et son entretien jeudi à Bakou avec le chef de l'État azéri Ilham Aliev.
« Au nom de la communauté arménienne, nous souhaiterions que le président Gemayel sache que de telles visites et de telles rencontres, à n'importe quel titre, sont inacceptables parce qu'elles sont insultantes à l'égard du peuple arménien », affirme le communiqué, en référence au conflit opposant les Arméniens du Haut-Karabakh à l'Azerbaïdjan."

Source : http://www.lorientlejour.com/article/875818/breves-politiques.html

Voir également : Les relations houleuses entre Arméniens et Maronites au Liban

Liban : le "martyrologe" des Arméniens, menacés par les milices chrétiennes maronites

lundi 7 juillet 2014

Erevan : agressions de journalistes par la police arménienne

La police agresse des journalistes en Arménie pendant qu'ils couvrent la libération des manifestants

30 juin 2014
Reporters sans frontières
Reporters sans frontières dénonce le comportement violent d'officiers de police arméniens à l'encontre de journalistes, après une manifestation violemment réprimée le 23 juin 2014, à Erevan.

La violence à laquelle des professionnels des médias ont été soumis le 23 juin 2014 à Erevan est préoccupante. Alors que plusieurs journalistes attendaient, parmi une soixantaine de personnes, devant le poste de police de Kentron, à Erevan, pour couvrir la libération d'une dizaine d'activistes qui avaient participé à une manifestation contre la hausse prévue du prix du gaz naturel plus tôt dans la journée du 23 juin, ils ont été agressés par des officiers de police.

Les journalistes avaient été sommés de se tenir à l'écart du poste de police, sous prétexte qu'ils entravaient le travail des officiers de police. Les représentants de l'ordre ont alors formé une chaîne humaine et donné des coups dans les pieds des journalistes. D'autres violences ont suivi. La journaliste Ani Gervorgyan a reçu une gifle de la part d'un officier qu'elle connaissait. Ce dernier avait essayé de lui confisquer son appareil photo le 12 février dérnier. La journaliste Arpi Makhsudyan qui filmait la scène avec son téléphone portable a été battue et forcée de mettre fin au tournage. Le caméraman Paylak Fahradyan du média Gala TV a également été agressé physiquement, et son ordinateur cassé.

“Nous condamnons fermement les violences de la police arménienne à l'encontre des journalistes qui ne faisaient que leur travail dans le respect de la loi, déclare Johann Bihr, responsable du bureau Europe de l'est et Asie centrale. Ces actes ne doivent pas rester impunis. Sinon de tels comportements se répèteront et deviendront la norme parmi les forces de l'ordre : les policiers qui ont agressé les journalistes doivent être traduits en justice.”

Le 23 juin, après une manifestation contre la décision de l'entreprise publique russo-arménienne ArmRosGazprom d'augmenter le prix du gaz naturel, 27 personnes avaient été arrêtées. Alors qu'elles se tenaient devant le bâtiment de la Commission de la régulation des services publics, elles ont été accusées d'avoir “désobéi à un ordre légitime de la police” sur la base de l'article 182 du code civil.

L'Arménie occupe la 78e place sur 180 pays dans le Classement mondial 2014 de la liberté de la presse publié par Reporters sans frontières.
Source : http://www.ifex.org/armenia/2014/06/30/protesters_release/fr/

Opposition de la Biélorussie et du Kazakhstan à l'entrée de l'Arménie dans l'Union économique eurasiatique

Russia wants Armenia to join EaEU – ARF Dashnaktsutyun

July 04, 2014 | 14:55

YEREVAN. – The obstacle standing in the way of Armenia’s Eurasian Economic Union (EaEU) accession is whether or not economic relations between Armenia and the Nagorno-Karabakh Republic (NKR) will change as a result of this accession.

Giro Manoyan, the Head of the Political Affairs Bureau and the Armenian Cause Office of the Armenian opposition ARF Dashnaktsutyun Party, stated the aforementioned at a press conference on Friday.

As per Manoyan, the issue at hand is not whether NKR will join EaEU together with Armenia.

“It is apparent that Russia wants Armenia to join EaEU, whereas [the other EaEU members] Belarus and Kazakhstan don’t want [this] taking into account Azerbaijan’s interests. They are attempting to get something [either] from Azerbaijan, or Russia,” he stressed.

Even though Armenia’s Eurasian Economic Union accession document was to be signed on Tuesday, July 1, the process is being deferred.
Source : http://news.am/eng/news/217672.html

Voir également : La question du Haut-Karabakh au sein de l'Union eurasiatique : l'Arménie sous pression

La police arménienne a "perdu" 78 kg d'héroïne

Armenian police “lose” 78 kilograms of heroin

4 July 2014, 13:54 (GMT+05:00)

Armenian police initially released information in early 2014 that they confiscated 928 kilograms of heroin, but then said they confiscated only 850 kilograms of heroin in the first five months of 2014.


The law enforcers did not specify where 78 kilograms of heroin have gone, Armenia Today reported on July 4.

Speaking at a press conference on June 26, the Deputy Chief of the First Department for Combating Drug Trafficking of the Armenian Police, Tigran Saakyan did not conceal the fact that there are differences in figures.

Asked about how 850 kilograms of heroin could be confiscated in the first five months of 2014, and 928 kilograms confiscated only in a month, Saakyan said that (928 kg) was the figure from initial weighing.

Edited by S.I.

Follow us on Twitter @TRENDNewsAgency
Source : http://en.trend.az/regions/scaucasus/armenia/2291134.html

Voir également : Le parti Dachnak et le trafic de drogue

Le trafic de drogue et la diaspora arménienne

mercredi 2 juillet 2014

Etats-Unis : le lobby arménien opposé à la nomination de Tigran Sarkissian au poste d'ambassadeur

U.S. Armenians oppose Armenia's new ambassador
1 July 2014, 18:50 (GMT+05:00)

By Jamila Babayeva

U.S. Armenians are against the appointment of Armenia's former Prime Minister as the new ambassador to this country.


President Serzh Sargsyan appointed Tigran Sargsyan (2008-2014) as Armenia's Ambassador to the U.S. on June 26.

Local media and former diplomats believe that the appointment of the former PM is unacceptable, because he is involved in an offshore scandal.

While Sargsyan packs his suitcases to leave Yerevan for Washington, the Armenian Forum of the U.S. is collecting signatures against his appointment, local media reported.

"We appeal to inform the U.S. that former PM Tigran Sargsyan is involved in fraud of billions of dollars, including scandals in Cyprus," the forum's statement reads. "Using his power in Armenia for personal gain, he has managed to avoid punishment in Armenia."


The Armenian Forum of the U.S. wants U.S. to prevent Sargsyan's attempts to escape justice.

"There were attempts in the Armenian government circles to assist Sargsyan to avoid liability and obtain a post in the U.S.," the statement reads. "We demand the U.S. government to refuse Tigran Sargsyan's appointment."


The Forum reported that hundreds of citizens have already signed the appeal.

Sargsyan will leave for the U.S. in two days without his family, local media reported.

"First, the issue of his residence should be settled and then he must present his credentials to the U.S. authorities," media report said.

So, Sargsyan will receive a "warm welcome" in Washington from his compatriots living in the U.S.
Source : http://www.azernews.az/analysis/68474.html

Voir également : Arménie : les six raisons possibles de la démission du Premier ministre Tigran Sarkissian

Londres : avant-première d'un documentaire sur le massacre de Khodjaly

« Endless Corridor », le documentaire relatant le massacre de Khodjaly en avant-première à Londres

LONDRES, July 1, 2014 /PRNewswire/ --

Des responsables du milieu de la télévision, des producteurs d'Hollywood et des acteurs célèbres se sont rendus lundi à la BAFTA (Académie britannique des arts de la télévision et du cinéma) pour assister à l'avant-première du documentaire « Endless Corridor » dont la narration est assurée par Jeremy Irons, acteur britannique de renom. Le film se penche sur les événements entourant le massacre de Khodjaly au cours duquel 613 hommes, femmes et enfants ont été tués entre le 25 et le 26 février 1992.


Parmi les personnes ayant assisté à la projection figuraient Aleksandras A. Brokas (réalisateur/producteur lituanien du documentaire), Gerald Rafshoon (coproducteur américain du documentaire), des responsables internationaux du milieu de la télévision, ainsi que des acteurs célèbres comme Iain Glen, l'une des vedettes de la série à succès « Games of Thrones » et Hayley Atwell, comédienne connue pour avoir joué dans des pièces de théâtre ainsi que des films comme « Captain America ».

Aleksandras A. Brokas a travaillé pendant près de 5 ans sur ce documentaire. Il a souligné le fait que ce projet l'avait mené à collaborer avec des professionnels du cinéma originaires de 15 pays différents afin de porter un regard indépendant sur la situation de cette région. Le réalisateur lituanien a déclaré : « Le chemin menant à la liberté et l'indépendance est véritablement similaire dans l'ensemble des pays issus de l'ancienne Union soviétique : le prix à payer est élevé. L'histoire de la tragédie de Khodjaly raconte comment des personnes au comportement cynique et inhumain ont décidé du sort d'autrui. »

Dans le même temps, Gerald Rafshoon, directeur de la communication de la Maison Blanche sous la présidence de Jimmy Carter et producteur de la pièce « Camp David » qui rencontre actuellement un franc succès à Washington, a remarqué que, jusqu'à présent, aucune solution n'avait été trouvée pour remédier au conflit dans le Haut-Karabakh malgré les efforts de la communauté internationale. « Par conséquent, j'espère que ce film permettra d'attirer de nouveau l'attention sur la situation de cette région assiégée qui subit des ravages depuis plus de vingt ans. »

Le film suit Richard Lapaitis, journaliste lituanien, dans son nouveau périple en Azerbaïdjan 20 ans après avoir couvert le conflit du Haut-Karabakh et le massacre de Khodjaly en tant que correspondant de guerre ; une histoire qui, selon ses propos, le hante toujours.

Dans le documentaire, on observe ses retrouvailles avec des survivants de la tragédie qui racontent le récit déchirant de leur fuite lors des bombardements arméniens et de la perte de nombreux êtres chers le long d'un couloir sans fin (d'où le titre « Endless Corridor ») pour se mettre à l'abri.

Le documentaire présente également le point de vue des auteurs du massacre, les commandants arméniens, leurs stratégies de guerre et leur raisonnement. Malgré l'adoption de nombreuses résolutions par les Nations Unies et d'autres organisations internationales appelant au retrait inconditionnel, l'Arménie continue, à ce jour, d'occuper le Haut-Karabakh et les provinces azerbaïdjanaises environnantes.

Leyla Aliyeva, vice-présidente de la Fondation Heydar Aliyev, est à l'origine de la campagne « Justice for Khojaly » dont elle est également le moteur principal. Elle s'est exprimée sur l'importance de sensibiliser davantage les gens à cette tragédie. « Je suis heureuse que ce film ait pu voir le jour. "Endless Corridor" est un documentaire émouvant qui rappelle les atrocités inimaginables commises lors du massacre de Khodjaly. Il permet d'éclairer ce sombre chapitre qu'a été l'agression arménienne », a-t-elle déclaré. « De tels crimes ne doivent plus jamais être perpétrés. »

Le film, désormais achevé, est actuellement projeté et distribué par les diffuseurs internationaux.

SOURCE Azerbaijan Monitor
Source : http://www.prnewswire.co.uk/news-releases/-endless-corridor--le-documentaire-relatant-le-massacre-de-khodjaly-en-avant-premiere-a-londres-265415381.html

Voir également : Histoire des Arméniens : élimination de la minorité azérie au Karabagh

Le Parlement tchèque adopte à l'unanimité une résolution qualifiant le massacre de Khodjali de crime contre l'humanité

Le Sénat colombien reconnaît le massacre de Khodjali comme un génocide

Le Sénat du Mexique qualifie le massacre de Khodjali de génocide