samedi 27 septembre 2014

L'heure des choix : UE ou Russie ? Le régime bananier arménien sous pression

Armenia Pressured to Choose between EU and Russia
September 25, 2014 - 11:12am, by Giorgi Lomsadze

There still might be room for a substantial partnership between the European Union and Armenia, says Brussels, but it will depend on how exclusive the Caucasus country’s relationship is going to be with the Eurasian Union, Russia’s planned alternative trade bloc.

But, ever the jealous lover, Russia wants exclusivity. If Armenia cold-shoulders the bloc, that could mean a Ukrainian-like upheaval, a Russian envoy warned this week.

In the year since it spurned the first EU's advances for those of the second EU, Armenia, putting its chess prowess into practice, has tried to keep its options still open. But things are getting confusing.

“For [a] broad and new definition or redefinition of our relations, we need to have a complete overview and idea from the Armenian side as to what they can do in the new circumstance created by Armenia’s membership in the Customs Union,” Peter Stano, spokesperson for the EU Enlargement Commissioner Štefan Füle, told RFE/RL on September 24.

Armenia itself would like to know these details. It is not yet a member of the Customs Union, the core of the planned Eurasian Union. The specifics of Armenia’s likely terms of engagement with the bloc remain unclear and a subject of dispute among the current Customs-Union members, Russia, Kazakhstan and Belarus.

Armenia also has some hesitation. For one, about what the Customs-Union deal will mean for ethnic Armenian, breakaway Nagorno Karabakh, which depends on Armenia to keep it de-facto apart from Azerbaijan. There is also a dose of homegrown backlash among pro-Western circles against Armenia alienating the European Union.

But Moscow does not want to be dumped. Particularly, not again.

The EU’s stance that there’s no pressure on Armenia to lay out the details of its relationship with the Eurasian Union apparently does not reassure the Kremlin. 

With less than a month to go before October 10, the latest date set for Armenia’s membership in the Customs Union, Yerevan on September 23 received a warning from Moscow to stay away from Europe.

Former Russian Ambassador to Armenia Vyacheslav Kovalenko, who in the past instructed Armenia against any ties with the EU, now said that unless Armenia makes its pro-Russian choice final and binding, and turns its back on supposed “Western values” of aggression, it will face a Ukraine-style crisis.

As an ambassador to Georgia during its 2008 war with Russia, Kovalenko may know all too well how such crises come to pass.
Source : http://www.eurasianet.org/node/70156

Voir également : Opposition de la Biélorussie et du Kazakhstan à l'entrée de l'Arménie dans l'Union économique eurasiatique

La question du Haut-Karabakh au sein de l'Union eurasiatique : l'Arménie sous pression

Comment Poutine a rappelé au régime bananier arménien qu'il ne pouvait pas avoir le beurre et l'argent du beurre

Echec du "tournant pro-européen" (dixit Ara Toranian) du régime bananier arménien

Une première : la visite du ministre de la Défense israélien en Azerbaïdjan

Visite surprise de Yaalon en Azerbaidjan
Le ministre de la Défense s’y rend pour rencontrer ses homologues et soutenir l’industrie israélienne de défense
Gavriel Fiske 10 septembre 2014, 16:44

Le ministre de la Défense Moshe Yaalon a fait une visite surprise à Bakou, en Azerbaïdjan, mercredi, la toute première visite d’un ministre israélien de la Défense dans un pays d’Asie centrale.

Yaalon, dans le pays pour deux jours, doit rencontrer les hauts responsables azéris, dont le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev, le ministre des Affaires étrangères Elmar Mammadyarov et le ministre de la Défense Zakir Hasanov, pour des discussions sur le renforcement des relations bilatérales ainsi que sur les stratégies pour les questions régionales, a déclaré mercredi le ministère israélien de la Défense dans un communiqué.

Le voyage a été annoncé seulement après que Yaalon soit arrivé.

Israël et l’Azerbaïdjan entretiennent depuis longtemps des liens cordiaux, qui sont parfois une source de tension entre l’Azerbaïdjan et son voisin iranien.


Le pays est considéré par certains analystes comme un pivot dans une éventuelle action militaire israélienne contre le programme nucléaire iranien, même si Bakou a nié pouvoir permettre à Israël d’utiliser ses bases.

A Bakou également, Yaalon assistera et inaugurera le pavillon israélien de l’exposition internationale de l’industrie de la défense. Le ministère de la Défense doit être représenté sur ce pavillon avec 15 entreprises israéliennes de défense.

« Je suis heureux d’être accueilli ici pour la première visite historique d’un ministre israélien de la Défense en Azerbaïdjan» a déclaré Yaalon à son arrivée. « Les relations bilatérales entre nous sont fructueuses et il y a une relation stratégique entre les deux pays et des efforts communs dans divers domaines ».

L’exposition représente « une autre occasion de montrer au monde la force et les capacités de l’industrie de défense israélienne et sa contribution à la sécurité et l’économie» a-t-il ajouté.

Le ministre de la Défense a également prévu de rencontrer les représentants de la petite mais ancienne communauté juive de l’Azerbaïdjan, qui, a confié Yaalon, « possède une histoire glorieuse et a bénéficié dans ce pays d’un traitement merveilleux ».
Source : http://fr.timesofisrael.com/visite-surprise-de-yaalon-en-azerbaidjan/

Voir également : "L'Azerbaïdjan compte sur la puissance d'Israël, non seulement pour repousser l'ingérence iranienne, mais aussi pour prendre l'ascendant sur son voisin et ennemi arménien." (Philippe Kalfayan)

Mauvaise nouvelle pour Erevan : accord israélo-azéri sur la fourniture d'un matériel militaire d'un montant d'un milliard et demi de dollars

Mauvaise nouvelle pour Erevan : 60 drones israéliens pour l'Azerbaïdjan

Mauvaise nouvelle pour Erevan : l'Azerbaïdjan obtient des drones israéliens sous licence

Mauvaise nouvelle pour Erevan : les relations entre l'Azerbaïdjan et Israël sont toujours au beau fixe

Israël : Danny Ayalon et Avigdor Lieberman contre la "reconnaissance" du prétendu génocide arménien

Avigdor Lieberman exprime son opposition à la criminalisation de la "négation" du prétendu "génocide" arménien

L'Arménie et la carte de l'islamisme iranien

Mauvaise nouvelle pour la clique dirigeante d'Erevan : inauguration du gazoduc transanatolien (TANAP)

Turkey, Azerbaijan break ground for Trans-Anatolian Gas Pipeline

BAKU

Turkey's energy minister has declared a gas pipeline a "peace corridor" linking the Caucasus with the Balkans.


"We open the project as a peace corridor that is the result of 15 years hard work by Turkey and Azerbaijan. Through the South Caucasus pipeline and its backbone, the Trans-Anatolia pipeline, we connect the Caucasus with the Balkans. I wish every country could understand the true value of these projects and contribute with us," Taner Yıldız said while speaking at the groundbreaking ceremony of the South Caucasus pipeline in Baku on Sept. 20.

The minister said energy security "ranks as one of the main topics of global agenda" and dialogue between countries producing, transporting and consuming energy is "highly important."

He added: "With this view in mind, we continue to develop projects with our friends, Azerbaijan and Georgia."

The South Caucasus pipeline is the first phase of the Southern Gas Corridor, which will carry gas from the Caspian Sea to Turkey, connecting to the Trans-Anatolia natural gas pipeline via Georgia and reach southern Europe.

"TANAP [The Trans-Anatolian Gas Pipeline] is not a mere investment but a project for the future. We believe that the project is a way of establishing strong, sustainable and healthy relations both between Turkey and Azerbaijan and other European countries," Yıldız added.

Azerbaijan's President Ilham Aliyev, Georgian Prime Minister Irakli Garibasvili, Bulgarian President Rosen Plevneliev, Greek Prime Minister Antonis Samaras and Montenegro's Prime Minister Milo Cukanovic also took part in the ceremony.

"We will have extra income by opening our natural gas to the world market and European countries will have a new energy resource? There is no loser in this project, everybody will win," Aliyev said.

The TANAP, the first phase of the $45 billion worth Southern Gas Corridor, is expected to begin operations by 2018 with a 16 billion cubic meter capacity.


September/20/2014
Source : http://www.hurriyetdailynews.com/Default.aspx?PageID=238&NID=71968&NewsCatID=348

TANAP TO PROVIDE ENERGY SECURITY TO EU, TURKEY: EXPERTS

The shared dream of a giant natural gas pipeline came true on Saturday in Baku with the attendance of leading figures from countries and the companies who participated in the project
    Abdülkadir Karakelle
    Published : 21.09.2014 23:22:30

ISTANBUL — The groundbreaking ceremony for the Trans-Anatolian Natural Gas Pipeline (TANAP), which will carry gas from Azerbaijan to Europe via Turkey, was held in Baku on Saturday. Experts believe that the project has great importance in terms of Europe and Turkey's energy security. The pipeline is planned to pump 16 billion cubic meters (bcm) of gas per year, 6 bcm of which will be designated to Turkey's domestic consumption.

TANAP project managers say that the pipeline will transfer 31 bcm of gas and Turkey - the ninth biggest gas importer by 45 bcm per year - has a right to increase its share to 21 bcm per year when the pipeline starts to function with full capacity by 2023. Energy specialists forecast that Turkey's total gas consumption will reach 70 bcm per year in 2020.

Speaking to Daily Sabah, Ibrahim Palaz, a veteran energy expert at the Istanbul-based think tank Caspian Strategy Institute, noted that TANAP is quite an important project for Turkey and Azerbaijan, but it is a crucial project for the European Union whose natural gas demand has been increasing and is expected to increase more in the future. "Even if the latest conflict between the EU and Russia, the top gas supplier to the EU, is left out of the equation, European countries are still in need of new energy routes enabling them to diversify energy suppliers, which is the most vital issue of energy politics,"Palaz said.

Underlining that TANAP has been on the agenda of Turkey, Azerbaijan and the EU long before the political crisis between the EU and Russia regarding the Ukraine crisis, Palaz remarked that TANAP will not only provide gas, but will also provide security to the countries it passes through. "Turkey, a country which lacks hydrocarbon sources, is obligated to be become an energy transfer route to have a say in global energy politics. TANAP is the second step taken for this cause. The first one was the Baku-Tbilisi-Ceyhan crude oil pipeline, which enables Azeri oil to reach the global market," Palaz said.

According to Palaz, Turkey will not make a direct economic gain in the short term, but when the transfer capacity increases and reaches 31 bcm Turkey is expected to yield around $2-3 billion (TL 4.47-6.70 billion) per year from the transfer fees.

Kenan Yavuz, CEO of SOCAR Turkey - a local branch of the state-owned Azerbaijani SOCAR company that holds the majority stake in the project - told Daily Sabah that the latest ceremony held on Sept. 20 in Azerbaijan was to celebrate the initiation of the Shah Deniz II gas reserve field to pipeline route. "TANAP is a $45 billion project which is being carried out by Turkey and Azerbeijan's efforts. With the groundbreaking ceremony Turkey sealed the fact that it is a strategic energy player in the region. As it is known, Turkey's state-run oil and gas company TPAO is the second largest partner in the Shah Deniz II field where the gas is to be extracted and sent through the TANAP line.

In May 2014, Turkey's TPAO purchased the assets of French oil and gas giant Total for $1.5 billion which used to hold 10 percent in the Shah Deniz II field and increased its share in the field to 19 percent. TPAO also holds a 30 percent stake in the pipeline. Turkey has become a key player in the region thanks to its latest regional energy policies,"Yavuz said.

Highlighting the EU and Turkey's increasing energy demand, Yavuz further stated that uncertainties that emerged due to the Ukraine crisis brought energy security issues into question and supplier diversity has become the top item on the energy agendas of countries in the region. "The project is a matter of security for the EU," the CEO said.

Yavuz also stated that TANAP will pave the way for other large energy projects in the region. "Governments and companies will benefit from the experience of TANAP, which I would I like to call the Silk Road of energy," Yavuz concluded.
Source : http://www.dailysabah.com/energy/2014/09/21/tanap-to-provide-energy-security-to-eu-turkey-experts

Voir également : Un camouflet pour les kleptocrates d'Erevan : un sommet trilatéral Turquie-Géorgie-Azerbaïdjan

mardi 23 septembre 2014

La députée Sylvie Andrieux (proche du lobby arménien) est condamnée à 4 ans de prison, 100.000 euros d'amende et cinq ans d'inéligibilité

La députée Sylvie Andrieux condamnée en appel à 4 ans de prison, dont 3 avec sursis

    Home ACTUALITE Flash Actu
        Par Le Figaro.fr avec AFP
        Mis à jour le 23/09/2014 à 09:08
        Publié le 23/09/2014 à 08:47

La députée des Bouches-du-Rhône Sylvie Andrieux, exclue du PS après sa condamnation en première instance dans un dossier de détournement de fonds publics à visée clientéliste, a été condamnée mardi à quatre ans de prison, dont trois avec sursis par la cour d'appel d'Aix-en-Provence.

L'élue a également été condamnée à 100.000 euros d'amende et cinq ans d'inéligibilité. La cour d'appel est allée plus loin que les réquisitions de l'avocat général, qui avait réclamé trois ans de prison, dont deux avec sursis, soit la peine de première instance.

Un de ses avocats a, rapidement après l'annonce de cette condamnation, assuré que sa cliente allait déposer un pourvoi en cassation. "Elle va se pourvoir en cassation. Elle fera valoir toute une série d'arguments qui n'ont pas été entendus par la cour, mais on reste confiant. Souvent, la cour de cassation dans ce type d'affaire envisage avec une grande sérénité les faits et le droit", a expliqué Me di Marino après le rendu de l'arrêt de la cour d'appel d'Aix en Provence.
Source : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/09/23/97001-20140923FILWWW00072-la-deputee-sylvie-andrieux-condamnee-en-appel-a-4-ans-de-prison-dont-3-avec-sursis.php

Voir également : Fin de l'immunité parlementaire pour Jean-Noël Guérini, "grand" "ami" du lobby arménien

Le système clientéliste de Guérini en procès : "Si je parlais, certains ne seraient plus ministres"

Grâce aux "socialistes" et aux communistes du Conseil général des Bouches-du-Rhône, c'est au contribuable de financer la défense de Jean-Noël Guérini

Scandale des frais de justice de Jean-Noël Guérini : une pétition citoyenne est lancée  

Etripage interne au PS entre "arménophiles" interlopes : Harlem Désir versus Jean-Noël Guérini et Christophe Masse

François Pupponi et le "milieu" corse

Le "socialiste" "arménophile" François Pupponi : casseroles, forte abstention et "liste noire"

Le maire et sénateur "socialiste" Philippe Kaltenbach, collaborateur notoire et hargneux du lobby raciste arménien, est soupçonné de corruption

Philippe Kaltenbach enfin mis en examen pour corruption

La retraite dorée et indue de Michel Vauzelle

Mise en examen de Jean Germain, sénateur-maire de Tours

François Hollande et René Teulade : l'affaire de la MRFP

Procès en appel de René Teulade

vendredi 19 septembre 2014

Christophe Galtier face à la question gênante de l'occupation du Haut-Karabakh

ASSE : cette question politique gênante auquel Galtier a eu droit à Qarabag
Posté le 18 septembre 2014

Arrivé en Azerbaïdjan hier, Christophe Galtier s’est soumis au traditionnel point presse avant la rencontre de Ligue Europa entre l’ASSE et Qarabag. A cette occasion et comme le rapporte Le Progrès, l’entraîneur des Verts a été soumis à une drôle de question politique sur l’histoire du Haut-Karabakh, région d’origine de l’adversaire européen de Saint-Etienne. Une fois n’est pas coutume : Galtier a esquivé l’interrogation gênante. Quant au journaliste qui a osé la poser, il a été rappelé à l’ordre par un dirigeant du club local. Rappelons que l’équipe de Qarabag Agdam évolue en exil du côté de Bakou, à 270 kilomètres de sa ville d’origine, et ce depuis la guerre du Haut-Karabakh au cœur des années 90. La ville d’Agdam a notamment été annexée par des militants pro-arméniens … Et rasée dans la foulée.
Source : http://www.butfootballclub.fr/1585599-asse-cette-question-politique-genante-auquel-galtier-a-eu-droit-a-qarabag/

Voir également : Histoire des Arméniens : élimination de la minorité azérie au Karabagh

 

Les circonstances des émeutes anti-arméniennes de Bakou en janvier 1990

Histoire des Arméniens dans le Caucase : le déchaînement de la violence nationaliste arménienne à l'occasion de la décomposition soviétique

Le conflit arméno-azéri : "Les opérations de nettoyage [ethnique], qui concernent en gros 200 000 personnes de chaque côté, semblent avoir été menées plus systématiquement et étalées dans le temps en Arménie et plus par à-coups violents en Azerbaïdjan"

L'histoire du Karabakh

Le douloureux problème des réfugiés azéris

L'expulsion méthodique des derniers Azéris d'Arménie

L'épuration générale des minorités ethniques en Arménie
 
Le réseau des organisations terroristes soutenues par l'Arménie sur les territoires occupés d'Azerbaïdjan

La destruction des monuments culturels azerbaïdjanais de la ville de Shusha, occupée par l'Arménie

mardi 16 septembre 2014

Jean-François Mancel : "Apprenons à connaître l'Azerbaïdjan"

Apprenons à connaître l'Azerbaïdjan

Le Monde.fr | 11.09.2014 à 16h32 • Mis à jour le 11.09.2014 à 17h05 | Par Jean-François Mancel (président de l'Association des amis de l'Azerbaïdjan)

En parcourant la déclaration publiée par les chefs d'État et de gouvernement lors du sommet de l'OTAN des 4 et 5 septembre, il est intéressant de remarquer que les Alliés « restent également déterminés à soutenir l'intégrité territoriale et la souveraineté de l'Arménie, de l'Azerbaïdjan, de la Géorgie et de la République de Moldova ».

Les conflits qui agitent le Sud-Caucase ne doivent pas être oubliés, alors que bien d'autres conflits font la une de nos journaux. S'ils ne doivent pas être oubliés, les chefs d'État et de gouvernement ont bien fait de rappeler l'intégrité territoriale et la souveraineté de ces pays.

Ils rappellent la nécessité de ne pas attiser les tensions et de ne pas faire preuve d'une partialité destructrice pour un processus de paix que nous devons accompagner et non fragiliser.


J'ai d'ailleurs à cet égard était très choqué de lire sur le site du Monde une tribune co-signée par trois parlementaires français (Il faut en finir avec le régime d'Ilham Aliev en Azerbaïdjan, 2 septembre), tenant un discours irresponsable et blessant envers la République d'Azerbaïdjan. Ces parlementaires n'ont pas hésité à faire un parallèle honteux entre l'Azerbaïdjan, son différend avec l'Arménie sur le Haut Karabagh... et l'État islamique, insultant au passage tous ceux qui sont victimes de la barbarie innommable de ce groupe djihadiste.

Certes, tout n'est pas parfait en Azerbaïdjan. Tout n'est d'ailleurs pas parfait dans beaucoup des pays du Sud-Caucase. Mais, il n'est pas réaliste aujourd'hui d'exiger de l'Azerbaïdjan ce que nous exigeons de nos vieilles démocraties européennes.

L'Azerbaïdjan est un pays qui se reconstruit depuis à peine 20 ans, après 70 ans de communisme, avec tout ce que cela comporte en termes de révolution des mentalités et des pratiques. Nous devons l'y aider, pour l'Azerbaïdjan et pour la paix avec l'Arménie.

Comme beaucoup de Français et a fortiori en tant qu'élu de la République, je suis viscéralement attaché à la protection des droits de l'Homme qui sont universels, pour lesquels aucune compromission ne peut être acceptée, ni en Azerbaïdjan, ni en Arménie, ni en France, ni ailleurs. Mais je suis tout autant attaché au respect et au dialogue.

En à peine deux décennies, l'Azerbaïdjan a su s'imposer comme un pays incontournable sur la scène internationale, à bien des égards. On pense, évidemment tout de suite, à ses gisements pétroliers et gaziers, formidable espoir pour l'Europe à l'heure où l'on se préoccupe une nouvelle fois de possibles pénuries cet hiver. Mais l'Azerbaïdjan ne peut être réduit à un gazoduc.

Notre partenariat commercial doit être l'occasion d'approfondir notre coopération politique. À l'Association des amis de l'Azerbaïdjan, nous y sommes particulièrement attachés, car il est trop facile de vouloir les hydrocarbures et de mépriser le reste.

L'Europe, il faut le savoir, développe un dialogue structuré et régulier avec l'Azerbaïdjan, dans le cadre de ce que l'on appelle le « Partenariat oriental ». Ce dialogue porte sur tous les sujets, y compris les droits de l'Homme. Les autorités azerbaïdjanaises ne sont d'ailleurs pas réticentes à ce dialogue. Sans doute parce qu'on ne caricature rien et on discute de tout.

Mais l'Azerbaïdjan d'aujourd'hui, c'est aussi un pays qui utilise ses richesses au profit de son développement social et éducatif. Avec des résultats concrets : les salaires augmentent, et la pauvreté a diminué de manière drastique en 10 ans (de 49% en 2001 à 11% aujourd'hui). Les taux de scolarisation et d'alphabétisation sont aujourd'hui très élevés et sans cesse en progression.

Au moment où chacun s'interroge sur la place de l'Islam dans le monde, il faut rappeler également le rapport serein que ce pays entretient avec la religion. Les 94% d'azerbaïdjanais qui sont de confession musulmane observent une pratique ouverte et libre de l'Islam, très respectueuse du droit des femmes qui ont obtenu le droit de vote avant les Françaises ! C'est un exemple pour l'ensemble du monde musulman.

À force de s'inquiéter de l'islamisation de certains pays, on finit par oublier de soutenir ceux où l'Islam est pratiqué de manière apaisée, où la religion est à sa place. Agir ainsi, c'est le meilleur moyen d'encourager ceux qui à l'intérieur de ces pays œuvrent en faveur d'un Islam plus radical.

L'Azerbaïdjan est aujourd'hui devenu un acteur de poids sur la scène internationale, à l'ONU (membre du Conseil de sécurité en 2012 et 2013), coopérant aux opérations de l'OTAN...etc... Un acteur de poids aussi, car, voisin de l'Iran, il démontre sa solidité dans une région en proie à une grande instabilité.

Il faut aller en Azerbaïdjan pour apprendre à connaître ce pays. Les autorités azerbaïdjanaises n'en demandent pas moins. Il faut voir ce qu'il s'y passe vraiment, rencontrer ce peuple fier et éminemment chaleureux, et voir le chemin déjà parcouru.

La France et l'Azerbaïdjan entretiennent un dialogue fécond, voulu et entretenu successivement par Nicolas Sarkozy et François Hollande. Dialoguons donc au lieu de tomber dans la caricature ! Tout le monde en sortirait grandi.
Source : http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/09/11/apprenons-a-connaitre-l-azerbaidjan_4486236_3232.html

Voir également : "L'Azerbaïdjan, futur grand d'Europe ?" (Thierry Mariani)

L'Azerbaïdjan, terre de tolérance religieuse

Les Arméniens d'Azerbaïdjan

Histoire des Arméniens dans le Caucase : un bilan du nationalisme épurateur arménien jusqu'en 1921

Histoire des Arméniens dans le Caucase : le déchaînement de la violence nationaliste arménienne à l'occasion de la décomposition soviétique
  
Histoire des Arméniens : élimination de la minorité azérie au Karabagh

Le prétendu "pogrom nationaliste azéri" de Soumgaït en 1988 : une manipulation communisto-mafieuse ?

Les circonstances des émeutes anti-arméniennes de Bakou en janvier 1990

L'histoire du Karabakh

Le conflit arméno-azéri : "Les opérations de nettoyage [ethnique], qui concernent en gros 200 000 personnes de chaque côté, semblent avoir été menées plus systématiquement et étalées dans le temps en Arménie et plus par à-coups violents en Azerbaïdjan"

L'expulsion méthodique des derniers Azéris d'Arménie

Le réseau des organisations terroristes soutenues par l'Arménie sur les territoires occupés d'Azerbaïdjan

La destruction des monuments culturels azerbaïdjanais de la ville de Shusha, occupée par l'Arménie

La destruction des monuments historiques azerbaïdjanais en Arménie

L'épuration générale des minorités ethniques en Arménie


Le député Jean-François Mancel en passe d'être réélu

L'émigration arménienne vers l'"eldorado russe"

"reportage 17:45
Les Arméniens en route vers l’eldorado russe
Antoinette Prince ATS

Acheter un billet d’avion pour Moscou ou pour une ville lointaine de Sibérie: ils sont des dizaines de milliers d’Arméniens à faire le pas chaque année. Objectif: aller travailler en Russie et gagner de quoi faire vivre la famille restée au pays. L’Arménie a mal à son économie, dominée par des oligarques et entravée par des tensions avec ses voisins turcs et azerbaïdjanais

Dans cette ancienne république soviétique, les travailleurs n’ont souvent d’autre choix que de s’exiler, en Russie de préférence.
Coup d’œil sur ces saisonniers du XXIe siècle avec Agashi Tadevosyan, docteur en anthropologie sociale de l’Université d’Etat d’Erevan.

Ce sont presque exclusivement les hommes qui partent, explique le chercheur. Ils ont en général entre 20 et 55 ans. «Souvent, ils partent une première fois, pas forcément pour longtemps, quelques mois. Et tant que ça marche, ils y retournent», explique le chercheur.

D’abord parce qu’ils ne trouvent pas de travail en Arménie, ou seulement une occupation mal rémunérée. La Russie représente alors la solution la plus simple: aucun visa n’est nécessaire, on y déniche facilement un emploi et les salaires sont trois à cinq fois plus élevés.
Une bonne connaissance de la langue russe facilite l’accès à ces emplois tant espérés. Tout comme l’existence d’un réseau arménien sur place, un frère, des cousins, quelqu’un du même village.

Ils se sentent plus libres

Mais dans certaines régions rurales de ce petit pays enclavé du Caucase, on n’émigre pas uniquement par nécessité économique. Parfois, c’est la tradition qui pousse à partir en Russie. «Le père l’a fait, le grand-père aussi, c’est considéré comme normal», relève M. Tadevosyan. Travailler en Russie correspond à leur image «d’une bonne vie et d’un bon job.»

Certains ne peuvent imaginer leur vie autrement. Et «ils y trouvent certains avantages», souligne l’anthropologue, «ils se sentent peut-être plus libres, surtout les jeunes hommes. Les filles ou les femmes arméniennes sont plus traditionnelles que les Russes.» En d’autres mots, ils peuvent avoir plus facilement des relations sexuelles avec des femmes en Russie. (...)

Peu de création d’emplois

L’argent provenant des travailleurs arméniens à l’étranger représente environ 20% du PIB arménien, soit près de deux milliards de dollars, selon plusieurs estimations. Une somme considérable, mais qui ne contribue que de façon restreinte au développement du pays, par la création d’emplois par exemple.

Les grandes entreprises, détenues par des oligarques proches du pouvoir, ne voient en effet pas d’un bon œil la création d’un tissu de PME ou d’une production locale performante, explique le chercheur. Ces riches gens d’affaires ont même tout intérêt à ce que cet argent soit dépensé en biens de consommation dans leurs supermarchés et autres commerces.

Le tabou des MST

L’anthropologue aussi tient à aborder l’une des «retombées» de cette migration dont «personne n’ose trop parler»: les maladies sexuellement transmissibles (MST). Pendant leur séjour en Russie, nombre d’hommes ont des relations non protégées.

Au retour, il leur arrive de transmettre des MST à leurs épouses. Des ONG s’efforcent d’informer et de faire de la prévention. Mais le sujet est tellement tabou que certains séropositifs n’osent même pas aller consulter."

Source : http://www.letemps.ch/Page/Uuid/46dfd91e-3d9b-11e4-a188-24a047c27404/Les_Arm%C3%A9niens_en_route_vers_leldorado_russe

Voir également : L'exode vital des Arméniens

L'exode des Arméniens d'Arménie

Le gouvernement russe veut favoriser l'immigration arménienne et donc le dépeuplement de l'Arménie

Ces nombreux immigrés clandestins arméniens qui vont en... Turquie

samedi 13 septembre 2014

Sud-Ouest : prison pour un réseau mafieux ayant "appuyé des campagnes politiques en Géorgie"

"Sud-Ouest: prison pour un réseau de cambriolages lié à la mafia géorgienne
AFP 12 septembre 2014 à 17:24

Des peines allant de six mois de prison avec sursis à sept ans de prison ont été prononcées vendredi à Bordeaux contre près d’une trentaine de Géorgiens, Arméniens, Azerbaïdjanais, membres d’un vaste réseau de vols et cambriolages lié à la mafia géorgienne qui sévissait dans le grand Sud-Ouest.


Au terme d’un procès de deux semaines, le tribunal a prononcé les peines les plus lourdes (sept ans pour deux des prévenus, six ans pour quatre) à l’encontre des têtes du réseau en France, un groupe de Géorgiens implantés en Ariège, poursuivis pour association de malfaiteurs, vols aggravés et blanchiment.

Ce réseau «de type mafieux», qui appuyait des campagnes politiques en Géorgie selon le tribunal, contrôlait aussi un réseau secondaire issu de la communauté arménienne, dont les membres étaient principalement poursuivis à Bordeaux pour recels.
(...)

Des peines allant jusqu’à 10 ans de prison avaient été requises contre ce réseau qui sévissait dans le grand Sud-Ouest, Tarn, Ariège, Lot notamment, mais aussi jusqu’à Caen, avec des «cambriolages conduits de manière systématique» et une «logistique adaptée pour un écoulement rapide du butin», notamment ordinateurs et bijoux.

Plus d’une centaine de faits leur étaient reprochés (une centaine de victimes), pour un montant global qui aurait avoisiné le million d’euros, une somme évoquée à l’audience, mais les virements les plus importants qui ont été identifiés, vers la Géorgie, dépassaient rarement 10.000 euros.

Au moment du jugement, la présidente a souligné le «silence» qui a «pesé depuis le début de l’instruction» dans cette affaire, avec de nombreuses «pressions sur des familles». «Le peu d’enrichissement personnel» des prévenus a aussi été mis en évidence par l’instruction menée par le Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Bordeaux."

Source : http://www.liberation.fr/societe/2014/09/12/sud-ouest-prison-pour-un-reseau-de-cambriolages-lie-a-la-mafia-georgienne_1099189

Voir également : Aveyron et Sud-Ouest : démantèlement d'un réseau de cambrioleurs arméniens et "géorgiens"

Gers : l'incroyable butin de la bande organisée de cambrioleurs arméno-géorgiens

Le problème des gangs arméno-géorgiens dans le Grand Sud

Mafia "géorgienne" en Aquitaine : arrestation du parrain d'un réseau russo-arménien

vendredi 12 septembre 2014

Volx : le réfugié arménien Sisak voulait attirer l'attention des pouvoirs publics

Vendredi 12 septembre 2014
ALPES-DE-HAUTE-PROVENCE / VOLX Il vole sept bouteilles de vodka pour attirer l’attention des pouvoirs publics

En France depuis dix mois, Sisak a quitté famille et patrie pour demander l’asile politique. Le quinquagénaire arménien vit depuis lors dans un hébergement d’urgence à Manosque et, se désespère de voir sa situation administrative bloquée.

Sans revenu, sans travail, il est condamné à attendre qu’une décision officielle reconnaisse enfin sa citoyenneté. Pendant ce temps, il se soigne en subissant des séances de dialyse régulières. Las, ce 13 janvier 2014, il a voulu « attirer l’attention des pouvoirs publics » sur son cas.
Son but était de se faire prendre


Il s’est rendu au magasin Auchan à Volx, a dissimulé sept bouteilles de vodka dans sa sacoche et franchi la caisse pour s’acquitter d’un rouleau de papier alu.

Son but étant de se faire prendre, il n’a pas non plus pris les précautions d’usage pour échapper à la vigilance des gardes, ce qui a plutôt bien fonctionné.

Le gérant a fait appel aux policiers de Manosque qui se sont rendus au magasin sur le champ. L’homme n’a évidemment fait aucune difficulté et expliqué sa situation aux forces de l’ordre.

Malheureusement, ces derniers n’ont pas vocation à faire avancer sa situation administrative, tel que lui a expliqué le juge Ollive devant lequel il comparaissait hier. Il a été condamné à une peine d’amende de 600 € avec sursis.
Publié le 06/09/2014 à 06:05 Vu 2803 fois
Source : http://www.ledauphine.com/faits-divers/2014/09/05/il-vole-sept-bouteilles-de-vodka-pour-attirer-l-attention-des-pouvoirs-publics

Le cas du demandeur d'asile Vladimir Galstyan : "Risque de prison ou de mort en Arménie"

Indre
Darc : un des stagiaires menacé d'expulsion

13/08/2014 05:46

Châteauroux. Vladimir Galstyan est sous le coup d’une expulsion. Une pétition est lancée pour régulariser ce père de famille arménien, danseur à Darc.


Vladimir Galstyan fait partie des six cents stagiaires présents à la 39e édition du stage Darc. Il participe aux cours de hip-hop, de capoeira et de ragga jam. « Ici, je déstresse un peu. J'oublie un moment les problèmes que je rencontre, moi et ma famille », souligne cet Arménien de 42 ans, le visage marqué par les épreuves de la vie.

« Nous lui avons offert ce stage dans le cadre de nos missions d'éducation populaire. Vladimir suit les cours avec assiduité. C'est quelqu'un d'intégré qui offre des garanties. Il faut que la préfecture se penche de nouveau sur son dossier de régularisation », explique Éric Bellet, « patron » de Darc et conseiller municipal d'opposition Front de gauche.

" Risque de prison ou de mort en Arménie "


Depuis de nombreuses années, la vie de cet Arménien n'est pas un long fleuve tranquille. Aujourd'hui, il est placé en assignation à résidence par la préfecture, avant son expulsion, prévue le 22 août. En attendant, il doit aller pointer tous les matins au commissariat.
« J'étais un opposant au régime politique en place. J'ai reçu des menaces. Je craignais pour ma vie et celle de mes proches. J'ai décidé de quitter Etchmiadzin, où j'exerçais la profession de patron taxi », explique le stagiaire. En 2011, Vladimir rejoint la France et demande l'asile politique.
Après un bref séjour à Tours , Vladimir arrive à Châteauroux, bientôt rejoint par sa femme et ses trois enfants. Zemfira, âgée aujourd'hui de 20 ans, est scolarisée aux Charmilles, et sa sœur, Maryam, 12 ans, aux Capucins. Leur frère Arthur a séjourné au lycée agricole.
« Dès leur arrivée en France, ils ont entamé une demande d'asile auprès de l'office de protection des réfugiés et apatrides » (Ofpra), explique Dominique Guillaume, membre de Droit au logement (Dal), qui réclame une régularisation de toute la famille Galstyan. Tout comme la Ligue des droits de l'homme et un comité de soutien qui se battent pour la situation de la famille arménienne soit régularisée.
Durant toute l'instruction du dossier, les Galstyan ont été pris en charge par le Centre d'accueil de demandeurs d'asile (Cada). Mais, en 2012, la réponse tombe : la demande d'asile est rejetée. « L'Arménie est reconnue comme un pays sûr par l'Ofpra. Pourtant, s'il devait être expulsé, Vladimir risque l'emprisonnement, voire la mort », affirme le militant du Dal, qui ajoute : « Cette famille a montré,au sein d'associations caritatives et culturelles, sa volonté de s'intégrer . Les enfants travaillent bien à l'école. »
Une pétition pour régulariser la famille Galstyan a été lancée au sein du festival Darc par le comité de soutien. Pétition que l'on retrouve également sur Facebook et sur le site Internet de pétitions citoyenne Avaaz.org

Nous avons sollicité la préfecture. Hier soir, cette dernière n'avait pas répondu à notre demande.
M.M.
Source : http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2014/08/13/Darc-un-des-stagiaires-menace-d-expulsion-2012676

Indre - Justice
Les familles de sans-papiers retiennent leur souffle

09/09/2014 05:29

L'avocat de deux familles sans papiers de Châteauroux, Julio Odetti, doit plaider leurs causes, ce matin, au tribunal de grande instance de Châteauroux. Expulsables depuis mars, celles-ci occupent des appartements du bailleur social Scalis, vacants et non loués en raison de leur vétusté. Elles espèrent obtenir un délai, « le temps que des solutions soient trouvées pour reloger toutes les familles », explique l'association Droit au logement (Dal 36). Dans le cas contraire, « ce sera l'expulsion des lieux », craint Gérald Prévost (NPA).
Parmi ces familles, figure celle de Vladimir Galstyan, réfugié arménien de 42 ans, père de deux enfants. Hier, une délégation du Comité de soutien à Vladimir, qui réclame sa régularisation, a été reçue par le secrétaire général de la préfecture. « On n'a reçu aucune assurance sur rien, regrettait, à la sortie, Dominique Guillaume, du Dal 36. Le dossier continue d'être étudié. » Entre-temps, la nouvelle d'un rendez-vous avec le préfet, fixé au 3 octobre, a été confirmée. Un signal positif ? « On peut l'interpréter comme ça. Tant que d'ici là, rien ne se passe. » Car Vladimir Galstyan est toujours sous le coup d'une procédure d'expulsion.

Bertrand Slézak
Source : http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2014/09/09/Les-familles-de-sans-papiers-retiennent-leur-souffle-2039202

"Génocide arménien" : le chercheur Tal Buenos démolit définitivement la "caution Lemkin"

MANY GENOCIDES OF RAPHAEL LEMKIN

As Raphael Lemkin's studies on the concept of 'genocide' acutely reveal, political motivations often overshadow the integrity and impartiality of academic endeavors. This fact has recurred in many case studies including the Turkish- Armenian conflict


    Tal Buenos
    Published : 11.09.2014 00:46:34

Armenian suffering, past or present, is not really at the core of Perinçek v. Switzerland. The question of how to characterize certain historical events almost a century after is not a matter upon which courts of law - not even the Grand Chamber of the European Court of Human Rights - may decide. However, the very existence of this question is a symptom of a larger and more important question that the court cannot ignore, though it might disregard: why did Switzerland strip a Turk of his freedom of expression and criminalize his opinion regarding an ongoing historical debate of political significance? It is the task of the honored judges of the court to weigh in on how the law and its interpretation in Switzerland may reflect dangerous political and social conditions in Europe for people who are Turkish, Muslim, or both.

The recruitment of Raphael Lemkin's name and views as a tool to promote accusations of genocide against Turks is one of the clearest indications that the so-called historical engagement is a façade for a long-running anti-Turkish campaign. Thanks to the availability of the Raphael Lemkin papers at the Manuscripts and Archives Division of the New York Public Library, it may be ascertained that Lemkin considered dozens of cases to be genocide.

In the late 1950s, some years after his employment by the U.S. government and involvement in the U.N. Genocide Convention, Lemkin attempted to develop and promote "genocide" independently by writing a book under the title "Introduction to the Study of Genocide." It may be argued that he wanted to publish this book to highlight the "moral preventive force of the Genocide Convention," but it is evident that his own prestige depended on the worldwide popularity of the term that became associated with his name. While the book was never published, the book proposal shows his efforts to widen the applicability of the term by listing a total of 62 cases of genocide in antiquity, the Middle Ages, and modernity. Of the 41 cases in modern times, number 39 states "Armenians." Number nine on that list is "Genocide by the Greeks against the Turks." For instance, the Lemkin papers show that he had 100 pages on the case of "Belgian Congo" and 98 pages on the "Genocide against the American Indians."

This does not mean that they were all genocides. Article 2 of the Genocide Convention defines genocide according to a particular "intent to destroy," as opposed to an intent to defend against a rebellion or settle political disputes. Article 6 of the Genocide Convention specifies that a charge of genocide is made in legal contexts and determined by a particular "competent tribunal," as opposed to personal opinion, be it Lemkin's or anyone else's. Lemkin developed a broad view of what should count as genocide - a view that does not coincide with the wording in the Genocide Convention. It also means that, despite common depictions, Lemkin did not reserve a special place for the Armenian tragedy.

"Axis Rule in Occupied Europe," the book that was published under Lemkin's name in 1944 by the Carnegie Endowment for International Peace, and in which "genocide" was coined, lists several instances of genocide without a single mention of Armenians. Interestingly, instances that are described as genocide in the book are not on the lips of those who claim to know what Lemkin had in mind in 1944. Much of what Lemkin had to say publicly about genocide was affected by considerations of time and place - and audience and purpose. While he was associated with many Christian organizations in the U.S., he gave an interview to CBS in 1949 and stated that he became interested in genocide because of what happened to Armenians. However, while he was campaigning for genocide ratification in Italy, his answer to the question: "When did you first become interested in Genocide?" was Armenianfree: "From my very young days when I read the book "Quo Vadis" by Sienkiewicz as a Polish school boy, about the destruction of the early Christians by the Roman emperors. I asked my mother why the Christians did not call the police. She said that the police couldn't help them since Nero was in the arena. She gave me books to read on cases of genocide such as Carthage, and the Mongol invasions. I devoured these books and became so interested in the problem that I made a vow as a child to become a lawyer and to make a law to prevent reoccurrences of these acts."

In similar fashion, his autobiography, which was rejected by publishers in the 1950s due to lack of public interest, yet recently published due to the influence of genocide scholars, was designed to describe his life in purely genocide-oriented terms while his unaffected resume shows that in the years of 1929 to 1939 he was a professor of family law at a college in Poland, which seems to have little to do with an expertise in international law.
The Lemkin papers also show that, due to his overall aim to refer to many cases as genocide and his lack of focus on any particular case, his research on Armenian suffering was not based on a thorough study of primary sources, as one might expect of an academic scholar. Rather, his findings were largely based on the writings of Arnold J. Toynbee, who was a young historian employed by the British government to generate propaganda while Britain was at war with the Ottoman state, and the U.S. ambassador in Constantinople, Henry Morgenthau, who functioned as a representative of entente interests at the beginning of the war while being aided by an Armenian legal advisor, Arshag Schmavonian, and an Armenian private secretary, Hagop Andonian. What academic institution today would award a doctoral degree to a candidate whose dissertation treats information that is based on similarly biased sources as facts?

Within Lemkin's research papers there is one passage - probably written by his assistant - that expresses thoughts of accusing Mustafa Kemal Atatürk of genocide against Turks: "When one considers Atatürk's Westernization process of Turkey, one wonders just what does constitute cultural genocide. Obviously, Atatürk was committing genocide on his own people's culture." It is this type of genocide-drunkenness that has tampered with the past sobriety of simply meaning to prevent another Holocaust from ever happening again.
William Schabas stated in the Journal of Genocide Research during his tenure as president of the International Association of Genocide Scholars that " Courts are no more interested in what Lemkin thought about the scope of the term genocide than they are in what Kant or Montesquieu thought about murder and rape. It's not really relevant . Preventing and prosecuting genocide is not about fidelity to the original vision of Raphael Lemkin. His 1944 book is not our gospel." Why is it, then, that Lemkin's authority is unchallenged as part of a narrative that accuses Turks of genocide in Switzerland?

In Switzerland, the public and the government are under the influence of misconceptions on Lemkin.
This might have much to do with the fact that school children in Switzerland are taught, regardless of facts showing otherwise, that Armenian suffering in World War I served as a foundational inspiration for the coining of the term genocide.

Facing History and Ourselves, which is self-described as "an international educational and professional development organization," was founded in 1976 in Brookline, Massachusetts, and claims to reach over 1.5 million middle and high school students through more than 19,000 educators in the U.S. and Switzerland. This organization's teachings, in consultation with Armenian-American scholars Richard Hovannisian and Peter Balakian, construct a narrative that politicizes world history and is markedly Armenian-centered.

Lemkin's many genocides are proof that his opinion should not cast a shadow on proper historical inquiry and the strict legal definition of genocide. Moreover, many genocides of Lemkin are proof that whoever singles out the Ottoman-Armenian conflict as the one inspirational case in the history of genocide is doing so for political interests that seek to exploit and expand the existence of prejudice against the Turkish people in Europe.
The Grand Chamber that is about to review Perinçek v. Switzerland might not be able to stop an anti-Turkish historical revision from happening, but might acknowledge that it is happening.

* M.A. in Theological Studies from Harvard Divinity School, and is currently a Ph.D. candidate in Political Science at the University of Utah
Source : http://www.dailysabah.com/opinion/2014/09/11/many-genocides-of-raphael-lemkin

Voir également : L'inanité du concept de génocide tel que défini par Raphaël Lemkin (un juriste souvent cité par les activistes arméniens, comme si il s'agissait d'un historien compétent)

Tal Buenos : le droit de réfuter les allégations nationalistes arméniennes

Tal Buenos : "Foxman n'est pas un négateur"

Le chercheur israélien Tal Buenos récuse rationnellement l'amalgame qui est fait entre le génocide juif et le prétendu génocide arménien

jeudi 11 septembre 2014

Mauvaise nouvelle pour le régime arménien inepte : l'OTAN publie une déclaration soutenant l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan

"Le président turc a martelé que l'OTAN devait tenir ses engagements vis-à-vis de l'Azerbaïdjan et qu’une solution à la question du Haut-Karabagh prenant en considération l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan était très importante."

Source : http://www.trt.net.tr/francais/turquie/2014/09/05/sommet-de-lotan-erdo%C4%9Fan-%C3%A9voque-la-crim%C3%A9e-et-le-haut-karabakh-73610

"Wales Summit Declaration
Issued by the Heads of State and Government participating in the meeting of the North Atlantic Council in Wales (...)

30. Russia’s illegitimate occupation of Crimea and military intervention in eastern Ukraine have raised legitimate concerns among several of NATO’s other partners in Eastern Europe. Allies will continue to support the right of partners to make independent and sovereign choices on foreign and security policy, free from external pressure and coercion. Allies also remain committed in their support to the territorial integrity, independence, and sovereignty of Armenia, Azerbaijan, Georgia and the Republic of Moldova."

Source : http://www.nato.int/cps/en/natohq/official_texts_112964.htm

Arménie : la FRA-Dachnak critique la Russie pour les livraisons d'armes à l'Azerbaïdjan

Tuesday, July 15th, 2014 | Posted by Contributor

Russia Risks Losing Armenia, ARF Leader Says

YEREVAN (RFE/RL)—Russia will lose Armenia as an ally if it continues to supply arms to Azerbaijan in large amounts, a leader of the Armenian Revolutionary Federation (Dashnaktsutyun) said on Tuesday.

In an interview with RFE/RL’s Armenian Service (Azatutyun.am) representative of the opposition party’s Bureau Hrant Markarian reacted to recent reports suggesting that Moscow has sold modern types of weapons, including heavy materiel, worth around $4 billion to Baku in recent years.

“Russia should realize that this way it cannot keep its allies around for a long time. It should realize that this way it will lose them,”
Markarian said. “One can always find options, one should always look for options, there are always ways, hard or easy, ways in which we may pay a heavy price, but still have an option. I don’t think that we are so helpless that our only way can be with Russia. And Russia should also realize this. It should realize that this is a wrong approach and it may have great losses.”

Armenian President Serzh Sarkisian recently voiced dismay at continuing deliveries of Russian offensive weapons to Azerbaijan. In an interview with Argentinean media during a visit to Buenos Aires last week Sarkisian, however, insisted that Russia remains committed to its military alliance with Armenia.

“It is a very painful subject and our people are worried that our strategic ally sells weapons to Azerbaijan,” the Armenian president said. “But we are very confident that Armenia has the capability to defend its borders… Despite the fact that Russia sells weapons [to Azerbaijan] I have no doubts Russia will honor its commitments to us in times of adversity.”

Sarkisian did not specify what kind of Russian military assistance Armenia expects to receive in case of a renewed war for Nagorno-Karabakh. Meanwhile, Russia appears to have supplied more heavy weapons to Azerbaijan than Armenia, its main regional ally, in the past several years. Citing Russian government data, the UN Register of Conventional Arms revealed last month that Azerbaijan purchased 72 tanks, 34 armored vehicles, 456 artillery systems, 37 attack helicopters and 1,200 rockets and missile systems from Moscow in 2007-2013.

Russian and Azerbaijani officials have estimated the total volume of bilateral defense contracts signed between the two countries since 2010 at nearly $4 billion. A Russian newspaper reported recently that the figure could rise to $5 billion by the end of this year. Officials in Armenia have so far been careful not to publicly criticize the Russian arms supplies to Azerbaijan. Some of them have implied that they are offset by Russian military aid to Armenia.

The senior Dashnaktsutyun member believes that maintaining military balance in the region is in the interest of Russia. “This [arms supplies to Azerbaijan] is not something that we can ignore… There is only one way to make it acceptable – if Russia gives us whatever it sells to Azerbaijan free of charge while charging Azerbaijan for it,” Markarian said.

The Dashnaktsutyun representative also spoke about Armenia’s planned membership in the emerging Eurasian Economic Union of Russia, Belarus and Kazakhstan, acknowledging that the decision to engage in the process stems from Armenia’s security concerns. Yerevan effectively gave up its process of association with the European Union after announcing its intention to become part of a Russian-led trade bloc last September.

Markarian said that remaining outside any blocs would be the best option for Armenia if it had no security issues. “If we could find a way to solve our security problems or to feel secure and not be a member of any bloc, but have relations with all, that would be an ideal way,” the Dashnaktsutyun leader said.
Source : http://asbarez.com/124978/russia-risks-losing-armenia-arf-leader-says/

Voir également : Mauvaise nouvelle pour Erevan : accords de vente d'armes entre la Russie et l'Azerbaïdjan

Le régime arménien dépense l'argent public pour apprendre la culture de l'abricot... chez Mugabe

Armenia to learn apricot-growing from Zimbabwe? – newspaper
10:06, 03.09.2014

YEREVAN. – Armenian Control Chamber Chairman Ishkhan Zakaryan said, at the National Assembly Standing Committee on Financial-Credit and Budgetary Affairs, that they have given $292,000 from the state budget to a company registered in Zimbabwe, and to teach Armenians mechanisms for apricot and peach production, Haykakan Zhamanak reported.

“This was carried out by the Haykakan Mirg [i.e., Armenian Fruit] company, which is funded by the state budget.

“And another company received 150 million drams [approx. $363,518] from the government to import Edilbaev sheep to Armenia, but, instead, it purchased domestic sheep and lambs from Ashtarak [city],” Haykakan Zhamanak wrote.

Armenia News - NEWS.am
Source : http://news.am/eng/news/226899.html

Arménie : des activistes risquent d'être condamnés à plusieurs années de prison

in English
Long Jail Terms Sought For Anti-Government Activists

Anush Martirosian

Հրապարակված է՝ 08.09.2014

Prosecutors on Monday asked a court in Yerevan to sentence 13 men, one of them aged 15, to between 4 and 8.5 years in prison for their violent clash with riot police during an anti-government demonstration last November.

The defendants were among several dozen protesters who tried to march towards President Serzh Sarkisian’s offices in what their leader, Shant Harutiunian, called a “revolution.” Police used force to stop the crowd armed with sticks and homemade stun grenades from approaching the presidential palace. Harutiunian and a dozen other men were arrested on the spot.

Harutiunian’s 15-year-old son Shahen was charged in the case but not arrested in April. He went on trial along with the arrested activists on June 12. All but one of them pleaded not guilty to accusations of grave disruption of public order and resistance to police.

Throughout the trial Harutiunian and his comrades claimed to be prosecuted for political reasons. They struck a defiant note after hearing harsh punishments demanded by the trial prosecutor, Gevorg Gevorgian.

Gevorgian demanded a 7-year prison sentence for Harutiunian, a prominent nationalist activist, 5 years’ imprisonment for his underage son. Harutiunian  hugged and kissed Shahen as they learned about the sentences sought by the Armenian authorities.

“My father told me to stay in high spirits,” the teenage activist told RFE/RL’s Armenian service (Azatutyun.am) afterwards.

The prosecutor urged the court to give the longest jail term, 8.5 years, to Vahe Mkrtchian, a close friend of Harutiunian. Another defendant, Albert Margarian, is facing 8 years in prison.

“We are lucky that they abolished capital punishment,” another accused man, Hayk Harutiunian, said with sarcasm upon hearing a 6-year sentence sought for him. “A slave must not be at the helm of power,” he added.

The defendants and their lawyers will make their final statements at the next court session scheduled for September 22.
Source : http://www.azatutyun.am/content/article/26573056.html

Les mensonges d'Aznavourian sur les Kurdes

Aznavourian et les Kurdes

13 août 2014 |  Par Robert Chaudenson

Si sympathique qu'il soit, Charles Aznavour (né Aznavourian et qui, comme beaucoup de Moyens-Orientaux, dont des Juifs, s’est privé de son appendice anthroponymo-caudal jugé trop exotique sous nos cieux) ne manque pas d'air ou ressent les premières atteintes de l’alzeimher.

Laissons de côté le mesquin problème de son statut fiscal qui n'a rien à faire ici ; il faut bien qu'il réside en Suisse puisqu'il est ambassadeur d'Arménie en Suisse ! Ce qui, en revanche, me paraît plus fâcheux ici tient  aux lacunes manifestes de sa culture historique personnelle ou des médias qui ont diffusé son texte pour ce qui concerne le peuple arménien qui lui tient tant à cœur.

Brève citation de son intervention du jour (ou de la veille) :

« Dans la guerre de religions qui est en train d'embraser l'Irak et la Syrie, il est essentiel, certes, de se préoccuper du sort des chrétiens d'Orient, des Kurdes, des yazidis et des autres [ je laisse de côté la question des majuscules ]. Mais dans cette énumération, il ne faut pas oublier une communauté chère à mon cœur, les Arméniens. On n'en parle jamais, et pourtant, en Syrie, hier encore, ils étaient quelque deux cent mille. Je suis bouleversé par les drames qui se jouent là-bas au quotidien. Notre devoir n'est-il pas d'aider moralement, et concrètement, ces populations, le plus vite possible ».

Sur le principe, rien à dire !

Le souci que manifeste Charles Aznavour de faire entrer les Arméniens, légitimement si chers à son cœur, dans la liste des populations d'Irak qu'il conviendrait d'aider devant les menaces que les félés du califat islamique font peser sur les minorités non musulmanes ( ou non conformes à leurs exigences théologiques !) est tout à fait légitime. Je le trouve toutefois extrêmement hardi ou totalement irréfléchi  de faire figurer, dans le même contingent de victimes auquel doit s'adresser l’aide internationale, les Arméniens et les … Kurdes !

Si ignorant qu'il soit de l'histoire de son propre peuple et en particulier de celle du génocide arménien, Aznavour ne peut ignorer le rôle des Kurdes qui y ont tenu une place sinon décisive, du moins importante.


Certes préparés de longue main et organisés depuis Constantinople, les massacres des Arméniens ont été mis en œuvre sur le terrain anatolien par les responsables locaux  chargés de rassembler leurs administrés arméniens, ainsi que par les soldats et gendarmes ottomans qui escortaient les convois et procédaient eux-mêmes à des exécutions. Le plus souvent on se bornait à laisser opérer la violence et la cruauté de groupes de bandits armés, et surtout des Kurdes. Ces derniers, dans le Sud-Est de l’Anatolie,  nourrissaient une haine séculaire  envers les Arméniens et se sont faits les instruments du génocide.

On peut donc juger curieux voire hardi  d'entendre aujourd'hui Aznavour mettre dans le même train de l'assistance du secours extérieur les Arméniens et les Kurdes, alors que ces derniers, ennemis séculaires des premiers, furent parmi les acteurs majeurs du génocide de ce peuple dont la Turquie officielle porte assurément la responsabilité mais dont les Kurdes furent, pour une bonne part, les bourreaux.
Source : http://blogs.mediapart.fr/blog/robert-chaudenson/130814/aznavourian-et-les-kurdes

On peut ajouter que, contrairement à ce que semble suggérer M. Aznavourian (dont l'omission des Turkmènes est sans doute délibérée), les Kurdes ne sont pas persécutés en tant que tels par l'EIIL : Les Kurdes et l'EIIL

Sur la condition des Kurdes et Yézidis en Arménie : L'expulsion des Kurdes d'Arménie et du Karabakh

L'oppression de la minorité yézide par le régime arménien : une famille de demandeurs d'asile témoigne

Une famille de réfugiés yezidis, persécutés en Arménie, a besoin de soutien

Voir également : L'antagonisme arméno-kurde

XIXe siècle : problème agraire et question arménienne dans l'Empire ottoman


La révolte du chef kurde Ubeydullah (1880)

Musa Bey, le boucher kurde des Arméniens de Muş

Le choix difficile d'Abdülhamit II (Abdul-Hamid II) devant le conflit arméno-kurde en Anatolie orientale

Les prétendus "massacres hamidiens" de l'automne 1895


Traité de Sèvres : l'opposition sans équivoque des Kurdes au projet d'un Etat grand-arménien

Le massacre massif des Kurdes par les Arméniens de l'armée russe durant la Première Guerre mondiale