jeudi 11 septembre 2014

Les mensonges d'Aznavourian sur les Kurdes

Aznavourian et les Kurdes

13 août 2014 |  Par Robert Chaudenson

Si sympathique qu'il soit, Charles Aznavour (né Aznavourian et qui, comme beaucoup de Moyens-Orientaux, dont des Juifs, s’est privé de son appendice anthroponymo-caudal jugé trop exotique sous nos cieux) ne manque pas d'air ou ressent les premières atteintes de l’alzeimher.

Laissons de côté le mesquin problème de son statut fiscal qui n'a rien à faire ici ; il faut bien qu'il réside en Suisse puisqu'il est ambassadeur d'Arménie en Suisse ! Ce qui, en revanche, me paraît plus fâcheux ici tient  aux lacunes manifestes de sa culture historique personnelle ou des médias qui ont diffusé son texte pour ce qui concerne le peuple arménien qui lui tient tant à cœur.

Brève citation de son intervention du jour (ou de la veille) :

« Dans la guerre de religions qui est en train d'embraser l'Irak et la Syrie, il est essentiel, certes, de se préoccuper du sort des chrétiens d'Orient, des Kurdes, des yazidis et des autres [ je laisse de côté la question des majuscules ]. Mais dans cette énumération, il ne faut pas oublier une communauté chère à mon cœur, les Arméniens. On n'en parle jamais, et pourtant, en Syrie, hier encore, ils étaient quelque deux cent mille. Je suis bouleversé par les drames qui se jouent là-bas au quotidien. Notre devoir n'est-il pas d'aider moralement, et concrètement, ces populations, le plus vite possible ».

Sur le principe, rien à dire !

Le souci que manifeste Charles Aznavour de faire entrer les Arméniens, légitimement si chers à son cœur, dans la liste des populations d'Irak qu'il conviendrait d'aider devant les menaces que les félés du califat islamique font peser sur les minorités non musulmanes ( ou non conformes à leurs exigences théologiques !) est tout à fait légitime. Je le trouve toutefois extrêmement hardi ou totalement irréfléchi  de faire figurer, dans le même contingent de victimes auquel doit s'adresser l’aide internationale, les Arméniens et les … Kurdes !

Si ignorant qu'il soit de l'histoire de son propre peuple et en particulier de celle du génocide arménien, Aznavour ne peut ignorer le rôle des Kurdes qui y ont tenu une place sinon décisive, du moins importante.


Certes préparés de longue main et organisés depuis Constantinople, les massacres des Arméniens ont été mis en œuvre sur le terrain anatolien par les responsables locaux  chargés de rassembler leurs administrés arméniens, ainsi que par les soldats et gendarmes ottomans qui escortaient les convois et procédaient eux-mêmes à des exécutions. Le plus souvent on se bornait à laisser opérer la violence et la cruauté de groupes de bandits armés, et surtout des Kurdes. Ces derniers, dans le Sud-Est de l’Anatolie,  nourrissaient une haine séculaire  envers les Arméniens et se sont faits les instruments du génocide.

On peut donc juger curieux voire hardi  d'entendre aujourd'hui Aznavour mettre dans le même train de l'assistance du secours extérieur les Arméniens et les Kurdes, alors que ces derniers, ennemis séculaires des premiers, furent parmi les acteurs majeurs du génocide de ce peuple dont la Turquie officielle porte assurément la responsabilité mais dont les Kurdes furent, pour une bonne part, les bourreaux.
Source : http://blogs.mediapart.fr/blog/robert-chaudenson/130814/aznavourian-et-les-kurdes

On peut ajouter que, contrairement à ce que semble suggérer M. Aznavourian (dont l'omission des Turkmènes est sans doute délibérée), les Kurdes ne sont pas persécutés en tant que tels par l'EIIL : Les Kurdes et l'EIIL

Sur la condition des Kurdes et Yézidis en Arménie : L'expulsion des Kurdes d'Arménie et du Karabakh

L'oppression de la minorité yézide par le régime arménien : une famille de demandeurs d'asile témoigne

Une famille de réfugiés yezidis, persécutés en Arménie, a besoin de soutien

Voir également : L'antagonisme arméno-kurde

XIXe siècle : problème agraire et question arménienne dans l'Empire ottoman


La révolte du chef kurde Ubeydullah (1880)

Musa Bey, le boucher kurde des Arméniens de Muş

Le choix difficile d'Abdülhamit II (Abdul-Hamid II) devant le conflit arméno-kurde en Anatolie orientale

Les prétendus "massacres hamidiens" de l'automne 1895


Traité de Sèvres : l'opposition sans équivoque des Kurdes au projet d'un Etat grand-arménien

Le massacre massif des Kurdes par les Arméniens de l'armée russe durant la Première Guerre mondiale