vendredi 18 décembre 2015

Mauvaise nouvelle pour Erevan : les ministres de la Défense turc, géorgien et azerbaïdjanais conviennent de renforcer la coopération trilatérale

Turkish, Azerbaijani, Georgian defense ministers meet in Istanbul

ISTANBUL – Anadolu Agency

The defense ministers of Azerbaijan, Georgia and Turkey came together in Istanbul on Dec. 17 as part of a previously established cooperation agreement between the three countries.

Speaking after meeting with Georgian Defense Minister Tinatin Khidasheli and Azerbaijani Defense Minister Zakir Hasanov in Istanbul, Turkish Defense Minister İsmet Yılmaz said deepening the cooperation between the three countries would contribute not only to relations between the three states but also to the development of regional peace, stability and prosperity.

“During our meeting, we emphasized the need for improving trilateral and regional cooperation on topics that will benefit all three countries. We mainly focused on defense, security and our countries’ armed forces,” said Yılmaz on Dec. 17.

The three ministers had come together for the third meeting of the “Trio Defense Ministers meeting.”

Yılmaz said the cooperation and dialogue established between the three states could be an “example to others,” at a time when global and regional dialogue is sought more than ever.

Yılmaz said the three defense ministers had underlined the importance of the signing of a memorandum of understanding on cooperation over defense issues.

December/17/2015
Source : http://www.hurriyetdailynews.com/Default.aspx?pageID=238&nid=92658&NewsCatID=510

Voir également : Projet chinois de "nouvelle route de la soie" : l'Arménie est encore sur la touche, selon l'économiste Vilen Khachatrian 

Pas de chance : la Russie ne veut pas que le régime bananier arménien serve de "pont" entre l'Occident et l'Iran
 
Isolement du régime bananier arménien par rapport aux projets énergétiques dans la région
 
Mauvaise nouvelle pour la clique dirigeante d'Erevan : inauguration du gazoduc transanatolien (TANAP)

 
Le ministre de la Défense géorgien Irakli Alasania déclare être favorable à une intensification de la coopération militaire entre la Géorgie, l'Azerbaïdjan et la Turquie
 
Un camouflet pour les kleptocrates d'Erevan : un sommet trilatéral Turquie-Géorgie-Azerbaïdjan

 
Echec du "tournant pro-européen" (dixit Ara Toranian) du régime bananier arménien
 
L'isolement de l'Arménie se poursuit : la Géorgie fait obstruction au ravitaillement de la base militaire russe de Gyumri

Isolement régional du régime bananier arménien : Wikileaks révèle la nature exécrable des relations arméno-géorgiennes

jeudi 17 décembre 2015

Irak : une attaque de l'EI contre l'armée turque a été revendiquée par... une milice islamiste chiite (laquelle avait reçu par le passé des armes en provenance de l'Arménie)

"IS, Shia militia claim attack on Turkish troops in Iraqi camp
#IraqatWar

Two Iraqi volunteers killed, four Turkish soldiers wounded in attack on anti-IS camp in Bashiqa

MEE and agencies
Thursday 17 December 2015 08:40 UTC
Last update:
Thursday 17 December 2015 9:57 UTC

Four Turkish soldiers were wounded on Wednesday when militants fired mortars on a training camp near the Iraqi city of Mosul, Turkish officials said, in an attack that was claimed by both Islamic State militants and Shia militiamen.

Two Iraqi volunteers, one of them an officer, were killed in the attack on the Bashiqa camp, where Iraqi anti-IS fighters are being trained with Turkish help.

"We offer condolences to our Iraqi martyr brothers' families and the Iraqi people, and wish the injured a speedy recovery," the Turkish foreign ministry said in a statement.

IS - which counts Mosul as its main Iraqi hub - claimed responsibility for the assault in a statement posted online, although it said it used rockets rather than mortars.

"Soldiers of the caliphate were able to launch 200 Grad rockets," the statement said in reference to the Islamic "caliphate" the militant group has declared in parts of Iraq and Syria.

Powerful Shia militia Ketaeb Hezbollah also claimed responsibility for the attack via its TV channel Etejah, but did not specify how it managed to shell a base located over 100 kilometres north of the northernmost positions held by federal Kurdish forces and allied militiamen.

The Turkish military said it responded to the attack on the camp with fire of its own, adding that the four wounded Turkish troops had been taken for treatment in Sirnak province, on Turkey's side of the border."


Source : http://www.middleeasteye.net/news/shia-militia-claim-attack-turkish-troops-iraqi-camp-1025482601

L'EI est de toute évidence le véritable auteur de cette action terroriste. L'attitude du Hezbollah irakien est à mettre sur le compte de sa fatuité verbale et de sa turcophobie. En septembre dernier, une milice chiite (nommée "Escadrons de la mort") avait enlevé 18 travailleurs turcs à Bagdad.

Fin 2010, WikiLeaks révélait que l'Arménie avait livré des armes à l'Iran, armes qui ont été ensuite utilisées par des miliciens chiites... pour tuer et blesser des soldats américains en Irak :

D'après Wikileaks, l'Arménie a livré des armes à l'Iran

Le Hezbollah irakien (ou Kataib Hezbollah) dont il est question figurait parmi ces milices ayant reçu des armes de l'Arménie via l'Iran :

"-- An RPG-22 attack on a US armored vehicle in Iraq on January 31, 2008 killed one US soldier and wounded three. Factory markings on the recovered RPG-22 rocket debris indicate it was originally part of the shipment to Armenia by the Bulgarian firm VMZ. 

-- US military personnel discovered an arms cache in Baghdad on February 15, 2008 that belonged to Hizballah Brigades -- an Iranian-backed Iraqi militant group. Among the weapons recovered, most of which were Iranian in origin, were six Bulgarian RPG-22 anti-tank weapons. The production lot and serial numbers on all six indicated they were produced by the Bulgarian firm VMZ and part of the sale to Armenia in January 2003. 

-- Two RPG-22 launch tubes were recovered following an attack that wounded three US military personnel in Baghdad in mid- March 2008. The lot and serial numbers on the recovered tubes matched those originally sold to Armenia in January. Handwritten on both launchers was the Arabic message "Rejoice - Islamic Resistance of Iraq - Hizballah Brigades" -- the name of the same Iranian-backed Iraqi militant group."

Source : https://wikileaks.org/plusd/cables/09YEREVAN20_a.html

Concernant la vision du monde de ces milices chiites pro-iraniennes qui sévissent en Irak et en Syrie : une vidéo récente montre le dirigeant du Harakat Hezbollah al-Nujaba (distinct du Kataib Hezbollah, bien que proche idéologiquement) appeler à la mise à mort des "mercenaires sunnites des Juifs et des Américains" en Syrie.

Voir également : Attentats de Paris : des relais du lobby arménien dérapent

Le député PS Jean-Marc Germain (vice-président du groupe d'amitié France-Arménie) a rencontré un des leaders du Hezbollah au Liban

Les Arméniens et la République islamique d'Iran 

L'Arménie et la carte de l'islamisme iranien

La jalousie maladive des militants arméniens à l'égard des Juifs

Le régime des Assad déstabilisé en Syrie : un rappel des compromissions de la FRA-Dachnak, de l'ASALA et du régime arménien

Le monstrueux attentat d'Orly : le terrorisme arméno-syrien contre la France
 
Monte Melkonian et l'attentat de la rue Copernic
  
L'"antisionisme" de la mouvance ASALA
 
24 avril 1989 : une commémoration sous le portrait de Khomeini
 
L'Université d'Arménie accorde un doctorat honorifique au chef du Amal, mouvement islamiste libanais
   
Le discours anti-israélien du dirigeant libanais Nabih Berri (chef du mouvement islamiste chiite Amal) applaudi par les députés du Parlement arménien

Liban : les islamistes chiites du Amal-Hezbollah et la commémoration du "génocide arménien"

Syrie : Nerses Kilajyan et le Hezbollah
 
Le tyranneau Serge Sarkissian félicite Bachar el-Assad pour sa "réélection"
 
Qui ment sur les Arméniens de Kessab ?

mercredi 16 décembre 2015

Projet chinois de "nouvelle route de la soie" : l'Arménie est encore sur la touche, selon l'économiste Vilen Khachatrian

"Armenia to remain on sidelines if it doesn’t join China's New Silk Road railway project

YEREVAN, December 15. /ARKA/. Armenia will be left on the sidelines if it doesn't join China's New Silk Road railway project, Vilen Khachatryan, an economist, told ARKA News Agency. 

On December 13, the first train arrived in Tbilisi. The train formally opened the Silk Railroad. It has crossed China, Kazakhstan, Azerbaijan and will go to Turkey through Georgia and then to European countries.

Cargoes sent from the most easterly point of China will come to Istanbul maximum in 14 or 15 days, while a ship need 40-45 days to do the same.

”The key problem is that first of all this road is build round about to Armenia, and Armenia is again on the sidelines, not in the center of transportation links’ crossroad,” Khachatryan said.


Another version of Silk Road is a railway connecting China, Kazakhstan, Turkmenistan and Iran. In his words, if Armenia fails to join these roads, they will be bypass roads for it. 
On August 7, 2014, the Armenian government upheld a preliminary program for construction of Iran-Armenia Railway. This railway will allow the country to join the Silk Road theoretically.

The economist thinks Armenia may take some advantage of this railroad – it will get an opportunity to purchase directly Chinese and other countries’ goods in Georgia.

This means the road will open opportunities for imports, not exports, since Armenia exports mostly natural resources, particularly precious metals, ores and agricultural products. (...)

The New Silk Road is an unprecedented infrastructural project initiated by China, which will make shipment of Chinese goods to Europe through the Central Asia and Caucasus significantly cheaper. 
Beijing has established a $40-billion fund for the Silk Road and the $100-billion Asian Infrastructure Investment Bank that started functioning on June 29, 2015 --0----

10:55 15.12.2015"

Source : http://arka.am/en/news/economy/armenia_to_remain_on_sidelines_if_it_doesn_t_join_china_s_new_silk_road_railway_project/

La Géorgie accueille le premier train de marchandises de la Route de la Soie en provenance de Chine

Publié le 2015-12-14 à 03:36 | french.xinhuanet.com

TBILISSI, 13 décembre (Xinhua) -- Le premier train de marchandises en provenance du port chinois de Lianyungang, dans l'est du pays, et en route vers Istanbul, en Turquie, est arrivé dimanche dans la capitale géorgienne, Tbilissi.

"C'est vraiment un jour historique", a déclaré le Premier ministre de Géorgie Irakli Garibachvili lors d'une cérémonie à Tbilissi, ajoutant que la coopération des pays le long de la Route de la Soie rendra possible la livraison de marchandises de la Chine vers l'Europe de manière plus rapide et moins chère.

"Le projet de Route de la Soie fera de la Géorgie un carrefour reliant l'Europe et l'Asie, ce qui permettra de rendre notre pays plus attractif aux investissements", a insisté le Premier ministre lors de la cérémonie.

M. Garibachvili, qui s'est rendu en Chine en septembre, a indiqué que Tbilissi avait significativement intensifié sa coopération avec Beijing au cours des deux dernières années et a souligné l'importance de renforcer le coopération économique entre les deux pays.

Selon le ministère de l'Economie de Géorgie, le train de 21 containers avec de l'électronique grand public est parti du port chinois de Lianyungang le 29 novembre à destination du Kazakhstan, où la cargaison a été transférée via ferry jusqu'en Azerbaïdjan, avant d'être à nouveau transporté par rail jusqu'en Géorgie. La cargaison sera finalement transportée par mer jusqu'à Istanbul depuis la Géorgie.

Le voyage total prendra seulement 15 jours, soit 25 jours de moins que la route maritime régulière, selon le ministère de l'Economie de Géorgie.
Source : http://french.xinhuanet.com/2015-12/14/c_134912540.htm

Voir également : Pas de chance : la Russie ne veut pas que le régime bananier arménien serve de "pont" entre l'Occident et l'Iran

Isolement du régime bananier arménien par rapport aux projets énergétiques dans la région

Mauvaise nouvelle pour la clique dirigeante d'Erevan : inauguration du gazoduc transanatolien (TANAP)


Le ministre de la Défense géorgien Irakli Alasania déclare être favorable à une intensification de la coopération militaire entre la Géorgie, l'Azerbaïdjan et la Turquie
 
Un camouflet pour les kleptocrates d'Erevan : un sommet trilatéral Turquie-Géorgie-Azerbaïdjan


Echec du "tournant pro-européen" (dixit Ara Toranian) du régime bananier arménien

L'isolement de l'Arménie se poursuit : la Géorgie fait obstruction au ravitaillement de la base militaire russe de Gyumri

Isolement régional du régime bananier arménien : Wikileaks révèle la nature exécrable des relations arméno-géorgiennes

dimanche 13 décembre 2015

Anna Nikoghosyan : "Les femmes en Arménie sont habituellement soumises à la violence et aux abus"

Standing up for Armenia's invisible women
Anna Nikoghosyan 10 December 2015

Over the past five years, 30 women have been killed in Armenia as a result of domestic violence. How many more will it take for the government to act?

‘It’s been three years, but the wounds and bruises still haven’t stopped. When I hear his voice, my body quivers from fear that this time he will kill me.’ These harrowing words were displayed on a banner in Yerevan's Republic Square as part of a recent demonstration supporting the adoption of a domestic violence law in Armenia. Alongside the banners lay shoes—a grim reminder of the women killed in domestic violence.

Women in Armenia are habitually subjected to violence and abuse, most of which goes unrecognised. Here, domestic violence is ignored both by state and society—it is considered a personal issue, not a political one—and because of this, according to human rights activists, no major steps are being taken to prevent acts of domestic violence or protect survivors of abuse.

Each year, women’s rights organisations record more than 2,000 incidents of domestic violence. According to official police data, the number of domestic violence cases registered in the first half of 2015 reached 447. These numbers are likely far lower than the reality: most women do not turn to the police to report violence experienced in the home.
Escaping justice

‘Even if I kill you, I will not be punished, you know how many connections I have. If you divorce me, you will never see the children again. You have no rights, you can't do anything to get away from me,’ this is how Hasmik Khachatryan, a young survivor of domestic violence, recalls how her husband used to talk to her.

Hasmik was spoken to this way every time she was beaten up and tortured by her husband. The mother of two suffered from this abuse for nine years until two years ago, in 2013, she found the strength to escape from her husband and to fight for her rights.

‘He would humiliate me and beat for any minor reason. At first, he would beat me using his hands, then he started using his feet as well. Later, he would beat me with anything he could get his hands on. If I said I wanted to leave him, he would become furious and even more violent; he would hit my legs so that I couldn’t move. He always used to say: “If I kill you, I will hang you and say you went insane and committed suicide.”’

The day she fled her abuser, Hasmik hid in the village river for a whole night. She was scared that her husband would find her and make good on his promise to kill her.

The Court of First Instance in Gegharkunik province sentenced Hasmik’s husband to one and a half years inprisonment, but he received amnesty and was released. This man, who was proven to have tortured his wife for nine years, didn't spend a single day in prison.

Hasmik’s case belies the broader situation. ‘Domestic violence is not punished in Armenia, it is not considered a serious crime. The rejection to adopt a law on domestic violence in 2013 shows that there is no political will and no understanding that domestic violence is not only a crime against women, but a crime against society as a whole,’ says Lara Aharonyan, the co-founder and director of Women’s Resource Center Armenia.

According to Aharonyan, in the past few years there have been numerous cases where the perpetrators of domestic violence were either left unpunished or given minor punishments. One of the few instances where justice prevailed was the murder case of 20-year-old Zaruhi Petrosyan, who was killed by her husband in 2010.

But as Aharonyan suggests, ‘This unfortunately goes to show that a woman can only access justice in Armenia once she has been murdered.’

Indeed, according to an Amnesty International report from 2008, every third woman in Armenia is subjected to at least one form of domestic violence. Over the past five years, 30 women have been killed in Armenia as a result of domestic violence. This included eight women in 2015 alone, resulting in 45 children being left without their mothers.
Fighting back

Activists aren't taking this situation lying down. For instance, in order to break the silence surrounding domestic violence and to coax the state into action, members of the Armenian Coalition to Stop Violence Against Women staged a 12-hour-long protest on 1 October of this year at Yerevan's Republic Square.

‘Three years ago, we declared 1 October National Day against Domestic Violence. This was the day that Zaruhi [Petrosyan] was brutally murdered by her husband,’ Nvard Margaryan, a member of President of PINK Armenia says, referring to the murder of the 20-year old in 2010.

Margaryan highlights that the death of Zaruhi, though unbelievably sad, was important: it caught the attention of both national and international media, securing focus on the issue of domestic violence in Armenia.

As a result, people started to talk about this phenomenon and many survivors of violence began to raise their voices and speak up.

Empowering women in this way seems to lead to tangible results. Members of the Coalition to Stop Violence Against Women, especially the Women’s Support Center, made Hasmik Khachatryan believe in herself again. Activists attended every court hearing in Hasmik’s trial in Gavar city as support, often protesting in front of the court building. Hasmik’s struggle and bravery were widely applauded and in June of this year she was the recipient of the ‘Woman of Courage’ award.

As Hasmik accepted the award, she spoke with confidence: ‘I want to say to all women that you can protect your rights and interests and never give up, because a light is always found and it gives us strength to live a decent life. I know it from my own experience.’
Domestic violence law

One of the primary demands of activists in Armenia is a domestic violence law to protect women in abusive relationships. But a draft version of this law was rejected by the Armenian government in early 2013.

The reason given for this rejection was the financial incapacity of the state to implement the law and open shelters for women. Women’s rights activists argue that the cost of domestic violence actually far exceeds the cost of its prevention mechanisms. And if you start to look a little closer at some of the government's more controversial expenditures, the argument that there is not enough money to protect women from domestic violence soon begins to break down.

For example, in 2015 the government of Armenia decided to refurbish three of its conference halls: 241 million Armenian drams (around $510,000) were spent on gilding and acquisition of new furniture for the halls. Another 43 million drams ($91,000) were spent on the ‘urgent’ renovation activities (mostly gilding). Finally, seven million drams ($14,800) were spent on new carpets. In total, almost 300 million drams (approx. $635,000) were spent on refurbishing three government conference halls.

Had the government decided to renovate only two of these conference halls, they would have had enough money remaining to sustain the operations of a small and modest shelter for survivors of domestic violence for at least one year.

But alas, protecting women against violence is not a government priority in the way that refurbishing conference halls is.

So if it’s not money that’s stopping the Armenian government from adopting the law, what is?

To answer this, it would perhaps be prudent to look at the make-up of our parliament, the National Assembly, and what these people think about domestic violence.

Out of 131 MPs in Armenia’s parliament, 13 are female. And of these 13 female MPs, none actively promote the fight against domestic violence.

As for the other MPs, most believe that there is no need for a law on domestic violence. According to Artashes Geghamyan, a member of the Republican Party faction, ‘there are bigger problems to be addressed.’ Other MPs, like Mher Sedrakyan, believe that if a woman is ‘immoral’ her husband should both beat and divorce her. Others, like Eduard Sharmazanov, vice-speaker of the National Assembly, maintain that there is no such thing as domestic violence in Armenia because ‘Armenians love their mothers.’

Last year Vardan Ayvazyan, a member of the Republican Party remarked to female MP Zaruhi Postanjyan during one of the hearings at the National Assembly, that a ‘woman should not interfere in a conversation between men.’ A few short months prior to this, former MP Ruben Hayrapetyan claimed that ‘Armenian men and women should not be equal [because] it is not normal’ and that ‘an Armenian man would never allow his daughter to play football.’ And earlier this year, Armenia’s Minister of Agriculture publicly compared women with potatoes; just like a trader must sell his potatoes to the very first buyer, so too a father must marry his daughter off to the first man who proposes.

With MPs like this, is it little wonder that Armenia has so far failed to adopt a domestic violence law. How many women must be killed for Armenia’s politicians to acknowledge the very existence of domestic violence?

The answer to this question is not yet clear. But it is an unquestionable truth that if Armenia had a domestic violence law, the number of shoes displayed on Republic Square earlier this year would have been drastically lower.
Source : https://www.opendemocracy.net/od-russia/anna-nikoghosyan/armenia-invisible-women

Voir également : En Arménie, le harcèlement sexuel au travail n'est pas considéré comme une infraction pénale

En Arménie, le Parti républicain (au pouvoir) ne voit pas la nécessité d'une loi contre les violences domestiques

Violences domestiques en Arménie : "Ne détruisez pas la famille arménienne avec vos approches européennes" (Robert Aharonyan, homme politique)

Gyumri (Arménie) : une ville régie par des habitudes patriarcales et misogynes

Crime d'honneur à Gyumri (Arménie)

"Valeurs européennes" : choc politico-culturel entre Arméniens d'Arménie et Arméniens diasporiques

Les coutumes matrimoniales des Arméniens

Les violences domestiques : un problème qui touche plus du quart des femmes d'Arménie

Le problème de la violence conjugale en Arménie

Les violences faites aux femmes et aux filles en Arménie (rapport de 2011)

Arménie : des femmes souffrent en silence

Violence au sein de la famille arménienne : le cas de Greta Baghdasaryan

Le crime d'honneur, une tradition arménienne ?

Marseille : retour sur un crime d'honneur arménien symptomatique

Le crime d'honneur, une tradition méconnue des chrétiens d'Orient

Istanbul : un couple religieusement mixte victime d'un crime d'honneur de la part du beau-frère chrétien arménien

France : les crimes d'honneur au sein de la première génération d'immigrés arméniens

Le communautarisme diasporique arménien : endogamie, mariages arrangés, auto-ghettoïsation

Le problème des mariages précoces chez les Arméniens du Liban

Arménie : l'opposition attend une réaction plus ferme de l'Occident face aux résultats falsifiés du référendum

Կիրակի, դեկտեմբերի 13, 2015 Ժամանակը Երեւանում 20:46
Ռադիո | ժամանակացույց
Ազատություն TV

in English
Opposition Party Wants Tougher Western Reaction To Armenian Vote

Emil Danielyan եւ Sargis Harutyunyan

Հրապարակված է՝ 10.12.2015

The opposition Armenian National Congress (HAK) on Thursday criticized Western powers for not explicitly challenging the official results of Sunday’s disputed referendum on President Serzh Sarkisian’s constitutional changes.


Levon Zurabian, an HAK leader, complained that the U.S. and European Union missions in Yerevan have only called on the Armenian authorities to investigate serious irregularities reported during the vote.

“Let those embassies know that Serzh Sarkisian is playing the following game. With one hand, he organizes those petty criminals to falsify the referendum … and with the other, he orders law-enforcement bodies to ‘very seriously’ investigate those crimes,” Zurabian told about 200 opposition supporters who gathered in the city’s Liberty Square. The West should not fall for this “trickery,” he said.

The U.S. Embassy and the EU Delegation in Armenia said on Tuesday that identifying and punishing those responsible for fraud is essential for the legitimacy of Sarkisian’s controversial constitutional reform. The U.S. mission described allegations of vote rigging voiced by opposition forces and local observers as “credible.”

The EU Delegation reiterated its calls on Thursday in a statement which it said was also endorsed by the Yerevan-based ambassadors of EU member states. “Without a transparent investigation of the alleged frauds as well as remediation if these are confirmed, the referendum would be a missed opportunity to increase the confidence in, and the integrity of, electoral processes in Armenia,” it said.


The EU statement also said: “Should the results of the referendum be officially confirmed, we underline that it is important to implement the new constitution.”

Zurabian said he is “a bit surprised” by the Western reactions. “Let’s assume that [the authorities] catch and punish vote falsifiers: 50 or 100 persons, for instance,” he said. “Would that change anything? Would the people trust in the referendum’s legitimacy?”


“The people voted ‘No’ and they know that very well,” added the opposition leader. “If [the authorities] declare the victory of the ‘Yes’ vote while punishing all vote falsifiers, will we be happy with that? Of course not.”

Law-enforcement authorities have already opened a number of criminal cases in connection with the alleged fraud. But they have reported no arrests so far.

The HAK and its opposition allies claim that the authorities rigged the referendum to push through the sweeping amendments to the Armenian constitution and thereby enable Sarkisian to extend his rule. Sarkisian’s Republican Party of Armenia (HHK) denies this.

According to the Central Election Commission (CEC), over 63 percent of Armenians voted for the amendments envisaging Armenia’s transformation into a parliamentary republic. The CEC put voter turnoutat 50.5 percent, just enough to make the vote valid. The HAK says, however, that no more than one-third of the country’s 2.5 million eligible voters cast ballots on Sunday.
Source : http://www.azatutyun.am/content/article/27419014.html

Voir également : Fraudes lors du référendum constitutionnel en Arménie

Arménie : les partis oppositionnels et les ONG s'élèvent contre la tentative de Sarkissian de renforcer son pouvoir

Elections législatives en Arménie : l'OSCE critique les "manquements à la démocratie" du régime de Sarkissian

Fraudes lors du référendum constitutionnel en Arménie

Կիրակի, դեկտեմբերի 13, 2015 Ժամանակը Երեւանում 20:37
Ռադիո | ժամանակացույց
Ազատություն TV
in English
Key Vote Recounts Thwarted

Sisak Gabrielian

Հրապարակված է՝ 11.12.2015

Two leading Armenian opposition parties have failed to have election officials recount ballots that were cast in polling stations where they claim vote rigging was particularly serious during Sunday’s constitutional referendum.


Under Armenian law, election commissions can conduct, at the request of their members alleging serious fraud, recounts within three days after the announcement of official results of elections or referendums.

The Armenian National Congress (HAK) and Zharangutyun (Heritage), the two opposition parties represented in those commissions, demanded recounts in many precincts in and outside Yerevan. They say that referendum results there were falsified through ballot box stuffing or deliberate miscounting of votes.

Election officials representing the ruling Republican Party (HHK) and its allies, the Prosperous Armenia and Dashnaktsutyun parties, lodged a much larger number of recount applications in neighboring precincts despite their leaders’ assertions that the referendum was free and fair.

In virtually all cases, the district-level commissions decided to process the HHK, BHK and Dashnaktsutyun applications first, sparking opposition allegations that the authorities are thus obstructing recounts that would expose evidence of serious fraud.

The commissions failed to recount ballots in more than a dozen precincts in Yerevan when the legal deadline for such procedures expired on Friday afternoon.


The HHK-engineered recount proved scandalous in at least one precinct encompassing a part of the city’s southern Shengavit suburb. A local commission member representing the opposition HAK claimed that his signature on a vote result protocol, which was taken out of a sack filled with marked ballots, is not authentic. He produced a copy of the original protocol which certified 426 votes against and only 154 votes for President Serzh Sarkisian’s constitutional changes.

The protocol that emerged during the recount showed a diametrically opposite referendum outcome. The pro-government commission members denied that it was forged by them. They claimed that they had “mistakenly” signed the document shown by their opposition colleague.
Source : http://www.azatutyun.am/content/article/27421674.html

Voir également : Arménie : les partis oppositionnels et les ONG s'élèvent contre la tentative de Sarkissian de renforcer son pouvoir

Elections législatives en Arménie : l'OSCE critique les "manquements à la démocratie" du régime de Sarkissian

samedi 28 novembre 2015

Arménie : l'Eglise apostolique arménienne et l'Etat s'unissent pour lutter contre les Eglises protestantes et les "valeurs occidentales"

Armenia: Church, State Joining Forces Against Western Religious Groups?

November 24, 2015 - 12:48pm, by Marianna Grigoryan

As Armenia readies for a controversial December 6 referendum, public attention has tended to focus on proposed constitutional amendments that would alter the country’s political system. But another, less discussed amendment is generating concern among some who question whether the country’s religious minorities, often deemed purveyors of “perverse” Western values, could suffer.

Wariness of so-called “sects” — a euphemism for primarily evangelical Christian denominations, including Mormons and Jehovah’s Witnesses — has long existed in Armenia. The state-financed Armenian Apostolic Church, believed to be the world’s oldest Christian institution, is widely seen as a major pillar of national identity.

Currently, the constitution provides for church-state separation. Constitutional amendments proposed by a commission working under President Serzh Sargsyan’s office would provide for freedom of religion and ban religious discrimination, yet article 41 stipulates that such freedom could be restricted “with the aim of protecting state security, the public order, health and morals, or the fundamental rights and freedoms of others.”

Statements by senior Apostolic Church clergy and members of the ruling Republican Party of Armenia about the need to defend “national security” and “spiritual security” against Armenia’s 65 officially registered religious minorities suggest that this provision could be broadly interpreted, said Stepan Danielian, chair of the non-profit Cooperation for Democracy Center.

“We assume that this provision is going to be used for restricting the rights of religious organizations,” said Danielian, a political scientist who has conducted extensive research on the relationship between the Armenian Apostolic Church and the government.

The constitutional commission has not responded to such criticism.

The proposed changes assert that “religious organizations shall be separate from the state,” but they would also give the Armenian Apostolic Church a privileged place in society. The wording notes that the Apostolic Church has an “exclusive mission” as “the national church in the spiritual life of the Armenian people, in the development of its national culture, and in the preservation of its national identity.”

The current constitution defines that role as an “exclusive historical mission.” An earlier change to “a unique mission,” made in response to criticism from constitutional law experts at the Council of Europe, the continent’s main human-rights body, has been removed for unclear reasons.

The Church has not commented on the amendments’ wording, but is a staunch supporter of constitutional reform. So far, religious minorities have not expressed concern about potential changes. In 2015, the US Department of State, which has highlighted religious discrimination in Armenia, reported that “most” believe their situation has improved recently.

Yet Archimandrite Komitas Hovnanian, a prominent cleric in the capital, Yerevan, and surrounding region, insists that Armenians need to exercise caution about alternative religious groups. Hovnanian and other members of the clergy do not conceal a disdain for Western values.

Repeating a popular meme among Orthodox believers in Eurasia, Hovnanian alleged that Western values encourage social maladies, including suicide, incest, pedophilia and homosexuality. Foreign sects help spread such ideas in Armenia, he added.

“We go into any Western recycling bin and declare that we share these ‘values,’” he scoffed. “If anything is brought to Armenia, it doesn’t mean we must worship it.” Foreign “religious movements … don’t work for the benefit of our country, but, rather, aim to divide it.”

None of the groups in question advocate such behavior. Yet similar denunciations also have occurred in Armenia’s northern neighbor, Georgia, a predominantly Christian Orthodox country, and in its closest strategic ally, Russia, also majority Orthodox. The Armenian Apostolic Church is part of Oriental Orthodoxy, a separate branch of Christian Orthodoxy.
 
In a 2015 poll by the Stockholm-based World Values Survey, a network of international social scientists, 56.6 percent of the 1,100 Armenians surveyed reportedly expressed intolerance toward religious minorities.


Leading members of the governing Republican Party of Armenia (RPA) have also demonstrated flashes of intolerance. On October 7, senior RPA members in parliament called for public television and radio to be used for “fighting against sects.”

“It is no secret that, under the shadow of democracy, quite a lot of money enters the country and that money is used to create obstacles for our national values, our traditions, our strong families, our church and, here, Armenian Public TV has a big role to play,” argued RPA faction head Vahram Baghdasarian, news outlets reported.

Mainstream pro-government TV programs in Armenia already propagate those concerns about “sects,” but, with public television, a broader audience could be gained.

Deputy Parliamentary Speaker Eduard Sharmazanov declared that, after “the 70-year-long darkness” of the Soviet era, “citizens of an independent Armenia” need to promote the values of the Armenian Apostolic Church and respect for Armenia’s alphabet.

The Public TV and Radio Council has expressed willingness to create “such a show.”

Human rights activist Avetik Ishkhanian, chair of the Helsinki Committee of Armenia, worries that such television programming could “imply mutual agreement between the government and the church.”
 
“They preach obedience to the government, and the government allows the church to earn money, as much as they want, without getting taxed,”
Ishkhanian said.

For a government that has had to stare down an increasing amount of criticism over corruption and protests — most recently, this summer’s Electric Yerevan movement — Church backing for the incumbent administration is not insignificant.

Out of 1,832 Armenians surveyed in a regional 2013 poll, 56 percent — the highest percentage in the South Caucasus — stated that religion is “very important” in their daily life. Another 38 percent deemed it “rather important.”

As a reflection of that trend, senior officials, including President Serzh Sargsyan, regularly attend the opening of new Armenian Apostolic churches. Courses on church history now have become obligatory in public schools, while some members of non-denominational Christian groups claim that army chaplains force recruits to attend Armenian Apostolic Church services. The Defense Ministry’s website features a video message about the Armenian army from Archimandrite Hovnanian, who leads a Church youth organization.

Editor's note:
Marianna Grigoryan is a freelance reporter based in Yerevan and editor of MediaLab.am.
Source : http://www.eurasianet.org/node/76271

Voir également : Violences domestiques en Arménie : "Ne détruisez pas la famille arménienne avec vos approches européennes" (Robert Aharonyan, homme politique)

"Valeurs européennes" : choc politico-culturel entre Arméniens d'Arménie et Arméniens diasporiques

Europhobie arménienne : diffamations paranoïaques et irrationnelles à Erevan

Chaomor Abdalian, réfugié en France car persécuté par le régime bananier arménien pour raison religieuse, est menacé d'expulsion

Persécution des témoins de Jéhovah en Arménie

Vahan Bayatyan : Arménien et témoin de Jéhovah, persécuté à ce titre par le régime bananier d'Erevan

Pays basque : le Yézide Ruslan Avdoyan craint des mauvais traitements et l'emprisonnement s'il est renvoyé en Arménie

Chalon-sur-Saône : le cas de David Tamoev, issu de la minorité yézide opprimée en Arménie

Le Havre : la famille Souleymanov, appartenant à la minorité yézide persécutée en Arménie, est menacée d'expulsion

Berck-sur-Mer : l'espoir de la famille yézide Rassoyan, qui a fui l'Arménie et la Russie

Une famille de réfugiés yezidis, persécutés en Arménie, a besoin de soutien

L'oppression de la minorité yézide par le régime arménien : une famille de demandeurs d'asile témoigne

Châlons : des familles de réfugiés hemşinli chassés d'Arménie ?

Châlons : avenir incertain d'une famille ayant fui l'Arménie intolérante

L'épuration générale des minorités ethniques en Arménie

L'Azerbaïdjan, terre de tolérance religieuse

Ukraine : un média ukrainien révèle que l'ambassadeur arménien réside dans la maison luxueuse d'un ancien dirigeant suspecté de corruption

Շաբաթ, նոյեմբերի 28, 2015 Ժամանակը Երեւանում 22:10

in English

Armenian Envoy To Ukraine In Hot Water

Lusine Musayelian

Հրապարակված է՝ 20.11.2015

Armenia’s ambassador to Ukraine has come under fire from a Ukrainian media outlet after it emerged that he lives in a luxury house in Kiev belonging to a fugitive crony of Viktor Yanukovich, the country’s deposed former president.


Viktor Sivets, the former head of Ukraine’s state forestry agency, was among senior Ukrainian officials who fled to Russia in early 2014 after Yanukovich was swept from power by a popular uprising known as “Euromaidan.” Ukrainian law-enforcement authorities subsequently named him as a suspect in a criminal investigation into alleged corruption within the agency. He reportedly has millions of dollars worth of assets in Ukraine registered in his wife Marina Zhuravlyova’s name.

The Ukrainian investigative publication CorruptUA.org revealed this week that one of those properties, a $2.4 million villa in Kiev, is rented by the Armenian Ambassador Andranik Manukian and serves as his official residence. It said the diplomatic status of the property means that it cannot be confiscated or even searched by the authorities. It claimed that Zhuravlyova stays in that house when she periodically travels from Moscow to Kiev.

Manukian on Friday flatly denied helping Sivets secure the house or shielding his wife from prosecution. He claimed that he was unaware of Sivets’s connection with the property when he leased it in September 2013, shortly before the onset of “Euromaidan” protests in the Ukrainian capital.

“I signed the lease agreement with Marina Zhuravlyova, the house owner,” Manukian told RFE/RL’s Armenian service (Azatutyun.am). “At that time, Yanukovich was in power and nobody would predict that he will run away and betray this country.”

“If the Ukrainian authorities have a problem with those persons and think that I placed the house under diplomatic cover, then I will readily vacate it,” he said. “Nobody has ever asked me why I live there.”

Manukian, who has extensive business interests in and outside Armenia,
also insisted that he pays for the expensive property out of his own pocket, rather than with funds provided by the Armenian Foreign Ministry.
Source : http://www.azatutyun.am/content/article/27377996.html
 
Շաբաթ, նոյեմբերի 28, 2015 Ժամանակը Երեւանում 22:07

in English

Armenian Ambassador Changes Ukraine Residence After Controversy

Hovannes Movsisian

Հրապարակված է՝ 23.11.2015

Armenia’s ambassador to Ukraine, Andranik Manukian, has vacated his rented house in Kiev after local media revealed that it belongs to the family of a former Ukrainian government official suspected of corruption.

“I have called the landlady and already severed my lease agreement with her,” Manukian told RFE/RL’s Armenian service (Azatutyun.am). “I have moved to another house.”

“If the Ukrainian authorities have a problem with that house, let them do whatever they want,” he said. “It doesn’t have diplomatic immunity anymore.”

The official in question, Viktor Sivets, headed Ukraine’s state forestry agency until President Viktor Yanukovich was ousted from power in early 2014 in the “Euromaidan” popular revolt. Sivets, who was close to Yanukovich, fled to Russia along with other members of the deposed Ukrainian government.


Sivets reportedly owns businesses and expensive properties in Ukraine registered in his wife Marina Zhuravlyova’s name. One of those properties, a $2.4 million villa in Kiev, was rented by Manukian, serving as the Armenian ambassador’s official residence. The Ukrainian investigative publication CorruptUA.org said last week the diplomatic status prevents Ukrainian authorities from searching the house as part of an ongoing criminal investigation into alleged corrupt practices in the agency formerly run by Sivets.

Manukian flatly denied helping Sivets secure the house or shielding his wife from prosecution when contacted by RFE/RL’s Armenian service late last week. He claimed that he was unaware of Sivets’s connection with the property when he leased it in September 2013, two months before the onset of “Euromaidan” protests in the Ukrainian capital.

Manukian, who was a wealthy businessman before his diplomatic post, also dismissed CorruptUA claims that Zhuravloyva stays in the house when she periodically travels from Moscow to Kiev.

Alla Shershen, a Ukrainian investigative reporter, tried to enter the house two months ago. “One of the house workers was watering the trees,” Shershen told RFE/RL’s Ukrainian service. “I asked him whether Marina Vassilevna [Zhuravlyova] is at home. He said that she is at home.”
Source : http://www.azatutyun.am/content/article/27382533.html

Voir également : Arménie : les dons "généreux" pour les juges soulèvent des questions

L'Arménie : une corruption systémique, selon un rapport

Arménie : des dons luxueux pour les officiels du régime bananier

Le pouvoir arménien veut classer "secret d'Etat" les informations sur les dépenses personnelles de ses dirigeants

Arménie : libération sur parole du fils d'un diplomate, impliqué dans un trafic de drogue à la frontière iranienne

La police arménienne a "perdu" 78 kg d'héroïne

Le beau-fils d'un député arménien serait suspecté d'être l'auteur d'une fusillade ayant fait cinq blessés

Arménie : les six raisons possibles de la démission du Premier ministre Tigran Sarkissian

mardi 17 novembre 2015

Attentats de Paris : des relais du lobby arménien dérapent

Dans un article, Robert Fisk a relié les attentats féroces qui ont ensanglanté Paris à la "guerre sauvage de la France en Algérie" (il a l'air de tellement bien connaître le sujet, qu'il croit qu'elle a commencé en 1956) :

"France’s unresolved Algerian war sheds light on the Paris attack

The French-Algerian identity of one of the attackers demonstrates how France’s savage 1956-62 war in Algeria continues to infect today’s atrocities.

    Robert Fisk
    @indyvoices
    Monday 16 November 2015"


Source : http://www.independent.co.uk/voices/france-s-unresolved-algerian-war-sheds-light-on-the-paris-attack-a6736901.html

Michel Onfray a livré ces "analyses" :

"Michel ONFRAY ‏@michelonfray 14 nov. 

Droite et gauche qui ont internationalement semé la guerre contre l'islam politique récoltent nationalement la guerre de l'islam politique."
  

Source : https://twitter.com/michelonfray/status/665323498999386113

"Michel Onfray : "La France doit cesser sa politique islamophobe""

Source : http://www.lepoint.fr/societe/michel-onfray-la-france-doit-cesser-sa-politique-islamophobe-15-11-2015-1981858_23.php

Penchons-nous sur les "antécédents" de ces deux personnages.

Le journaliste britannique Robert Fisk utilise régulièrement, et de manière béotienne, la question arménienne pour médire contre la Turquie. Ainsi, il a soutenu que la fable du capitaine Sarkis Torossian était authentique, alors que des historiens "libéraux" turcs (Hakan Erdem, Edhem Eldem et Halil Berktay) ont démontré le contraire au travers de critiques rigoureuses et rationnelles. L'historien australien Jeremy Salt (qui partage pourtant certaines de ses vues en matière de géopolitique) a longuement réfuté les affirmations de Fisk sur le "génocide arménien" (son recours aux documents Andonian, à la propagande de guerre de Bryce et Toynbee, etc.) : http://www.avim.org.tr/yorumnotlarduyurular/en/ARMENIANS-AND-SYRIA-1915-AND-2013---30-December-2013---JEREMY-SALT/2195

Robert Fisk a également participé à la campagne mensongère sur le thème "Save Kessab", ce qui rétrospectivement le disqualifie un peu plus en tant que journaliste.

L'essayiste français Michel Onfray a soutenu le projet de loi Boyer, porté par des politiciens clientélistes (une loi invalidée par le Conseil constitutionnel, désapprouvée par Amnesty International, et de facto condamnée par la CEDH). Il a récemment accusé l'Azerbaïdjan de "racisme anti-arménien permanent et hystérique" : alors que l'Azerbaïdjan est un pays qui a une large portion de son territoire sous occupation militaire arménienne, qui fait face à un grave problème de réfugiés (des Azéris, mais aussi des musulmans d'autres ethnies, comme des Kurdes) à cause de cette occupation et de l'épuration ethnique organisée par les forces arméniennes. En outre, la capitale azerbaïdjanaise abrite encore une communauté arménienne. De son côté, l'Arménie est un Etat mono-ethnique du fait de l'exode généralisé de ses minorités.

Il est pertinent de mettre en évidence ces dérapages, étant donné qu'au même moment des turcophobes d'extrême droite convergent avec des ultra-nationalistes kurdes dans leurs efforts pour salir à tout prix la Turquie, après les attentats de Paris. Ainsi le gérant d'un site d'extrême droite (qui n'en est pas à son coup d'essai) a relayé une vidéo censée montrer un "défilé de soutien aux auteurs des attentats de Paris, à Gaziantep". Il s'appuie sur deux sources : le compte Twitter d'un sympathisant du PKK (qui a supprimé la vidéo) et celui de quelqu'un qui est plutôt hostile à l'Etat turc (mais qui a rectifié et admis que l'"information" était fausse). En effet, il s'agissait d'un mariage tchétchène ayant eu lieu en 2013, aucun rapport avec l'actualité.

Quant aux incidents consternants du match amical Turquie-Grèce, il faut se souvenir que le hooliganisme est malheureusement un problème chronique du football turc (même si on peut discerner quelques progrès dans la lutte sécuritaire contre ce phénomène, puisqu'il ne semble plus y avoir de violences équivalentes à celles de 2005 en intensité) : plusieurs joueurs turcs (dont Arda Turan, Olcay Şahan et Mehmet Topal) ont tenté de faire taire les sifflets et les slogans, et Fatih Terim (sélectionneur de l'équipe turque) a dénoncé énergiquement le comportement honteux de ces "ultras". A noter qu'"Allah Akbar" ("Allahu Ekber") n'a pas été prononcé et que rendre hommage dans le silence relève de l'impossible dans les stades turcs, y compris quand il s'agit d'honorer les victimes du PKK : https://www.youtube.com/watch?v=ewsykeazR84 

https://www.youtube.com/watch?v=ockN9182LmM

EDIT : la minute de silence pour les victimes de Paris, a été respectée par tous les supporteurs turcs, à l'occasion du match de basket Beşiktaş - Lietuvos Rytas du 18 novembre, qui s'est déroulé à Istanbul (le basket est un sport très populaire en Turquie)



Voir également : Des Turcs parmi les victimes des attentats de Paris

France : le NPA (pro-PKK) s'oppose à l'union nationale et réclame la levée de l'état d'urgence

Le député PS Jean-Marc Germain (vice-président du groupe d'amitié France-Arménie) a rencontré un des leaders du Hezbollah au Liban 

Le monstrueux attentat d'Orly : le terrorisme arméno-syrien contre la France
 
Monte Melkonian et l'attentat de la rue Copernic

La folle spirale de violence de l'activisme arménien
 
Le terrorisme arménien contre les démocraties
 

Le terrorisme arménien en France : images d'archives

Ils ont osé le dire : l'apologie insidieuse ou ouverte du terrorisme arménien

 
Avec des "modérés" pareils, les Arméniens de France n'ont plus besoin d'extrémistes : le cas Michel Marian
 

Le "Français" Shahnourh Varinag Aznavourian, dit Charles Aznavour, et l'organisation terroriste sanguinaire ASALA

Une question légitime à se poser : la violence terroriste est-elle consubstantielle au parti Dachnak ?

lundi 9 novembre 2015

L'injonction à la "reconnaissance" du "génocide arménien" : schématisme et contre-productivité

Stéphane Yerasimos, "L'obsession territoriale ou la douleur des membres fantômes", in Semih Vaner (dir.), La Turquie, Paris, Fayard, 2005 :

"DU REFLUX OTTOMAN...

Nous avons déjà appris que la nation n'est pas le produit d'un raisonnement scientifique procédant de critères objectifs, mais une construction née de décisions arbitraires et de coups du hasard et constamment remodelée par une réinvention du passé : une histoire sans cesse renouvelée aussi bien à partir de faits imaginaires que d'oublis collectifs. Mais prenons-nous au jeu d'imaginer un aréopage de scientifiques chargés de définir, entre le moment de la guerre de Crimée et celui de la guerre turco-russe de 1877-1878, les contours territoriaux d'une nation turque, à partir des critères communément en cours : langue, religion, allégeance à un pouvoir et sentiment d'appartenance commune. Le résultat aurait été une « Turquie » sensiblement décalée vers l'ouest par rapport à celle du traité de Lausanne de 1923, avec un territoire comprenant sans doute la quasi-totalité de la Thrace et une bonne partie de la Macédoine orientale, excluant en revanche les hautes vallées du Tigre et de l'Euphrate et celles de l'Araxe et de la Koura.

Un tel décalage n'aurait rien d'exceptionnel en soi ; malgré la querelle du premier occupant, grand classique des revendications territoriales, les nations se vantent souvent d'une trajectoire originelle et les Turcs eux-mêmes ont placé la grande migration, à partir d'une Asie centrale mythifiée, au centre de la construction de leur récit national. Mais ce qui est sans doute particulier à la Turquie est l'emballement de l'histoire, qui transforma l'Empire ottoman en République de Turquie en une décennie, entre le 8 octobre 1912, où Serbes, Monténégrins, Grecs et Bulgares ont déclenché la guerre dite des Balkans contre l'Empire, et le 11 octobre 1922, quand la signature de l'armistice de Mudanya (bourgade du bord de la mer de Marmara) a mis fin aux hostilités gréco-turques. Les ondes de choc de cet accouchement particulièrement douloureux, qui se déroula avant, pendant et après la Première Guerre mondiale, et qui impliqua non seulement l'ensemble des peuples et des pays de la région, mais aussi la plupart des grandes puissances, régissent toujours aussi bien les comportements de la société turque que les réactions de tous ceux qui, pour une raison ou une autre, ont affaire à elle.

Si toutefois les Turcs, ceux qui avaient décidé ou s'étaient résolus à se qualifier comme tels, s'éveillèrent brutalement au fait national pendant cette décennie cruciale, celle-ci ne fut que l'aboutissement final d'un reflux multiséculaire qui avait débuté devant Vienne en 1683. L'expansion ottomane dans les Balkans fut bien plus qu'une invasion pure et simple suivie d'une occupation de plusieurs siècles, comme l'historiographie des nations sud-européennes a voulu pendant longtemps le faire croire, influençant le plus souvent en ce sens l'historiographie occidentale. Il ne s'agit pas non plus d'une pax ottomana apportant paix et sécurité dans une région troublée en permanence, que les historiens turcs modernes et leurs confrères musulmans balkaniques ont souvent voulu affirmer par réaction.

L'histoire est complexe et s'accommode mal des convictions aussi naïves que rigides des nationalismes qui entendent projeter vers le passé les élaborations du présent. Contentons-nous ici de dire que, d'une part, l'expansion ottomane dans cette région a supplanté d'autres empires ou formations féodales, qui n'avaient en aucun cas le caractère national qu'on a voulu leur conférer par la suite ; et que, d'autre part, cette expansion a procédé moins par colonisation directe (laquelle n'a guère affecté que la Thrace, la Macédoine et une partie de la Bulgarie actuelle) que par de lents processus de recomposition interne. Celle-ci s'est effectuée par des déplacements (le plus souvent volontaires), des changements progressifs de statut social, ainsi que par des islamisations, le tout sur une très longue période. Sait-on par exemple que les islamisations en Albanie datent plutôt du XVIIIe et même du XIXe siècle, et qu'on se convertissait encore à l'islam au Kosovo au début du XXe siècle ?

Tous ces processus, dont les archives ne manquent pas pour qui voudrait les étudier à fond, à condition de procéder avec sang-froid et sans préjugés, ont créé une société extrêmement complexe, composée sur plusieurs niveaux identitaires, n'excluant pas les syncrétismes et dont les clivages principaux passaient par les différences religieuses : musulmans sunnites (englobant une multitude de confréries plus ou moins hétérodoxes), chrétiens orthodoxes et chrétiens catholiques sur les marges de la péninsule balkanique (Dalmatie, Croatie, Hongrie).

Le processus qui débuta par la débâcle devant Vienne pour aboutir à l'occupation d'Istanbul par les forces alliées après l'armistice de 1918, en interaction avec les grands desseins géopolitiques des empires germanique, puis austro-hongrois et russe, peut être ramené sommairement à deux principes : formation des Etats nationaux sur la base de clivages premièrement religieux et secondairement linguistiques, et expulsion de l'élément musulman, perçu comme envahisseur et englobé pour cela dans le vocable « Turc ».

Les efforts pathétiques de l'intelligentsia albanaise (taraudée par la crainte de subir le sort réservé aux musulmans) pour bâtir au tournant du XXe siècle une identité nationale fondée sur la langue et l'accouchement dans la douleur d'une nationalité bochniaque à la fin du même siècle ne sont que des exceptions qui confirment la règle.

Ce reflux s'opéra en deux siècles et demi de la périphérie vers le centre, principalement à partir de deux positions : les Balkans et le Caucase (auquel on peut ajouter la Crimée). La troisième, le Moyen-Orient, peuplé majoritairement d'Arabes musulmans, bougea peu avant la fin de cette période. N'oublions pas que, quand les Bulgares se présentaient en 1913 devant les dernières défenses d'Istanbul, l'empire possédait toujours le Yémen. Ce mouvement s'accomplit le plus souvent en plusieurs étapes. Lors de la reconquête de la Hongrie dans les années 1680, les musulmans de cette contrée se réfugièrent dans le Temesvar (les environs de l'actuelle Timisoara en Roumanie). Cette région fut à son tour cédée à l'Autriche en 1718 et les musulmans émigrèrent alors en Bosnie, qu'ils durent quitter ensuite pour suivre la retraite ottomane. D'autres parcours furent plus complexes. Des Circassiens venus dans les années 1860 de leurs territoires conquis par les Russes, mais qui ne furent jamais ottomans, avaient été dans un premier temps installés sur la frontière du Danube. Lors de la guerre turco-russe de 1877-1878, qui aboutit à l'indépendance de la Bulgarie, ils furent encore déplacés et dispersés aussi loin que l'actuelle Jordanie. Cet exemple montre également que l'Empire ottoman et son héritière, la Turquie moderne, ont dû accueillir un grand nombre des musulmans non turcs de la région, qu'ils fissent ou non partie de leurs sujets pour ce qui était de l'empire.

C'est donc l'expulsion des musulmans des nouveaux Etats-nations balkaniques, du Nord-Caucase et de la Crimée qui forgea progressivement, d'une manière résiduelle dirait-on, une identité turque. Le processus s'accéléra à mesure que l'expansion des Etats balkaniques touchait des régions plus densément peuplées de musulmans.
L'élite dirigeante de l'Empire, qui essayait jusqu'alors d'éviter la débâcle par des réformes administratives ou les balbutiements d'un constitutionnalisme, tenta un ultime effort avec la révolution jeune-turque de 1908. Le Parlement de la nouvelle monarchie constitutionnelle réunissait des députés du Yémen et du Kosovo, de la Mésopotamie et de la Palestine. Mais la guerre des Balkans mit brutalement fin à l'illusion. En quelques mois l'Empire ottoman fut pratiquement expulsé du continent européen et des centaines de milliers de réfugiés affluèrent vers ce qui allait alors (et seulement alors) devenir, en tant qu'ultime refuge, la patrie : l'Anatolie.

A LA NAISSANCE DU NATIONALISME TURC

Le nationalisme turc est donc né brutalement au tournant de l'année 1913, sous la menace de ce qui fut perçu comme un anéantissement, et sous le coup de la démonstration de l'impossibilité de la survie de l'Empire. Le terme même de « Turc », récusé jusqu'alors par l'élite ottomane, attribué uniquement par condescendance et mépris à l'inculte paysan et au rude nomade et que quelques intellectuels avaient, seuls, timidement tenté de revaloriser pendant les décennies précédentes, est saisi comme une bouée de sauvetage. Ce qui n'était juste qu'un qualificatif d'aversion et d'exclusion de la part du monde environnant devint le cri de ralliement du nouveau nationalisme. C'est donc convaincues de se trouver au bord du gouffre, menacées de perdre le pouvoir, que les dernières élites ottomanes ont rapidement placé, à partir de la défaite balkanique, tous les mécanismes de l'Etat au service de la cause turque.

Il fallait avant tout s'assurer un territoire, et, plus encore, une patrie pour cette nouvelle nation. Or, ce territoire n'était ni défini ni incontesté. Aujourd'hui, l'Anatolie, contrairement à l'Asie mineure qui correspond plus précisément à la partie péninsulaire entre la mer Noire, les détroits, l'Egée et la Méditerranée, n'est définie qu'a posteriori, par les frontières de la République. Mais à la veille de 1914, la seule frontière identique aux limites actuelles était celle avec l'Iran, qui débutait comme aujourd'hui au mont Ararat, mais atteignait le golfe Persique. De plus, le nord-est de la Turquie actuelle, les départements de Kars, d'Ardahan et d'Artvin, se trouvaient annexés depuis 1878 à la Russie.

Ce territoire à inventer d'une nation à créer était en même temps fortement disputé. Une population de religion chrétienne orthodoxe, progressivement acquise à partir de la seconde moitié du XIXe siècle à une conscience nationale grecque grâce à l'école et à l'Eglise, constituait d'importantes minorités dans la région de la mer Noire, des minorités tellement importantes qu'elles atteignaient par endroits la majorité sur le littoral de la mer Egée, et une majorité relative sinon absolue en Thrace orientale, dernier reliquat européen de l'Empire. Une population arménienne, dispersée sur l'ensemble du territoire, pouvait localement atteindre aussi des majorités relatives dans les provinces orientales. Cela représentait au total environ un quart de la population « anatolienne », agitée par des revendications identitaires de plus en plus fortes sur un territoire accueillant en nombre croissant les réfugiés des provinces perdues et du Caucase russifié. Si cet aperçu ne rappelle que les mouvements concernant les populations chrétiennes, c'est parce que aucune pression ou sollicitation ne vint à cette date éveiller un particularisme au sein des populations musulmanes de l'Empire, en dehors évidemment des provinces arabes.

L'année qui s'écoula entre la fin des guerres balkaniques et le début de la Première Guerre mondiale fut marquée de folles paniques et d'espoirs insensés pour les peuples de ce qui restait de l'Empire. Sous la pression des grandes puissances, le projet d'une autonomie arménienne couvrant les six provinces orientales anatoliennes fut mis au point et prêt à être appliqué au printemps 1914. Selon un processus qui avait déjà fait ses preuves en Crète, sur l'île de Samos et en Roumélie orientale, et qui était en cours au Liban, il ne s'agissait que d'une étape en vue de la séparation définitive et cela ne pouvait pas être autrement perçu par le pouvoir ottoman. De son côté, la Grèce, qui venait d'occuper les grandes îles proches du littoral anatolien, entendait poursuivre son projet d'englober l'hellénisme en un seul Etat. Les chrétiens de l'Empire attendaient de la guerre proche leur libération par les Alliés, ce qui contribuait à pousser le gouvernement ottoman dans le camp opposé.

Trois projets nationaux, animés par un esprit comparable d'exclusion mutuelle, se sont donc affrontés sur le même territoire. Celui qui jouissait de la majorité arithmétique et du contrôle de l'appareil d'Etat, mis au service exclusif de la cause nationale de l'une des composantes de celui-ci, devait avoir gain de cause, éliminant ou chassant les autres. Aujourd'hui, ce choc aux conséquences tragiques, parce que consubstantiel de l'Etat-nation turc, reste toujours au centre d'un débat qui se polarise sur un terme, exigé par les uns, récusé par les autres. Ce terme n'a pas valeur absolue et intemporelle, il est aussi un produit de l'histoire du XXe siècle, évoluant à travers les épreuves, les expériences et les sensibilités de nos sociétés contemporaines. Plus précisément, si le massacre de 7 000 civils à Srebrenica, en Bosnie, en juillet 1995, dans un contexte où les parties impliquées étaient par ailleurs belligérantes, est qualifié par des instances internationalement reconnues comme un génocide, les massacres et déportations qui ont eu lieu en 1915 en Anatolie ne peuvent pas a fortiori recevoir un autre qualificatif aux yeux des hommes du XXIe siècle. L'assimilation, volontaire ou involontaire, de ces événements à l'Holocauste juif de la Seconde Guerre mondiale, qui reste à l'origine de la création du terme « génocide », ne contribue toutefois ni à l'appréciation des origines des événements de 1915, ni aux efforts actuels de compréhension réciproque. Comme la question se trouve au centre du sujet que nous avons choisi de traiter, nous y reviendrons.

Le comité Union et Progrès, qui dirigeait l'Empire pendant cette période, tout en assumant la tâche de forger en Anatolie une patrie pour la nation turque, n'hésita pas à sacrifier en même temps à toutes les illusions impériales. Il défendit ainsi avec acharnement les terres arabes, où le commandant ottoman enfermé dans Médine continua de braver l'armistice, et, profitant de l'effondrement de l'Empire russe, se lança dans une conquête au-delà des frontières orientales. Ainsi, l'armée ottomane occupa Tabriz en juillet 1918 et poursuivit son avancée vers le sud avant d'être arrêtée par les Britanniques entre Mianeh et Zendjan. Le 15 août, elle atteignait Bakou qui fut pris après un mois de siège. Elle continua sa progression le long de la Caspienne pour apprendre le 6 octobre à Petrovsk (aujourd'hui Makhatchkala), au nord du Daghestan, la nouvelle de l'armistice. Jamais les Ottomans n'avaient auparavant atteint ces contrées.

L'armistice fut demandé après la capitulation de la Bulgarie, qui laissa Istanbul sans protection. L'interprétation selon laquelle le gouvernement ottoman aurait ainsi voulu préserver le noyau turc de l'Empire de l'occupation des forces alliées (qui prenaient Alep le 26 septembre et s'approchaient de Mossoul) semble être une explication tardive. D'autant plus que les Alliés se réservaient par les clauses de l'armistice, signé le 30 octobre, le droit d'intervenir et d'occuper n'importe quel endroit du territoire ottoman. Le 12 novembre les Anglais occupent Mossoul, le lendemain les flottes alliées pénètrent dans Istanbul.

La Première Guerre mondiale a été une guerre européenne flanquée d'une guerre moyen-orientale, où les vainqueurs entendaient se tailler un nouvel empire colonial sur les dépouilles ottomanes.
L'empire des tsars ayant en même temps sombré dans la tourmente bolchevique, le dogme de l'intégrité de l'Empire ottoman, au cœur de la Question d'Orient, perdait dès lors toute substance. L'unspeakable Turk, comme l'appelait alors la presse anglo-saxonne, pouvait donc être voué aux gémonies. Une littérature prolifique, nourrie de peurs anciennes et de rancunes récentes, exigeait qu'il soit au moins chassé « avec armes et bagages » de l'Europe, et au mieux qu'il soit renvoyé dans les steppes de l'Asie centrale. Et Elefthérios Venizélos, Premier ministre de la Grèce, exécuteur testamentaire de la Question d'Orient, exposait en 1919 devant le Conseil des Dix, à la conférence de la paix, que les Turcs n'étaient qu'un ensemble hétéroclite artificiellement maintenu par la bureaucratie ottomane, et que la disparition de celle-ci entraînerait inévitablement la dispersion de ceux-là, qui seraient avantageusement remplacés par les chrétiens laborieux et prolifiques de l'Empire.

Le traité de Sèvres, signé le 10 août 1920 par le gouvernement ottoman, était donc la conséquence logique de l'ensemble de ces considérations. Sa différence majeure par rapport aux autres traités signés à la fin de la guerre tient à sa philosophie, qui ne reconnaissait pas l'existence d'une nation turque. Cette nation (dans le sens moderne du terme) était alors en gestation, mais les concepteurs du traité et l'opinion qui les soutenait semblaient douter de sa capacité à exister. Or, c'est cette non-reconnaissance qui constitua l'aiguillon principal de sa cristallisation, et c'est également la conviction d'avoir constitué une nation contre la volonté de la communauté occidentale qui marque toujours les rapports de l'Etat et de la société turcs avec la communauté en question.

Ainsi ceux qui étaient montrés du doigt comme Turcs ont-ils dû s'organiser pour survivre. Ils n'ont pas eu à se poser d'emblée des questions identitaires, puisqu'une identité leur était imposée de l'extérieur. Celle-ci les opposant surtout aux chrétiens de l'Empire, il leur suffisait de se qualifier de musulmans. La question vraiment urgente, alors que l'étau se resserrait par des occupations successives aux lendemains de l'armistice, c'était la question du territoire. Le cadre légal, internationalement accepté, de l'armistice fournit alors une solution commode et la ligne du cessez-le-feu fut revendiquée comme le nouveau territoire de la nation. Ainsi, à l'opposé des confins ottomans repoussés jusqu'à l'extrême avancée des armées impériales, le réduit turc était-il délimité par la progression des forces adverses le 31 octobre 1918 à midi. Le « Pacte national » qui concrétisa cette revendication constituait désormais la charte de la nouvelle Turquie.

DU MOUVEMENT NATIONAL A LA REPUBLIQUE

Le mouvement national conduit par Mustafa Kemal, qui fédéra les différentes tentatives locales de résistance spontanée, se donna pour mission la défense de ce territoire contre les dispositions du traité de Sèvres qui prévoyait le partage de la majeure partie de l'Anatolie, et ne laissait aux Turcs sous tutelle que la partie centrale. La Grèce et la jeune République d'Arménie, principales bénéficiaires directes de ce traité, furent chargées par les Alliés de l'imposer.
Le conflit prit donc encore une fois l'aspect d'une lutte entre musulmans et chrétiens d'Anatolie, et s'acheva de la même manière, par la défaite et l'expulsion de ces derniers. Les grandes puissances, qui n'avaient pas d'intérêts directs dans ce territoire, durent se rendre à l'évidence, laissant leurs intermédiaires payer les frais. Le traité de Sèvres ne fut jamais ratifié et le traité de Lausanne, âprement négocié et signé le 24 juillet 1923, installa la nouvelle Turquie sur le territoire revendiqué par le Pacte national.

Ce nouvel Etat-nation avait obtenu l'essentiel de l'assise territoriale revendiquée, en éliminant les autres prétendants à la même patrie. L'échange forcé des populations chrétiennes orthodoxes de la Turquie avec celles musulmanes de la Grèce manifestait encore une fois, de part et d'autre, la volonté de bâtir la nation sur des fondements religieux et consacrait l'Anatolie comme la patrie des Turcs, nomination désormais officielle des musulmans rescapés de l'Empire, dont la République assumait l'héritage.

La notion de minorité nationale avait été précisément inventée à ce moment (c'est-à-dire aux lendemains de la Première Guerre mondiale) par les vainqueurs du conflit, afin de gérer tant bien que mal les problèmes nés du morcellement des anciens empires en Etats-nations. Elle avait été introduite pour la première fois dans le traité constitutif du nouvel Etat polonais, et les mêmes clauses, avec plus ou moins de variations, avaient été reprises dans les traités signés avec les Etats de l'Europe centrale et orientale. Cette notion fut généralement mal acceptée par les peuples des Etats en question, d'autant plus que ses inventeurs, les vainqueurs de la guerre, s'étaient bien gardés de l'appliquer chez eux. La souveraineté nationale, nouvellement acquise, s'accommodait mal en effet de l'octroi d'une identité spécifique, et encore moins de l'attribution d'un droit au particularisme alors qu'étaient formulées des idéologies particulièrement monolithiques. De plus, la garantie de ces droits, accordés à des personnes perçues comme étrangères à la nation, par la communauté internationale, matérialisée par les traités et suivie par la Société des nations, a beaucoup contribué à la perception des minorités nationales comme le « parti de l'étranger », des cinquièmes colonnes, surtout (comme c'était souvent le cas) quand elles se réclamaient de l'Etat-nation voisin. Ainsi, les Etats qui ne pouvaient pas se défaire des clauses concernant les minorités, insérées dans les traités fondamentaux, choisirent-ils de se débarrasser ensuite des minorités en question.

Le cas se présenta de manière similaire en Turquie. Pendant les longues négociations de Lausanne, la délégation d'Ankara n'a consenti qu'à reconnaître des minorités non musulmanes. Cela faisait partie de la logique constitutive du nouvel Etat. Les non-musulmans étaient le reliquat d'une lutte dont la « nation » était sortie victorieuse. L'empressement des Alliés à assurer leur protection n'était d'ailleurs qu'une preuve supplémentaire de leur trahison, que les garanties demandées entendaient perpétuer. Elles ont donc été tolérées in extremis, et dans le cas des chrétiens orthodoxes à charge d'une réciprocité scrupuleuse : ceux qui vivaient à l'intérieur du périmètre municipal d'Istanbul et dans les deux îles égéennes conservées par la Turquie, contre les musulmans qui résidaient en Thrace occidentale accordée à la Grèce, seuls rescapés de part et d'autre de l'échange forcé.

En dehors de ce tribut à payer pour la reconnaissance internationale, il n'était pas question d'admettre qu'il puisse y avoir des minorités au sein de la population musulmane constitutive de la nation. D'ailleurs, le terme « minorité » a été tellement chargé de connotations négatives, désignant le citoyen de seconde classe, que tous ceux qui ont à ce jour revendiqué quelque particularisme que ce soit en Turquie ont toujours refusé avec véhémence le statut ou l'appellation de minorité. Quant au qualificatif à donner à cette nation, ce serait celui par lequel elle s'était cristallisée et réunie sur le sol d'une Anatolie enfin définie à l'intérieur des frontières obtenues par les armes et internationalement reconnues. Si tous les autres peuples de l'Empire s'étaient libérés des « Turcs » et avaient fini par expulser les « Turcs » de leur territoire, ceux qui avaient trouvé refuge sur l'ultime territoire de l'Empire étaient donc les Turcs." (p. 39-48)


"LA CONSTRUCTION DE L'ETAT-NATION

Avec le règlement de la question de Mossoul la Question d'Orient semblait close. Les grandes puissances victorieuses de la Première Guerre mondiale n'étaient pas mécontentes du résultat. Elles avaient préservé leurs intérêts géopolitiques dans la région, et le traité de Sèvres avorté était plus le fruit d'un embarras, destiné à régler une question séculaire d'une redoutable complexité, que de la volonté d'en découdre avec les Turcs. Un pouvoir fort, capable de faire obstacle à une extension de la Russie (sous son accoutrement soviétique) vers la Méditerranée et, de surcroît, affichant de jour en jour ses penchants pro-occidentaux, n'était pas pour leur déplaire. Ces grandes puissances passèrent ainsi par pertes et profits leurs regrets pour l'abandon de leur influence sur l'Empire ottoman. La Grèce, de son côté, sut si bien encaisser le choc de la défaite et le flot des réfugiés venant de l'Asie mineure qu'une entente gréco-turque, assez solide pour traverser l'entre-deux-guerres et la Seconde Guerre mondiale, put être scellée par les protagonistes de l'affrontement précédent : Mustafa Kemal Atatürk et Elefthérios Venizélos. La diaspora arménienne, assommée par le choc et absorbée par ses efforts d'intégration dans les pays d'accueil, était encore incapable de réaction. Quant aux Kurdes, ils se révoltèrent régulièrement jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, sans succès et sans que cela ait un écho international particulier : c'était en fin de compte un désordre endémique local comme tant d'autres de par le monde.

Les Turcs semblaient donc entrer dans une longue période de convalescence et de récupération. Le régime n'était pas particulièrement démocratique mais affichait une volonté réformiste sans faille. Le pays n'était pas particulièrement prospère mais la chute brutale de la population avait conduit à une redistribution des terres et des ressources ; ceux qui étaient arrivés, suite à l'échange forcé avec la Grèce, étaient moins nombreux que ceux qui étaient partis, et toute la population était apparemment satisfaite d'avoir survécu à ces dix années terribles. La volonté d'oublier semblait avoir largement submergé la nostalgie des patries perdues, dont on ne rencontra pas de manifestations significatives dans l'entre-deux-guerres.

L'Etat suivit cette tendance, à moins qu'il ne l'entretînt. Il afficha ouvertement son opposition à l'expansionnisme panturquiste du comité Union et Progrès qui avait conduit à l'effondrement ottoman, et, tout en affirmant jalousement sa souveraineté, se déclara satisfait d'avoir atteint le but revendiqué par le Pacte national. En effet, dans le cadre d'une idéologie globalement qualifiée de kémaliste, du nom du fondateur de la République, le pouvoir, assuré d'un Etat, s'évertua surtout à créer une nation résolument moderne, c'est-à-dire occidentale. Pour cela, il s'inspira des modèles ambiants : il emprunta aussi bien chez les nationalismes voisins issus de l'Empire ottoman qu'aux discours musclés qui sévissaient dans l'Europe de l'entre-deux-guerres, tout en essayant de donner la réplique aux représentations que le monde extérieur avait accumulées à propos des Turcs." (p. 50-51)


"L'intervention de 1974 confirma toutes les craintes, justifia toutes les appréhensions. Pour la Turquie, cet acte était comme la démonstration nécessaire de sa volonté de ne plus reculer, même si le territoire chypriote n'avait jamais fait partie du Pacte national. Pour la Grèce, c'était une agression caractérisée d'un territoire de l'hellénisme, même si Chypre n'avait jamais fait partie d'un Etat grec. Plus encore, cet événement porta vraiment la question chypriote sur la scène internationale où l'intervention turque fut presque unanimement condamnée comme une agression contre un Etat souverain. Cela suscita aussitôt dans l'opinion publique turque des réminiscences du passé ottoman, lorsque les grandes puissances retrouvaient leur unanimité pour réprimander la Sublime Porte. La crainte de l'« expansionnisme ottoman » chez les uns raviva la menace du « front chrétien » chez les autres.

La situation était mûre pour instrumentaliser ces représentations. La Grèce restait convaincue que seule la pression du « monde civilisé » pourrait faire reculer les Turcs. A cette vision s'ajoutait l'expérience du containment pratiqué par les Etats-Unis à l'égard de l'Union soviétique : une propagande patiente et soutenue présentant la Turquie comme une puissance agressive et maléfique, pour mieux l'exclure ou la marginaliser dans les instances internationales, devait pouvoir atteindre à terme son but. Dans cet objectif, la Grèce pouvait compter sur une alliance avec la diaspora arménienne. Celle-ci entendait mettre en avant le terme « génocide », institutionnalisé à partir de 1948 suite à l'Holocauste des juifs, afin de maintenir vivace son projet national tragiquement frustré en 1915.

Cette offensive puisa dans un terreau fécond, celui de la vaste littérature de la fin de l'Empire ottoman, et trouva une opinion occidentale largement ouverte à ces représentations. La vieille image du Turc n'eut donc pas trop de peine à se réinstaller dans les esprits. Côté turc, cela eut un double effet pervers. Se réimplanta le sentiment d'encerclement dominant pendant la dernière époque ottomane, et celui-ci fut instrumentalisé par les pouvoirs conservateurs, qui purent ainsi promouvoir un nationalisme sourcilleux et s'ériger en protecteurs d'un peuple présenté comme esseulé et menacé de toutes parts. L'emballement des dynamiques internes du pays, qui conduisirent au coup d'Etat de 1980, ne contribua pas à apaiser les tensions internes ni les représentations extérieures." (p. 55-56)


"Le XXe siècle a ainsi fini comme à reculons, ouvrant à nouveau tous les grands dossiers de la Question d'Orient que la diplomatie était censée avoir réglés depuis les années 1920. Le découpage du territoire en Etats-nations étanches où chacun aurait vécu chez soi en se reconstituant un passé exaltant des actes glorieux et oublieux des moments d'horreur, s'attribuant l'honneur et renvoyant les blâmes au voisin, s'est avéré un échec. La frénétique recrudescence de formations nationales, depuis l'écroulement du rideau de fer, doit être perçue dans le long terme plus comme un combat d'arrière-garde que comme une perspective d'avenir. Ces nouveaux Etats, chacun occupé à fabriquer ses propres attributs nationaux, s'impatientent en même temps pour transférer des parts de leur souveraineté, si longuement attendue et si chèrement acquise, à Bruxelles, dans le cadre de leur admission dans l'entité supranationale qu'est l'Union européenne.

Ce qui serait donc nouveau aujourd'hui, c'est cette longue marche vers le dépassement de l'Etat-nation qui a visiblement perdu ses vertus mobilisatrices du XIXe siècle, un dépassement dont l'Union européenne constitue la tentative la plus crédible. En s'alignant sur ce projet, quelles que soient ses motivations, la Turquie se place aussi dans cette même perspective. Or, les cartes sont brouillées par les perceptions réciproques développées au cours des trente dernières années. Tout en aspirant à adhérer à l'UE, la Turquie perçoit en même temps cet ensemble comme susceptible de porter atteinte à son intégrité territoriale et à sa souveraineté nationale, dont elle se déclare prête, par son acte d'adhésion, à transférer des parcelles de plus en plus significatives.

De leur côté, les Européens voient plus ou moins confusément la Turquie comme un reliquat d'empire, trainant encore derrière elle les tares héréditaires de la Question d'Orient. Cela entraîne, de part et d'autre, le soupçon ou la conviction (selon le côté où l'on se place) qu'elle ne mériterait pas le même traitement qu'un Etat-nation à part entière. Or, l'adhésion de la Turquie à l'UE devrait d'une part garantir son intégrité territoriale, et d'autre part conduire à la solution des questions qui la concernent dans un cadre d'intégration supranationale.

L'irruption de la question chypriote et la politique de containment envers la Turquie, entreprise à partir de 1974 par la Grèce et la République chypriote auxquelles ont adhéré la diaspora arménienne et le mouvement kurde, ont puissamment contribué à façonner une image de la Turquie encore post-ottomane. Les initiateurs de cette politique, en promouvant la dénégation de la qualité d'Etat-nation à la Turquie, espéraient contre toute logique que ses propres tensions jointes à un environnement réprobateur sinon hostile, conduiraient à son effondrement. On revenait ainsi aux prédictions de Venizélos en 1919. Or entre-temps trois générations républicaines ont bel et bien bâti un Etat-nation qu'il est assez peu probable de voir disparaître comme par enchantement. Il a toutefois fallu attendre la capture du chef de la guérilla kurde pour que le bon sens reprenne ses droits. Les hommes politiques grecs se sont rendu compte qu'un voisin déstabilisé, mis au ban de la communauté internationale, pouvait être infiniment plus préoccupant qu'une Turquie intégrée aux instances européennes, et assumant pleinement et volontairement ses obligations. Ainsi, la Grèce abandonna-t-elle en 1999 ce front du refus, dont elle avait été l'initiatrice et l'acteur principal, pour œuvrer désormais en vue de l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne.

Ce revirement modifia fondamentalement la donne. Non seulement il ouvrit à la Turquie le chemin de la candidature à l'UE, en enlevant aux milieux européens turcophobes un moyen d'instrumentaliser l'opposition grecque, mais il contribua aussi beaucoup à éroder les résistances internes à cette candidature. Le souverainisme turc, qui cachait la volonté d'un establishment de continuer à diriger le pays en dépit des fluctuations du jeu démocratique, commença de reculer au fur et à mesure que progressait l'espoir européen. Un des effets majeurs en fut la décrispation turque à propos de la question chypriote. L'image d'une Chypre dernier bastion avant l'Anatolie et ultime revanche des reculs subis s'estompa devant l'avancée que constituait la perspective européenne. Les miroirs déformants se renvoyant des images de fantômes ottomans commencèrent alors à se craqueler. Cela ne signifie pas que les problèmes sont résolus, ou qu'ils sont nécessairement sur la voie de l'être. Cela peut tout au plus vouloir dire qu'ils pourraient être appréhendés dans le cadre d'un consensus, en ce qui concerne aussi bien le bilan du passé que les perspectives d'avenir.

Il faudrait se rendre compte que la souveraineté absolue ou que la territorialisation des identités relèvent aujourd'hui plutôt de l'illusion, et que c'est au contraire la gestion intelligente de l'imbrication des pouvoirs, de la distribution des richesses et de la circulation des hommes dans une combinaison d'identités multiples qui est susceptible d'assurer la prospérité et peut-être même le bonheur.

Quant au passé, ce siècle trouble qui vient de s'écouler a au moins démontré que la tentative de l'oubli est une fausse solution. Ce qui est enfoui n'est pas oublié et, de surcroît, sa résurgence n'est pas maîtrisable. Les tentatives de l'Etat et de la société turcs d'oblitérer les conditions pénibles à travers lesquelles s'est construit l'Etat-nation ont été non seulement vaines mais contre-productives. C'est avant tout le droit et le devoir des générations actuelles de savoir l'histoire, toute l'histoire et rien que l'histoire (et pas les différentes constructions qui entendent s'y substituer) des événements fondateurs, pour ne pas être prises entre les rumeurs colportées par d'innombrables récits familiaux et le discours officiel. Mais cela demande un considérable travail en profondeur, et les pressions exercées à cette fin peuvent s'avérer contre-productives. L'aveu officiel d'un gouvernement n'entraînera pas de facto le consentement d'une société, prise aujourd'hui au piège entre l'accusation de complicité à un crime contre l'humanité et celle de trahison à une cause nationale.

L'exigence de la reconnaissance du génocide arménien, dont l'affirmation coïncide avec la politique du containment susmentionné, viserait alors, dans le cadre des objectifs de cette politique, davantage à acculer la Turquie dans une position négationniste, la présentant comme un Etat paria aux yeux de l'opinion publique internationale, qu'à obtenir le règlement d'un contentieux douloureux. La sensibilité d'une opinion publique internationale soucieuse de l'accomplissement d'un processus de deuil serait alors prise au piège d'un règlement de comptes. L'affaiblissement progressif de cette politique depuis le revirement de la Grèce, entraînant tant bien que mal celui du gouvernement chypriote grec, fait de cette exigence l'arme ultime des turcophobes dans l'Union européenne.

Or, dans le processus de « désottomanisation » des rapports entre la Turquie et l'Europe, processus nécessaire à une vision claire de part et d'autre, cette exigence devrait se transformer en un travail de fond visant plus à obtenir le dénouement par une reconstitution patiente et minutieuse du récit historique qu'à obtenir un aveu destiné à devenir le support de nouveaux contentieux. C'est ainsi que pourront être apaisées, de part et d'autre, les douleurs du membre fantôme." (p. 58-60)


Du même auteur : La Première Guerre mondiale et la question arménienne 

Ethnies et minorités en Turquie : quelques réflexions sur un problème insoluble
 
Caucase, la grande mêlée (1914-1921)

Les relations gréco-turques : mythes et réalités
  
 
La question du Pont-Euxin (1912-1923)

Voir également : "Génocide arménien" : le saviez-vous ?
 
Sources bibliographiques sur le contentieux turco-arménien
 
"Génocide arménien" : connaître les thèses contradictoires en présence

"Génocide arménien" : la parole aux historiens turcologues et islamologues